NGC 4

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

NGC 4
Image illustrative de l’article NGC 4
La galaxie lenticulaire NGC 4
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Poissons
Ascension droite (α) 00h 07m 24,4s[1]
Déclinaison (δ) 08° 22′ 26″ [1]
Magnitude apparente (V) 15,8[2]
16,9 dans la Bande B[2]
Brillance de surface 13,94 mag/am2[2]
Dimensions apparentes (V) 0,6 × 0,3[2]
Décalage vers le rouge 0,029409 ± 0,000000 [1]

Localisation dans la constellation : Poissons

(Voir situation dans la constellation : Poissons)
Pisces IAU.svg
Astrométrie
Vitesse radiale 8 817 ± 0 km/s [1]
Distance 124,72 ± 8,74 Mpc (∼407 millions d'a.l.)[1]
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie lenticulaire
Type de galaxie S0[2] S0/a
Dimensions environ 33,00 kpc (∼108 000 a.l.)[1]
Découverte
Découvreur(s) Albert Marth[3]
Date [3]
Désignation(s) PGC 212468[2]
Liste des galaxies lenticulaires

NGC 4 est une galaxie spirale située dans la constellation des Poissons. Sa vitesse par rapport au fond diffus cosmologique est de 8 456 ± 25 km/s ce qui correspond à une distance de Hubble de 124,7 ± 8,7 Mpc (∼407 millions d'a.l.)[1]. NGC 4 a été découvert par l'astronome allemand Albert Marth en 1864.

Histoire de la découverte[modifier | modifier le code]

NGC 4 a été découverte par Albert Marth en 1864 en utilisant le télescope de 121,9 cm de William Lassell situé sur l'île de Malte. Marth a positionné NGC 4 à 5,2 minutes d'arc nord-est de NGC 3 qu'il a découvert la même nuit. En 1888, John Dreyer l'incorpore dans le New General Catalogue sous le nom de NGC 4, la décrivant comme une galaxie faible[4].

Sa faible luminosité apparente conduira au fil des années à identifier une autre galaxie faible dans la région de NGC 4 : NPM1G +07.0004, qui est tout de même à 15' sud-est de NGC 3. Cette identification est présente dans le Revised New General Catalogue (RNGC), publié en 1973 et contenant de nombreuses corrections des erreurs du catalogue original accumulés au fil des ans[5].

L'identification actuelle se situe à 4,7' nord-est de NGC 3, soit presque une minute d'arc au nord de la position initiale donnée par Marth, et est le résultat d'études menées sur les écrits originaux du découvreur[6],[7].

Observation[modifier | modifier le code]

NGC 4 est à environ 4,7' nord-est de NGC 3 et à environ 2,9' ouest de l'étoile de neuvième magnitude : SAO 109022, et présente une zone de faiblesse de forme allongée dans le sens NE-SW, pour la trouver, il faut au moins un télescope d'au moins 250 mm d'ouverture. Le noyau est évident dans les télescopes de taille majeure et ressemble à un renflement au milieu de la trainée lumineuse.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

NGC 4 est une faible galaxie lenticulaire de magnitude apparente visuelle 15,9 et de petite taille angulaire (0,6 × 0,3 minutes d'arc). Dans le système de classification de Hubble, NGC 4 est classée comme une galaxie lenticulaire (type SO), ce type de galaxie se présente par un noyau sphérique et mince, comme dans les galaxies spirales, mais à cause de leur faible (ou nulle) teneur en matière interstellaire, elles n'ont pas de bras spiraux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g (en) « Results for object NGC 4 », NASA/IPAC Extragalactic Database (consulté le )
  2. a b c d e et f « Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke, NGC 1 à 99 », sur dpelletier.profWeb.ca (consulté le )
  3. a et b (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le )
  4. John L.E. Dreyer, New general catalogue of nebulæ and clusters of stars (1888) - Index catalogue (1895) - Second index catalogue (1908), Memoirs of the Royal Astronomical Society, Londres, , jpg (lire en ligne), p. 14.
  5. (en) J.W. Sulentic et W.G. Tifft, The revised new catalogue of nonstellar astronomical objects, Tucson (Arizona), University of Arizona Press, (lire en ligne)
  6. Steve Gottlieb, « Some Corrections to the RNGC - 2 », Webb Society Quarterly Journal, vol. 72,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le )
  7. (en) R.W. Sinnott, NGC 2000.0, The Complete New General Catalogue and Index Catalogue of Nebulae and Star Clusters by J.L.E. Dreyer, Cambridge, Sky Publishing Corporation and Cambridge University Press, (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Livre[modifier | modifier le code]

  • Charles J. Lada, The Origin of Stars and Planetary Systems, Kluwer Academic Publishers,
  • (it) Antonio De Blasi, Le stelle: nascita, evoluzione e morte, CLUEB ; Bologna,

Carte céleste[modifier | modifier le code]

  • Wil Tirion, Barry Rappaport, George Lovi, Uranometria 2000.0 - Volume I & II, Willmann-Bell, inc. ; Richmond, Virginia, USA,
  • (en) Wil Tirion, Roger W Sinnott, Sky Atlas 2000.0 - Second Edition, Cambridge University Press ; Cambridge, USA,
  • (en) Wil Tirion, The Cambridge Star Atlas 2000.0, 3e édition, Cambridge University Press ; Cambridge, USA,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 1  •  NGC 2  •  NGC 3  •  NGC 4  •  NGC 5  •  NGC 6  •  NGC 7  •  NGC 8  •  NGC 9  •  NGC 10  •  NGC 11  •  NGC 12