Champniers-et-Reilhac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Champniers et Reilhac.
Page d’aide sur l’homonymie Champniers-Reilhac redirige ici.
Champniers-et-Reilhac
Le village de Champniers.
Le village de Champniers.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Nontron
Canton Périgord vert nontronnais
Intercommunalité Communauté de communes du Haut-Périgord
Maire
Mandat
Daniel Védrenne
2014-2020
Code postal 24360
Code commune 24100
Démographie
Gentilé Champniérois
Population
municipale
500 hab. (2012)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 40′ 21″ N 0° 43′ 50″ E / 45.672619, 0.7305845° 40′ 21″ Nord 0° 43′ 50″ Est / 45.672619, 0.73058
Altitude Min. 185 m – Max. 360 m
Superficie 20,40 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de Dordogne
City locator 14.svg
Champniers-et-Reilhac

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de Dordogne
City locator 14.svg
Champniers-et-Reilhac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Champniers-et-Reilhac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Champniers-et-Reilhac
Liens
Site web Site officiel

Champniers-et-Reilhac (nom officiel), ou Champniers-Reilhac (nom local), est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Aquitaine. Elle jouxte la Haute-Vienne, en région Limousin.

Elle est intégrée au parc naturel régional Périgord-Limousin.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Nauzon en limite de Champniers-et-Reilhac et Saint-Mathieu.

Localisée en Périgord vert, tout au nord du département de la Dordogne, la commune de Champniers-et-Reilhac s'étend sur 20,40 km2. En distances orthodromiques, elle se trouve 45 km à l'est d'Angoulême et autant au sud-ouest de Limoges.

La commune est traversée par le Trieux et bordée par ses affluents, le Nauzon au nord et le ruisseau de l'Étang Grolhier au sud-ouest. Celui-ci forme la retenue de l'étang Grolhier, réserve ornithologique d'une superficie d'environ 27 hectares[1] qui se situe, pour sa partie sud-est, sur la commune.

Le territoire communal repose sur le socle granitique du massif de Piégut-Pluviers[2].

Son altitude minimale, 185 mètres, se situe au nord-ouest, en amont du Moulin de Leymeronie, là où le Trieux et le Nauzon confluent en limite de Busserolles et de Maisonnais-sur-Tardoire. L'altitude maximale avec 360 mètres est atteinte à l'extrême-est, en limite de Saint-Mathieu et de Saint-Barthélemy-de-Bussière.

Le bourg de Champniers, à la jonction des routes départementales 90, 110, 111 et 675, est situé, en distances orthodromiques, à sept kilomètres au nord-est de Piégut et dix-huit kilomètres à l'est de Montbron en Charente. Le village de Reilhac est situé trois kilomètres au nord-ouest de Champniers.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune est limitrophe de cinq communes, dont deux dans le département de la Haute-Vienne. À l'est, la commune de Marval, également située en Haute-Vienne, n'est distante du territoire communal que par environ 200 mètres.

Communes limitrophes de Champniers-et-Reilhac
Maisonnais-sur-Tardoire
(Haute-Vienne)
Saint-Mathieu
(Haute-Vienne)
Busserolles Champniers-et-Reilhac
Piégut-Pluviers Saint-Barthélémy-de-Bussière

Villages, hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

(Liste non exhaustive)

Outre les villages de Champniers et de Reilhac proprement dits, la commune se compose d'autres villages ou hameaux, ainsi que de lieux-dits[3] :

Belair · Beyranne · le Bost · les Brousses · le Calvaire · la Chabanne · la Chabroulie · Chante Louve · la Chapaudie · Chèvre Morte · chez Gonneau · chez Tendeau · le Cluzeau · la Coudenie · les Fougères · la Francherie · le Grafeuil · le Grand Bost · Gué du Bost · les Juries · Laubergie · les Maisonnettes · Maisonneuve · Maison Seule · Marcillac · les Métairies · le Moulin de la Chabroulie · Papey · la Parentie · la Petite Chabane · les Petites Brousses · les Petits Moulins · les Prades · le Puy · Puyfaud · les Simonies · les Tamouzies · la Trémoulie.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée à Champniers-et-Reilhac.

Champniers-et-Reilhac est le nom officiel de la commune[4], mais localement, elle est parfois nommée Champniers-Reilhac[5].

« Champniers » signifie « champs noirs », alors que « Reilhac » correspond au « domaine de Regulius », nom d'un personnage gallo-roman auquel a été ajouté le suffixe -acum[6].

En occitan, la commune porte le nom de Champs Niers e Relhac[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

La voie antique de Périgueux à Poitiers passe près de Reilhac. Une villa gallo-romaine a été découverte en 1922 près de l'étang des Petits Moulins[8] alimenté par le Trieux, en bordure sud de la commune.

Si les premières mentions connues des lieux remontent au XIVe siècle sous les formes « Champnier » et Relhacum, les églises des deux sites ont été bâties deux siècles auparavant[6],[8]. Sur la carte de Cassini représentant la France entre 1756 et 1789, le village de Reilhac est identifié sous le nom de Reilliat[9].

En 1805, les communes de Champniers et de Reilhac fusionnent sous le nom de Reilhac-et-Champniers[10]. À la suite du transfert du chef-lieu de la commune de Reilhac vers Champniers en 1847, Reilhac-et-Champniers prend le nom de Champniers-et-Reilhac[10].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

Dès 1790, la commune de Champniers a été rattachée au canton de Bussière qui dépendait du district de Nontron jusqu'en 1795, date de suppression des districts. En 1801, ce canton devient le canton de Bussière-Badil, dépendant de l'arrondissement de Nontron[11]. En 1805, la commune est intégrée à celle de Reilhac-et-Champniers puis, suite au transfert du chef-lieu de Reilhac vers Champniers, la commune devient Champniers-et-Reilhac en 1847[11].

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du 21 février 2014, le canton de Nontron disparaît aux élections départementales de mars 2015[12]. La commune est alors rattachée au canton du Périgord vert nontronnais, dont le bureau centralisateur reste fixé à Nontron.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2000, Champniers-et-Reilhac intègre dès sa création la communauté de communes du Périgord vert granitique. Celle-ci est dissoute au 31 décembre 2013 et remplacée au 1er janvier 2014 par la communauté de communes du Haut-Périgord.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La population de la commune étant comprise entre 500 et 1 499 habitants au recensement de 2010, quinze conseillers municipaux ont été élus en 2014[13],[14].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'étage du bâtiment de la mairie.
Liste des maires successifs[15]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
(1882 ou avant) mars 1890 Numa du Plantier[Note 1]    
avril 1890 juin 1890 Aimé Jardry[Note 1]    
août 1890 1896 Raymond Barbe    
1896 mai 1901 Charles Dubouché[Note 2]    
mai 1901 septembre 1910 Albert Grandchamp    
septembre 1910 1917 Pierre Marcillaud   Négociant
1917 1918 Antoine Martial    
1918 mai 1925 Jean Lavaure    
mai 1925 mars 1959 Lavoix (dit Henri) Bourdeau    
mars 1959 mars 1971 Artur de La Rochefoucauld    
mars 1971 mars 1977 Germain Lhomme    
mars 1977 mars 1983 Jean Giraud    
mars 1983 mars 2008 Marc Robert    
mars 2008[16] (réélu en avril 2014) en cours Daniel Védrenne DVD Artisan charpentier couvreur

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Dans les domaines judiciaire et administratif, Champniers-et-Reilhac relève[17] :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Champniers-et-Reilhac se nomment les Champniérois[18]

La commune de Champniers a existé jusqu'en 1805, date à laquelle elle a fusionné avec celle de Reilhac sous le nom de Reilhac-et-Champniers, jusqu'en 1847, année lors de laquelle la commune prend le nom de Champniers-et-Reilhac.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués depuis 1793 à Champniers puis à Champniers-et-Reilhac. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2007, 2012, 2017, etc. pour Champniers-et-Reilhac[19]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales. En 2012, Champniers-et-Reilhac comptait 500 habitants.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881
810 816 1 116 1 136 1 085 1 140 1 026 1 136 1 136
1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931
1 126 1 182 1 147 1 130 1 119 1 060 991 986 918
1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999
859 788 750 694 661 554 548 544 533
2006 2007 2012 - - - - - -
511 508 500 - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2004[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

En 2013, Champniers-et-Reilhac est organisée en regroupement pédagogique intercommunal[21] (RPI) avec la commune de Piégut-Pluviers au niveau des classes de primaire. La commune se charge des classes de cours élémentaire, le cours préparatoire et les classes de cours moyen s'effectuant à Piégut-Pluviers.

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2009[22], la population active totale de la commune représente 185 personnes, soit 37,3 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (20) s'est abaissé par rapport à 1999 (34) et le taux de chômage de la population active s'établit à 10,6 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2010, la commune compte cinquante-neuf établissements dont vingt-quatre dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, seize au niveau des commerces, transports ou services, onze dans la construction, cinq dans l'industrie, et trois dans l'administration publique, l'enseignement, la santé ou l'action sociale[23].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

L'étang des Petits Moulins, alimenté par le Trieux.

Parc naturel régional Périgord-Limousin[modifier | modifier le code]

Depuis sa création en 1998, le parc naturel régional Périgord-Limousin intègre la commune de Champniers-et-Reilhac[27], confirmée en 2011[28].

ZNIEFF[modifier | modifier le code]

Sur le territoire communal, les vallées du Trieux, du Nauzon et du ruisseau de la Francherie, ainsi que l'étang Grolhier, appartiennent à la zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type 1 des « Vallées du réseau hydrographique de la Tardoire et du Trieux », remarquable pour sa flore et la qualité de ses eaux[29],[30],[31].

Site remarquable[modifier | modifier le code]

Au sud-ouest du territoire communal, l'étang Grolhier est un site naturel inscrit depuis 1979[32].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Décédé en fonctions.
  2. Démissionnaire.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Étang Grolhier sur le site du Périgord vert, consulté le 22 février 2013.
  2. Patrick Ranoux, préface de René Pijassou, Atlas de la Dordogne-Périgord, Ouvrage publié à compte d'auteur, Speed impression, 1996, (ISBN 978-2-9501-4761-5), p. 18-19
  3. Champniers-et-Reilhac sur Géoportail. Consulté le 28 mai 2015.
  4. Code officiel géographique de Champniers-et-Reilhac sur le site de l'Insee, consulté le 22 juillet 2013.
  5. Champniers Reilhac sur le site de l'Office de tourisme intercommunal du Haut-Périgord à Piégut, consulté le 24 mai 2015.
  6. a et b Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 96.
  7. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 15 février 2014.
  8. a, b et c L'histoire sur le site officiel de Champniers-et-Reilhac, consulté le 5 février 2013.
  9. Reilliat sur Géoportail. Consulté le 24 mai 2015.
  10. a et b « Notice communale de Reilhac », sur Ldh/EHESS/Cassini (consulté le 23 janvier 2013).
  11. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 28 mai 2015).
  13. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 28 mai 2015.
  14. Résultats des élections municipales et communautaires 2014 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 28 mai 2015.
  15. Registres de délibérations communales (période 1882-1983) de la mairie de Champniers-et-Reilhac, vus le 25 juillet 2013.
  16. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 16 août 2014.
  17. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 28 mai 2015).
  18. Fiche de Champniers-et-Reilhac sur le site de l'Union des maires de la Dordogne, consulté le 28 mai 2015.
  19. « Calendrier de recensement », sur Insee (archive) (consulté le 18 mars 2015)
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2012.
  21. École élémentaire publique à Champniers-et-Reilhac sur le site de l'académie de Bordeaux, consulté le 25 juillet 2013.
  22. [PDF] Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux EMP T2 et EMP T4, p. 5 sur le site de l'Insee, consulté le 24 mai 2015.
  23. [PDF] Chiffres clés - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1, p. 16 sur le site de l'Insee, consulté le 24 mai 2015.
  24. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X), p. 72
  25. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X), p. 233
  26. « Église Saint-Paul de Reilhac », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 5 février 2013.
  27. Décret 98-150 du 9 mars 1998 sur Légifrance, consulté le 22 juillet 2013.
  28. Décret 2011-998 du 24 août 2011 sur Légifrance, consulté le 22 juillet 2013.
  29. « Vallées du réseau hydrographique de la Tardoire et du Trieux » - 720012831. Fiche et cartographie ZNIEFF Natura 2000 sur inpn.mnhn.fr.
  30. [PDF] Vallées du réseau hydrographique de la Tardoire et du Trieux sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 22 juillet 2013.
  31. Carte des vallées du réseau hydrographique de la Tardoire et du Trieux sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 22 juillet 2013.
  32. [PDF] Etang de Grolhier sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 22 juillet 2013.