Claude Dubois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Claude Dubois
Description de l'image defaut.svg.
Informations générales
Naissance (73 ans)
Montréal (Québec), Canada
Activité principale Chanteur
Instruments Voix, guitare, piano, banjo
Années actives Depuis 1964
Site officiel www.claudedubois.ca

Claude Dubois, pseudonyme de Claude André, né le à Montréal, est un chanteur et auteur-compositeur-interprète québécois. En France, il est connu essentiellement comme étant l'interprète de la chanson Le Blues du businessman[1] et son célèbre refrain « J'aurais voulu être un artiste », chanson extraite du spectacle musical Starmania.

Biographie[modifier | modifier le code]

Claude Dubois enregistre un premier album à l'âge de douze ans avec le groupe western Les Montagnards. Il est âgé d'à peine dix-sept ans lorsqu'il devient le chansonnier attitré du Patriote, une boîte à chansons de Montréal. Dès 1966, il enregistre quelques titres qui connaissent divers succès (Belle famille, J'ai souvenir encore, Ma p'tite vie). Il choisit ensuite de délaisser sa carrière au profit d'une autre passion : les voyages.

Publié sous étiquette Barclay, Dubois séjourne en France (1970-1971) et enregistre, sous la direction de l'arrangeur François Rauber (le collaborateur de Jacques Brel), quelques titres : Le Labrador, Trop près trop loin.

Influencée par les courants musicaux qui viennent principalement de la Californie, sa musique se transforme dès le début des années 1970 et prend des couleurs psychédéliques (Cerveau gelé, Quatrième dimension). De chansonnier, il devient un chanteur à l'esthétique rock, dans le sillage de Robert Charlebois et de Diane Dufresne.

En 1978, sollicité par Luc Plamondon, il enregistre le rôle de Zéro Janvier pour le disque du spectacle musical Starmania et connaît son plus grand succès français comme interprète en chantant Le Blues du businessman[1](rôle qui sera créé sur scène par Étienne Chicot en 1979). Paradoxalement, ce succès éclipse le reste de son répertoire, qui reste très méconnu en Europe.

Le , il est arrêté à Montréal et, à la suite d'un procès hautement médiatisé, est condamné à 22 mois de prison pour possession et trafic d'héroïne[2]. Il purge l'essentiel de sa peine dans une maison de désintoxication, ce qui soulève la controverse concernant un possible traitement de faveur. En musique, il revient tout de même en force avec l'album Sortie Dubois en 1982, obtenant un énorme succès avec la chanson Plein de tendresse. Claude Dubois connaît une longue relation de quinze ans avec la comédienne québécoise Louise Marleau. Leur rupture en 2007 est fort médiatisée au Québec.

En 2007, Claude Dubois ré-enregistre plusieurs titres en duo à Montfort avec des chanteurs et interprètes québécois et français. Patrick Bruel chante avec lui sur L'Infidèle, ainsi que Céline Dion pour Si Dieu existe, Francis Cabrel sur Pas question d'aventure. ; Gilles Vigneault et Richard Desjardins reprennent avec lui la pièce Le Labrador, etc. L'album, Duos Dubois, est lancé le .

Le 28 octobre 2009, le chanteur crée la controverse lors du début de la vaccination contre la grippe H1N1. En effet, celui-ci, refusant de faire la très longue file d'attente devant l'établissement de santé, décide de la court-circuiter en convaincant une infirmière de le faire passer en priorité. Claude Dubois se défendit par la suite en prétendant qu'il avait prit rendez-vous des jours plus tôt pour recevoir un vaccin dans le cadre de son voyage, et qu'il en a donc profité pour le recevoir sans devoir attendre son tour dans la file. Or, la clinique démentit par la suite ce témoignage en affirmant qu'elle n'offrait pas de vaccin voyageur[3].

En septembre 2010, on peut voir Claude Dubois dans sa propre téléréalité sur le réseau de télévision V, Dubois en réalité[4]. Le deuxième épisode de la série demeure inédit, Dubois ayant obtenu une injonction de la Cour supérieure du Québec pour en empêcher la diffusion[5]. Le chanteur était en effet mécontent du montage le montrant en train de prononcer des jurons[6].

En 2011 et 2012, il participe à la saison 6 de la tournée à succès Age Tendre, en France.

En 2013, il participe à l'émission La Voix en tant que mentor de l'équipe de Jean-Pierre Ferland[7].

En 2014, il est arrêté à Québec pour conduite avec facultés affaiblies après un test d'alcoolémie positif[8]. La décision du juge de le condamner à une amende de 3000 $ et une suspension de permis de conduire d'un an pour ce motif crée une polémique, notamment menée par les associations de lutte contre l'alcool au volant qui estiment cette condamnation trop clémente pour quelqu'un qui en est à sa troisième infraction de ce type. Le Directeur des poursuites criminelles et pénales fait part fin janvier 2015 de son intention de faire appel de cette décision[9]. Dubois a été finalement condamné le 19 juin 2015 à 90 jours d'emprisonnement.

Fin 2016, il annonce sur le plateau de l'émission télévisée Tout le monde en parle qu'il est atteint d'un cancer de la moelle osseuse et qu'il lui reste 3 ans à vivre[10]. Pourtant, il est toujours parmi nous en 2021.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums originaux

Claude Dubois et les Montagnards :

  • 1959 : Stampede canadien

Solo :

  • 1966 : J'ai souvenir encore
  • 1967 : Ceux que je connais
  • 1972 : Tu sais
  • 1972 : Pour nos enfants
  • 1973 : Touchez Dubois
  • 1974 : En voyage
  • 1977 : Mellow reggae Dubois
  • 1978 : Fables d'espace
  • 1981 : Man itou
  • 1982 : Sortie Dubois
  • 1983 : Implosif
  • 1985 : Face à la musique
  • 1987 : Chapitre
  • 1988 : Cadeau (réédité en 2009 avec plusieurs autres morceaux)
  • 1991 : À suivre...
  • 1994 : Mémoire d'adolescent
  • 1996 : Gelsomina - Signé Dubois
  • 1997 : Dubois rock
  • 2003 : Dur et tendre
  • 2004 : Piano violon
  • 2005 : C'est le bouquet
  • 2007 : Duos Dubois
  • 2008 : Par chœur (double cd)
  • 2009 : The shot
  • 2016 : Zampano
  • 2017 : Mes racines


Principales compilations


En public
  • 1980 : ...Tel quel ! (en public)
  • 1992 : Rencontre de rêve - Théâtre des Variétés (double cd en public)
  • 1998 : Le live Dubois
  • 2001 : Dubois qui chante (en public)

Citations[modifier | modifier le code]

Sur la situation politique du Québec (2007) et l'avènement de l'ADQ comme parti officiel de l'opposition :

« Les électeurs ont eu peur des deux autres partis. Le Parti libéral, parce que c'est fric et magouille. Le PQ, parce que son chef est homosexuel : c'est de l'étroitesse d'esprit. Les gens n'ont pas peur de l'indépendance. La preuve, c'est que nous avons gagné au dernier référendum : mais on nous l'a volé[11]! »

Sur la polémique entourant la prise du vaccin pour la grippe A (H1N1) :

« On m’a sali. Je suis peut-être un favorisé, mais je suis un organisé. J’ai pris rendez-vous et je suis allé à mon rendez-vous. Je suis donc un dégueulasse qui prend soin de sa fille[12]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b [vidéo] Le Blues du businessman, chanté par Claude Dubois – interprétation live, 1978.
  2. André Royer, « Le bad trip », sur Contact - l'encyclopédie de la création (consulté le 31 mars 2012)
  3. « Claude Dubois n'attend pas », sur La Presse, (consulté le 21 décembre 2020)
  4. Michelle Coudé-Lord, « Dubois mène le show », sur Canoë divertissement, (consulté le 31 mars 2012)
  5. « « Dubois en réalité » : le chanteur empêche la diffusion du second épisode », sur ShowBizz.net (consulté le 31 mars 2012)
  6. « Les sacres torpillent Dubois en réalité », (consulté le 31 mars 2012)
  7. « «La Voix» : Vallières, Lemay, Nevsky et Philippe B seront mentors », Huffington Post Québec,‎ (lire en ligne, consulté le 12 janvier 2018)
  8. Olivier Parent, « Claude Dubois arrêté à Québec pour conduite avec facultés affaiblies », sur lapresse.ca, (consulté le 28 janvier 2014)
  9. La Presse canadienne, « La Couronne ira en appel de la peine imposée à Claude Dubois », sur lapresse.ca, (consulté le 28 janvier 2015)
  10. « À la santé de Claude Dubois / Segment / Tout le monde en parle / ICI Radio-Canada.ca », sur Radio-Canada, Radio-Canada (consulté le 16 octobre 2020).
  11. Cyberpresse, Comme du Bois Franc, Régis Tremblay, le 7 mai 2007
  12. Entrevue avec Jean-Luc Mongrain, LCN, 10 Novembre 2009

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]