Saint-Martial-de-Valette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Martial.
Saint-Martial-de-Valette
L'église Saint-Martial de Saint-Martial-de-Valette.
L'église Saint-Martial de Saint-Martial-de-Valette.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Nontron
Canton Périgord vert nontronnais
Intercommunalité Communauté de communes du Périgord Nontronnais
Maire
Mandat
Alain Lagorce
2014-2020
Code postal 24300
Code commune 24451
Démographie
Gentilé Saint-Martialais
Population
municipale
811 hab. (2014 en diminution de 2,99 % par rapport à 2009)
Densité 52 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 31′ 02″ nord, 0° 39′ 03″ est
Altitude Min. 135 m
Max. 266 m
Superficie 15,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Martial-de-Valette

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Martial-de-Valette

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Martial-de-Valette

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Martial-de-Valette
Liens
Site web saint-martial-de-valette.fr

Saint-Martial-de-Valette est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Elle est intégrée au parc naturel régional Périgord-Limousin.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Le Bandiat aux Roches Hautes.

Au nord, la commune est arrosée par la rivière le Bandiat qui la sépare de Saint-Martin-le-Pin sur quelques centaines de mètres.

Elle est desservie par la route départementale 75 et par deux anciennes routes nationales déclassées en départementales : la 675 (ancienne route nationale 675) et la 708 (ex-route nationale 708).

Le bourg de Saint-Martial-de-Valette est situé un kilomètre au sud-ouest de Nontron.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Saint-Martial-de-Valette est limitrophe de six autres communes.

Communes limitrophes de Saint-Martial-de-Valette
Saint-Martin-le-Pin Nontron
Lussas-et-Nontronneau Saint-Martial-de-Valette
Mareuil en Périgord Saint-Front-sur-Nizonne Sceau-Saint-Angel

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune se réfère à saint Martial, évêque de Limoges au IIIe siècle[1], et au mot occitan valeta signifiant « vallon »[2], correspondant ici à celui du Bandiat.

En occitan, la commune porte le nom de Sent Marçau de Valeta[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention écrite connue du lieu remonte au début du XIVe siècle, sous la forme Sanctus Marcialis[2].

La commune porta, au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), le nom de Valette-les-Eaux[4].

En 1943, le groupement 38 "Mermoz" des Chantiers de la jeunesse, déplacé des Pyrénées vers la Dordogne, installa son poste de commandement au château de Montcheuil[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2002, Saint-Martial-de-Valette intègre dès sa création la communauté de communes du Périgord Nontronnais. Celle-ci est dissoute au et remplacée au par la communauté de communes du Périgord vert nontronnais. Au , celle-ci fusionne avec la communauté de communes du Haut-Périgord pour former la nouvelle communauté de communes du Périgord Nontronnais.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
mars 1977 juin 1995 André Cornut PS Retraité de l'éducation nationale
juin 1995 mars 2014 Gabriel Dumonteit PCF Retraité
mars 2014[6] en cours Alain Lagorce PCF  

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Saint-Martial-de-Valette se nomment les Saint-Martialais[7].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[9].

En 2014, la commune comptait 811 habitants[Note 1], en diminution de 2,99 % par rapport à 2009 (Dordogne : +1,04 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 005 1 166 838 996 1 004 1 014 1 047 1 050 1 070
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 101 1 073 1 087 1 017 1 035 1 048 1 114 1 008 954
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
987 938 948 858 804 808 831 804 793
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
841 806 788 747 855 790 819 831 811
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La carrière de calcaire de Sabouret.

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012[11], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 390 personnes, soit 47,0 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (trente-trois) a diminué par rapport à 2007 (quarante) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 8,5 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2013, la commune compte 73 établissements[12], dont trente-cinq au niveau des commerces, transports ou services, dix-huit dans la construction, onze dans l'industrie, six dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, et trois relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale[13].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Dans le secteur agroalimentaire, parmi les entreprises ayant leur siège social en Dordogne, la société Le Chèvrefeuille (fabrication de fromage), implantée à Saint-Martial-de-Valette, se classe 19e en termes de chiffre d'affaires hors taxes en 2012-2013 avec 6 147 k€[14]. Parmi l'ensemble des entreprises ayant leur siège social en Dordogne, elle se classe également en 49e position pour le chiffre d'affaires à l'exportation, avec 959 k€[15].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Abbé Carles, Dictionnaire des paroisses du Périgord, éditions du Roc de Bourzac, Bayac, 2004, (réédition à l'identique de celle de 1884 : Les titulaires et patrons du diocèse de Périgueux et de Sarlat), (ISBN 2-87624-125-0), p. 217.
  2. a et b Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 343-344
  3. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 20 novembre 2013.
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Francis A. Boddart, Les chantiers de la jeunesse et la Dordogne, 1940-1944 [Texte imprimé] : de la révolution nationale à la production industrielle, Périgueux, IFIE Éditions Périgord, , 342 p. (ISBN 978-2-916265-18-6), p. 203.
  6. À Saint-Martial-de-Valette, Sud Ouest édition Périgueux du 4 avril 2014, p. 25.
  7. Nom des habitants des communes françaises sur le site habitants.fr, consulté le 26 novembre 2016.
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  11. Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 30 novembre 2015.
  12. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 30 novembre 2015).
  13. Chiffres clés - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 30 novembre 2015.
  14. « Agroalimentaire : les 50 premières », Sud Ouest éco édition Dordogne, 13 novembre 2014, p. 32.
  15. « Export : les 50 premières », Sud Ouest éco édition Dordogne, 13 novembre 2014, p. 18.
  16. « Église Saint-Martial », notice no PA00082867, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 6 septembre 2014.
  17. Hervé Lapouge, Châteaux du Nontronnais, dans Nontron & le Pays Nontronnais, vol.1, sous la coordination de Jacques Lagrange, Pilote 24, 1996, (ISBN 2-9509149-1-8), p. 216-229.