Vie quotidienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Agriculteurs en Birmanie. Le travail est une activité importante de la vie quotidienne.
Repas en famille (États-Unis). Manger est une activité fondamentale de la vie quotidienne humaine.
Un lieu d'habitation.
Foule massée à l'heure de pointe en fin de journée dans une station de métro à Paris (France).
Dormir est une activité fondamentale pour les humains et se fait généralement la nuit.

La notion de vie quotidienne (ou de quotidien, de vie de tous les jours ou encore de vie courante) est caractérisée par des habitudes répétitives de travail et de déplacements, tels que la consommation (faire les courses, manger et boire), les loisirs, les soins personnels, les activités sociales et culturelles, les visites chez le médecin ou le sommeil. Le contact imprévu et détendu dans le cercle des voisins, des collègues et des amis est considéré comme faisant partie de la vie quotidienne.

Il s'agit d'un aspect fondamental de l'activité des êtres humains : la façon dont les gens agissent, sentent et pensent, d'une manière générale, chaque « jour », ou durant un cycle de 24 heures.

La vie quotidienne est vue, entre autres, comme un contraste avec la période des vacances. Elle varie en fonction des époques, des lieux, des cultures et des milieux sociaux (niveau de vie).

Description[modifier | modifier le code]

La vie quotidienne regroupe les activités tels que :

  • le sommeil ;
  • l'alimentation ;
  • les méthodes de travail ;
  • les modes de transport pour les différents types de déplacement (exemple : domicile-travail, départ en vacances, etc) ;
  • le milieu de vie (milieu urbain ou rural) ;
  • l'hygiène (se laver, aller aux toilettes) ;
  • l'habilement ;
  • les différentes catégories socio-professionnelles (enfants n'ont pas la même vie que les adultes).

La vie quotidienne des individus et des groupes sociaux est modelée par leur mode de vie.

Différences culturelles et historiques[modifier | modifier le code]

L'étude de la vie quotidienne est relativement récente et ne se limite pas aux sociétés occidentales : c'est souvent en comparant les différentes cultures et sociétés entre elles que la vie quotidienne connaît un nouvel éclairage. Des disciplines comme la sociologie, l'anthropologie, l'ethnologie, souvent croisées, permettent de faire émerger des constats, des comportements généraux, des usages.

La vie quotidienne des gens ne se résume pas aux obligations et aux contraintes : par exemple, la plupart des actes de la vie quotidienne se font de manière automatique[1]. On doit également prendre en compte l'évolution historique : en Europe, le quotidien des paysans a par exemple considérablement évolué depuis 1850.

Considération sociologique[modifier | modifier le code]

Beaucoup de sociologues, dont Henri Lefebvre, Roland Barthes et d’autres, se sont penchés sur l’étude de la culture quotidienne des gens. La recherche sociologique de Pierre Bourdieu, essentiellement ancrée sur la vie quotidienne, était principalement orientée vers l’empirique et peut être attribuée à la sociologie culturelle. Dans la continuité du structuralisme, Bourdieu cherche à combiner des facteurs subjectifs avec des circonstances objectives. La théorie culturelle de Bourdieu établit une comparaison entre les interactions de la vie quotidienne et le jeu. Les individus ont un nombre différent de potentiels de différents types, qu’ils peuvent utiliser et partiellement transformer. Il a démontré, en apportant des observations quotidiennes, que les subtilités du langage tel que l’accent, la grammaire, la prononciation et le style sont un facteur essentiel de la mobilité sociale (par exemple dans l’acquisition d’une profession mieux rémunérée et mieux notée).

Anthony Giddens souligne comment l’action peut s’étendre sur l’espace et le temps, et examine le domaine de l’action quotidienne inconsciemment contrôlée. L’analyse constitutionnelle d’Alfred Schütz permet une construction de type idéal personnel (subjectif) qui permet la compréhension de l’action (même par des explications post-hoc) en la comparant avec des éléments situationnels quotidiens du monde social.

Harold Garfinkel est le fondateur de l’ethnométhodologie, qui applique en partie le programme méthodologique d’Alfred Schütz. Il a traité des questions sur la façon dont les gens agissent de manière mutuellement orientée dans les structures sociologiques du monde quotidien et agissent selon les connaissances quotidiennes apparemment évidentes. La contribution de Garfinkel consiste avant tout à rendre les comportements qui semblent évidents et familiers en détail consultables et accessibles à la recherche sociologique. Eviatar Zerubavel a quand à lui étudié la vie quotidienne dans les hôpitaux. L’œuvre la plus connue et la plus influente de Michel de Certeau est l’Art de l’action (Berlin (Merve) 1988), une théorie sociologique de la vie quotidienne et du comportement des consommateurs.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Selon le psychosociologue britannique John A. Bargh (1997), The Automaticity of Everyday life, page 2 [1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Vie quotidienne.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

(classement par ordre chronologique)

  • Sigmund Freud (1901),Psychopathologie de la vie quotidienne, Payot, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 2004 (ISBN 2228894028)
  • Henri Lefebvre (1947), Critique de la vie quotidienne, Grasset
  • Henri Lefebvre (1961), Critique de la vie quotidienne II, Fondements d'une sociologie de la quotidienneté, L'Arche
  • Henri Lefebvre (1968), La Vie quotidienne dans le monde moderne, Gallimard
  • Pierre Germa, Depuis quand ? Les origines des choses de la vie quotidienne (1979), Berger-Levrault (nombreuses réimpr.) (ISBN 2-7013-0329-X)
  • Michel de Certeau (1980), L'invention du quotidien. Vol. 1, Arts de faire
  • Henri Lefebvre (1981), Critique de la vie quotidienne, III. De la modernité au modernisme, L'Arche
  • Shotter, John (1993), Cultural politics of everyday life: Social constructionism, rhetoric and knowing of the third kind.[2]
  • John A. Bargh (1997), The Automaticity of Everyday life. [3]
  • Pierre Germa (2002), Depuis quand ? : encyclopédie des origines des choses et des objets de la vie quotidienne, Larousse

Liens externes[modifier | modifier le code]