Angoisse (Dordogne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Angoisse
Angoisse (Dordogne)
La place du bourg d'Angoisse.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Nontron
Intercommunalité Communauté de communes Isle-Loue-Auvézère en Périgord
Maire
Mandat
Joël Gadaud
2020-2026
Code postal 24270
Code commune 24008
Démographie
Gentilé Angoissais
Population
municipale
588 hab. (2017 en diminution de 6,07 % par rapport à 2012)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 25′ 41″ nord, 1° 08′ 17″ est
Altitude Min. 239 m
Max. 364 m
Superficie 23,13 km2
Élections
Départementales Canton Isle-Loue-Auvézère
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Angoisse
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Angoisse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Angoisse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Angoisse

Angoisse est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine, dans le Périgord vert.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Loue au moulin de Beausoleil, en limite de Sarlande (à gauche) et d'Angoisse.

La commune est limitée à l'ouest sur huit kilomètres par le cours de la Loue, qui sépare Angoisse de Sarlande.

Son affluent, la Haute Loue forme au sud-est de la commune l'étang de Rouffiac (ou lac de Rouffiac-en-Périgord), alimenté par le Coulon, branche-mère de la Haute-Loue, ainsi que par son affluent la Ganne.

Quatre kilomètres au nord de Lanouaille, seize kilomètres à l'est de Thiviers et 500 mètres à l'ouest de la route départementale 704 (l'ancienne route nationale 704), le bourg d'Angoisse est traversé par la route départementale 80.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Angoisse
Sarlande
Angoisse Payzac
Lanouaille Savignac-Lédrier

Toponymie[modifier | modifier le code]

La première mention écrite connue du lieu apparait au XIIIe siècle sous la forme Engoischa[1] dans un pouillé.

Le nom d'Angoisse provient de l'occitan angoissa signifiant « défilé, gorge »[1] (probablement celui/celle des vallées de la Loue et de la Haute Loue), dérivé du latin angustia[2].

En occitan, la commune porte le nom d'Engoissa[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Angoisse est une ancienne possession médiévale des hospitaliers de Jérusalem[1]. Au XVIe siècle, le village se nomme « Hospital d'Angouisse »[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune d'Angoisse a, dès 1790, été rattachée au canton de Dussac qui dépendait du district d'Excideuil jusqu'en 1795, date de suppression des districts. Lorsque ce canton est supprimé par la loi du 8 pluviôse an IX () portant sur la « réduction du nombre de justices de paix », la commune est rattachée au canton de Lanouaille nouvellement créé et dépendant de l'arrondissement de Nontron[4].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2002, Angoisse rejoint la communauté de communes Auvézère Loue qui, quelques mois plus tard, prend le nom de communauté de communes du Pays de Lanouaille. Celle-ci, agrandie en 2017, prend le nom de communauté de communes Isle-Loue-Auvézère en Périgord.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La population de la commune étant comprise entre 500 et 1 499 habitants au recensement de 2017, quinze conseillers municipaux ont été élus en 2020[5],[6].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Marc Roques    
1977   Louis Roques    
  1983 Vaucheret    
1983 1989 Laurence Agate SE Assistante
mars 1989[7]
(réélu en mai 2020)
En cours Joël Gadaud SE[8] puis PS Retraité artisan

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants d'Angoisse se nomment les Angoissais[9].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11].

En 2017, la commune comptait 588 habitants[Note 1], en diminution de 6,07 % par rapport à 2012 (Dordogne : -0,67 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0758401 0331 2411 3081 3371 2201 3881 345
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3601 3101 3201 1311 1401 2051 2801 3401 345
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3541 3961 3421 2671 1741 1021 0701 025921
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
871834721619559572598602626
2017 - - - - - - - -
588--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2015[14], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 291 personnes, soit 46,8 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (vingt-neuf) est inchangé par rapport à 2010 et le taux de chômage de cette population active s'établit à 9,8 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune compte 78 établissements[15], dont 31 au niveau des commerces, transports ou services, vingt dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, seize dans la construction, six dans l'industrie, et cinq relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale[16].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La vallée de la Loue, les rives de l'étang de Rouffiac et en amont de ce dernier, la vallée du ruisseau de la Ganne, font partie d'une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type 1 à dominante boisée[18],[19].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Édouard Levé a publié un recueil de photographies d'Angoisse [20].

Angoisse dans les arts[modifier | modifier le code]

Angoisse est citée dans le poème d’Aragon, Le Conscrit des cent villages, écrit comme acte de Résistance intellectuelle de manière clandestine au printemps 1943, pendant la Seconde Guerre mondiale[21].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Chantal Tanet et Tristan Hordé , Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 29.
  2. A. Dauzat et Ch. Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, 2e édition, Librairie Guénégaud, 1989, 1re édition en 1963, (ISBN 2-85023-076-6), p. 19.
  3. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 30 janvier 2014.
  4. « Notice communale d'Angoisse », sur Ldh/EHESS/Cassini (consulté le 5 avril 2012)
  5. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 27 août 2020.
  6. Résultats des élections municipales et communautaires 2020 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 22 octobre 2020.
  7. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 13 août 2014.
  8. « Voici vos 557 maires », édition spéciale de Sud Ouest du 3 avril 2008, p. 13.
  9. Nom des habitants des communes françaises sur le site habitants.fr, consulté le 4 décembre 2016.
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  14. Dossier complet - Commune d’Angoisse (24008) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 4 août 2018.
  15. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 4 août 2018).
  16. Dossier complet - Commune d’Angoisse (24008) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 4 août 2018.
  17. Étonnantes granges ovalaires, dans le supplément Bain de fraîcheur et de culture en Périgord, Sud Ouest édition Dordogne, 27 juin 2013, p. 2-2
  18. Vallées du réseau hydrographique de la Loue an amont d'Excideuil sur le site de la DIREN Aquitaine
  19. Vallées du réseau hydrographique de la Loue an amont d'Excideuil (Localisation de la zone 27030000) sur le site de la DIREN Aquitaine
  20. Photographies d'Angoisse sur l'Espace Holbein
  21. Louis Aragon, « Le Conscrit des cent villages », publié initialement dans La Diane française, consulté dans Pierre Seghers, La Résistance et ses poètes : France, 1940-1945, Paris : Seghers, 2004 (2e édition). (ISBN 2-232-12242-5), p. 373-375