Relations entre la Belgique et la France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Relations entre la Belgique et la France
Drapeau de la France
Drapeau de la Belgique
France et Belgique
France Belgique
Ambassades
Ambassade de Belgique en France
  Ambassadeur Patrick Vercauteren Drubbel
  Adresse 9 Rue de Tilsitt
75017 Paris
  Site web Site officiel
Ambassade de France en Belgique
  Ambassadeur Claude-France Arnould
  Adresse 65, rue Ducale
1000 Bruxelles
  Site web Site officiel
Frontière
Frontière entre la Belgique et la France
  Longueur 620 km
Rencontres sportives
Football 70

Les relations entre la Belgique et la France sont des relations internationales s'exerçant au sein de l'Union européenne entre deux États membres de l'Union, le royaume de Belgique et la République française. Elles sont structurées par deux ambassades, l'ambassade de Belgique en France et l'ambassade de France en Belgique. Les deux pays sont membres à part entière de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN), de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF) et de la zone euro.

Histoire[modifier | modifier le code]

Indépendance de la Belgique[modifier | modifier le code]

Les relations bilatérales remontent à 1830 lorsque la France a soutenu militairement et politiquement la Révolution belge (considérée comme un « complot français » par la propagande néerlandaise afin d'obtenir le soutien des autres puissances européennes), aboutissant à l'indépendance de facto de la Belgique, reconnue par les principales puissances européennes le 20 janvier 1831 et le Royaume des Pays-Bas en 1833 par la convention de Zonhoven.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Première guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1914, les troupes de l'Empire allemand, en guerre contre la France, envahissent la Belgique pour contourner les armées françaises par le nord. La violation de la neutralité et de la souveraineté belge entraîne l'entrée en guerre du Royaume-Uni, conformément au traité des XXIV articles.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Les deux pays ont par ailleurs été alliés lors des deux guerres mondiales malgré la neutralité initiale des Belges et ont entretenu une forte coopération militaire durant la guerre froide.

Fin de la guerre et fondation des organisations européennes et internationales[modifier | modifier le code]

Les deux pays sont des membres fondateurs de la Communauté européenne du charbon et de l'acier en 1952. Le plan de Robert Schuman, alors ministre français des Affaires étrangères, est accueilli en 1950 de manière positive, bien que prudente, par Paul Van Zeeland, alors ministre belge des Affaires étrangères. La part de la sidérurgie et du charbonnage étant alors importante dans l'économie belge, celui-ci propose certains aménagements (notamment la période de transition, la mise en place d'un pool afin que les avantages tirées de chaque État participant soit équitablement réparti, etc.)[1].

En 1958, ils sont également des États fondateurs de la Communauté économique européenne et de la Communauté européenne de l'énergie atomique.

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Le début du XXIe siècle marque le début de coopération transfrontalière entre les deux pays au sein de groupement européen de coopération territoriale (GECT). Ceci aboutit à la création du premier GECT européen, l'Eurométropole Lille-Kortrijk-Tournai, en avril 2009[2].

Frappé par des attentats en 2015 et 2016, les deux pays mettent en placent une coopération poussée afin de lutter contre le terrorisme tant au niveau judiciaire qu'entre les services de renseignement. En juin 2018, les deux pays décident de renforcer cette coopération en mettant en place de nouvelles coopération, portant notamment sur la radicalisation violente de détenu en fin de peine, etc.[3].

Coopérations thématiques[modifier | modifier le code]

Défense[modifier | modifier le code]

En 1997, les ministres de la Défense Alain Richard et Jean-Pol Poncelet signent un accord prévoyant l'utilisation du satellite Syracuse français par les forces armées belges[4].

Économie[modifier | modifier le code]

Les deux pays ont signé un accord économique en 1934. Environ 1 900 entreprises françaises sont implantées en Belgique et 3 650 entreprises belges sont implantées en France qui emploient au total 203 591 travailleurs en 2012[5]

En septembre 2008, les gouvernements français et belges ainsi que d'autres parties prenantes s'accordent sur un plan de sauvetage de 6,4 milliards d'euros à la banque franco-belge Dexia.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]