NGC 128

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

NGC 128
Image illustrative de l’article NGC 128
La galaxie lenticulaire NGC 128
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Poissons
Ascension droite (α) 00h 29m 15,0s[1]
Déclinaison (δ) 02° 51′ 51″ [1]
Magnitude apparente (V) 11,8[2]
12,8 dans la Bande B[2]
Brillance de surface 12,41 mag/am2[2]
Dimensions apparentes (V) 2,5 × 0,7[2]
Décalage vers le rouge +0,014146 ± 0,000053[1]
Angle de position [2]

Localisation dans la constellation : Poissons

(Voir situation dans la constellation : Poissons)
Pisces IAU.svg
Astrométrie
Vitesse radiale 4 241 ± 16 km/s [1]
Distance 57,40 ± 4,04 Mpc (∼187 millions d'a.l.)[1]
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie lenticulaire
Type de galaxie S0 pec[1] S0[2] SB0? pec[3]
Dimensions environ 42,45 kpc (∼138 000 a.l.)[1]
Découverte
Découvreur(s) William Herschel[3]
Date [3]
Désignation(s) PGC 1791
UGC 292
MCG 0-2-51
CGCG 383-29[2]
Liste des galaxies lenticulaires

NGC 128 est une galaxie lenticulaire située dans la constellation des Poissons. Sa vitesse par rapport au fond diffus cosmologique est de 3 891 ± 29 km/s, ce qui correspond à une distance de Hubble de 57,4 ± 4,0 Mpc (∼187 millions d'a.l.)[1]. NGC 128 a été découvert par l'astronome germano-britannique William Herschel en 1790.

À ce jour, sept mesures non basées sur le décalage vers le rouge (redshift) donnent une distance de 48,643 ± 23,321 Mpc (∼159 millions d'a.l.)[4], ce qui est à l'intérieur des valeurs de la distance de Hubble.

Supernova[modifier | modifier le code]

La supernova SN 2004fe a été découverte le 30 octobre dans NGC 128 par un groupe d'astronomes dans le cadre du programme conjoint LOSS/KAIT (Lick Observatory Supernova Search de l'Observatoire de Lick et The Katzman Automatic Imaging Telescope de l'université de Californie à Berkeley. Cette supernova était de type Ia[5].

Groupe de NGC 128[modifier | modifier le code]

NGC 128 est la plus grosse galaxie du groupe de galaxies qui porte son nom. Le groupe de NGC 128 comprend les galaxies NGC 126, NGC 127 et NGC 130[3] ainsi que les galaxies UGC 275, UGC 277, UGC 281, UGC 282, UGC 283, MCG 0-2-45 et MCG 0-2-47[6]. Il existe un pont de matière entre NGC 128 et NGC 127 créé par la forte interaction gravitationnelle entre ces deux galaxies[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h (en) « Results for object NGC 128 », NASA/IPAC Extragalactic Database (consulté le )
  2. a b c d e f et g « Les données de «Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke» sur le site ProfWeb, NGC 100 à 199 »
  3. a b c d et e (en) Courtney Seligman, « Celestial Atlas Table of Contents, NGC 128 » (consulté le )
  4. « Your NED Search Results, Distance Results for NGC 128 », sur ned.ipac.caltech.edu (consulté le )
  5. (en) « Bright Supernovae - 2014 » (consulté le )
  6. A.M. Garcia, « General study of group membership. II - Determination of nearby groups », Astronomy and Astrophysics Supplement Series, vol. 100 #1,‎ , p. 47-90 (Bibcode 1993A&AS..100...47G)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 120  •  NGC 121  •  NGC 122  •  NGC 123  •  NGC 124  •  NGC 125  •  NGC 126  •  NGC 127  •  NGC 128  •  NGC 129  •  NGC 130  •  NGC 131  •  NGC 132  •  NGC 133  •  NGC 134  •  NGC 135  •  NGC 136