Guide vert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Guide Auvergne 1905, un des ancêtres du Guide Vert actuel

Le Guide Vert est un livre faisant partie d'une collection de guides touristiques, fondée en 1926 par Michelin, qui met l'accent sur la découverte du patrimoine naturel et culturel des régions.

Il avait été précédé vers 1920 par des guides illustrés Michelin des champs de bataille de la guerre de 1914-1918. Précédé aussi, vers 1906, par des guides des sites et monuments de France, édités par le Touring Club de France.

Il est complémentaire aux cartes Michelin ou de l'IGN, pour renseigner les touristes souhaitant voyager et découvrir une région, plusieurs villes ou un pays, en indiquant les principaux endroits caractéristiques intéressants à visiter, et circuits à effectuer, s'adjoignant elles-mêmes depuis quelques années au GPS.

Il peut aussi s'associer au guide rouge gastronomique Michelin.

L'ensemble des cartes Michelin et IGN repliées, guide vert touristique et guide rouge peut se juxtaposer facilement, étant pratique à ranger grâce à leur format identique allongé en hauteur.

Description[modifier | modifier le code]

Le livre possède deux premiers encartages indiquant sur une carte réduite :

  • Les sites remarquables à visiter :
    • « Vaut le voyage » (3 étoiles, encadré en rouge),
    • « Mérite un détour » (2 étoiles, encadré en orange),
    • « Intéressant » (1 étoile, encadré en jaune),
    • « À voir » (aucune étoile ni encadrement)
  • Des propositions de différents circuits touristiques de visites, à effectuer en un ou plusieurs jours.

La première section du guide présente les sites incontournables, les coups de cœur de la rédaction, et quelques itinéraires suggérés.

La deuxième et principale section du guide, « Découvrir », est une succession de chapitres présentant en détail, et généralement par ordre géographique, les divers sites de la destination avec leurs principaux attraits et adresses suggérées (hébergement, restaurants, achats, etc.).

La troisième section du guide présente la destination, son histoire, son économie, et sa culture.

La dernière section du guide offre des renseignements pratiques pour le touriste souhaitant se rendre sur place.

Il existe de nombreux guides nationaux (France, Argentine, Japon, etc.), ainsi que des guides régionaux pour certains pays (France, Espagne, Italie). Certains petits États sont soit inclus dans le guide d'un plus grand territoire (Liechtenstein dans le guide Suisse), soit dans une version abrégée du guide appelée Week&Go (Luxembourg, Malte, Cap-Vert, etc.), soit groupés avec un autre petit État (Suède Danemark, Laos Cambodge, etc.). La collection compte aujourd'hui une centaine de guides disponibles en quelques langues, la plupart étant de simples traductions de la version française ou anglaise d'origine, à quelques exceptions près (il y a quelques années par exemple, des guides sur certains pays d'Europe centrale étaient parus exclusivement en polonais). Faute de succès, Michelin a rapidement abandonné certaines langues (hébreu, japonais, russe, etc.), tandis que d'autres font l'objet d'une collection réduite ou rarement mise à jour (allemand, espagnol, italien, néerlandais), de sorte que la production éditoriale des dernières années s'est recentrée presque exclusivement sur le français et, dans une moindre mesure, l'anglais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant les guides verts Michelin, vers 1920, des guides illustrés Michelin des champs de bataille avaient été édités, portant l’accent sur les destructions de la guerre de 1914-1918 et relatant aussi les avancées destructrices de cette guerre. Le guide Reims et le Fort de la Pompelle, daté 1920, en est un exemple.

Remontant plus avant encore, vers 1906, le Touring Club de France avait édité des guides ou ouvrages de géographie sous les titres « À la France, Sites et Monuments, assortis de cartes départementales par Erchard frères, datant de 1902 ou 1903. Un livret de Sites et Monuments de Champagne et Ardennes, ouvrage du TCF couronné par l’Académie Française et daté 1906, peut être cité à ce titre.

L'évolution des guides régionaux[modifier | modifier le code]

En 1926, Bretagne est le premier guide Michelin régional[1]. Le public ciblé était celui des automobilistes. Cette nouvelle collection de guides, s'apparentait par le format au Guide Michelin hôtelier rouge de la France, reprenant son cartonnage rigide, car ils se voulaient complémentaires[2].

Vers le milieu des années 1930, Michelin opte pour une couverture souple brochée et modifie son format en 25,5 × 11,5 cm, tout en gardant la couleur rouge, puis opte pour le vert en 1939 pour les guides Savoie, Dauphiné, mais le guide Jura publié aussi en 1939 reste rouge. Les deux couleurs seront utilisées concurremment pendant la guerre.

En 1936 le catalogue propose les régions suivantes : Alpes, Alsace, Auvergne, Bretagne, Châteaux de la Loire, Côte d'Azur, Gorges du Tarn, Lorraine, Provence, Pyrénées, Verdun.

Après guerre les guides paraissent entièrement sous couverture verte, avec pour la première fois un guide sur Paris (1946) et des châteaux de la Loire[pas clair] (1946). Viendra ensuite celui de l'Île-de-France. Officiellement il faut attendre 1958 pour que l'éditeur consacre l'appellation "Guide vert", que les usagers lui avaient déjà conférée depuis plusieurs années.

La collection les Belles Routes de France, après un essai en vert en 1949, optera pour une couverture rouge qu'elle conservera jusqu'en 1953. Il s'agissait d'un itinéraire commenté, reprenant brièvement des informations combinées des guides verts touristiques et rouges hôteliers.

Les années 2000 furent l'occasion de nouvelles éditions, celles actuelles, en modifiant grandement la présentation, les guides devenant encore beaucoup plus étoffés et complets en détails et illustrations que les précédents.

Les petits explorateurs[modifier | modifier le code]

En , s'ajoute une nouvelle collection au catalogue, « Les Petits Explorateurs ». Cette collection de guide cible les familles voyageant avec enfant de 7 à 11 ans. Les codes du guide pour adulte est repris : couleur, format et système de notation, avec un ton et un contenu adapté aux enfants. Les guides sont co-édités avec la maison d'édition jeunesse Quelle Histoire. Six guides sont publiés au lancement : Paris, Londres, Rome, Châteaux de la Loire, Provence, Bretagne Sud.

Anciennes collections[modifier | modifier le code]

Voyager pratique[modifier | modifier le code]

Cette gamme de guides touristiques, qui remplaçait la collection Neos, avait pour but de proposer plus de renseignements pratiques aux voyageurs individuels. Elle a été essentiellement remplacée par la collection Week-end, puis Week&Go.

Escapade[modifier | modifier le code]

Cette gamme de guides touristiques, publiée en 1997-1998, se concentrait sur les courts séjours, principalement dans les grandes villes d'Europe. Le guide avait le format de poche.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Manufacture française du pneu Michelin, Bretagne, Clermont-Ferrand, 1926, XXIV-396 p., cité par Marc Francon, Le "Guide vert Michelin" : l'invention du tourisme culturel populaire, Paris, Economica, 2001, p. 41.
  2. La saga du guide Michelin : de 1900 à aujourd'hui, un formidable voyage à travers le temps, Clermont-Ferrand, Manufacture française des pneumatiques Michelin, , 284 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gilles Chabaud, Évelyne Cohen, Natacha Coquery et Jérôme Penez (dir.), Les guides imprimés du XVIe au XXe siècle : villes, paysages, voyages, Paris, Belin, , 703 p. (ISBN 978-2-7011-2738-5)
  • Marc Francon, « L’univers touristique Michelin », dans Gilles Chabaud, Évelyne Cohen, Natacha Coquery et Jérôme Penez (dir.), Les guides imprimés du XVIe au XXe siècle : villes, paysages, voyages, Paris, Belin, (ISBN 978-2-7011-2738-5), p. 113-120.
  • Marc Francon, Le "Guide vert Michelin" : l'invention du tourisme culturel populaire, Paris, Economica, , 289 p. (ISBN 2-7178-4297-7)
  • Marc Francon, « Les lieux du drame : l’histoire théâtralisée du Guide Vert », dans Catherine Bertho-Lavenir (dir.), La visite du monument, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise-Pascal, (ISBN 2-84516-211-1), p. 145-157.
  • Stephen L. Harp, Marketing Michelin : advertising & cultural identity in twentieth-century France, Baltimore, Johns Hopkins University Press, , 356 p. (ISBN 0-8018-6651-0)
  • Maryvonne Le Berre, Patricia Mathieu et Jean-Marc Roche, « Des guides et des cartes », Mappemonde, nos 87/4,‎ , p. 41-47 (lire en ligne Accès libre [PDF])
  • La saga du guide Michelin : de 1900 à aujourd'hui, un formidable voyage à travers le temps, Clermont-Ferrand, Manufacture française des pneumatiques Michelin, , 284 p.


Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]