Saint-Priest-les-Fougères

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Priest.
image illustrant une commune de la Dordogne
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Dordogne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Saint-Priest-les-Fougères
Le château d'Oche à Saint-Priest-les-Fougères.
Le château d'Oche à Saint-Priest-les-Fougères.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Nontron
Canton Thiviers
Intercommunalité Communauté de communes des Marches du Périg'Or Limousin Thiviers-Jumilhac
Maire
Mandat
Jean-Patrick Chaussadas
2014-2020
Code postal 24450
Code commune 24489
Démographie
Gentilé Saint Priestois
Population
municipale
376 hab. (2014)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 32′ 38″ nord, 1° 00′ 42″ est
Altitude Min. 257 m – Max. 411 m
Superficie 20,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Priest-les-Fougères

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Priest-les-Fougères

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Priest-les-Fougères

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Priest-les-Fougères

Saint-Priest-les-Fougères est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Elle est intégrée au parc naturel régional Périgord-Limousin.

Géographie[modifier | modifier le code]

Partie intégrante du parc naturel régional Périgord Limousin et localisée à l'extrême nord-est de la Dordogne, la commune de Saint-Priest-les-Fougères est limitrophe du département de la Haute-Vienne (commune de Bussière-Galant). Elle est arrosée par deux affluents de l'Isle, la Valouse à l'ouest et le Périgord à l'est, qui lui servent en partie de limites naturelles.

L'altitude minimale, 257 mètres, se situe au sud-est, là où le Périgord quitte la commune pour entrer sur celle de Jumilhac-le-Grand. Le point culminant, 411 mètres, se trouve au nord, en forêt de Vieillecour, à une centaine de mètres de la limite avec la commune de Saint-Pierre-de-Frugie.

Le bourg de Saint-Priest-les-Fougères est situé, en distances orthodromiques, trois kilomètres à l'est de La Coquille et seize kilomètres au nord-nord-est de Thiviers. Il est traversé par la route départementale 79. Trois kilomètres à l'ouest, les accès principaux à la commune s'effectuent au niveau de La Coquille qui se trouve sur la route nationale 21 et dispose d'une gare sur la ligne de chemin de fer Limoges-Périgueux.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune est limitrophe du département de la Haute-Vienne.

Communes limitrophes de Saint-Priest-les-Fougères
Saint-Pierre-de-Frugie Bussière-Galant
(Haute-Vienne)
La Coquille Saint-Priest-les-Fougères
Saint-Paul-la-Roche Jumilhac-le-Grand

Toponymie[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée à Saint-Priest-les-Fougères, en français et en occitan.

Le nom de Saint-Priest-les-Fougères fait référence à saint Priest (Projectus en latin), évêque de Clermont et martyr au VIIe siècle[1] et aux plantes, les fougères[2].

En occitan, la commune porte le nom de Sent Prich las Faugieras[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention écrite connue du village apparaît au XIIe siècle sous la forme Sanctus Prieth, transformé au siècle suivant en Sanctus Projectus[2].

Sur la carte de Cassini représentant la France entre 1756 et 1789, le village est identifié sous le nom de Saint Prié[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Priest-les-Fougères a, dès 1790, été rattachée au canton de Jumilhac qui dépendait du district d'Excideuil. En 1800, les districts sont supprimés. Le canton est alors rattaché à l'arrondissement de Nontron[5].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2002, Saint-Priest-les-Fougères rejoint la communauté de communes du Pays de Jumilhac-le-Grand. Celle-ci est renommée le en communauté de communes des Marches du Périg'Or Limousin Thiviers-Jumilhac[6].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
  1999 Édouard Marcelaud    
1999 mars 2008 Marcel Forestier    
mars 2008 mars 2014 Roger Brégéras SE Retraité
mars 2014[7] en cours Jean-Patrick Chaussadas    

Jumelages[modifier | modifier le code]

Huit des neuf communes de la communauté de communes du Pays de Jumilhac-le-Grand, dont Saint-Priest-les-Fougères, sont jumelées avec la municipalité allemande de Romrod depuis 2012, La Coquille l'étant depuis 1990[8].

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Saint-Priest-les-Fougères se nomment les Saint Priestois[9].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Saint-Priest-les-Fougères depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2008, 2013, 2018, etc. pour Saint-Priest-les-Fougères[10]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales. En 2014, Saint-Priest-les-Fougères comptait 376 habitants.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
808 703 759 838 984 947 948 921 933
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
986 936 921 789 869 945 941 1 071 1 081
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 072 1 076 1 064 910 843 816 802 738 680
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
592 538 508 485 443 412 389 377 376
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006 [12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012[13], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 140 personnes, soit 36,5 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (dix-neuf) a augmenté par rapport à 2007 (quatorze) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 13,8 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2013, la commune compte 45 établissements[14], dont 21 au niveau des commerces, transports ou services, onze dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, six dans la construction, quatre dans l'industrie, et trois relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale[15].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Abbé Carles, Dictionnaire des paroisses du Périgord, éditions du Roc de Bourzac, Bayac, 2004, (réédition à l'identique de celle de 1884 : Les titulaires et patrons du diocèse de Périgueux et de Sarlat), (ISBN 2-87624-125-0), p. 229-230.
  2. a et b Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 363
  3. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 5 avril 2014.
  4. St Prié sur Géoportail (consulté le 8 décembre 2013).
  5. « Notice communale de Saint-Priest-les-Fougères », sur Ldh/EHESS/Cassini (consulté le 6 juillet 2012)
  6. [PDF] « Arrêté no 2016/095 portant modification des statuts de la communauté de communes du Pays de Jumilhac-le-Grand », Préfecture de la Dordogne, 14 décembre 2016, p. 165-169.
  7. À Saint-Priest-les-Fougères, Sud Ouest édition Périgueux du 4 avril 2014, p. 25.
  8. Philippe Pagès, Bientôt les 25 ans du comité de jumelage], sur Sud Ouest du 30 octobre 2014, p. 19.
  9. Fiche commune Saint-Priest-les-Fougères, Union des maires de la Dordogne, consultée le 24 novembre 2016.
  10. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 5 avril 2014)
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  13. Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 3 décembre 2015.
  14. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 3 décembre 2015).
  15. Chiffres clés - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 3 décembre 2015.
  16. Guy Penaud, Dictionnaire biographique du Périgord, éditions Fanlac, 1999, (ISBN 2-86577-214-4),p. 752, 774.