NGC 404

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

NGC 404
NGC 404 dans la lueur de Mirach d'où son surnom de «fantôme de Mirach». (DSS)
NGC 404 dans la lueur de Mirach d'où son surnom de «fantôme de Mirach». (DSS)
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Andromède
Ascension droite (α) 01h 09m 27,0s[1]
Déclinaison (δ) 35° 43′ 05″
Distance 3,855 ± 2,036 Mpc (∼12,6 millions d'a.l.) [2]
Magnitude apparente (V) 10,0 [3]
11,0 dans la Bande B [3]
Brillance de surface 12,8 mag/as2[3]
Dimensions apparentes (V) 3,5 × 3,5 [3]
Redshift -0,000160 ± 0,000030 [1]
Angle de position ? [3]
Vitesse radiale -48 ± 9 km/s[4]

Localisation dans la constellation : Andromède

(Voir situation dans la constellation : Andromède)
Andromeda IAU.svg
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie lenticulaire
Type de galaxie E/SA0?(s) [5]
Dimensions 12 800 a.l. [6]
Découverte
Découvreur(s) William Herschel [5]
Date 13 septembre 1784 [5]
Désignation(s) PGC 4126
MCG 6-3-18
ZWG 520.20
UGC 718
IRAS01066+3527 [3]
Liste des galaxies lenticulaires

NGC 404 est une galaxie lenticulaire naine située à environ 10 millions d'années-lumière dans la constellation d'Andromède. Elle a été découverte par William Herschel en 1784. NGC 404 se trouve juste au-delà du Groupe local et ne semble pas gravitationnellement liée à ce dernier.

Observation[modifier | modifier le code]

NGC 404 est visible à l'aide de petits télescopes[7]. La galaxie est située à environ 7 minutes d'arc de l'étoile Mirach. Surnommée « Mirach's Ghost » (le fantôme de Mirach), NGC 404 est une cible difficile à observer ou à photographier en raison de l'intensité lumineuse de l'étoile[7],[8].

Caractéristiques physiques[modifier | modifier le code]

NGC 404 est une galaxie lenticulaire naine très isolée, un peu plus lumineuse et plus petite que le Petit Nuage de Magellan[9]. Contrairement à beaucoup d'autres galaxies de type précoce, elle est très riche en hydrogène neutre, la plus grande partie de ce dernier étant concentrée sur une paire de grands anneaux autour d'elle[10]. Il y a également des formations d'étoiles à la fois en son centre[11] et dans ses régions périphériques[12].

Le disque de gaz extérieur ainsi que la formation d'étoiles auraient été créés par une ou plusieurs fusions de galaxies avec de plus petites galaxies il y a environ un milliard d'années[12]. NGC 404 serait possiblement une ancienne galaxie spirale qui aurait été ainsi transformée en une galaxie lenticulaire[11].

Émission LINER[modifier | modifier le code]

NGC 404 contient une région à faible ionisation nucléaire émission en ligne (LINER), un type de région qui se caractérise par l'émission de la raie spectrale des atomes faiblement ionisés[13]. Un amas d'étoiles nucléaire est également présent ainsi qu'un trou noir supermassif, avec une masse de plusieurs dizaines de milliers de masse solaires[10].

Mesures de distance[modifier | modifier le code]

Au moins deux techniques ont été utilisées pour mesurer les distances à NGC 404. La technique d'estimation de distance qui mesure les fluctuation de la brillance de surface infrarouges des galaxies spirales en fonction de la granularité de l'apparence de leurs bosses. La distance mesurée à NGC 404 en utilisant cette technique en 2003 est de 9,9±0,5 millions d'a.l. (∼3,04 Mpc)[14].

Cependant, NGC 404 est suffisamment proche pour que les supergéantes rouges puissent être visualisées comme des étoiles individuelles. La lumière de ces étoiles ainsi que les connaissances de la façon dont les étoiles proches doivent être comparées au sein de la galaxie de la Voie Lactée permet la mesure directe de la distance de la galaxie. Cette méthode est appelée la méthode du Sommet de la branche des géantes rouges (TRGB). La distance estimée à NGC 404 en utilisant cette technique est de 10,0±1,2 millions d'a.l. (∼3,07 Mpc)[9]. En moyenne, ces mesures de distance donnent une estimation de la distance de 10,0±0,7 millions d'a.l. (∼3,07 Mpc).

La base de données NED rapporte douze mesures non basées sur le décalage vers le rouge (redshift) variant 2,400 Mpc à 10.000 Mpc. La moyenne de ces mesures est de 3,855 ± 2,036 Mpc (∼12,6 millions d'a.l.) [15].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 404 (consulté le 29 février 2016)
  2. « Your NED Search Results », sur ned.ipac.caltech.edu (consulté le 1er mars 2016)
  3. a, b, c, d, e et f (en) « Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke » (consulté le 29 février 2016)
  4. On obtient la vitesse de récession d'une galaxie à l'aide de l'équation v = z×c, où z est le décalage vers le rouge (redshift) et c la vitesse de la lumière. L'incertitude relative de la vitesse Δv/v est égale à celle de z étant donné la grande précision de c.
  5. a, b et c (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le 29 février 2016)
  6. On obtient le diamètre d'une galaxie par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus grande dimension.
  7. a et b (en) David Darling, « Mirach's Ghost (NGC 404)] », The Internet Encyclopedia of Science
  8. (en) « 'Ghost of Mirach' Materializes in Space Telescope Image », Jet Propulsion Laboratory, (consulté le 26 septembre 2013)
  9. a et b (en) Karachentsev, Igor D.; Karachentseva, Valentina E.; Huchtmeier, Walter K.; Makarov, Dmitry I., « A Catalog of Neighboring Galaxies », The Astronomical Journal, vol. 127, no 4,‎ , p. 2031-2068 (DOI 10.1086/382905, Bibcode 2004AJ....127.2031K)
  10. a et b (en) del Río, M. S.; Brinks, E.; Cepa, J., « High-Resolution H I Observations of the Galaxy NGC 404: A Dwarf S0 with Abundant Interstellar Gas », The Astronomical Journal, vol. 128, no 1,‎ , p. 89-102 (DOI 10.1086/421358, Bibcode 2004AJ....128...89D, arXiv astro-ph/0403467)
  11. a et b (en) Bouchard, A.; Prugniel, P.; Koleva, M.; Sharina, M., « Stellar population and kinematics of NGC 404 », Astronomy & Astrophysics, vol. 513,‎ (DOI 10.1051/0004-6361/200913137, Bibcode 2010A&A...513A..54B, arXiv 1001.4087)
  12. a et b (en) Thilker, David A.; Bianchi, Luciana; Schiminovich, David; Gil de Paz, Armando; Seibert, Mark; Madore, Barry F.; Wyder, Ted; Rich, R. Michael; Yi, Sukyoung; Barlow, Tom; Conrow, Tim; Forster, Karl; Friedman, Peter; Martin, Chris; Morrissey, Patrick; Neff, Susan; Small, Todd, « NGC 404: A Rejuvenated Lenticular Galaxy on a Merger-induced, Blueward Excursion Into the Green Valley », The Astrophysical Journal Letters, vol. 714, no 1,‎ , p. L171-L175 (DOI 10.1088/2041-8205/714/1/L171, Bibcode 2010ApJ...714L.171T, arXiv 1003.4985)
  13. (en) Ho, L. C.; Filippenko, A.V.; Sargent, W.L.W., « A Search for "Dwarf" Seyfert Nuclei. III. Spectroscopic Parameters and Properties of the Host Galaxies », The Astrophysical Journal supplement, vol. 112, no 1,‎ , p. 315-390 (DOI 10.1086/313041, lire en ligne)
  14. (en) Jensen, J.B.; Tonry, J.L.; Barris, B.J.; Thompson, R.I.; Liu, M.C.; Rieke, M.J.; Ajhar, E.A.; Blackeslee, J.P., « Measuring Distances and Probing the Unresolved Stellar Populations of Galaxies Using Infrared Surface Brightness Fluctuations », Astrophysical Journal, vol. 583, no 2,‎ , p. 712-726 (DOI 10.1086/345430, Bibcode 2003ApJ...583..712J, arXiv astro-ph/0210129)
  15. « Your NED Search Results », sur ned.ipac.caltech.edu (consulté le 29 février 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 396  •  NGC 397  •  NGC 398  •  NGC 399  •  NGC 400  •  NGC 401  •  NGC 402  •  NGC 403  •  NGC 404  •  NGC 405  •  NGC 406  •  NGC 407  •  NGC 408  •  NGC 409  •  NGC 410  •  NGC 411  •  NGC 412