Clérambard (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le film. Pour la pièce de théâtre, voir Clérambard (pièce de théâtre).
Clérambard
Réalisation Yves Robert
Scénario Jean-Loup Dabadie
et Yves Robert
d'après Marcel Aymé
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Durée 100 min
Sortie 1969

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Clérambard est un film français réalisé par Yves Robert et sorti en 1969.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Châtelain ruiné, aigri et tyrannique, le comte Hector de Clérambard (Philippe Noiret), s'est condamné, ainsi que sa famille, à travailler comme un forçat pour conserver son château qui tombe en ruines. Pourchassé par les huissiers, il tricote des vêtements jusqu'au cœur de la nuit avant de partir les livrer, se faisant aider de son fils Octave, qu'il tyrannise et méprise. Le notaire de l'endroit (Claude Piéplu), soucieux de marier sa fille aînée malgré sa laideur, propose d'annuler les dettes des Clérambard en échange d'un mariage avec Octave. Entretemps, Gustalin (Robert Dalban), un paysan du coin, lassé de voir ses animaux domestiques tués par le comte dès qu'ils s'aventurent près du château, se déguise en moine et, caché dans un coin, se fait passer pour saint François d'Assise et offre au comte un livre sur l'amour des animaux. Croyant à un miracle après la mort du chien du curé, Clérambard commence à lire le livre et rapidement, toujours aussi tyrannique, se met à défendre les animaux avec une rage comparable à celle qu'il avait mise à les tuer. Alors que le notaire se propose de conclure le mariage, le comte prétend marier son fils à la Langouste (Dany Carrel), prostituée notoire dont Octave est amoureux depuis longtemps, malgré les protestations de sa femme (Martine Sarcey), scandalisée à l'idée d'une telle mésalliance. Alors que Clérambard, décidé à partir prêcher la bonne parole en abandonnant tout, voit tout le monde se dresser contre lui, un vrai miracle se produit et tous partent à sa suite dans une longue procession.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • À noter dans la bande originale du film, une chanson de Marie Laforêt, la Ballade de Clérambard.
  • Les Demoiselles de Province, un des titres de la bande originale du film, composée par Vladimir Cosma, a servi de générique au feuilleton radiophonique Les Tilkins (RTBF-La Première) dans les années 1990 et est utilisé en France, dans les publicités pour la boisson Ricoré depuis 2006 (au grand dam des habitués de l'ancienne chanson l'« Ami Ricoré »).
  • Le tournage a eu lieu en partie à Dijon, rue Buffon et rue du Vieux-Marché[1], ainsi que dans le village médiéval de Semur-en-Auxois (Bourgogne) et dans le château de Marigny le Cahouet (où fut aussi tourné "Angélique marquise des anges") ces deux derniers n'étant séparés que de 12 km, Dijon étant situé à plus de 60 km du château.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]