Yffiniac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Yffiniac
Yffiniac
La mairie.
Blason de Yffiniac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Saint-Brieuc
Intercommunalité Saint-Brieuc Armor Agglomération
Maire
Mandat
Denis Hamayon
2020-2026
Code postal 22120
Code commune 22389
Démographie
Gentilé Yffiniacais, Yffiniacaise
Population
municipale
4 990 hab. (2019 en augmentation de 1,77 % par rapport à 2013)
Densité 286 hab./km2
Population
agglomération
170 779 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 29′ 09″ nord, 2° 40′ 34″ ouest
Altitude 10 m
Min. 5 m
Max. 147 m
Superficie 17,44 km2
Unité urbaine Saint-Brieuc
(banlieue)
Aire d'attraction Saint-Brieuc
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Trégueux
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Yffiniac
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Yffiniac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Yffiniac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Yffiniac
Liens
Site web Site de la commune

Yffiniac [ifiɲak] (Ilfinieg en breton, Finia en gallo) est une commune française située près de Saint-Brieuc dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Ilfiniac en 1182, Iffiniac en 1207, Parochia d'Yffiniac en 1311 et vers 1330, Affiniac en 1320, Yffyniac en 1418, Yfiniac en 1419, Affiniac en 1423, Yffinnac en 1426, Yfiniac en 1432, Eyffiniac en 1435, Yffiniac en 1435 et en 1490, Finiac en 1480, Yfiniac en 1514, Finyac en 1536, Defynyac en 1552, Ifiniac en 1569[1], Issiniac en 1801[2], Iffiniac en 1802[3].

Yffiniac vient, semble-t-il, d'un gaulois nommé Ivino ou Ivinius[1].

Le nom de la commune en gallo est Finia et en breton Ilfinieg.

Histoire[modifier | modifier le code]

Gaule Romaine[modifier | modifier le code]

Ses origines remontent à la période gallo-romaine. Des objets tels qu'une épée gauloise, des monnaies, une statuette témoignent de l'occupation du territoire par les Celtes et les Romains. C'est à cette époque que l'existence d'un port est confirmée par la découverte de boucles de fer destinées à retenir les navires au moyen de câbles. Considérant que le port se situe sur les limites du pays des Coriosolites (capitale : Corseul), ces vainqueurs des Gaules l'auraient appelé Fines, mot latin signifiant confins, frontières, limites. Plus tard, le nom de la commune devient Ad Finiac puis Yffiniac.

La tradition orale traduit Yffiniac par ici finit l'eau ; hic finit aquam en latin, certainement parce que la localité est implantée au fond d'une baie où se rejoignent deux cours d'eau, le Camoy et l'Urne. À propos de ce dernier, M. Habasque, historien, écrit « le peuple prétend aussi que la rivière d'Urne doit s'appeler la rivière d'Ac et qu'Yffiniac doit se traduire ainsi : ici finit l'Ac ».

Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

Yffiniac, paroisse attachée au comté de Rennes en 980, dépend de l'évêché de Saint-Brieuc dès 1432.

Révolution française[modifier | modifier le code]

Yffiniac élit sa première municipalité au début de 1790 et devient le chef-lieu d'un canton jusqu'au .

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Sous le Consulat, un arrêté donna à la commune le nom d'Issiniac, mais cette erreur fut rectifiée par un second arrêté le et détermina le nom d'Iffiniac. Toutefois, lors du Premier Empire, le « Y » devint l'orthographe officielle.

Les habitants d'Hillion, Yffiniac et Langueux se livraient au colportage du sel qui était extrait des salines de Langueux et était réputé pour sa blancheur éclatante et son goût ; on vendait aussi les résidus, attachés aux parois des chaudières qui avaient servi à l'évaporation de l'eau de mer et qui formaient un sel de moins bonne qualité[4].

Les salines d'Yffignac et de Langueux cessèrent leur activité vers 1860, victimes de la concurrence du sel provenant de salines plus méridionales permettant d'obtenir du sel par des procédés plus économiques.

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Les guerres du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts porte les noms des 139 soldats morts pour la Patrie[5] :

Le XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D’or au lion de gueules armé et lampassé d’azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ville de 4 484 habitants s'étirant sur un territoire de 1 756 hectares, Yffiniac se situe sur la route nationale 12, à 7 km au sud-est de Saint-Brieuc ainsi que sur l'axe ferroviaire Paris-Brest. Elle fait partie des 14 communes de Saint-Brieuc Armor Agglomération.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Yffiniac
Langueux Hillion
Trégueux Yffiniac Pommeret
Plédran Plédran Quessoy

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat méditerranéen altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[6]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[7].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[6]

  • Moyenne annuelle de température : 11,4 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,4 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 0,6 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 10,7 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 650 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,5 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 5,8 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[10] complétée par des études régionales[11] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Saint-Brieuc », sur la commune de Saint-Brieuc, mise en service en 1997[12] et qui se trouve à 7 km à vol d'oiseau[13],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 12 °C et la hauteur de précipitations de 730,8 mm pour la période 1981-2010[14]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Saint-Brieuc », sur la commune de Trémuson, mise en service en 1985 et à 13 km[15], la température moyenne annuelle évolue de 11 °C pour la période 1971-2000[16] à 11,2 °C pour 1981-2010[17], puis à 11,4 °C pour 1991-2020[18].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Yffiniac est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[19],[20],[21]. Elle appartient à l'unité urbaine de Saint-Brieuc, une agglomération intra-départementale regroupant 9 communes[22] et 95 528 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[23],[24].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Brieuc, dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 51 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[25],[26].

La commune, bordée par la Manche, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[27]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[28],[29].

Carte de la commune

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (75,5 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (84,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (46,3 %), zones agricoles hétérogènes (27,6 %), zones urbanisées (13,5 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (6,4 %), forêts (2,5 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (2,2 %), prairies (1,6 %)[30].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[31].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  mars 1965 Mathurin Auffray    
mars 1965 mars 1977 Pierre Cléret SFIO-PS  
mars 1977 mars 1989 Louis Marteil RPR Maire honoraire de la commune à partir de 2009[32]
mars 1989 mars 2001 Marcel Chaplain PS Dirigeant d'un cabinet de conseil, ancien DRH
mars 2001 24 mai 2020 Michel Hinault PS Retraité
24 mai 2020[33] En cours Denis Hamayon PS Directeur de structure associative, conseiller départemental depuis 2021
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Yffiniacais.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[34]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[35].

En 2019, la commune comptait 4 990 habitants[Note 8], en augmentation de 1,77 % par rapport à 2013 (Côtes-d'Armor : +0,59 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4241 4951 4611 7891 9622 0032 0552 2172 263
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 2312 2952 2852 1232 1962 1752 0842 0772 134
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 0422 0031 9931 7091 7481 6781 7001 8011 702
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 9502 2522 8953 1853 5103 8424 2954 4844 814
2014 2019 - - - - - - -
4 9734 990-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[36] puis Insee à partir de 2006[37].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Gare d'Yffiniac.

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Activités économiques[modifier | modifier le code]

Commune dynamique, avec environ 200 entreprises et commerces, Yffiniac s'appuie sur un tissu économique diversifié. Écoles, centres de loisirs, espace jeunes, maison de la petite enfance, complexe sportif, bibliothèque, équipements publics et autres services attestent la vitalité de la cité.

Transports[modifier | modifier le code]

Yffiniac est reliée au reste de l'agglomération du lundi au samedi grâce aux lignes 30 et 20 des Transports urbains briochins (TUB).

La gare d'Yffiniac est reliée à celle de Saint-Brieuc par quelques TER quotidiens.

Culture locale, patrimoine et tourisme[modifier | modifier le code]

Wikivoyage-logo.svg

Pour toutes informations concernant la culture et le tourisme de la commune : article sur Wikivoyage.

Édifices civils et religieux[modifier | modifier le code]

  • Chapelle Saint-Laurent des Sept Saints : en grande partie reconstruite en 1850 et totalement restaurée en 1986, cet édifice constitue actuellement le principal patrimoine architectural et historique. Le chœur et le transept, en forme de croix latine, sont les seuls vestiges de l'ancienne chapelle, datant de 1681.
Au début du XXe siècle, une fête y était célébrée lors du pardon. Les pèlerins se rendaient à la chapelle pour y demander la guérison. En septembre, de toutes parts, on s'y pressait à la fontaine, aux vertus miraculeuses paraît-il, pour honorer ces saints, représentés par des statuettes : saint Armel était invoqué contre la peste, le retard à la marche et le psoriasis ; saint Cado contre les ulcères, les écrouelles, les furoncles, les infections oculaires, la surdité et l'arthrose ; saint Guénolé contre les accidents ; saint Jacut contre la lèpre et les rhumatismes ; saint Méen contre l'alopécie, le maladies des cheveux, les dermatoses et les psychoses ; saint Tugdual contre la tuberculose, les maladies respiratoires et l'épilepsie[38];
  • Église Saint-Aubin ;
  • Mairie : très bel édifice plus récent puisque datant de 1911. Ce bâtiment, construit en moellon et en brique, est entouré par les logements des enseignants et les écoles, celles-ci étant situées à l'arrière. Aujourd'hui, la mairie occupe la totalité du bâtiment.
  • Four à pain de Caudan.
  • Sites naturels : le petit étang de l'hippodrome, la vallée de l'Urne, le ruisseau de la Touche et, côté mer, le fond de la Baie, Yffiniac possédant une portion de cette vaste étendue sablo-vaseuse, entre terre et mer.

Activités associatives, culturelles, festives et sportives[modifier | modifier le code]

  • Une quarantaine d'associations.
  • Chaque année a lieu la fête des chocards, le chocard étant un gâteau aux pommes.
  • Jusqu'en 2010, le festival de musiques actuelles les « Yffirocks » s'est tenu au début du mois de septembre sur l'esplanade François Mitterrand.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[8].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[9].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Yffiniac ».
  2. Par arrêté des Consuls
  3. Par arrêté du 14 février 1802
  4. Francis Habasque, "Notions historiques, géographiques, statistiques et économiques sur le littoral des Côtes-du-Nord", 1832.
  5. « MémorialGenWeb Relevé », sur www.memorialgenweb.org (consulté le ).
  6. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  7. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  8. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  9. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  10. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  11. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Bretagne », sur www.chambres-agriculture-bretagne.fr, (consulté le )
  12. « Station Météo-France Saint-Brieuc - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  13. « Orthodromie entre Yffiniac et Saint-Brieuc », sur fr.distance.to (consulté le ).
  14. « Station Météo-France Saint-Brieuc - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  15. « Orthodromie entre Yffiniac et Trémuson », sur fr.distance.to (consulté le ).
  16. « Station météorologique de Saint-Brieuc - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  17. « Station météorologique de Saint-Brieuc - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  18. « Station météorologique de Saint-Brieuc - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  19. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  20. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  21. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  22. « Unité urbaine 2020 de Saint-Brieuc », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  23. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  24. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  25. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  26. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  27. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  28. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  29. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  30. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  31. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  32. « Louis Marteil, maire honoraire d'Yffiniac », sur Le Télégramme.
  33. « Municipales à Yffiniac. Denis Hamayon élu maire », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  34. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  35. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  36. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  37. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  38. Edmond Rébillé et Albert Pennec, "Quand les Saints guérissent", éditions Le Télégramme, 2002, (ISBN 2-914552-78-5).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :