Relations entre la Bulgarie et la France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Relations entre la Bulgarie et la France
Drapeau de la France
Drapeau de la Bulgarie
France et Bulgarie
     France      Bulgarie
Ambassades
Ambassade de France en Bulgarie
  Adresse 27-29 rue Oborichté
1504 Sofia
  Site web Site officiel
Ambassade de Bulgarie en France
  Ambassadeur Anguel Tcholakov
  Adresse 1, rue Rapp
75 007 Paris
  Site web Site officiel
Rencontres sportives
Football 20

L'ambassade de France en Bulgarie, à Sofia
L'ambassade de France en Bulgarie, à Sofia

Les relations entre la Bulgarie et la France sont des relations internationales s'exerçant au sein de l'Union européenne entre deux États membres de l'Union, la République de Bulgarie et la République française. Elles sont structurées par deux ambassades, l'ambassade de Bulgarie en France et l'ambassade de France en Bulgarie. Les deux pays sont membres de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN) et de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF).

Histoire[modifier | modifier le code]

Suzeraineté ottomane et indépendance[modifier | modifier le code]

La principauté de Bulgarie devient une entité autonome sous suzeraineté ottomane en 1878 par les traités de San Stefano de Berlin[1], dont la France est partie.

Dès le 8 juillet 1879, les relations diplomatiques sont établies entre la France et la principauté de Bulgarie[2]. Dès 1885, la Roumélie orientale, de peuplement bulgare mais restée intégrée à l’Empire ottoman fut rattaché à la Bulgarie sans opposition des grandes puissances. Ce rattachement fut acté par la convention de Tophane entre l'Empire ottoman et la principauté en 1886.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1908, après l'arrivée au pouvoir des Jeunes-Turcs dans l’Empire ottoman, Ferdinand Ier proclame l'indépendance de la Bulgarie, qui devint ainsi le Royaume de Bulgarie et prend le titre de tsar.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Après les Guerres balkaniques, les velléités d'expansion bulgares ont conduit à une division de la Bulgarie entre ceux favorables à un rapprochement avec les Alliés (les libéraux) et ceux favorables à un rapprochement avec le Reich (le roi, du fait de lien familiaux, et l’armée). La reconnaissance des velléités d'expansion bulgare dans les Balkans est l'un des points de négociation entre la Bulgarie et les deux grands ensembles. En parallèle, la Bulgarie formule en 1913 des demandes de prêts auprès de l'Allemagne, de la France et de l’Autriche-Hongrie. Rapidement, l'Autriche-Hongrie octroie un prêt de 30 millions de francs à la Bulgarie tandis que la France, sous la pression de la Russie hostile au gouvernement de Vasil Radoslavov, refusa d'octroyer un prêt[3]. Dès le 5 juillet 1914, la Bulgarie accepte un prêt allemand[3].

Au début, la Bulgarie n’intervient pas directement mais laisse circuler la contrebande de guerre allemande à destination des armées ottomanes, tout en autorisant le survol de son territoire par des avions allemands et austro-hongrois[4].

Les Alliés lancent alors un ultimatum à la Bulgarie, exigeant la rupture des relations avec les puissances centrales. Le , la Bulgarie proclame la mobilisation générale[5]. Dans ce contexte, le général français Sarrail, dépêché sur place pour organiser un soutien direct à l'armée serbe, doit également tenter d'empêcher le rapprochement de la Bulgarie et des puissances centrales[6]. Finalement, le 5 octobre, Ferdinand refuse les termes de l'ultimatum allié, officialisant ainsi l'entrée de son royaume dans le conflit aux côtés de la Triplice[7].

Entre-deux guerres[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Guerre froide[modifier | modifier le code]

En octobre 1966, le Premier ministre de Bulgarie Todor Jivkov s'est rendu en France afin de développer les relations économiques entre les deux pays[8].

Fin du XXe siècle[modifier | modifier le code]

La fin de la guerre froide marque un réchauffement des relations bilatérales. Dès le 19 janvier 1989, François Mitterrand se rend en Bulgarie et rencontre un des dissidents bulgares dont Jeliou Jelev[9].

Dès 1995, la Bulgarie dépose sa demande d'adhésion à l'Union européenne.

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Depuis l’adhésion de la Bulgarie à l'Union européenne lors de la deuxième phase du cinquième élargissement en 2007, les relations entre les deux pays ont pu se développer au sein des institutions européennes[2].

Coopérations thématiques[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

La langue française était la première langue étrangère enseignée en Bulgarie jusqu'aux années 1990[2]. À ce titre, le pays est également un État membre de l'Organisation internationale de la francophonie depuis 1991[2].

Fiscalité[modifier | modifier le code]

Depuis 1987, les deux pays ont signé une convention fiscale afin d'éviter la double imposition et de lutter contre l’évasion en matière d'impôt sur le revenu[10].

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les grands traités politiques. Recueil des principaux textes diplomatique depuis 1815 jusqu'à nos jours, Pierre Albin, (lire en ligne), « Le Traité de Berlin (13 juillet 1878) ».
  2. a b c et d Présentation des relations - Ambassade de Bulgarie
  3. a et b Clark 2013, p. 280.
  4. Motte 2004, p. 43.
  5. Schiavon 2014, p. 122.
  6. Schiavon 2014, p. 131.
  7. Renouvin 1934, p. 318.
  8. Topentcharov 1967
  9. Relations bilatérales
  10. Convention fiscale de 1987

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]