Riorges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Riorges
Riorges
Le Château de Beaulieu à Riorges. Situé en plein cœur du Parc Beaulieu.
Blason de Riorges
Blason
Riorges
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Roanne
Intercommunalité Roannais Agglomération
Maire
Mandat
Jean-Luc Chervin
2020-2026
Code postal 42153
Code commune 42184
Démographie
Gentilé Riorgeois [1]
Population
municipale
10 757 hab. (2018 en augmentation de 0,63 % par rapport à 2013)
Densité 694 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 02′ 37″ nord, 4° 02′ 29″ est
Altitude Min. 277 m
Max. 334 m
Superficie 15,51 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Roanne
(banlieue)
Aire d'attraction Roanne
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Roanne-2
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Riorges
Géolocalisation sur la carte : Loire
Voir sur la carte topographique de la Loire
City locator 14.svg
Riorges
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Riorges
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Riorges
Liens
Site web riorges.fr

Riorges est une commune française située dans le département de la Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Riorges, commune de la Loire, s'étend sur 1 551 hectares en bordure ouest de la ville de Roanne.

Elle est limitée :

Son territoire est composé de deux plateaux séparés par une large vallée parcourue par la rivière le Renaison et le ruisseau le Marclet, limité au nord-est par une ancienne zone marécageuse dans laquelle coule le ruisseau Oudan.

Son paysage est un semi bocage ; plus de la moitié de la commune reste encore naturellement agricole.

Géologie[modifier | modifier le code]

Les plateaux de Riorges sont constitués de terrains sédimentaires (alluvions oligocènes de la deuxième période de l'ère tertiaire) ayant pour origine l'hydrographie qui a précédé celle de la Loire.

D'épaisseur variable, ces couches d'alluvions recouvrent les formations du Stampien moyen et inférieur.

Les « vallées » des cours d'eau sont constituées d'alluvions récentes (matériaux d'atterissements, de sable et de graviers) favorables à l'existence de nappes phréatiques.

Climat[modifier | modifier le code]

La saison pluvieuse s'étale d'avril/mai à octobre/décembre (moyenne mensuelle de 70 à 100 mm).

Une période plus sèche avec des précipitations mensuelles variant de 40 à 50 mm s'observent de décembre à mars.

La pluviométrie moyenne de Riorges est de 708 mm par an.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Il existe deux bassins versant dont la pente longitudinale est dirigée d'ouest en est vers la Loire.

Le bassin sud du Renaison avec ses affluents : le Marclet et la Goutte Marcellin. Sa crue décennale est de 33 mètres cubes par seconde. Le débit d'étiage est d'environ 0,5 mètre cube par seconde.

Le bassin nord de l'Oudan avec un affluent rive droite le Combray, sa crue décennale est de 18 mètres cubes par seconde.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Riorges est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Roanne, une agglomération intra-départementale regroupant 15 communes[5] et 79 928 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Roanne, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 88 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (52,1 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (58,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (47,9 %), zones urbanisées (38 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (7,2 %), zones agricoles hétérogènes (2,4 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (1,9 %), terres arables (1,8 %), forêts (0,7 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Hôtel de ville.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1944 1965 Ernest Girard    
1965 1969 Jean Reboul    
1969 1977 Louis Durand    
1977 1995 Bernard Jayol PS  
1995 2001 Daniel Barret PS  
2001 mars 2014 Roland Devis PS  
mars 2014 En cours
(au 30 avril 2014)
Jean-Luc Chervin PS  

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2018, la commune comptait 10 757 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Une réforme du mode de recensement permet à l'Insee de publier annuellement les populations légales des communes à partir de 2006. Pour Riorges, commune de plus de 10 000 habitants, le recensement est annuel et la collecte porte sur un échantillon d'adresses tirées au hasard et représentant environ 8 % de la population[12],[13].

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3003003884617487488601 1041 243
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4702 3551 1101 2831 4721 4751 7641 7722 011
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 5502 7362 9553 0953 5084 5035 1185 8696 280
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
7 2698 5369 3588 9899 86810 07410 25510 77510 669
2018 - - - - - - - -
10 757--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Martin.
  • Château de Beaulieu ;
  • Église Saint-Martin ;
  • Salle Le Scarabée.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Charles Devillié (1850-1905), artiste peintre impressionniste, mort à Riorges.
  • Joanny Augé (1853-1925), député, conseiller général de la Loire et maire de Roanne, est mort à Riorges.
  • Laurent Chabry (1855-1894), médecin et biologiste, mort à Riorges.
  • Guy Ribes (1948), artiste peintre et faussaire français, né à Riorges.
  • Philippe Vecchi (1964-2017), journaliste, animateur / producteur radio et TV, s'est suicidé dans la maison parentale située à Riorges.
  • RTG 2013/2014 : turbotrain exploité par la SNCF parrainé par la ville de Riorges.[16]

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Riorges bénéficie du label « ville fleurie » avec « deux fleurs » attribuées par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[17].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Écartelé : au premier d’argent au lion de gueules, au deuxième de gueules aux deux clés passées en sautoir, l’une d’or, l’autre d’argent, au troisième d’azur à l’escarboucle d’or, au chef de gueules, au quatrième d’or au faisceau de licteur, sommé d’un bonnet phrygien, accosté de deux tourteaux, le tout de gueules.
  • Un Lion rampant, symbole des premiers seigneurs de Roanne.
  • Armes de l'abbaye bénédictine d'Ainay à Lyon, dont releva le prieuré de Riorges depuis le Xe siècle jusqu'à la Révolution.
  • Armes attribuées à Mathilde d'Anjou. Elles rappellent le souvenir des Dames de Beaulieu, prieuré dépendant de l’ Ordre de Fontevraud fondé en 1115 et qui dura jusqu'au début de la Révolution.
  • Symbole révolutionnaire français d'après le revers des pièces de 2 sols, frappées en métal de cloches au Moulin de Beaulieu sur les bords du Renaison.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/loire-42
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  3. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 28 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  5. « Unité urbaine 2020 de Roanne », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 28 mars 2021).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 28 mars 2021).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 28 mars 2021).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 28 mars 2021).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 26 avril 2021)
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 26 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. « Le recensement de la population en bref », sur le site de l'Insee.
  13. « Calendrier de recensement des communes de la Loire », sur Insee (consulté le 9 août 2013).
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. « locomotives blasons », sur blason-des-villes.e-monsite.com (consulté le 20 septembre 2020).
  17. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).