Coralie Trinh Thi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Coralie Trinh Thi
Description de cette image, également commentée ci-après

Coralie Trinh Thi photographiée par John B. Root sur le tournage du film Exhibition 99 (1998).

Alias
Coralie
Coralie Gengenbach
Cora Lee
Corale
Naissance (41 ans)
à Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
Distinctions
Caractéristiques physiques
Taille 1,70
Yeux marron
Cheveux bruns
Carrière
Années d’activité 1992 - 2002
Nombre de films une soixantaine de films comme actrice
Films notables

Coralie Trinh Thi, dite aussi simplement Coralie, née le à Paris[1], est une ancienne actrice pornographique française, devenue journaliste et écrivaine.

Entre 1994 et 2000[1] elle joue dans une soixantaine[A 1] de films pornographiques. Puis elle co-réalise avec Virginie Despentes le film Baise-moi, dont la sortie et la censure en France la projettent sur la scène médiatique. Elle publie ensuite plusieurs livres, dont un récit autobiographique, La Voie humide, une œuvre au rouge, ainsi que des guides sexuels.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Coralie Trinh Thi a des origines vietnamiennes par sa grand-mère maternelle dont elle emprunte le nom de jeune fille[A 2]. Fille d'un hells angel qu'elle a très peu connu, elle est élevée par sa mère[A 3] et grandit dans différents endroits de la région parisienne, déménageant fréquemment. Elle n'a pas passé son bac, quittant le lycée juste avant[A 4].

Elle s'est fait baptiser à onze ans, à sa demande[A 5]. Elle reparlera de son rapport à la religion en tant que petite fille à travers l'héroïne de son roman Betty Monde[2].

Années 1990[modifier | modifier le code]

À partir de 16 ans, elle devient Curiste (fan du groupe The Cure) surtout par l'album Pornography dont elle est « tombée amoureuse »[A 6]. Elle commence à fréquenter assidûment les soirées gothiques en arborant un style vestimentaire batcave qu'elle définit comme « la tendance punk du mouvement gothique »[A 7]. Elle entretient également des relations amicales avec Alejandro Jodorowsky avec lequel elle pratique le tarot.

Après avoir posé pour des photos de charme, Coralie commence sa carrière pornographique à 18 ans dans une séquence d'Insatiables Salopes de John Love, puis dans un premier rôle dans The Tower 3, qu'elle considère comme son premier film[A 8].

Elle a travaillé longtemps avec le magazine Hot Vidéo et a reçu le Hot d'Or de la meilleure actrice européenne en 1996 pour son rôle dans La Princesse et la Pute de Marc Dorcel[A 9]. Elle a également reçu l'Award de la meilleure actrice française de X en 1995, le Hot d'Or de la meilleure actrice européenne second rôle en 1998.

Elle a fait en 1997 une incursion dans l'industrie américaine du X en tournant à Los Angeles le film La Dictatrice, réalisé par Jim Enright[A 10].

Elle a aussi tourné dans de longs et courts métrages non pornographiques sous la direction de réalisateurs tels que Gaspar Noé, Marc Caro, Laetitia Masson, Catherine Breillat ou Olivier Dahan.

En 1999, elle a coréalisé le film Baise-moi à la demande de Virginie Despentes[A 11] qui voulait adapter son livre. Coralie Trinh Thi a insisté sur le fait que Baise-moi, bien que comportant des scènes de sexe non simulées, n'était pas un film pornographique, car pour elle, « le porno est un film de genre à vocation masturbatoire»[A 12]. À la différence de Virginie Despentes, elle rejette le terme « féministe » et préfère se dire « antisexiste ».

Années 2000[modifier | modifier le code]

Coralie Trinh Thi en février 2016, dans la librairie La Musardine.

Son premier roman Betty Monde sort en 2002. Le titre est une référence[A 13] à la métamorphose de l'héroïne Élisabeth, qui abandonne la première partie de son prénom (Eli = mon dieu en hébreu) pour devenir Betty aux yeux du monde, la « bête immonde ».

Le jeu de mot sur son nom Holy Trinh Thi, (littéralement « sainte Trinh Thi » qui peut aussi être entendu comme « au lit Trinh Thi ») a inspiré[3] le chanteur vx69 du groupe toulousain de métal-industriel Punish Yourself. Il lui a dédié une chanson sur l'album Sexplosive Locomotive en 2004. Elle a scénarisé en retour une bande dessinée sur le groupe, Deep Inside Punish Yourself.

En 2007, elle publie un récit autobiographique de 781 pages intitulé La Voie humide, une œuvre au rouge et organisé autour des vingt-deux arcanes du tarot de Marseille comme autant de chapitres.

Dans un autre genre, elle écrit deux guides sexuels dans la collection Osez... de La Musardine : Osez la sodomie, paru en 2007, et Osez le cunnilingus paru en novembre 2009.

Elle est également critique rock pour le magazine Rock & Folk[4], depuis 2000.

Années 2010[modifier | modifier le code]

En 2011, elle retrouve Virginie Despentes pour Bye bye Blondie. Outre un petit rôle dans le film, Coralie Trinh Thi participe au film de diverses façons, par exemple en mettant au point la page Facebook du film.

En novembre 2013 sort son troisième guide sexuel chez la Musardine avec Osez une leçon de fellation.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Actrice[modifier | modifier le code]

Pornographique (sélection)[modifier | modifier le code]
  • 1995 : The Tower 3, de Pierre Woodman.
  • 1995 : Insatiables salopes, de John Love (Alain Payet).
  • 1995 : Pornovista, de Pascal Hamelin Delaunay.
  • 1995 : Triple X.
  • 1995 : L'Éducation de Coralie, de Lorenzo Pellegrino.
  • 1995 : Les Fesses, de Cyril Laffitau (à l'origine appelé K72Q).
  • 1995 : Confessions secrètes : Reality Chaud 3 le libertinage, de Francis Leroi.
  • 1995 : Confessions secrètes : Reality Chaud 4 les partouzes, de Grégory Colmax.
  • 1996 : Le Désir dans la peau, de Marc Dorcel.
  • 1996 : La Princesse et la Pute, de Marc Dorcel.
  • 1996 : Chantier interdit au public, de John Love.
  • 1996 : Voyance sextra-lucide, de J. J. Mezori.
  • 1997 : Les Nuits de la présidente d'Alain Payet
  • 1997: Kama-Sutra de J. J. Mezori.
  • 1997 : Cyberix, de John B. Root.
  • 1997 : Paris Chic, de Andrew Blake.
  • 1997 : La Dictatrice, de Jim Enright.
  • 1998 : La Malédiction du château, de Max Bellochio.
  • 1998 : Une américaine à Paris, de Kris Kramsky.
  • 1998 : Exhibition 99, de John B. Root
  • 1999 : Hotdorix, de John Love (Alain Payet).
  • 1999 : Le Principe de plaisir, de John B. Root.
  • 2000 : Pure Sex : Episode Two.
  • 2000 : Pure Masturbations.
  • 2000: Harcèlement au féminin.
  • 2002 : 100% Blowjobs 8.
Traditionnelle[modifier | modifier le code]

Réalisatrice[modifier | modifier le code]

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Hot d'Or de la meilleure actrice européenne 1996
  • Award du X européen de la meilleure actrice française 1996
  • Hot d'Or Hot d'Or de la meilleure actrice européenne dans un second rôle 1998
  • Hot d'Or d'Honneur 2009

Notes et références[modifier | modifier le code]

Coralie Trinh Thi, La Voie humide, Au Diable Vauvert, , 781 p. (ISBN 978-2-84626-123-4)

  1. Page de garde.
  2. Prologue, page 12.
  3. Chapitre premier, page 18.
  4. Chapitre 6, page 168.
  5. Chapitre 2, page 52.
  6. Chapitre 2, page 47.
  7. Chapitre 4, page 123.
  8. Chapitre 20, page 455
  9. Chapitre 10, page 306
  10. Chapitre 7, page 196
  11. Chapitre 13, page 488
  12. Chapitre 13, page 507
  13. Chapitre 18, page 709


Liens externes[modifier | modifier le code]