Raoul Breton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Raoul Breton, né à Vierzon le 26 avril 1896 et mort à Paris le 23 avril 1959, est un éditeur de musique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est d'abord danseur, puis se lance dans l'édition en 1933 après avoir découvert le talent de Damia et celui de Mireille et Jean Nohain (Couchés dans le foin, Le petit chemin, Quand un vicomte...). Mais la rencontre de sa vie est celle avec Charles Trenet, le « fou chantant », dont il fait une vedette internationale et duquel il édite maints succès : Je chante, Boum, La mer, Mes jeunes années... Suivront Charles Aznavour (J'me voyais déjà, Sa jeunesse, Je hais les dimanches et d'autres chefs-d'œuvre), Félix Leclerc (Le petit bonheur, Moi mes souliers...), Gilbert Bécaud, puis Jean-Jacques Debout (Les boutons dorés).

Mais on trouve aussi au catalogue de cet éditeur des œuvres exceptionnelles, comme Le chant des partisans (d'Anna Marly, Maurice Druon et Joseph Kessel), des chansons signées Marguerite Monnot et Édith Piaf (L'hymne à l'amour), et beaucoup d'autres (L'école est finie, ...) Homme de conviction, capable de refuser un succès quand il ne lui plait pas, il accueille chaque soir dans son célèbre « Cours Breton », autour d'un légendaire piano bleu, tous les auteurs de Paris pour leur offrir à boire et « parler métier ». Il a une résidence secondaire à Méré (Yvelines), la maison « Le Colombier », où se retrouvent souvent les personnes en vue du monde du spectacle.

Raoul Breton meurt subitement le 23 avril 1959 à bord du bateau le "Liberté", faisant route pour New York. Il devait se rendre au Japon en compagnie de sa femme et fêter son 63e anniversaire le 26 avril.

Son épouse Rachel, née en 1907, surnommée « la Marquise »[1], prend sa succession. Plus tard, elle devient membre du Conseil d'administration de la SACEM et décède en 1992.

Raoul Breton, et sa femme "la marquise", sont enterrés au cimetière de Méré[2]. Une stèle est érigée à sa mémoire à Méré.

Rachetées par Charles Aznavour, fils spirituel de la maison, ces éditions ont aujourd'hui pour PDG Gérard Davoust, et connaissent un nouveau succès avec les œuvres de la québécoise Lynda Lemay (Les souliers verts, La visite...).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Au début des années 1970, Charles Trenet compose une chanson dans laquelle il évoque « La Marquise »  : Rachel dans ta maison.
  2. Cimetières de France et d'ailleurs.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]