Rochechouart (Haute-Vienne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rochechouart
Rochechouart (Haute-Vienne)
L'hôtel de ville.
Blason de Rochechouart
Blason
Rochechouart (Haute-Vienne)
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Haute-Vienne
(sous-préfecture)
Arrondissement Rochechouart
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes Porte Océane du Limousin
Maire
Mandat
Anne Marie Almoster Rodrigues (PS)
2020-2026
Code postal 87600
Code commune 87126
Démographie
Gentilé Rochechouartais(es)
Population
municipale
3 767 hab. (2019 en diminution de 1,05 % par rapport à 2013)
Densité 70 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 49′ 26″ nord, 0° 49′ 18″ est
Altitude 236 m
Min. 159 m
Max. 313 m
Superficie 53,88 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Rochechouart
(ville isolée)
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Rochechouart
(bureau centralisateur)
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Rochechouart
Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Rochechouart
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rochechouart
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rochechouart
Liens
Site web rochechouart.com

Rochechouart (Rechoard en occitan) est une commune française située dans le département de la Haute-Vienne, en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est surnommée localement la Cité du canon, en raison de la présence d'un petit canon, vestige de l'artillerie du château et qui servait autrefois à tirer des salves pendant les grandes occasions.

Sous-préfecture, elle n'est toutefois que la 15e ville du département d'un point de vue démographique. Contrairement à la majorité des communes de la Haute-Vienne, elle fait historiquement partie du Poitou[1]. Limitrophe du département de la Charente, elle fait partie du parc naturel régional Périgord-Limousin.

Le nom de Rochechouart est essentiellement connu pour la famille éponyme, la plus ancienne de France après la famille royale, existant toujours de nos jours ; et pour la météorite qui s'y est écrasée il y a 207 millions d'années et y a formé le 38e plus grand cratère d'impact terrestre, aujourd'hui disparu en surface.

Ses habitants sont appelés les Rochechouartais et les Rochechouartaises[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Rochechouart est dans l'ouest du département de la Haute-Vienne, limitrophe avec le département de la Charente à l'ouest. Elle occupe une superficie de 54 km2.

Saint-Junien, sur la rive droite de la Vienne[3] et deuxième ville la plus peuplée du département[réf. nécessaire], est à 9 km au nord-est. Limoges est à 42 km à l'est, Angoulême à 64 km au sud-ouest[4].

Elle est voisine de la ville antique de Cassinomagus (Chassenon) à l'ouest.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Grêne (ou Graine), affluent de la Vienne, traverse le territoire communal dans le sens sud-est/nord-ouest. La Vayres, venant du sud, conflue avec la Grêne à Rochechouart. La Gorre borde la commune au nord-est[3].

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

La ville, établie entre 200 et 300 mètres d'altitude, domine par le nord la vallée de la Grêne qui entaille l'ouest du plateau limousin à 180 mètres d'altitude[3].

La ville se situe dans l'emprise d'un cratère météoritique, formé il y a environ 207 millions d'années, l'astroblème de Rochechouart-Chassenon.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rochechouart est limitrophe avec six autres communes, dont deux en Charente[3] :

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[5]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s'agit d'une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[6].

Les paramètres climatiques qui ont permis d'établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[5]

  • Moyenne annuelle de température : 11,7 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 6,5 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 15 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 1 046 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13,1 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7,5 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[9] complétée par des études régionales[10] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. La station météorologique de Météo-France installée sur la commune et mise en service en 1967 permet de connaître en continu l'évolution des indicateurs météorologiques[11]. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Statistiques 1981-2010 et records ROCHECHOUART (87) - alt : 255 m 45° 49′ 42″ N, 0° 49′ 42″ E
Records établis sur la période du 01-01-1967 au 04-01-2022
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,8 1,9 3,7 5,5 9,2 12,2 13,9 13,4 10,6 8,7 4,4 2,2 7,3
Température moyenne (°C) 4,9 5,6 8,2 10,4 14,3 17,6 19,8 19,4 16,2 13 7,9 5,4 11,9
Température maximale moyenne (°C) 7,9 9,3 12,7 15,4 19,5 23 25,7 25,5 21,8 17,2 11,4 8,5 16,5
Record de froid (°C)
date du record
−19
16.01.85
−16
06.02.12
−12,3
01.03.05
−4,5
08.04.21
−2,5
08.05.74
2
06.06.86
4
17.07.74
2,5
20.08.72
−1
30.09.72
−5
30.10.97
−10
21.11.93
−13
23.12.75
−19
1985
Record de chaleur (°C)
date du record
18,2
10.01.71
24,7
27.02.19
26
20.03.05
30,4
30.04.05
32,1
27.05.05
37,6
30.06.15
39,3
16.07.15
39,6
05.08.03
35,7
14.09.20
30,2
02.10.11
24,5
07.11.15
19,5
29.12.83
39,6
2003
Précipitations (mm) 91 72,3 71,5 83,4 85,1 70 52,6 65,5 72,3 91,4 98,5 100,2 953,8
Source : « Fiche 87126002 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr, édité le : 06/01/2022 dans l'état de la base


Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Rochechouart est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[12],[13],[14]. Elle appartient à l'unité urbaine de Rochechouart, une unité urbaine monocommunale[15] de 3 778 habitants en 2017, constituant une ville isolée[16],[17]. La commune est en outre hors attraction des villes[18],[19].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d'occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (63 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (63,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (33,7 %), forêts (29,3 %), prairies (25,2 %), zones urbanisées (5,4 %), terres arables (4,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,8 %), mines, décharges et chantiers (0,6 %)[20].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l'évolution dans le temps de l'occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Rocacoart en 1027, Rochechouart en 1049, Rocam Cavardi vers 1068[21].

Il s'agit d'une formation toponymique médiévale d'un type répandu en France[22].

Le premier élément -Roche représente la forme francisée du Nord occitan ròcha[23], qui désigne à l'origine une montagne, une simple butte rocheuse, puis le château fort qui y est bâti, puis le château fort en lui-même[24].

Le second élément chouart- est un anthroponyme[23] qui se perpétue dans le nom de famille généralement écrit Chouard (chez Rabelais, maistre Jean Chouard désigne Panurge[25]), plus rarement Chouart. Il semble dériver de l'ancien français choe « chouette » à l'aide du suffixe -ard, terme d'origine vieux bas francique *kawa[26], d'où la latinisation médiévale en Cavardus. Un seigneur portant ce nom aurait fortifié la place aux environs de l'an 1000[27].

Durant la Révolution, la commune porte le nom de Roche-sur-Graine[28].

Dans la région, le nom de la ville est prononcé « Rochouar ».

Sur la planète Mars, en , un petit cratère investigué par l'astromobile Curiosity de la NASA, est baptisé d'après la commune, bien qu'avec une erreur de transcription: "Rouchechuart" [29].

Histoire[modifier | modifier le code]

Décorations dans les rues de la ville
pour les ostensions en 2009.

Jusqu'à la Révolution, Rochechouart dépendait administrativement de la province du Poitou (les vicomtes de Rochechouart étant vassaux du comte de Poitiers), et sur le plan religieux, relevait du diocèse de Limoges.

Un livre sur l'histoire de la Ville de Rochechouart et de son nom est sorti au courant du mois de , avec le titre "Prestige de Rochechouart". Il retrace l'épopée de la plus ancienne famille de France après la famille royale, existant toujours de nos jours et de leur nom. Rochechouart est l'un de ces noms connu de tous. Associé à un boulevard et à un bel hôtel parisiens (Ministère de l'Éducation Nationale), il correspond d'abord à une localité des confins du Limousin, au cœur de la Nouvelle-Aquitaine.

Histoire des vicomtes de Rochechouart[modifier | modifier le code]

Les vicomtes de Rochechouart ont régné 800 ans. Ils étaient vassaux du comte de Poitiers. On peut citer parmi eux :

  • Aymeric Ier, qui a vécu vers 990, est l'ancêtre de la dynastie.
  • Aymeric IV participa à la première croisade aux côtés de Godefroy de Bouillon
  • Aymeric VI 1170-1230 fut celui qui fit bâtir le château actuel, dont il reste le donjon et le châtelet d'entrée. En 1205, son épouse Alix ayant été accusée d'adultère par l'intendant du château, il la fit enfermer dans la cage d'un lion dans la tour est du château, mais l'animal ne la dévora pas et se coucha à ses pieds. Elle fut donc innocentée et l'intendant prit sa place avec le lion qui ne tarda pas à le dévorer.
  • Aymeric IX participa en 1283 à l'expédition d'Aragon, aux côtés du roi de France Philippe le Hardi .
  • Simon et Jean Ier se battirent en Flandres en 1304 et 1328 aux côtés des rois de France Philippe le Bel et Philippe VI de Valois. En 1346, le vicomte Jean Ier participa à la bataille de Crécy. Il fut tué dix ans plus tard, à la bataille de Poitiers, en défendant le roi Jean le Bon.
  • Le château fut un haut-lieu de la résistance aux Anglais durant la guerre de Cent Ans avec Louis, chambellan du roi Charles V, compagnon d'armes de Bertrand du Guesclin, puis son fils Jean II et son petit-fils Geoffroy qui fut compagnon de Jeanne d'Arc.
  • Le vicomte Foucaud (1440-1472) fut un conseiller du roi Louis XI.
  • Le vicomte Jean de Rochechouart-Ponville fit restaurer le château dans le style Renaissance.
  • François, fils de Jean, fit décorer la salle de chasse. Il fut condamné à l'exil car accusé du meurtre de Pierre Bermondet dont il convoitait certaines terres et le donjon du château fut arasé.
  • Claude, son fils, fit décorer la salle Hercule. Il fut un compagnon d'armes du connétable de Montmorency, et fut blessé et fait prisonnier à la bataille de Saint-Quentin en 1557
  • Françoise-Athenaïs de Rochechouart de Mortemart, plus connue sous le nom de Madame de Montespan fut la favorite de Louis XIV.
  • Sous la Terreur, la vicomtesse Marie-Victoire, fut arrêtée et incarcérée à Paris, elle y fut guillotinée en 1794.
  • Le général Louis-Victor-Léon de Rochechouart (1788-1858) participa durant les guerres napoléoniennes aux campagnes de Russie, d'Allemagne et de France, et notamment à la bataille de la Bérézina. Il fut ensuite aide de camp du roi Louis XVIII et gouverneur de Paris (1814-1821). Il rachète en 1825 le château de Rochechouart, qu'il revend en 1836 au département de la Haute-Vienne, et ses dépendances à la ville de Rochechouart. Auteur d'un ouvrage remarquable sur sa Maison.

Abbayes et couvents[modifier | modifier le code]

Dans la forêt de Rochechouart, fut fondée au XIIIe siècle l'abbaye des Cailloux Blancs ou Albis Petris (nommée ainsi en raison d'un affleurement de quartz). Couvent de femmes suivant la règle de l'ordre de Grandmont, il n'exista qu'un centaine d'années (environnement hostile, pauvreté des ressources, brigandage ?). Il ne reste aujourd'hui que des pierres quelconques, restes des modestes masures, et une pierre tombale conservée à l'église de Biennac.

Le prieuré du Châtenet (dans l'actuel faubourg du Châtenet) est créé vers 1050 et est situé en dehors des fortifications de la ville qui se construiront par la suite. Certains vicomtes auront leurs sépultures dans la chapelle. Déserté par les religieux au XVIe siècle, les dominicains s'y installèrent en 1614. En 1791, le couvent, devenu bien national est acheté par la vicomtesse, qui le revend à la municipalité (sauf la chapelle). Pendant les heures noires de la Révolution, les tombeaux des vicomtes furent profanés et les restes dispersés. La chapelle fut détruite à une date inconnue. Le couvent abandonné tomba en ruine au milieu du XIXe siècle. Il n'y en a plus trace aujourd'hui.

Les protestants[modifier | modifier le code]

Il y eut de nombreux protestants à Rochechouart et dans les environs à partir du milieu du XVIe siècle. En 1559, le culte était ainsi célébré régulièrement à Rochechouart.

La foi réformée gagna toutes les couches de la population, y compris la noblesse.

Selon les périodes, les vicomtes persécutèrent ou intimidèrent les protestants. Dans la plaine de Mariau (à côté de Massignac), des échauffourées opposèrent ainsi les protestants de la ville aux troupes du vicomte Louis (qui régna de 1566 à 1604).

Les protestants construisirent ou affectèrent un local à l'usage de temple en 1639, en remplacement de la célébration du culte dans les maisons des fidèles, ou dans la maison de ville. Son emplacement n'est pas connu.

Mais il n'y eut pas toujours en permanence des pasteurs à Rochechouart. Après la mort du pasteur Barthe en 1653, l'Église réformée déclina, faute de pasteurs résidents. Après 1679, les protestants n'eurent plus le droit d'exercer certaines fonctions (médecin, chirurgien, juge, notaire...). En 1681, l'intendant de la généralité de Poitiers, Louis de Marillac, hostile aux réformés, prescrit un état de ceux qui assistent au culte : 41 personnes sont mentionnées, à la date du . Il s'ensuivra de nombreuses abjurations. En 1684, les protestants ne peuvent déjà plus être enterrés dans le cimetière paroissial de Bosmoussou (droit accordé en 1629, conformément à l'Édit de Nantes mais avec retard).

La révocation de l'Édit de Nantes donna le coup de grâce. En 1744, le 4e synode du désert mentionne encore 240 fidèles pour Rochechouart. La dernière abjuration de la foi réformée eut lieu en 1775 à Biennac. Il n'y eut plus alors de protestants déclarés dans les environs.

(d'après Octave Marquet « documents historiques sur Rochechouart et Biennac », Adrien Grézillier « histoire de Rochechouart, des origines à la Révolution »).

Seconde guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1939, Rochechouart accueille des réfugiés alsaciens de Schiltigheim, évacués car trop proche d'un éventuel front. À partir de l'été 1940, ils rentreront dans une Alsace annexée au Reich.

Le , Léon Roche, député SFIO de l'arrondissement de Rochechouart, sera le seul député de la Haute-Vienne à ne pas voter les pleins pouvoirs à Pétain. Il rejoindra la résistance dès 1941[30].

Pendant les années 1940-1941, Léon Pagnoux, agriculteur communiste membre de l'Organisation spéciale, distribue à bicyclette des tracts dans la région de Rochechouart. Il est arrêté, interné au camp de Saint-Paul puis à la prison de Nontron[31].

Pendant l'été 1943, les deux botteleuses du ravitaillement général stationnées à la gare de Rochechouart (où les paysans devaient apporter le fourrage réquisitionné à destination de l'Allemagne) sont plastiquées de nuit[32].

Le , les résistants FTPF de la forêt de Rochechouart plastiquent la gendarmerie de Chabanais, pour capturer l'adjudant qui avait livré quatre résistants à la Gestapo, puis ils font dérailler un train devant la gare. Des allemands (4 Wehrmacht et 3 SS) sont aussi capturés. Le lendemain 1er juin, les SS attaquent le pc des résistants de la forêt de Rochechouart, qui est détruit. Les résistants se scindent alors en deux groupes : l'un rejoint Pressignac et l'autre la région de Blond[33].

Les 9 et , un détachement du régiment SS "Der Führer" de la 2e division SS Das Reich, en provenance de la région toulousaine, stationne à Rochechouart et à Saint-Junien. Les SS commettent des intimidations sur la population pour connaître les noms des résistants, en vain. Dans l'après-midi du , depuis la terrasse de la promenade du château, les SS tirent au hasard sur les passants en contrebas. Mme Brousse, 67 ans est tuée, il y aura des blessés. M Raymond Proust, le maire, obtient de l'officier SS l'arrêt des tirs. Dans la soirée, la troupe SS rejoindra l'unité basée à Saint-Junien pour rallier le front de Normandie. Ce même , dans l'après-midi, des SS du régiment Der Führer massacreront les 642 habitants d'Oradour-sur-Glane[34].

Le , la ville est officiellement libérée et les résistants défilent. Le magasin d'un commerçant milicien sera saccagé les jours suivants.

Passé ferroviaire de la ville[modifier | modifier le code]

Carte postale de la gare de Rochechouart vers 1910.
L'ancienne gare de Rochechouart est devenue une médiathèque et un pôle socio-culturel (École de Musique)
Horaire de la ligne en 1956.

De 1880 à 1996, la commune de Rochechouart a été traversée par la ligne de chemin de fer de Saillat-sur-Vienne à Bussière-Galant, qui, venant de Saillat-sur-Vienne se dirigeait ensuite vers la gare de Saint-Auvent.
A l'époque où le chemin de fer était le moyen de déplacement le plus pratique, cette ligne connaissait un important trafic de passagers et de marchandises.
Avec l'amélioration des routes et le développement du transport automobile, le trafic ferroviaire a périclité et la ligne a été fermée en aux voyageurs en 1940. Le trafic de marchandises a continué jusqu'en 1996 date à laquelle la ligne a été déclassée. Quelques tronçons de l'ancienne ligne subsistent encore de nos jours utilisés comme sentier de randonnée et surtout par le Vélorail de Bussière-Galant à Châlus.

La gare de marchandises est rénovée pour la médiathèque et la cyber-base de la commune. Plus tard, la gare des voyageurs a été rénovée pour accueillir un pôle socio-culturel comprenant une école de musique et des salles communales. Ces rénovations ont permis de donner une seconde vie à ces lieux emblématiques de la cité.

Héraldique[modifier | modifier le code]

La devise de Rochechouart est Ante mare, undae (Avant la mer, les ondes).

Blason-Rochechouart.svg

Les armes de la commune de Rochechouart[35] se blasonnent ainsi (armes de la maison de Rochechouart, utilisées de façon séculaire par la ville de Rochechouart) :

Fascé ondé d'argent et de gueules de six pièces.
(Malte-Brun, La France illustrée, tome V, 1884)


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Les six dernières élections locales à Rochechouart[modifier | modifier le code]

Année 2014[modifier | modifier le code]

  • Élections municipales de 2014 : Tous les sièges ont été pourvus dès le premier tour par la liste conduite par Jean-Marie Rougier (UG) avec 100,00% (1271 voix) avec 27 sièges attribués.

Année 2015[modifier | modifier le code]

  • Élections départementales de 2015 (page) : Après le premier tour, trois binômes se retrouvent en lice pour le second tour. Arrivé en tête, le binôme de M. Yves Raymondaud et de Mme Jocelyne Rejasse (PS) avec 29,16 % (2155 voix) puis le binôme de M. Guy Baudrier et de Mme Hélène Tricard (Front de Gauche) avec 27,47 % (2030 voix) et enfin le binôme de M. Bruno Descubes et de Mme Dominique Sauget (Divers Droite) avec 22,70 % (1678 voix). Pendant l'entre-deux-tours, le binôme du Front de Gauche se retire.
  • Au second tour, M. Yves Raymondaud et Mme Jocelyne Réjasse (PS) gagnent cette élection avec 58,65 % soit 3861 voix. Le binôme de M. Bruno Descubes et de Mme Dominique Sauget (Divers Droite) obtiennent 41,35 % soit 2722 voix.
  • Élections régionales de 2015 (page) : Après le premier tour, trois listes se retrouvent en lice pour le second tour. Arrivée en tête, la liste d'Alain Rousset (UG) avec 27,67 % (407 voix) puis la liste de Virginie Calmels (UD) avec 25,02% (368 voix) et enfin la liste de Jacques Colombier (FN) avec 23,11 % (340 voix).
  • Au second tour, la liste d'Alain Rousset (UG) gagne cette élection avec 700 voix soit 43,21 %, la liste de Virginie Calmels obtient 562 voix soit 34,69% et la liste de Jacques Colombier obtient 358 voix soit 22,10%.

Année 2020[modifier | modifier le code]

  • Élections municipales de 2020 : Tous les sièges ont été pourvus dès le premier tour par la liste conduite par Anne Marie ALMOSTER RODRIGUES (Liste Union Gauche) avec 100% (880 voix) avec 27 sièges attribués. Ce premier tour des élections municipales s'est déroulé dans le contexte de la crise sanitaire de la Covid-19, il en a découlé un taux de participation de seulement 40% pour la ville de Rochechouart.

Année 2021[modifier | modifier le code]

  • Élections départementales de 2021 (page) : Après le premier tour, deux binômes se retrouvent en lice pour le second tour (seul le binôme PS a atteint les 12,5% des inscrits). Arrivé en tête, le binôme de M. Yves RAYMONDAUD et de Mme Anne Marie ALMOSTER RODRIGUES (PS-Union de la Gauche) avec 49,01 % (2389 voix) puis le binôme de M. Jean-Philippe VERGNE et de Mme Vanessa LANNETTE (LR-DVD) avec 21,37 % (1042 voix). Il en a découlé un taux de participation de seulement 38% pour la ville de Rochechouart.
  • Au second tour, Mme Anne Marie ALMOSTER RODRIGUES (Maire de Rochechouart) et M. Yves RAYMONDAUD (PS) gagnent cette élection avec 67,4 % soit 3201 voix. Le binôme de M. Jean-Philippe VERGNE et de Mme Vanessa LANNETTE (LR-DVD) obtient 32,6 % soit 1552 voix. Il en a découlé un taux de participation de seulement 41,41% pour la ville de Rochechouart.
  • Élections régionales de 2021 (page) : Après le premier tour, cinq listes se retrouvent en lice pour le second tour (au niveau régional). Arrivée en tête, la liste d'Alain ROUSSET (PS) avec 37,90 % (368 voix) puis la liste d' Edwige DIAZ (RN) avec 20,08% (195 voix) puis la liste de Nicolas FLORIAN (LR) avec 9,99% (97 voix) puis la liste de Geneviève DARRIEUSSECQ (LREM) avec 9,89% (96 voix) et enfin la liste de Nicolas THIERRY (EELV) avec 8,14% (79 voix). Il en a découlé un taux de participation de seulement 38% pour la ville de Rochechouart.
  • Au second tour, sans alliance ni fusion, la liste d'Alain ROUSSET (PS) gagne cette élection avec 478 voix soit 49,48 %, la liste d'Edwige DIAZ (RN) obtient 187 voix soit 19,36%, la liste de Nicolas FLORIAN (LR) obtient 112 voix soit 11,59%, la liste de Nicolas THIERRY obtient 105 voix soit 10,87% et la liste de Geneviève DARRIEUSSECQ (LREM) obtient 84 voix soit 8,70%. Il en a découlé un taux de participation de seulement 41,41% pour la ville de Rochechouart.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1945 mars 1959 Marcel Pont SFIO  
mars 1959 mars 1989 Léon Pagnoux PCF Conseiller général du canton de Rochechouart (1963 → 1994), suppléant du député Marcel Rigout (1967 → 1968) et (1973 → 1978)
mars 1989 mars 2001 Marcel Corivaud PCF Employé des PTT
Mars 2001 Mai 2020 Jean-Marie Rougier[36] PS Retraité de l'Éducation nationale
Conseiller régional du Limousin (2004 → 2015)
4e vice-président du conseil régional du Limousin (2007 → 2015)
1er vice-président de la CC Porte Océane du Limousin (2016 →2020 )
Réélu en 2014[37]
Mai 2020 En cours Anne-Marie Almoster-Rodrigues PS Cheffe d'entreprise,

Conseillère régionale déléguée à l'économie de proximité et aux TPE au Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, (2015 → 2021)
Vice-Présidente à l'Économie à la Communauté de communes Porte Océane du Limousin,
1ère Vice-Présidente du Parc naturel régional Périgord-Limousin,
Vice-Présidente à l'Éducation et à la Jeunesse au Département de la Haute-Vienne

Jumelages[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La ville possède un Agenda 21. En 2018, elle lance le projet #Destination2030[38].

Cinq espèces sont protégées dans la forêt de Rochechouart : le sonneur à ventre jaune, le grand rhinolophe, la fauvette pitchou, le locustelle tachetée et l'engoulevent d'Europe[39].

En 2020, la commune a été labellisée « trois fleurs » par le Conseil national de villes et villages fleuris de France[40]. De plus, la commune de Rochechouart a été récompensée par le label "Villes et Villages étoilés" avec 2 étoiles, ce niveau permet de mettre en lumière les différentes actions de la ville.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[41]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[42].

En 2019, la commune comptait 3 767 habitants[Note 5], en diminution de 1,05 % par rapport à 2013 (Haute-Vienne : −0,93 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 6421 2753 6493 9053 9964 1234 1854 4154 198
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 2484 1944 2614 1594 0844 2844 3274 5064 510
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 2024 4644 5594 0924 0484 0394 0604 1043 952
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
4 0934 0594 1964 0533 9853 6673 8083 7783 781
2019 - - - - - - - -
3 767--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[28] puis Insee à partir de 2006[43].)
Histogramme de l'évolution démographique

Rochechouart a absorbé Biennac en 1805, qui avait 1 519 habitants en 1800[28].

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 25,4 %, soit en dessous de la moyenne départementale (32,0 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 40,3 % la même année, alors qu'il est de 31,4 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 778 hommes pour 1 990 femmes, soit un taux de 52,81 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (52,37 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[44]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,5 
90 ou +
4,3 
13,2 
75-89 ans
17,2 
23,1 
60-74 ans
21,1 
20,8 
45-59 ans
19,0 
14,1 
30-44 ans
14,8 
12,4 
15-29 ans
10,9 
14,9 
0-14 ans
12,8 
Pyramide des âges du département de la Haute-Vienne en 2018 en pourcentage[45]
HommesClasse d’âgeFemmes
90 ou +
2,5 
8,6 
75-89 ans
11,6 
19,2 
60-74 ans
19,6 
20,5 
45-59 ans
19,4 
17,1 
30-44 ans
16,2 
17,1 
15-29 ans
16 
16,5 
0-14 ans
14,5 

Économie[modifier | modifier le code]

Les « Établissements Faure », fabricant de chaussures de luxe et de « DS Smith Packaging » (anciens Ets Nicollet), fabrication d'emballage et conditionnement en cartons, sont installés dans la commune.

Transports[modifier | modifier le code]

La ville avait une gare ferroviaire sur l'ancienne ligne Saillat-sur-Vienne - Bussière-Galant.

La ville est parcourue par plusieurs arrêts de bus. (Région Nouvelle-Aquitaine, RRTHV)

Équipements et services[modifier | modifier le code]

En 2010, la commune de Rochechouart a été récompensée par le label « Ville Internet @@ »[46].

En 2020, la commune de Rochechouart a été récompensée par le label "Villes et Villages fleuries" avec 3 fleurs, ce niveau est atteint depuis de nombreuses années par la ville.

En 2020, la commune de Rochechouart a été récompensée par le label "Villes et Villages étoilés" avec 2 étoiles, ce niveau permet de mettre en lumière les différentes actions de la ville.

En 2021, la commune de Rochechouart reçoit une étoile au Guide Vert Michelin ce qu'il signifie qu'elle est "Intéressante" à visiter.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Rochechouart fait partie de l'Académie de Limoges.

Rochechouart dispose d'une crèche, d'une école maternelle au nom de Jacques Prévert (rénovée), d'une école primaire au nom d'Hubert Reeves[47].

Le collège où sont inscrits environ 350 élèves reçoit des élèves de localités des alentours[48].

Médias[modifier | modifier le code]

Kaolin FM émet sur 88.9 MHz depuis le studio-radio de Rochechouart.

Santé[modifier | modifier le code]

La ville dispose d'une pharmacie et de plusieurs médecins généralistes; elle dispose aussi d'ostéopathes, de kinésithérapeutes, d'infirmières et de podologues

Une Maison Pluridisciplinaire de Santé a été construite récemment et permet d'y accueillir de nombreux professions de santé de la commune.

La ville possède également un EHPAD public (dit EHPAD du Château) et un EHPAD privé associatif de la Croix-Rouge (dit Résidence du Chatenet).

Activités culturelles et clubs sportifs[modifier | modifier le code]

Rochechouart dispose d'une médiathèque/cyber-base au sein de l'ancienne gare de marchandises.[49],[50].

Présence d'un gymnase et de nombreux clubs sportifs (judo, handball, cyclisme, randonnée, VTT...), mais aussi de nombreuses associations.

Depuis Mai 2021, la Ville de Rochechouart s'est dotée de deux city-stades (terrains multisports) autour d'un complexe d'athlétisme pour permettre à tous de pratique une activité physique/sportive et pour permettre aux élèves des écoles et du collège de pratiquer sur des équipements de qualité.

Rochechouart dispose aussi d'une école de musique et d'un pôle socio-culturel, dans l'ancienne gare (partie voyageurs) réhabilitée, avec la POL.

Un musée d'Art Contemporain est aussi présent, il a été construit dans une partie du château. En 2021, il reçoit une étoile au Guide Vert Michelin ce qu'il signifie qu'il est "Intéressant" à visiter.

Chaque année, le festival Labyrinthe de la Voix est organisé dans les allées du château par l'association éponyme.[51].

Rochechouart dispose de plusieurs clubs sportifs comme :

-Le ROC-ASSJ HB 87 (Handball) qui a son équipé féminine qui évolue en Championnat de France féminin de handball de deuxième division (D2) depuis la saison 2020-2021[52].

- Le Rochechouart Olympique Club (Football)[53] ou ROC pour être plus court.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • docteur octave Marquet (charles, andré , jean baptiste dit)
    [54] docteur octave Marquet (charles, andré , jean baptiste dit) (image « BIU Santé (Paris) »)
    Simon de Cramaud (mort en 1423), cardinal, archevêque de Poitiers et patriarche d'Alexandrie, né à Cramaud près de Rochechouart.
  • Pierre-Alpinien Bourdeau (1770-1845), homme politique et ministre de la justice sous Charles X, né à Rochechouart.
  • Albert Goursaud (1899-1970), contre-amiral et ethnologue, auteur de La Société rurale traditionnelle en Limousin (4 volumes).
  • Thierry Mutin (né en 1954) auteur-compositeur-interprète, né à Rochechouart.
  • Pierre Soury-Lavergne est un homme politique français né le à Rochechouart et décédé le à Rochechouart.
  • Famille de Verninac, Charles de Verninac sénateur du Lot. Beau-père de Louis-Jean Malvy, ministre de l'Intérieur. Né le à Rochechouart mort le à Baladou (Lot).
  • Octave Marquet (Charles, André, Jean-Baptiste, surnommé Octave) né le à Rochechouart et décédé le à Rochechouart, docteur en médecine, élu conseiller municipal en 1878, puis maire d' au (démission), puis de à , conseiller général de 1895 à 1914, chevalier de la légion d'honneur en 1901, député de la Haute-Vienne de 1910 à 1914 (gauche radicale)[55], auteur du livre « Documents historiques sur Rochechouart et Biennac »[56],[57],[58].
dans les rues de Rochechouart
dans les rues de Rochechouart

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Biennac[modifier | modifier le code]

Ancienne paroisse dont dépendait Rochechouart jusqu'à la Révolution française. L'église de Biennac sous le vocable de saint Julien de Brioude abrite le tombeau du cardinal Simon de Cramaud[59]. Les Hospitaliers de la commanderie de Limoges (Le Palais-sur-Vienne) y percevaient des rentes attachées à leur annexe dite du Temple de Saint-Jean (Chaillac-sur-Vienne, appelée aussi annexe de Saint-Junien)[60]. L'édifice a été inscrit au titre des monuments historique en 1949[61].

Église Saint-Sauveur[modifier | modifier le code]

Il semble que la chapelle sud de l'église a été édifiée à l'emplacement d'une chapelle construite vers 805, avant que le château n'existe. L'édifice a été inscrit au titre des monuments historique en 1979[62].

L'église Saint-Sauveur[63] date du XIe siècle. Le prieuré Saint-Sauveur est fondé par les moines de l'abbaye Saint-Sauveur de Charroux à proximité du château de Rochechouart, sur le territoire de la paroisse de Biennac en 1049.

Elle est consacrée le par Itier Chabot, évêque de Limoges de 1052 à 1073. Il en subsiste le portail occidental, le mur nord sur toute sa longueur, ainsi que la chapelle sur ce même côté.

dans les rues de Rochechouart

D'importantes transformations sont faites dans le chœur et sur la façade sud, avec la construction du portail de type limousin, au XIIIe siècle.

dans les rues de Rochechouart

À la fin du XIVe siècle, on construit le clocher-tour octogonal dont le massif d'appui carré occupe la première partie de la nef.

Vers 1764 est construite la flèche[64] par un maître-charpentier qui lui donne une forme en spirale, peut-être pour offrir une meilleure résistance au vent.

Au XIXe siècle, on réalise une fausse voûte en bois avec des poteaux pour la soutenir. Cet ajout modifie l'aspect intérieur de l'église. les travaux urbains de la même époque ont mis au jour des sarcophages, l'église étant entourée d'un cimetière au Moyen Âge. Des halles étaient adossées à l'église, jusqu'à leur destruction au XIXe siècle.

C'est une église à nef unique, à chevet plat sans transept. La base du clocher est carrée, puis il devient octogonal, et est surmonté d'une flèche torse aussi octogonale. Celle-ci tourne régulièrement de gauche à droite de un 8e de tour. Elle a été vraisemblablement conçue torse, d'après une étude de compagnons, mais sa torsion s'est accentuée au cours des siècles.

Les bâtisseurs ont exploité les diverses couleurs et aspects de la roche de la région, dont la genèse est consécutive à l'impact d'une météorite, pour réaliser des effets décoratifs sur les divers éléments de l'église (piliers, portails...). Ainsi, la roche dite de Montoume est rouge, la roche dite de chassenon est verte.

Tours de l'ancienne enceinte[modifier | modifier le code]

Tour d'angle de
l'ancienne enceinte.

Il reste quelques tours des fortifications du Moyen Âge qui entouraient la ville de Rochechouart. en 1776, les pierres de la muraille en ruine furent vendues aux habitants.

Le château[modifier | modifier le code]

Le château du XIIIe siècle[65], haut-lieu de la guerre de Cent Ans, abrite depuis 1984[66] ou 1985 un musée départemental d'art contemporain, géré par le Conseil départemental de la Haute-Vienne. Le château a autrefois abrité l'hôtel de ville, la sous-préfecture et des services locaux du Conseil départemental de la Haute-Vienne ; ainsi qu'un musée d'anthropologie et d'ethnographie mis en place par la Société de Rochechouart dès 1894, appelé musée Masfrand, dont les collections sont déménagées en 1991 pour finalement arriver à la base archéologique de Chassenon en 2011[67].

Le Musée départemental d'Art Contemporain, abrité au sein du château, a reçu en 2021, une étoile au Guide Vert Michelin signe que ce lieu reste emblématique et qu'il est "Intéressant".

La météorite de Rochechouart[modifier | modifier le code]

  • L'événement catastrophique qui a frappé la région il y a environ 207 millions d'années fait l'objet d'un article complet (astroblème de Rochechouart-Chassenon).
  • Le musée de la Météorite, situé dans la maison de la Réserve du PNR Périgord-Limousin de la ville, retrace toute l'histoire de cet évènement.
  • De nombreux chercheurs étudient ce phénomène, grâce à des carottages dans le sol de l'Astroblème Rochechouart-Chassenon. Depuis 2018, un CIRIR[68] (Center for International Research & Restitution on Impacts and on Rochechouart / Centre International de Recherche & de Restitution sur les Impacts et sur Rochechouart) a été créé pour mettre en réseau de nombreux chercheurs et scientifiques pour l'étude de la météorite de Rochechouart et de ses impactites.

Honneurs[modifier | modifier le code]

L'astéroïde (552385) Rochechouart (it)[69] porte le nom de la commune[70].

Une formation rocheuse martienne porte également le nom de la commune[71]. En effet, des similitudes ont été remarquées entre les roches rochechouartaises et martiennes. Ce sont les scientifiques de la NASA en charge de la mission d'exploration "Perseverance" qui ont décidé d'attribuer ce nom.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Chèvremont et al. 1996] Philippe Chèvremont, J-P Floch, F Ménillet, J-M Stussi, R Delbos, B Sauret, J-L Blés, C Courbe, D Vuaillat et C Gravelat, « Notice explicative de la carte géologique au 1/50 000e de Rochechouart, n° 687 », 173 p., sur ficheinfoterre.brgm.fr, éd. BRGM (consulté en ).
  • Adrien Grézillier, Histoire de Rochechouart des origines à la Révolution, Dupanier, 1977, 307 p.
  • Albert Masfrand, Monographie du canton de Rochechouart, Dupanier, 1895, 44 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[7].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[8].
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Alexandre Expilly, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, vol. 2, , p. 342.
  2. « Nom des habitants », sur www.habitants.fr (consulté le ).
  3. a b c d et e « Rochechouart, carte interactive » sur Géoportail. Couches « Cartes IGN classiques », « Limites administratives » et « Hydrographie » activées.
  4. « Rochechouart », sur google.fr/maps. Les distances par route entre deux points donnés sont calculées dans le panneau latéral (voir l'onglet en haut à gauche de l'écran) – cliquer sur "Itinéraires".
  5. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  6. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  7. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  8. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  9. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d'outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  10. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Nouvelle-Aquitaine », sur nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  11. « Fiche du Poste 87126002 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  12. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Commune rurale - définition », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  14. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Unité urbaine 2020 de Rochechouart », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  16. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  17. Vianney Costemalle, « Toujours plus d'habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  18. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l'aire d'attraction d'une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  21. [Nègre 1998] Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, vol. 3 : Formations dialectales (suite) et françaises. Errata et addenda aux trois volumes, Genève, libr. Droz, , sur books.google.fr (lire en ligne), p. 1676.
  22. [Dauzat & Rostaing 1979] Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, libr. Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 569b - 570 - 571 sous Roche.
  23. a et b Ernest Nègre, op. cit.
  24. Dauzat & Rostaing 1979, p. 569a.
  25. [Dauzat 1980] Albert Dauzat, Noms et prénoms de France, libr. Larousse, (édition revue et commentée par Marie-Thérèse Morlet), p. 129 (sous Chouan).
  26. « Étymologie de chouette », sur cnrtl.fr.
  27. [Beugnot] Auguste-Arthur Beugnot, Les Olim, ou Registres des arrêts rendus par la Cour du Roi sous les règnes de Saint-Louis, de Philippe le Hardi, de Philippe le Bel, de Louis le Hutin et de Philippe le Long, t. 2 : Première série : Histoire politique - 1214-1318, Paris, Impr. royale, , sur gallica (lire en ligne), p. 146 (Ruppe-Cavardi).
  28. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  29. (en) [1], NASA Science, Mars Exploration Program, 9 février 2021, consulté le 20 février 2021.
  30. [Plas 2005] Pascal Plas, Visages de la résistance : 1940-1944, Saint-Paul, éd. Lucien Souny, , 249 p. (ISBN 2-84886-033-2), p. 14.
  31. Plas 2005, p. 30.
  32. Pierre Louty et Jean-Pierre Brulé, Paroles de Résistance, Neuvic-Entier, La Veytizou, , 350 p. (ISBN 2-913210-56-2), p. 137.
  33. Roger Chastaingt, Des ftp limousins au combat, La Veytizou, , 195 p. (ISBN 2-907261-27-4), p. 52-55.
  34. Guy Pauchou et Pierre Masfrand, Oradour-sur-Glane, vision d'épouvante, Charles Lavauzelle, , 189 p. (présentation en ligne), p. 20-23.
  35. « Les armoiries de la commune »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur blason-des-villes.e-monsite.com (consulté le ).
  36. « Liste des maires »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur haute-vienne.pref.gouv.fr (consulté en ).
  37. « Jean-Marie Rougier reconduit dans ses fonctions de maire », Le Populaire du Centre,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  38. « #Destination 2030 : Rochechouart, à nous de jouer ! », Ville de Rochechouart,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  39. « Polémique autour de la forêt de Rochechouart : l'acquéreur réagit », FR Nouvelle Aquitaine, sur france3-regions.francetvinfo.fr (consulté le ).
  40. Site des villes et villages fleuris, consulté le 1er février 2021.
  41. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  42. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  43. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  44. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Rochechouart (87126) », (consulté le ).
  45. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Haute-Vienne (87) », (consulté le ).
  46. « Palmarès 2010 des Villes Internet »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur villes-internet.net.
  47. « École Rochechouart – Un site utilisant « Blogs en classe » du CRDP du Limousin », sur blogsenclasse.fr (consulté le ).
  48. « Voir sur le site de l'académie », sur clg-rochechouart.ac-limoges.fr (consulté le ).
  49. « Médiathèque Antoine-de-Saint-Exupéry », sur rochechouart.com (consulté le ).
  50. « Cyber-base de la médiathèque », sur rochechouart.bibli.fr (consulté le ). ]
  51. « Festival du Labyrinthe de la Voix », sur labyrinthedelavoix.fr, (consulté le ).
  52. « Rochechouart Saint-Junien – ROC ASSJ HB 87 » (consulté le ).
  53. « Rochechouart Olympique Club », sur rocfoot87.jimdo.com (consulté le ).
  54. « Banque d'images et de portraits — BIU Santé, Paris », sur www.biusante.parisdescartes.fr (consulté le ).
  55. « Jean-Baptiste Marquet », Base de données des députés français depuis 1789, sur assemblee-nationale.fr (consulté le ).
  56. « Octave Marquet », L'abeille de Saint-Junien(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur saint-junien.fr, .
  57. « Place du Dr Octave Marquet », Cité, no 31,‎ (lire en ligne [PDF] sur rochechouart.com, consulté le ).
  58. Octave Marquet, Documents historiques sur Rochechouart et Biennac, Rochechouart, , 206 p..
  59. « Église de Biennac à Rochechouart », sur www.tourisme-hautevienne.com.
  60. Louis-Augustin Vayssière, « L'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem ou de Malte en Limousin et dans l'ancien diocèse de Limoges », Bulletin de la Société des lettres, sciences et arts de la Corrèze,‎ , p. 111-112, lire en ligne sur Gallica.
  61. « Eglise de Biennat », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  62. « Eglise Saint-Julien », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  63. « Église Saint-Sauveur »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur rochechouart.com.
  64. « Association des clochers tors d'Europe »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur clocherstors.org.
  65. « Château », notice no PA00100428, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  66. Delphine Jaunasse, Raoul Hausmann : l'isolement d'un dadaïste en Limousin, Limoge, Pulim, , sur books.google.fr (lire en ligne), p. 200, note 3.
  67. « La collection Masfrand s'installe à Cassinomagus - De Rochechouart à Cassinomagus, une histoire de plus d'un siècle », sur amis-chassenon.org (consulté le ). Voir la note 6 pour la date du transfert à la base archéologique de Chassenon.
  68. (en) « CIRIR », sur CIRIR (consulté le )
  69. (en) « JPL Small-Body Database Lookup » (consulté le )
  70. https://saf-astronomie.fr/chassigny-ensisheim-rochechouart/
  71. « Rochechouart jumelée avec Mars ? », sur Ville de Rochechouart (consulté le )