NGC 278

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

NGC 278
Image illustrative de l’article NGC 278
La galaxie spirale intermédiaire NGC 278
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Cassiopée
Ascension droite (α) 00h 52m 04,3s[1]
Déclinaison (δ) 47° 33′ 02″
Magnitude apparente (V) 10,8[2]
11,5 dans la Bande B[2]
Brillance de surface 12,36 mag/am2[3]
Dimensions apparentes (V) 2,1 × 2,0[2]
Décalage vers le rouge +0,002090 ± 0,000003[1]
Angle de position 12°[2]

Localisation dans la constellation : Cassiopée

(Voir situation dans la constellation : Cassiopée)
Cassiopeia IAU.svg
Astrométrie
Vitesse radiale 627 ± 1 km/s [4]
Distance 8,6 ± 0,6 Mpc (∼28 millions d'a.l.)[5]
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie spirale intermédiaire
Type de galaxie SAB(rs)b[1] SBb[2] (R)SA(rs)b?[6]
Dimensions 17 000 a.l. [7]
Découverte
Découvreur(s) William Herschel[6]
Date 11 décembre 1786[6]
Désignation(s) PGC 3051
MCG 8-2-16
UGC 528
IRAS 00492+4716[2]
Liste des galaxies spirales intermédiaires

NGC 278 est une galaxie spirale intermédiaire située dans la constellation de Cassiopée à environ 28 millions d'années-lumière de la Voie lactée. Elle a été découverte par le l'astronome germano-britannique William Herschel en 1864.

NGC 278 a été utilisé par Gérard de Vaucouleurs comme une galaxie de type morphologique SA(rs)b dans son atlas des galaxies[8],[9].

La classe de luminosité de NGC 278 est II et elle présente une large raie HI. Elle renferme également des régions d'hydrogène ionisé[1],[10].

Des mesures non basées sur le décalage vers le rouge (redshift) donnent une distance de 18,620 ± 6,883 Mpc (∼60,7 millions d'a.l.) [11], ce qui est à l'extérieur des distances calculées en employant la valeur du décalage [5]. Puisque NGC 278 est une galaxie rapprochée, elle est peu influencée par l'expansion de l'Univers et cette distance est plus fiable que celle calculée à partir du décalage vers le rouge.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

NGC 278 est une petite galaxie compacte relativement près du Groupe local avec une brillance de surface élevée et un haut taux de formation d'étoiles dans un rayon de 2 kiloparsecs, qui peut avoir été causé par la fusion de cette galaxie avec un compagnon plus petit[12].

Un disque entourant le noyau[modifier | modifier le code]

Grâce aux observation du télescope spatial Hubble, on a détecté un disque de formation d'étoiles autour du noyau de NGC 278. La taille de son demi-grand axe est estimée à 260 pc (~850 années-lumière)[13].

Culture[modifier | modifier le code]

En 2020, cette galaxie a été offerte au boys band coréen GOT7 à l'occasion de leur 6ème anniversaire[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 278 (consulté le )
  2. a b c d e et f « Les données de «Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke» sur le site ProfWeb, NGC 200 à 299 »
  3. La brillance de surface (S) se calcule à partir de la magnitude apparente (m) et de la surface de la galaxie selon l'équation
  4. On obtient la vitesse de récession d'une galaxie à l'aide de l'équation v = z×c, où z est le décalage vers le rouge (redshift) et c la vitesse de la lumière. L'incertitude relative de la vitesse Δv/v est égale à celle de z étant donné la grande précision de c.
  5. a et b On obtient la distance qui nous sépare d'une galaxie à l'aide de la loi de Hubble : v = Hod, où Ho est la constante de Hubble (70 ± 5 (km/s)/Mpc). L'incertitude relative Δd/d sur la distance est égale à la somme des incertitudes relatives de la vitesse et de Ho.
  6. a b et c (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le )
  7. On obtient le diamètre d'une galaxie par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus grande dimension.
  8. Atlas des galaxies de Vaucouleurs sur le site du professeur Seligman, NGC 278
  9. (en) « The Galaxy Morphology Website, NGC 278 » (consulté le )
  10. Luis C. Ho, Alexei V. Filippenko et Wallace L. W. Sargent, « A Search for 'Dwarf' Seyfert Nuclei. III. Spectroscopic Parameters and Properties of the Host Galaxies », Astrophysical Journal Supplement, vol. 112,‎ , p. 315 (DOI 10.1086/313041, lire en ligne)
  11. « Your NED Search Results », sur ned.ipac.caltech.edu (consulté le )
  12. J. H. Knapen, L. F. Whyte, W. J. G. de Blok et J. M. van der Hulst, « The nuclear ring in the unbarred galaxy NGC 278: Result of a minor merger? », Astronomy & Astrophysics, vol. 423,‎ , p. 481-493 (DOI 10.1051/0004-6361:20034336, lire en ligne)
  13. S. Comerón, J. H. Knapen, J. E. Beckman, E. Laurikainen, H. Salo, I. Martínez-Valpuesta et R. J. Buta, « AINUR: Atlas of Images of NUclear Rings », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 402#4,‎ , p. 2462-2490 (DOI 10.1111/j.1365-2966.2009.16057.x, Bibcode 2010MNRAS.402.2462C, lire en ligne [PDF])
  14. (en) « AHGASES bought naming rights to a Galaxy for GOT7 to celebrate their 6th anniversary », sur allkpop (consulté le )

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 270  •  NGC 271  •  NGC 272  •  NGC 273  •  NGC 274  •  NGC 275  •  NGC 276  •  NGC 277  •  NGC 278  •  NGC 279  •  NGC 280  •  NGC 281  •  NGC 282  •  NGC 283  •  NGC 284  •  NGC 285  •  NGC 286