Petit Nuage de Magellan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nuage (homonymie) et Magellan.
Petit Nuage de Magellan
Petit Nuage de Magellan, avec l'amas ouvert NGC 346 associé à la région H II N66 dans la partie inférieure du cliché[1]
Petit Nuage de Magellan, avec l'amas ouvert NGC 346 associé à la région H II N66 dans la partie inférieure du cliché[1]
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Toucan
Ascension droite (α) 00h 52m 38,0s[2]
Déclinaison (δ) −72° 48′ 01″ [2]
Coordonnées galactiques = 302,8084 · b = -44,3277[2]
Distance 199 000 al[3]
(61 013,7 pc)
Magnitude apparente (V) 2,2[4]
2,8 dans la Bande B[4]
Brillance de surface 14,1 mag/as²[4]
Dimensions apparentes (V) 319,10 × 205,1[4]
Angle de position 45°[4]
Vitesse radiale 158 km/s km/s[2]
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie spirale magellanique
Type de galaxie SB(s)m[5]
Dimensions 655 a.l. [6]
Découverte
Découvreur(s) Amerigo Vespucci[réf. nécessaire]
Date 1503
Désignation(s) NGC 292
PGC 3085
ESO 29-G21
Liste des objets célestes

Le Petit Nuage de Magellan, souvent abrégé en SMC dans la littérature en référence à l'anglais Small Magellanic Cloud, est une galaxie naine de type SB(s)m appartenant au Groupe local et située dans la constellation du Toucan. Satellite de la Voie lactée, il s'agit d'une petite galaxie irrégulière apparentée à une galaxie spirale magellanique dont la barre est visible mais le bras spiral très dispersé, située à une distance d'environ environ 61 kpc (∼199 000 a.l.) du Soleil.

Avec une magnitude apparente visuelle de 2,2, c'est l'un des objets les plus éloignés pouvant être vus à l’œil nu. Compte tenu de sa déclinaison de près de -73°, il n'est visible aisément que depuis l'hémisphère sud, apparaissant comme une petite tache laiteuse et floue s'étendant sur environ 3° de large. Cependant, en raison de sa très faible brillance de surface, il n'est clairement visible que depuis un lieu éloigné de toute pollution lumineuse. Il a semble-t-il été mentionné pour la première fois par le navigateur Amerigo Vespucci dans le compte-rendu de son voyage des années 1503-1504, mais ce fut l'expédition de Magellan autour du monde qui le popularisa et qui lui donna son nom.

Le Petit Nuage de Magellan (à gauche) en compagnie du Grand Nuage de Magellan.

Il forme une paire avec le Grand Nuage de Magellan, qui est situé 20° plus à l'est. Comme lui, c’est apparemment une ancienne galaxie spirale barrée qui a été déformée par les forces de marée de la Voie Lactée. Le Petit Nuage de Magellan est aussi un membre du Groupe local, le 4e objet le plus proche de notre galaxie. Le Petit Nuage de Magellan est relié au Grand Nuage par un pont de gaz et d'étoiles appelé pont magellanique. Il contribue également au courant magellanique, une structure probablement arrachée aux deux nuages par les forces de marée galactique de la Voie lactée.

Par sa composition et sa morphologie, il est semblable à la galaxie de Barnard (NGC 6822), une galaxie naine irrégulière barrée située à environ 1,6 million d'années-lumière (500 kpc) dans la constellation du Sagittaire.

Dans la Voie Lactée[modifier | modifier le code]

Les deux Nuages de Magellan sont des galaxies satellites de la voie lactée :

Voie lactée Galaxie naine du Sagittaire Galaxie naine du Sextant Grand Nuage de Magellan Petit Nuage de Magellan Galaxie naine du Sculpteur Galaxie naine du Fourneau Galaxie naine de la Carène Galaxie naine du Bouvier Ursa Major II Ursa Major I Galaxie naine de la Petite Ourse Galaxie naine du Dragon
À propos de cette image
Satellites de la Voie lactée. Cliquer sur les galaxies ou leur désignation pour accéder à leur page.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Hubble & ESA « Small Magellanic Cloud (ground-based image) ».
  2. a, b, c et d (en) Petit Nuage de Magellan sur la base de données Simbad du Centre de données astronomiques de Strasbourg.
  3. (en) R. W. Hilditch, I. D. Howarth, T. J. Harries, « Forty eclipsing binaries in the Small Magellanic Cloud: fundamental parameters and Cloud distance », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 351, no 1,‎ , p. 304-324 (lire en ligne) DOI:10.1111/j.1365-2966.2005.08653.x
  4. a, b, c, d et e (en) « Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke » (consulté le 22 février 2016)
  5. (en) NASA/IPAC EXTRAGALACTIC DATABASE « Small Magellanic Cloud ».
  6. On obtient le diamètre d'une galaxie par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus grande dimension.
  7. (en) HubbleSite – 8 janvier 2007 « Hubble Observes Infant Stars in Nearby Galaxy ».
  8. (en) Hubble & Agence spatiale européenne – 18 avril 2006 « Magellanic gemstone in the southern sky [NGC 265] ».
  9. (en) Observatoire européen austral – 30 mars 2011 « The star cluster and nebula NGC 371 ».
  10. (en) NASA Goddard Space Flight Center - Space Telescope Science Institute – 24 septembre 1997 « N81 in the Small Magellanic Cloud ».
  11. (en) Observatoire européen austral – 24 février 2010 « Star-forming region NGC 346 ».
  12. (en) Hubble & Agence spatiale européenne – 31 juillet 2006 « Extraterrestrial Fireworks ».
  13. (en) NASA Jet Propulsion Laboratory Caltech – 6 juin 2006 « Dusty Death of a Massive Star ».

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 284  •  NGC 285  •  NGC 286  •  NGC 287  •  NGC 288  •  NGC 289  •  NGC 290  •  NGC 291  •  NGC 292  •  NGC 293  •  NGC 294  •  NGC 295  •  NGC 296  •  NGC 297  •  NGC 298  •  NGC 299  •  NGC 300  •