Savignac-Lédrier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Savignac.

Savignac-Lédrier
Savignac-Lédrier
L'Auvézère au pied du château de la Forge
et des bâtiments de la forge.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Nontron
Canton Isle-Loue-Auvézère
Intercommunalité Communauté de communes Isle-Loue-Auvézère en Périgord
Maire
Mandat
Christian Laguyonie
2014-2020
Code postal 24270
Code commune 24526
Démographie
Gentilé Savignacois
Population
municipale
719 hab. (2016 en diminution de 0,96 % par rapport à 2011)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 21′ 53″ nord, 1° 13′ 17″ est
Altitude Min. 214 m
Max. 374 m
Superficie 26,90 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Savignac-Lédrier

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Savignac-Lédrier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Savignac-Lédrier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Savignac-Lédrier
Liens
Site web savignac-ledrier.fr

Savignac-Lédrier est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'Auvézère au site de la forge.

Au sud-est, la commune est traversée par la rivière Auvézère qui y forme des gorges. Au nord-est, elle est arrosée par la Haute Loue en aval de l'étang de Rouffiac.

La commune est desservie par les routes départementales 4, 75 et 75E.

Son bourg principal n'est pas celui qui porte le nom de Savignac-Lédrier mais celui de La Chapelle. Ce dernier et deux autres villages (La Garanne et La Croix-Merle) sont étroitement imbriqués avec le bourg de Payzac. Les deux mairies sont de ce fait distantes d'environ 700 mètres.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Savignac-Lédrier
Angoisse Payzac
Lanouaille Savignac-Lédrier
Génis Saint-Mesmin

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune provient du nom d'un personnage d'origine gallo-romane, Sabinius, suivi du suffixe -acum[1], indiquant le « domaine de Sabinius ». Pour Bénédicte Fénié, la seconde partie du nom signifierait « couvert de lierre », d'après l'occitan ledrier[2]. Selon Chantal Tanet et Tristan Hordé, l'origine serait plus obscure. Elle pourrait avoir un rapport avec le ladre, autre nom du lépreux, ou avec le sorbier qui, en ancien occitan, se dit drulho ou drulhé[1].

En occitan, la commune porte le nom de Savinhac l'Edrier ou Savinhac Ledrier[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Sur la carte de Cassini représentant la France entre 1756 et 1789, le village est identifié sous le nom de Savignac[3].

Lors de la création des départements français en 1790, la commune a d'abord brièvement fait partie de la Corrèze avant d'être rattachée en 1793, ainsi que neuf autres communes, à la Dordogne[1].

À la fin du XIXe siècle, le village portait le nom de Savignac-les-Drier[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune de Savignac-Lédrier a, dès 1790, fait partie du département de la Corrèze.

En 1793, elle est rattachée au canton de Paizac qui dépend du district d'Excideuil dans le département de la Dordogne jusqu'en 1795, date de suppression des districts. Lorsque ce canton est supprimé par la loi du 8 pluviôse an IX () portant sur la « réduction du nombre de justices de paix », la commune est rattachée au canton de Lanouaille nouvellement créé et dépendant de l'arrondissement de Nontron[4].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2000, Savignac-Lédrier intègre dès sa création la communauté de communes Auvézère Loue qui, quelques mois plus tard, prend le nom de communauté de communes du Pays de Lanouaille. Celle-ci, agrandie en 2017, prend le nom de communauté de communes Isle-Loue-Auvézère en Périgord.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1792 1794 Léonard Barutel    
1794 1795 Élie Boisset    
1795 1799 (il n'y eut que des officiers d'état civil)    
1799 1800 Léonard Barutel    
1800 1804 Barutel (maire ou adjoint ?)    
1794 23 septembre 1812 Mesmin Élie Boisset[Note 1]    
23 septembre 1812 1821 J-F Peyramaure-Debord [Note 2]    
12 juin 1821 1831[Information douteuse] [?] Élie Boisset Boucharel fils    
octobre 1840[Information douteuse] [?] novembre 1840[Information douteuse] [?] Léonard Bon    
12 juin 1821[Information douteuse] [?] 14 novembre 1844[Information douteuse] [?] Élie Boisset    
14 novembre 1844 20 mars 1848 Hypolyte Bon    
20 mars 1848 1851 Léo Combescot    
1851 8 février 1871 H. Peyramaure-Debord    
8 février 1871 29 novembre 1885 Léonard Joussein    
1885 1888[Information douteuse] [?] Jean Dupinet    
29 novembre 1885[Information douteuse] [?] juin 1892 Dr Prosper Dupinet    
10 juillet 1892 17 mai 1896 Victor Joussain    
17 mai 1896 17 mai 1908 Jean Escaravage    
17 mai 1908 18 mai 1929 Jean Pichon    
18 mai 1929 21 mars 1971 Fernand Devaud SFIO Conseiller général (1945-1949)
21 mars 1971 25 septembre 1997 Amédée-Roger Pironon[Note 2] PS puis DVG Conseiller général (1973-1985)
25 octobre 1997 mars 2001 Jean Roubinet    
mars 2001 mars 2014 Marguerite Cubertafon SE Retraitée du commerce
mars 2014 En cours Christian Laguyonie[5]    

Après l'abolition de la royauté (septembre 1792) « sont élus par un conseil d'électeurs les officiers d'état civil » chargés de dresser les actes destinés à constater les naissances, mariages et décès des citoyens. Ces « officiers » sont pris parmi les membres du Conseil Général de la commune. Il semblerait que ces officiers d'état civil aient été appelés « Maires ».

Furent officiers d'état civils :

   Avant 1792 les archives de la commune sont à Tulle
   En 1794 et 1795 : Boisset Élie
   Entre octobre 1796 et novembre 1798 : on trouve les signatures de Boisser Élie et Barutel Léonard.
   Entre janvier 1799 et mai 1800 : Barutel Léonard et Fournier
   De septembre 1800 à août 1802 : Barutel (adjoint)

À partir de 1800 (consulat) ou 1804 (empire), les Maires et Adjoints sont nommés par le préfet.

   Lors de ces premières nominations : Barutel fut adjoint ou maire
    12 mai 1812, à la suite d'un décret impérial du 15 avril 1806, le préfet nomme aux fonctions de : 
            Maire : Monsieur Boisset Mesmin Élie
            Adjoint : Monsieur Barutel Léonard
    23 septembre 1812, le préfet de la Dordogne, en vertu de la loi du 28 Pluviôse an 8 (17 février 1800), nomme : 
            Maire : Sieur J. F. Peyramaure Debord en remplacement de Boisset Mesmin - démissionnaire.
     1er mars 1816 le préfet nomme aux fonctions de :
            Maire : Sieur Peyramaure Debord
            Adjoint: Sieur Lafarge Combescot
    12 juin 1821 le préfet nomme :
            Maire : sieur Boisset Boucharel Élie fils, en remplacement de sieur Peyramaure Debord décédé.
            Adjoint : Sieur Bon Bernard (maître de forge) en remplacement de sieur Lafarge Combescot décédé.

1re élection des maires en 1826 ? Mais pour Savignac-Lédrier, il n'a été trouvé aucune nomination de 1822 à 1831

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7].

En 2016, la commune comptait 719 habitants[Note 3], en diminution de 0,96 % par rapport à 2011 (Dordogne : -0,09 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1681491501 2441 2291 4741 4601 5741 453
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3781 3111 4671 3201 3711 4921 4991 6971 708
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6911 6791 6011 5141 5031 2561 2761 169993
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
952809681738737746754741720
2016 - - - - - - - -
719--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2015[10], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 302 personnes, soit 42,2 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (trente-six) a augmenté par rapport à 2010 (vingt-deux) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 11,8 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune compte soixante-deux établissements[11], dont vingt-sept au niveau des commerces, transports ou services, quatorze dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, onze dans la construction, cinq dans l'industrie, et cinq relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale[12].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La Haute Loue à Miremont, en limite de Lanouaille.

Deux zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type II à dominante boisée sont constituées sur le territoire communal :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Démissionnaire.
  2. a et b Décédé en fonctions.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 391-392
  2. a et b Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 12 avril 2014.
  3. « Savignac » sur Géoportail (consulté le 18 décembre 2013).
  4. « Notice communale de Savignac-Lédrier », sur Ldh/EHESS/Cassini (consulté le 5 avril 2012)
  5. À Savignac-Lédrier, Sud Ouest édition Périgueux du 3 avril 2014, p. 20c.
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. Dossier complet - Commune de Savignac-Lédrier (24526) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 30 janvier 2019.
  11. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 30 janvier 2019).
  12. Dossier complet - Commune de Savignac-Lédrier (24526) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 30 janvier 2019.
  13. « Château de la Forge », notice no PA00082991, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 29 mai 2011.
  14. Jean-Luc Aubarbier, Michel Binet et Guy Mandon, Nouveau guide du Périgord-Quercy, page 351, Éditions Ouest France, 1987, (ISBN 2-85882-842-3)
  15. Abbé Carles, Dictionnaire des paroisses du Périgord, éditions du Roc de Bourzac, Bayac, 2004, (réédition à l'identique de celle de 1884 : Les titulaires et patrons du diocèse de Périgueux et de Sarlat), (ISBN 2-87624-125-0), p. 234.
  16. « Dalles funéraires », notice no PM24000397, base Palissy, ministère français de la Culture, consultée le 29 mai 2011.
  17. « Vallées du réseau hydrographique de la Loue an amont d'Excideuil sur le site de la DIREN Aquitaine »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  18. [PDF] Gorges de l'Auvézère, INPN, consulté le 17 mars 2019.
  19. Carte de la ZNIEFF 720000937, INPN, consultée le 17 mars 2019.