Blaesheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Blaesheim
Blaesheim
Mairie de Blaesheim.
Blason de Blaesheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Bas-Rhin
Arrondissement Strasbourg
Intercommunalité Eurométropole de Strasbourg
Maire
Mandat
Jacques Baur
2020-2026
Code postal 67113
Code commune 67049
Démographie
Gentilé Blaesheimois [1]
Population
municipale
1 307 hab. (2018 en augmentation de 2,83 % par rapport à 2013)
Densité 131 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 30′ 24″ nord, 7° 36′ 36″ est
Altitude Min. 146 m
Max. 198 m
Superficie 9,96 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Strasbourg (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Lingolsheim
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Blaesheim
Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin
Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Blaesheim
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Blaesheim
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Blaesheim

Blaesheim [blɛsaɪm] est une commune française située dans la circonscription administrative du Bas-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est. Elle fait partie des 33 communes composant l'Eurométropole de Strasbourg, l'ayant officiellement rejointe le 1er janvier 2006.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée de Blaesheim

Le village est situé à 15 km au sud-ouest de Strasbourg.

Le village s'étale du Sud au Sud-Est au pied de la colline nommée Gloekelsberg ainsi que sur son flan. Cela confère au village le plus haut point de l'Eurométropole de Strasbourg.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Blaesheim est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Strasbourg (partie française), dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 268 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (73,4 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (73,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (39,8 %), zones agricoles hétérogènes (33,6 %), forêts (18,7 %), zones urbanisées (5,7 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (2,1 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Blaesheim est cité dans de nombreux textes dès le haut moyen-âge. Comme souvent pour les localités alsaciennes, le nom varie suivant les textes:

  • Blaedinsheim, en 1215.
  • Bledeszheim, courant 1300.
  • Pledensheim, 1366.
  • Bledesheim, courant 1372.
  • Bledensheim, 1442.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 31 janvier 2001, s'y est tenu une réunion franco-allemande entre le chancelier allemand Gerhard Schroder, le président de la République française Jacques Chirac et le Premier ministre Lionel Jospin, lançant le processus de Blaesheim de rencontres régulières entre les têtes d'exécutifs allemands et français.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Blaesheim

Les armes de Blaesheim se blasonnent ainsi :
« D'azur à l'église romane d'argent posée sur un mont de trois coupeaux d'or mouvant de la pointe. »[9].

Liste des Pasteurs luthériens[modifier | modifier le code]

Établie sur base de l'ouvrage « Chronique du village de Blaesheim[10]

Début Fin Identité
1539 Balthasar Wolleben
1560 1600 Johannes Arentius
1600 1610 Samuel Kefelius
1610 1613 Johannes Christoph Carolus
1613 1633 Johannes Weinmuller
1633 1637 Johannes Steingel
1637 1675 Georg Krafft
1676 1702 Friedrich Heinrich Rentz (1641-1702)
1702 1731 Johann Philipp Keifflin (1664-1731)
1731 1738 Philipp Jacob Engel
1738 1763 Johann Daniel Büttner
1763 1770 Johann Heinrich Stricker (1722-1770)
1770 1783 Johann Georg von Zabern (1734-1825)
1784 1811 Johann Friedrich Rössel (1748-1821)
1811 1824 Georg Friedrich Gerhardt (1764-1850)
1824 1828 Charles-Frédéric Piton (1791-1828)
Début Fin Identité
1828 1880 Jean-Philippe Schneegans (1795-1880)
1880 1889 Wilhelm Jacob Schladenhauffen (1848- )
1890 1897 Carl Daniel Klein (1864- )
1897 1919 Rudolf Ritter (1865- )
1919 1932 Oscar Muller (1890- )
1933 1937 Willy Guggenbühl (1897- )
1937 1949 Henri Siefert
1949 1961 Arnold Jaeger (1907- )
1962 1962 Melidonian
1962 1963 Bertrand Stricker
1963 1965 Jean-Paul Dietle
1965 1967 Marcel Schildknecht (1907- )
1967 1979 Albert Arbogast
1979 1992 Emile Steiner
1993 2005 Yolande Streng
2005 Sybille Stohrer

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1953 Philippe Jacques Freysz (1891-1961)   cultivateur
1953 1962 Alfred Carbiener (1898-1962)   docteur en médecine
1962 mars 1995 Paul Baur (1921-2010)   chef d'entreprise
mars 1995 mars 2001 Philippe Wolff    
mars 2001 décembre 2003 Gérard Wendling    
mars 2004 mars 2008 Fabienne Rubach    
mars 2008 En cours
(au 31 mai 2020)
Jacques Baur [11],[12]
Réélu pour le mandat 2020-2026
  Agriculteur retraité
Les données manquantes sont à compléter.


Au premier juin 2006, la commune a intégré la communauté urbaine de Strasbourg.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[14].

En 2018, la commune comptait 1 307 habitants[Note 3], en augmentation de 2,83 % par rapport à 2013 (Bas-Rhin : +2,17 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
770790833885931962913943982
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
934934898881851807837836822
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
846848827705716756745697677
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
6927549089341 0001 3691 3081 3001 291
2013 2018 - - - - - - -
1 2711 307-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Theodor von Zabern, fondateur des imprimeries allemandes Éditions Philipp von Zabern[réf. nécessaire].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le nom des habitants du 67 - Bas-Rhin - Habitants », sur habitants.fr (consulté le 15 mai 2021).
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 3 avril 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Strasbourg (partie française) », sur insee.fr (consulté le 3 avril 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 20 mai 2021)
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 20 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.labanquedublason2.com (consulté le 24 mai 2009).
  10. (de) Willy Guggenbühl, Chronik des Dorfes Bläsheim, Saverne, Sohn, , 251 p., p. 70-71.
  11. [PDF] Liste des maires au 1 avril 2008 sur le site de la préfecture du Bas-Rhin.
  12. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 septembre 2020).
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Willy Guggenbühl, Chronik des Dorfes Bläsheim, Saverne, Sohn, , 251 p..
  • Marthe Philipp, Le système phonologique du parler de Blaesheim : Étude synchronique et diachronique, vol. 27, Nancy, Faculté des Lettres et des Sciences humaines de l'université de Nancy, coll. « Annales de l'Est », , 479 p..
  • Marthe Philipp, Blaesheim : Histoire d'un village alsacien, Rosheim, , 312 p..

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :