Vie quotidienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Un lieu d'habitation.
Regarder la télévision.
Se retrouver à l'heure de pointe en fin de journée.

La notion de vie quotidienne (ou de quotidien ou encore de vie de tous les jours) est un aspect fondamental de l'activité des êtres humains : la façon dont les gens agissent, sentent et pensent, d'une manière générale, chaque « jour », ou durant un cycle de 24 heures.

La vie quotidienne des gens ne se résume pas aux obligations et aux contraintes : par exemple, la plupart des actes de la vie quotidienne se font de manière automatique[1].

Description[modifier | modifier le code]

On constate simplement que, dans leur grande majorité, les gens aujourd'hui :

Ici, le comportement particulier d'un individu regardé dans sa vie de tous les jours doit être relativisé par rapport aux habitudes généralement observées.

On doit également prendre en compte l'évolution historique : le quotidien des paysans a par exemple considérablement évolué depuis 1850.

L'étude de la vie quotidienne est relativement récente et ne se limite pas aux sociétés occidentales : c'est souvent en comparant les différentes cultures et sociétés entre elles que la vie quotidienne connaît un nouvel éclairage. Des disciplines comme la sociologie, l'anthropologie, l'ethnologie, souvent croisées, permettent de faire émerger des constats, des comportements généraux, des usages.

Compétences de la vie quotidienne[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de liste définitive de compétences de vie. Cependant, certaines compétences psychosociales et interpersonnelles sont généralement considérées comme importantes et nécessaires.

Le terme se réfère à un large éventail de compétences psychosociales et interpersonnelles qui permettent une meilleure vie. Saskatchewan NewStart dans les années 1970 met l'accent sur le leadership/meneur, la dynamique de groupe et la résolution de problèmes sont les principales compétences qui contribuent à une vie productive et saine. Ces compétences peuvent être utilisées dans des actions dirigées envers soi-même ou par d'autres, ou dans des efforts pour rendre l'environnement environnant plus propice à la santé[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Selon le psychosociologue britannique John A. Bargh (1997), The Automaticity of Everyday life, page 2 [1].
  2. http://files.eric.ed.gov/fulltext/ED112290.pdf

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

(classement par ordre chronologique)

  • Sigmund Freud (1901),Psychopathologie de la vie quotidienne, Payot, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 2004 (ISBN 2228894028)
  • Henri Lefebvre (1947), Critique de la vie quotidienne, Grasset
  • Henri Lefebvre (1961), Critique de la vie quotidienne II, Fondements d'une sociologie de la quotidienneté, L'Arche
  • Henri Lefebvre (1968), La Vie quotidienne dans le monde moderne, Gallimard
  • Pierre Germa, Depuis quand ? Les origines des choses de la vie quotidienne (1979), Berger-Levrault (nombreuses réimpr.) (ISBN 2-7013-0329-X)
  • Michel de Certeau (1980), L'invention du quotidien. Vol. 1, Arts de faire
  • Henri Lefebvre (1981), Critique de la vie quotidienne, III. De la modernité au modernisme, L'Arche
  • Shotter, John (1993), Cultural politics of everyday life: Social constructionism, rhetoric and knowing of the third kind.[3]
  • John A. Bargh (1997), The Automaticity of Everyday life. [4]
  • Pierre Germa (2002), Depuis quand ? : encyclopédie des origines des choses et des objets de la vie quotidienne, Larousse