Relations entre la France et le Liban

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Relations entre la France et le Liban
Drapeau de la France
Drapeau du Liban
France et Liban
     France      Liban
Ambassades
Ambassade du Liban en France
  Ambassadeur Ghady El Khoury
  Adresse 3 Villa Copernic, 75116 Paris
Ambassade de France au Liban
  Ambassadeur Bruno Foucher
  Adresse Rue de Damas, Beyrouth
  Site officiel

Les relations entre la France et le Liban sont fondées sur plusieurs aspects, historiques, culturels et politiques. Les deux pays sont francophones et démocratiques.

Il y aurait 23 000 Français au Liban et 210 000 Libanais en France[1].

Les relations politiques[modifier | modifier le code]

La France reçut un mandat sur le Liban de la Société des Nations en 1920[2]. Le Liban moderne et ses principales institutions furent donc créées et développées par la France jusqu'à l'indépendance du Liban en 1943.

Les relations économiques, financières et commerciales[modifier | modifier le code]

En 2015, la principale importatrice du Liban était l'Union européenne (41 % des importations). La France représentait 6 % des importations du Liban. Au niveau des exportations, la France était le 18e client du Liban mais son quatrième client parmi les pays de l'Union Européenne[3].

Les relations culturelles, scientifiques et techniques[modifier | modifier le code]

Le Liban tient son origine institutionnelle à l'intervention de la France au nom de l'Europe pour mettre fin aux affrontements entre les Maronites et les Druzes en 1860. Le statut d'autonomie garanti par les puissances européennes l'année suivante a été le cadre d'une influence culturelle croissante de la France.

Lors de la première guerre mondiale et en vue de la dislocation de l'Empire Ottoman, la France et la Grande-Bretagne se partagèrent secrètement les provinces arabes de l'Empire Ottoman dans les accords Sykes-Picot. Pour des raisons culturelles et historiques, la France revendiqua entre autres l'actuel Liban et la Syrie.

En 1919, la commission américaine relative à la distribution des mandats au Proche-Orient constate que si les Syriens sont hostiles à la présence de la France et penchent pour leur indépendance immédiate, les Libanais sont quant à eux favorables à une présence française. Une délégation libanaise demanda à la conférence de paix de Paris (1919) la création d'un Liban sous ses frontières actuelles. Cette demande fut acceptée et le Grand Liban, séparé de la Syrie, fut mis sous mandat français après la conférence de San Remo (1920).

Drapeau du Liban durant le mandat français (1920-1943)

Cette relation toute particulière entre la France et le Liban (en particulier avec les Maronites mais plus largement avec tous les Libanais) a eu pour conséquence la séparation du Liban de la Syrie par la France. C'est de cette relation franco-libanaise que se trouve l'origine de l'existence du Liban comme nation reconnue. La France est considérée comme la « tendre mère » du Liban[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Présentation du Liban », sur France Diplomatie : : Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères (consulté le 8 juin 2017).
  2. Conférence de San Remo (1920).
  3. « Le commerce extérieur du Liban en 2015 », sur https://www.tresor.economie.gouv.fr, .


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marc Baronnet, Les relations franco-libanaises, 1997, publié en 2008 aux éditions Lulu.com, (ISBN 9781847996701).
  • Alfred Schlicht. La France et le Liban dans la première moitié du XIXe siècle dans : Francia 11 (1983) p. 495-508

Liens externes[modifier | modifier le code]