Robert Clavel (décorateur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Clavel.
Robert Clavel
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Robert Clavel de son nom complet Robert Joseph Clavel, né le à Paris, ville où il est mort le est un chef décorateur et directeur artistique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études à l'École des beaux-arts de Paris, Robert Clavel aborde le cinéma comme assistant de Max Douy et Robert Lavallée sur Les Dames du bois de Boulogne de Robert Bresson (1945, avec Maria Casarès et Elina Labourdette), et de Léon Barsacq sur L'Idiot de Georges Lampin (1946, avec Gérard Philipe et Edwige Feuillère), Les Dernières Vacances de Roger Leenhardt (1948, avec Odile Versois et Michel François), Maya de Raymond Bernard (1949, avec Viviane Romance et Jean-Pierre Grenier) et Pattes blanches de Jean Grémillon (1949, avec Fernand Ledoux et Suzy Delair).

Il devient lui-même chef décorateur sur Tous les chemins mènent à Rome de Jean Boyer (1949, avec Micheline Presle et Gérard Philipe), dont Léon Barsacq est maquettiste, puis L'Invité du mardi de Jacques Deval (1950, avec Bernard Blier et Madeleine Robinson) et La Valse de Paris de Marcel Achard (1950, avec Yvonne Printemps et Pierre Fresnay). Parmi ses films notables dans la vingtaine d'années qui suit, mentionnons L'Amour, Madame de Gilles Grangier (1952, avec Arletty et François Périer), Le Comte de Monte-Cristo de Robert Vernay (1954, avec Jean Marais et Lia Amanda), Signé Arsène Lupin d'Yves Robert (1959, avec Robert Lamoureux et Alida Valli), ou encore Belle de jour de Luis Buñuel (1967, avec Catherine Deneuve et Jean Sorel).

Les réalisateurs avec lesquels Robert Clavel collabore le plus durant sa carrière (comprenant près de quatre-vingts films français, parfois en coproduction) sont Henri Verneuil (douze films, dont Un singe en hiver en 1962, avec Jean Gabin et Jean-Paul Belmondo) et André Cayatte (dix films). Ce dernier réalise notamment les quatre derniers films du chef décorateur, Verdict (1974, avec Jean Gabin et Sophia Loren), À chacun son enfer (1977, avec Annie Girardot et Bernard Fresson), La Raison d'État (1978, avec Jean Yanne et Monica Vitti), et enfin L'Amour en question (1978, avec Annie Girardot et Bibi Andersson).

Filmographie[modifier | modifier le code]

(à priori complète)

Comme assistant décorateur[modifier | modifier le code]

Comme chef décorateur (ou directeur artistique)[modifier | modifier le code]

(films français ou coproductions le cas échéant)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]