NGC 383

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

NGC 383
Image illustrative de l’article NGC 383
La galaxie lenticulaire NGC 383
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Poissons
Ascension droite (α) 01h 07m 24,9s[1]
Déclinaison (δ) 32° 24′ 45″ [1]
Magnitude apparente (V) 12,2 [2]
13,2 dans la Bande B [2]
Brillance de surface 13,53 mag/am2[2]
Dimensions apparentes (V) 2,0 × 1,7 [2]
Décalage vers le rouge +0,017005 ± 0,000039 [1]
Angle de position 30° [2]

Localisation dans la constellation : Poissons

(Voir situation dans la constellation : Poissons)
Pisces IAU.svg
Astrométrie
Vitesse radiale 5 098 ± 12 km/s [1]
Distance 70,82 ± 4,97 Mpc (∼231 millions d'a.l.)[1]
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie lenticulaire
Type de galaxie SA0-[1]: E-S0[2] E/S0?[3]
Dimensions environ 38,70 kpc (∼126 000 a.l.)[1]
Découverte
Découvreur(s) William Herschel[3]
Date [3]
Désignation(s) PGC 3982
MCG 5-3-53
UGC 689
CGCG 501-87
KCPG 23B
VV 193
Z 0104.7+3209
3C 31
Arp 331[2]
Liste des galaxies lenticulaires

NGC 383 est une galaxie lenticulaire située dans la constellation des Poissons. Sa vitesse par rapport au fond diffus cosmologique est de 4 801 ± 24 km/s, ce qui correspond à une distance de Hubble de 70,8 ± 5,0 Mpc (∼231 millions d'a.l.)[1]. NGC 383 a été découvert par l'astronome germano-britannique William Herschel en 1784.

À ce jour, plus d'une trentaine de mesures non basées sur le décalage vers le rouge (redshift) donnent une distance de 66,518 ± 11,795 Mpc (∼217 millions d'a.l.)[4], ce qui est à l'intérieur des valeurs de la distance de Hubble.

Selon la base de données Simbad, NGC 383 est une radiogalaxie[5].

Trou noir supermassif[modifier | modifier le code]

Basée sur la vitesse interne de la galaxie mesurée par le télescope spatial Hubble, la masse du trou noir supermassif au centre de la galaxie NGC 383 serait comprise entre 290 millions et 1,3 milliard de [6].

La chaine de galaxies Arp 331 et le Groupe de NGC 452[modifier | modifier le code]

NGC 383 est le membre dominant de la chaine de galaxies Arp 331 [1]. C'est une puissante radiogalaxie avec des jets intérieurs coniques de forme irrégulière qui s'étendent jusqu'à environ 300 kpc (∼978 000 a.l.) du centre[7]. On peut voir sur l'image de droite la poussière présente dans NGC 383[7]. On pense que les jets de matière sont alimentés par un disque d'accrétion qui entoure un trou noir supermassif[7].

NGC 383 avec les galaxies NGC 375, NGC 379, NGC 380, NGC 382, NGC 384, NGC 385, NGC 386, NGC 387 et NGC 388 ont été inscrites dans l'atlas Arp sous la cote Arp 331. L'Atlas Arp cite Arp 331 comme un exemple d'une chaine de galaxies[3]. Puisque NGC 375 est à environ 80,2 Mpc (∼262 millions d'a.l.) et NGC 384 à environ 58,0 Mpc (∼189 millions d'a.l.) de nous, certaines des galaxies d'Arp 331 sont très éloignées entre elles. Les galaxies de cette chaine n'appartiennent donc pas toutes à un groupe de galaxies. Cependant NGC 383[8] et plusieurs galaxies de cette chaîne appartiennent au groupe de NGC 452, la plus grosse galaxie d'un groupe de plus d'une vingtaine de membres.

La chaine de galaxies Arp 331. (SDSS)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h (en) « Results for object NGC 383 », NASA/IPAC Extragalactic Database (consulté le )
  2. a b c d e f et g « Les données de «Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke» sur le site ProfWeb, NGC 300 à 399 »
  3. a b c et d (en) Courtney Seligman, « Celestial Atlas Table of Contents, NGC 383 » (consulté le )
  4. « Your NED Search Results, Distance Results for NGC 383 », sur ned.ipac.caltech.edu (consulté le )
  5. (en) « Simbad, NGC 383 -- Radio Galaxy » (consulté le )
  6. A. Beifiori, M. Sarzi, E.M. Corsini, E. Dalla Bontà, A. Pizzella, L. Coccato et F. Bertola, « UPPER LIMITS ON THE MASSES OF 105 SUPERMASSIVE BLACK HOLES FROM HUBBLE SPACE TELESCOPE/SPACE TELESCOPE IMAGING SPECTROGRAPH ARCHIVAL DATA », The Astrophysical Journal, vol. 692#1,‎ , p. 856-868 (DOI 10.1088/0004-637X/692/1/856, lire en ligne)
  7. a b et c « NRAO Image Gallery », sur images.nrao.edu (consulté le )
  8. Abraham Mahtessian, « Groups of galaxies. III. Some empirical characteristics », Astrophysics, vol. 41 #3,‎ , p. 308-321 (DOI 10.1007/BF03036100, lire en ligne, consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 375  •  NGC 376  •  NGC 377  •  NGC 378  •  NGC 379  •  NGC 380  •  NGC 381  •  NGC 382  •  NGC 383  •  NGC 384  •  NGC 385  •  NGC 386  •  NGC 387  •  NGC 388  •  NGC 389  •  NGC 390  •  NGC 391