Bushcraft

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le bushcraft peut faire appel à des outils forestiers. Ici une serpe à double tranchant dont celui au dos est en forme de scie.
Schéma de construction d'un abri avec des branches.

Le bushcraft, plus rarement woodcraft, ou art des bois, est une activité de loisir qui consiste à mettre en pratique des compétences et connaissances permettant de vivre de manière agréable dans la nature avec un impact minimal sur celle-ci et de la manière la plus autonome possible. Cela implique donc l'apprentissage, l'expérimentation et l'assimilation de diverses techniques permettant, pour la durée de l'activité, de se passer au maximum des produits et du confort propres à la société contemporaine. Le bushcraft s'appuie en outre sur l'étude de techniques employées dans différentes sociétés humaines contemporaines ou à des époques antérieures afin d'en analyser le fonctionnement sur le plan physique, chimique ou biologique avant de les tester de manière empirique dans le contexte et le milieu naturel le plus pertinent.

Une partie des techniques de bushcraft est reprise dans divers loisirs ou sports de pleine nature. Elles sont ainsi utilisées par les pratiquants du trekking, de la marche ultra-légère, de raids nature de longue durée, du fastpacking ou encore par les scouts. Les survivalistes lui empruntent également plusieurs techniques, mais leur motivation n'est dans ce cas plus réellement de l'ordre du loisir mais relève de la préparation à un effondrement de la civilisation moderne ou à un cataclysme.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Le terme est un mot-valise de la langue anglaise composé des mots bush et craft. Il existe un autre terme plus utilisé aux USA, « Woodcraft », revendiqué par Dave Canterbury. Ce terme correspond plus à la traduction française « art des bois ». Le terme « bushcraft » a été utilisé en Nouvelle-Zélande et en Afrique du Sud et a été plus largement popularisé dans l'hémisphère sud par Les Hiddins. Dans l'hémisphère nord, la pratique a été remise à l'ordre du jour par Mors Kochanski et largement médiatisée par Ray Mears avec ses différentes émissions télévisées[1]. Le mot bush renvoie à la notion de Bush, avec une étymologie provenant du néerlandais bosch, désignant des espaces naturels non cultivés. Ce terme est passé dans la langue anglaise suite à l'assimilation des colons Boers d'Afrique du Sud puis s'est popularisé dans les autres colonies britanniques (Nouvelle-Zélande, Australie...) et a désigné des paysages très variés (allant de désert aride à des forêts plus tempérées). Le terme craft est un terme générique qui renvoie aux notions de métier ou de savoir-faire, d'artisanat.

En français, l'expression « art des bois » est parfois employée, mais dans la pratique, le terme anglais tend à passer dans la langue française tel quel. Un certain rapprochement peut être effectué avec les coureurs des bois, qui, en plus de voyager pour commercer avec des fourrures Amérindiennes, pratiquaient sensiblement les mêmes activités. Excepté le fait que ces derniers le faisaient pour gagner leur vie.

Le terme bushcraft a été utilisé en Australie et en Afrique du Sud dès le XIXe siècle. Il apparaît dans plusieurs ouvrages[2],[3]. Dans le courant du XXe siècle, Richard Graves, commandant de l'Australian Jungle Survival & Rescue Detachment publie une série de guides de survie et vie en campagne à destination de l'armée australienne qu'il intitulera The 10 Bushcraft Books. En 1988, Mors Kochanski publie le livre Northern Bushcraft (republié ultérieurement sous le titre Bushcraft) relatif à la forêt boréale. Kochanski a indiqué à de nombreuses reprises que le titre a été choisi en référence à l’œuvre de Graves[4]. Au début des années 2000, le terme bénéficie d'un regain de popularité grâce au succès des documentaires de Ray Mears.

Compétences de base[modifier | modifier le code]

La pratique du Bushcraft suppose la possession de compétences pratiques :

Faire du feu[modifier | modifier le code]

Être capable de faire un feu est indispensable pour se réchauffer, s'éclairer, cuire les aliments, rendre l'eau potable et maintenir à distance les animaux sauvages. Les techniques de production de feu par friction et par percussion sont les plus utilisées en bushcraft.

La production du feu par friction[modifier | modifier le code]

Production de feu par friction avec un archet, un foret et une planchette de lierre.

La production de feu par friction consistent à utiliser l'échauffement produit par le frottement de deux éléments en bois soit directement en le faisant tourner dans les paumes de ses mains soit en utilisant un archet. Dans un second temps, la sciure produite par le frottement va s'accumuler près du point de friction. Elle est, à ce stade, carbonisée mais non encore embrasée. Dans un deuxième temps, l'augmentation de température au sein de la sciure permet la naissance d'une petite braise de sciure (embrasement par source de chaleur proche). Cette petite braise de sciure de bois pourra enflammer un combustible fin, comme de la paille, de l'herbe séchée, des feuilles, des aiguilles de conifères sèches ou de l'amadou, à la condition d'un apport suffisant d'oxygène par ventilation buccale ou manuelle. Une fois le combustible primaire embrasé, il est possible d'utiliser du petit-bois pour obtenir une flamme importante. Le gros bois sera rajouté après, l'essentiel étant de faire croître le feu progressivement, sans l'épuiser tout de suite sur une bûche qui prendra feu difficilement. Si elle nécessite plus d'apprentissage et d'entrainement que la production du feu par percussion, le principal avantage de cette technique est qu'elle peut être mise en pratique dans tous les milieux arborés sans avoir besoin d'emporter de roches spécifiques ni d'outils particuliers.

La production du feu par percussion[modifier | modifier le code]

Production de feu par percussion à l'aide d'une barre de ferrocérium.

C'est la technique la plus utilisée. Il s'agit de produire une étincelle chaude en percutant tangentiellement un outil en acier non inoxydable, une pierre contenant du fer, comme la marcassite ou la pyrite[5], ou une barre de ferrocérium, à l'aide d'une pierre dure comme du silex, du quartz, du granite, un autre nodule de sulfure de fer ou un autre outil métallique. Les particules ainsi arrachées au sulfure de fer s'oxydent immédiatement dans l'air (réaction d'oxydation exothermique) générant des étincelles particulaires, incandescentes, dont la durée de combustion est suffisamment longue pour qu'on puisse les récupérer sur une matière combustible fine[6]. Les étincelles obtenues de cette manière doivent être immédiatement réceptionnées sur un combustible comme des feuilles sèches et fines préalablement carbonisées, des champignons inflammables comme l'amadou, certaines moelles de végétaux, etc... Ce combustible primaire, qui transforme l'étincelle reçue en braise, est nommé initiateur. L'initiateur doit ensuite être placé dans une matière végétale fine (foin, aiguilles de conifères…) pour générer une flamme après ventilation. Du petit-bois, puis du gros bois sont rajoutés par la suite afin de faire grossir le feu de manière progressive. Si cette technique est simple à mettre en pratique, son principal inconvénient est qu'elle suppose la disponibilité de roches contenant du disulfure de fer (FeS2) qui sont souvent difficiles à trouver voire absentes des certaines régions. Ces roches sont donc généralement remplacées par des barres de ferrocérium appelées couramment pierres à feu ou firesteel ou simplement par des morceaux d'acier.

Trouver et rendre l'eau potable[modifier | modifier le code]

trouver de l'eau et la rendre potable ;

Construire des abris[modifier | modifier le code]

la construction d'abris ;

Recherche de nourriture d'origine animale[modifier | modifier le code]

Selon les préférences, interdits culturels et tabous alimentaires la pêche, le pistage, le piégeage, la chasse et l'identification des insectes comestibles;

Identification des plantes comestibles[modifier | modifier le code]

Préparation de la nourriture[modifier | modifier le code]

Fabrication d'ustensiles et outils[modifier | modifier le code]

Le bushcraft inclue la fabrication d'outils de coupe, de contenants, cuillères, ficelles et cordages naturels, arcs, harpons, hameçons, colles etc. ;

Maniement d’outils[modifier | modifier le code]

Dans la compréhension du terme la plus rigoureuse, les techniques se passent complètement des outils modernes pour ne se fonder que sur ce que propose l'environnement. Mais de nos jours, la majorité des bushcrafteurs — exceptée une infime minorité de puristes — utilisent des outils tels des couteaux, hachettes, serpes, machettes, casseroles, voire des scies, des réchauds, un tarp, un hamac ou encore une tente. On retrouve également couramment des couteaux croche, planes et tarières

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « About Ray Mears », sur www.raymears.com (consulté le 13 juillet 2019)
  2. (en) Ernest Favenc, The History Of Australian Exploration From 1788 To 1888, Kessinger Publishing, LLC, , 494 p. (ISBN 978-1-166-26033-0)
  3. (en) Miles Franklin, My Brilliant Career, Allen & Unwin, , 260 p. (ISBN 978-1-74331-241-4)
  4. (en-US) « Karamat Wilderness Ways – Bushcraft, Wilderness Living and Survival » (consulté le 13 juillet 2019)
  5. Cyril Calvet du Musée de Préhistoire de Tautavel, qui crée des flammes selon divers moyen, il n'est pas possible de faire du feu avec de la pyrite de Cuivre (CuFeS2) (apparence de cube doré), mais seulement avec de la pyrite de fer (FeS2)(assez rare), ou marcassite (plus fréquent) : https://www.youtube.com/watch?v=5yFecV5gAD0
  6. Le premier briquet à percussion : silex et marcassite

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Xavier Maniguet, Survivre : comment vaincre en milieu hostile, Albin Michel, , 512 p. (ISBN 2-226-03255-X).
  • John « Lofty » Wiseman (trad. de l'anglais), Aventure & survie : le guide pratique de l'extrême, Hachette, (1re éd. 1986), 672 p. (ISBN 9782013966504).

Articles connexes[modifier | modifier le code]