Cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cimetière russe.
Cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois
Alekseevtsy SGdB.jpg
Pays
Région
Commune
Adresse
Rue Léo-LagrangeVoir et modifier les données sur Wikidata
Religion(s)
orthodoxie russe
Tombes
5 220
Personnes
15 000
Mise en service
Statut patrimonial
Coordonnées
Localisation sur la carte de l’Essonne
voir sur la carte de l’Essonne
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Le cimetière russe se trouve 8 rue Léo-Lagrange à Sainte-Geneviève-des-Bois (dans le département de l’Essonne), en Île-de-France[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le cimetière devant l’église Notre-Dame-de-la-Dormition

Le cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois est un cimetière communal. Le 8 février 1879, le Conseil municipal décide de créer un nouveau cimetière. Depuis cette date ce cimetière est resté communal où se retrouvent toutes les confessions.

Dorothy Paget et Elena Kirilovna Orlova (née Struve 1877-1957) créent La Maison russe dans les bâtiments du château de la Cossonnerie. La princesse Véra Mechtchersky (1876-1949), sœur ainée d'Elena Orlova les rejoint en tant que directrice de la Maison. En 1927, la première pensionnaire de la Maison russe est inhumée dans ce qu’on appellera désormais le « cimetière russe ». Cette partie du cimetière ne se distingue pas du cimetière communal et en fait partie administrativement[2]. Véritable site de mémoire, plus de 10 000 Russes venus en France à la suite de la révolution bolchevique de 1917 y sont inhumés. L'église surmontée d’un bulbe bleu a été construite en 1939 dans le style novgorodien du XVe siècle.

L'église fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques par arrêté du [3] ; le cimetière (partie du cimetière de Liers occupée par les sépultures orthodoxes) fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques par arrêté du [4].

Le président Vladimir Poutine et son épouse s’y sont rendus en 2000, et ont fleuri certaines tombes, dont celle de la princesse Obolensky (1911-1944), martyre de la Résistance[5], et d’Ivan Bounine, prix Nobel de littérature. La Fédération de Russie participe à l’entretien du cimetière.

L’aménagement est à la russe (cadre pastoral, avec des abiétacées, des pins, et des grands bouleaux). Environ 15 000 Russes ou Français d’origine russe y sont inhumés dans 5 220 tombes. L’église Notre-Dame-de-la-Dormition fait partie intégrante de ce cadre typiquement russe.

Personnalités inhumées[modifier | modifier le code]

Danseurs et chorégraphes[modifier | modifier le code]

Le tombeau de Rudolf Noureev

Cinéastes et acteurs[modifier | modifier le code]

Peintres et sculpteurs[modifier | modifier le code]

Écrivains[modifier | modifier le code]

Tombe de Ivan Bounine

Architecte[modifier | modifier le code]

Membres de la noblesse[modifier | modifier le code]

Vladimir Poutine sur la tombe de Véra Obolensky en 2000
Tombe de la famille Youssoupov

Hommes politiques[modifier | modifier le code]

Officiers et militaires[modifier | modifier le code]

Carré de la division de Drozdovski, 2008

On y trouve aussi des monuments funéraires et carrés militaires, avec entre autres :

Autres[modifier | modifier le code]

  • le violoniste Yoska Nemeth (1921-1965)
  • Alexandre Petrovitch Fabergé (1877–1952), troisième fils du célèbre joaillier du tsar, Pierre-Karl Fabergé
  • Sofia Fiodorovna Koltchak, née Omirova (1876-1956) épouse de l’amiral Koltchak, chef des armées blanches en 1917 et régent de Russie.
  • Rostislav Alexandrovitch Koltchak (1910-1965), leur fils
  • Alexis Medvedkov, saint Alexis d'Ugine, prêtre orthodoxe canonisé en 2004, qui repose dans la crypte du cimetière
  • un carré des chauffeurs de taxis
  • Sergueï Prokoudine-Gorski (1863-1944), célèbre photographe, notamment connu pour son travail sur la couleur au cinéma et en photographie. Ses travaux sont gardés à la bibliothèque du conservatoire de Washington.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 241 notices sur les 5220 tombes que compte le cimetière, en 2 volumes / 2 langues : Amis de Ste Geneviève des Bois et ses environs, La Nécropole russe de Sainte-Geneviève-des-Bois, t. 1, Evry, Vulcano Communication, (ISBN 978-2-9524786-1-8) et traduit en russe par Anastasia de Seauve : Общество друзей истории Сент-Женевьев-де-Буа и его окрестностей, пер. с франц. Анастасия де Сов, Русский некрополь Сент-Женевьев-де-Буа, t. 2, Evry, Vulcano Communication,‎ [7]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Adresse : 8 rue Léo-Lagrange 91700 - 91700 Ste-Geneviève-des-Bois - Tél : 01 60 15 11 40. Horaires : Du 1er mars au 30 septembre : de 8h à 17h en hiver Du 1er octobre au 28 février : de 8h à 19h30 en été.
  2. Société historique de Sainte-Geneviève-des-bois, Sainte Geneviève des Bois. Le XXe siècle, 1992 (ISBN 2-9506431-0-8)
  3. « Église orthodoxe russe Notre-Dame-de-l'Assomption », notice no PA00088003, base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. « Cimetière de Liers », notice no PA91000006, base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. Née Véra Apollonovna Makarovna et princesse Obolensky par son mariage, elle fera partie de la résistance française. Elle mourut en déportation et fut guillotinée le 4 août 1944 à la prison de Plötzensee de Berlin.
  6. « Sainte-Geneviève-des-Bois - Geneanet », sur www.geneanet.org (consulté le 13 novembre 2016)
  7. « Succès de librairie pour le livre sur le cimetière russe, 12 janvier 2009 », sur leparisien.fr (consulté le 11 février 2017)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :