Innenheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Innenheim
Innenheim
La mairie d'Innenheim.
Blason de Innenheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Bas-Rhin
Arrondissement Sélestat-Erstein
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Sainte-Odile
Maire
Mandat
Jean-Claude Jully
2020-2026
Code postal 67880
Code commune 67223
Démographie
Gentilé Innenheimois [1]
Population
municipale
1 183 hab. (2019 en augmentation de 5,06 % par rapport à 2013)
Densité 190 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 29′ 46″ nord, 7° 34′ 23″ est
Altitude Min. 148 m
Max. 182 m
Superficie 6,24 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Strasbourg (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Molsheim
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Innenheim
Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin
Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Innenheim
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Innenheim
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Innenheim

Innenheim (prononcer [inənaim]; Ìnnle en alsacien) est une commune française située dans la circonscription administrative du Bas-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ce village fait partie du canton d'Obernai et de l'arrondissement de Sélestat-Erstein, situé à proximité du Gloeckelsberg et à proximité de la voie rapide A35 entre Barr et Strasbourg. À proximité des communes de Krautergersheim, Blaesheim et Hindisheim, Innenheim se situe à 11 km au sud-ouest de Lingolsheim, qui est l'agglomération la plus proche.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

N.B. Bischoffsheim (membre de la Communauté de communes des Portes de Rosheim) sépare Innenheim du reste de la communauté de communes à laquelle elle appartient.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Innenheim est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Strasbourg (partie française), dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 268 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (90,9 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (92,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (76,7 %), zones urbanisées (8,8 %), prairies (8,4 %), zones agricoles hétérogènes (5,8 %), forêts (0,2 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Unnenhaim, 730 ;
  • Innelenheim, 1180 ;
  • Hinnenheim, 1200.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

De l'anthroponyme germanique Inno et du germanique Heim = village. La commune est souvent appelée, mais uniquement dans le langage oral familier en alsacien, « Enle » ou « Inle », selon la prononciation du locuteur (-le étant un suffixe alsacien à effet de diminutif comparable au -lein allemand).

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue sur le village d'Innenheim.

Le village est sans doute déjà connu du temps des Alamans, qui se sont installés dans les alentours aux VIe et VIIe siècles. Il devient un fief des chevaliers du Saint-Empire romain germanique dès le Xe siècle. Le plus ancien titre est une investiture accordée en 1316 par Louis IV de Bavière à un certain Jean, dit Kage de Schaeffolsheim, puis à divers chevaliers jusqu'en 1483 avec notamment l'investiture de Henri d'Uttenheim et de Bernard Zum Trubel. Vers 1526, l'empereur Charles Quint autorise ses vassaux des villages d'Innenheim et de Krautergersheim à exercer la juridiction criminelle ainsi que d'avoir une potence et une prison pour y exercer les droits régaliens. Du XIVe au XVIIIe siècle, le village passe entre les mains de plusieurs familles de la petite noblesse d'empire et à différents propriétaires ecclésiastiques. En 1618, le fief est donné à Seebach et Berkheim. Ce dernier exerce ses droits à Innenheim jusqu'à la Révolution. Au cours de l'invasion des Armagnacs de 1439 et 1444 opérant depuis Niedernai, la guerre des paysans en 1525, puis pendant la guerre de Trente Ans le village d'Innenheim subit des invasions et des dévastations. Pendant la guerre opposant Louis XIV à l'empire, le village est entièrement dévasté en 1674. Le village est reconstitué à partir du XVIIIe siècle.

La Révolution supprime des droits seigneuriaux dans le village et notamment la dîme qui est due au chapitre de Saint-Léonard. Après la période révolutionnaire, la commune connait une relative stabilité. En 1871, l'Alsace est annexée par l'Allemagne : le village devient allemand. Durant les deux guerres mondiales, Innenheim perd une cinquantaine de jeunes gens. Anciens relais de diligence, le village vit depuis ses origines de l'agriculture et de la culture du chanvre, pratiquée dans les ruisseaux des terres humides du Ried.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason d'Innenheim

Les armes d'Innenheim se blasonnent ainsi :
« De sable au chevron d'or, accompagné en chef de deux lions affrontés d'argent et en pointe d'une coquille aussi d'or. »[9].


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
septembre 2007 mai 2020 Alphonse Koenig[10]    
mai 2020 En cours Jean-Claude Jully [11]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[13].

En 2019, la commune comptait 1 183 habitants[Note 3], en augmentation de 5,06 % par rapport à 2013 (Bas-Rhin : +2,76 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
510501649695789850827867850
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
860879907957919939871842829
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
792776755689703698721711644
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
6927319088628401 0151 0271 1271 186
2019 - - - - - - - -
1 183--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Martin.
Intérieur de l'église Saint-Martin.

Église Saint-Martin[modifier | modifier le code]

Il existait dans le village une petite construction qui a été détruite en 1674. Le nouvel édifice est construit en 1761. Pendant très longtemps, la communauté catholique d'Innenheim, filiale de Blaesheim, doit se rendre aux églises de Gloeckelsberg et du couvent de Feldkirch à Niedernai, situés à plusieurs kilomètres au nord et sud du village. L'église de Gloeckelsberg était sous le patronage de saint Martin. Il est donc probable que le village d'Innenheim ait tenu à conserver le nom de Saint-Martin au moment de la construction de l'église du village. Le baptistère exposé à l'église porte l'année 1665. L'orgue Rickenbach date de 1839. En 1900, l'église est dotée d'un nouveau clocher réalisé par l'architecte Heirich de Barr.

Chapelle du loup-et-de-la-chèvre[modifier | modifier le code]

Cette chapelle située route de Strasbourg, en bordure de l'autoroute A35, et dédiée à Notre Dame-des-Douleurs, détruite et reconstruite à plusieurs reprises, existait à l'endroit d'une ancien édifice. La chapelle du loup et de la chèvre est totalement rénovée en 1896 et dotée de trois statues représentant saint Antoine de Padoue, saint Wendelin et Vesperbild. L'origine du vocable de cette chapelle reste inconnue : elle fut sans doute dédiée à un moment donné à saint Wolfgang - Wolf signifiant loup -, mais la provenance du mot chèvre demeure encore plus mystérieuse.

Réplique de la grotte de Lourdes[modifier | modifier le code]

Elle se trouve à côté de l'école maternelle du village.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jérôme Jehl, boulanger né à Innenheim en 1859, est aussi l’arrière-grand-père de Georges Pernoud, producteur de télévision, animateur de Thalassa.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/bas-rhin-67
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Strasbourg (partie française) », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.labanquedublason2.com (consulté le ).
  10. [PDF] Liste des maires au 1er avril 2008 sur le site de la préfecture du Bas-Rhin.
  11. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.