Avezac-Prat-Lahitte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Avezac-Prat-Lahitte
Photographie en couleurs, vue générale d'Avezac.
Photographie en couleurs, vue générale d'Avezac.
Photographie en couleurs, vue générale de Lahitte.
De haut en bas :
Vue d'Avezac-Village en 2019,
Vue du quartier l'Estaque en 2020,
Vue de Lahitte en 2020.
Blason de Avezac-Prat-Lahitte
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Bagnères-de-Bigorre
Intercommunalité Communauté de communes du Plateau de Lannemezan Neste-Baronnies-Baïses
Maire
Mandat
Albert Bégué
2020-2026
Code postal 65130
Code commune 65054
Démographie
Gentilé Avezacais
Population
municipale
610 hab. (2019 en augmentation de 8,16 % par rapport à 2013en augmentation de 8,16 % par rapport à 2013)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 04′ 00″ nord, 0° 20′ 17″ est
Altitude Min. 380 m
Max. 733 m
Superficie 17,81 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Lannemezan (commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Neste, Aure et Louron
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie
City locator 14.svg
Avezac-Prat-Lahitte
Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées
Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Avezac-Prat-Lahitte
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Avezac-Prat-Lahitte
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Avezac-Prat-Lahitte

Avezac-Prat-Lahitte Écouter est une commune rurale française située dans l'est du département des Hautes-Pyrénées en région Occitanie, précisément dans les Baronnies des Pyrénées. Sur le plan historique et culturel, la commune est dans la région des Baronnies, dont le nom est issu d’une légende selon laquelle quatre seigneurs du Moyen Âge avaient pour habitude de festoyer ensemble aux sources de l’Arros, chacun d’eux gardant un pied sur sa terre et l’autre sur celle du voisin.

Exposée à un climat de montagne, elle est drainée par l'Arros, la Baïse Darré, l'Avezaguet, le ruisseau Lahitte et par divers autres petits cours d'eau. La commune possède un patrimoine naturel remarquable composé de quatre zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique.

Avezac-Prat-Lahitte est une commune rurale qui compte 610 habitants en 2019. Elle fait partie de l'aire d'attraction de Lannemezan. Ses habitants sont appelés les Avezacais ou Avezacaises.

Les abords immédiats du territoire d'Avezac-Prat-Lahitte, la vallée de l'Arros, portent des traces d'occupation humaine depuis le Paléolithique. Mais c'est surtout avec l'apparition d'un grand nombre de tumuli à la fin du Néolithique, dont celui de l'Estaque, que cette présence est attestée sur le territoire communal avec une occupation datée par des outillages du Chalcolithique, puis du premier Âge du fer. Les mentions d'Avezac et de Lahitte n’apparaissent formellement qu’au XIIe siècle dans le cartulaire de Bigorre et Prat en 1313. Avezac et Prat fusionnent en 1801, rejoints par Lahitte en 1972 pour former la commune actuelle. À partir de la fin du XIXe siècle, la commune connaît une baisse de sa population qui se stabilise dans les années 1950. La commune compte 610 habitants en 2019.

L'église Saint-Barthélemy à Avezac, d'architecture romane, probablement construite au XVe siècle, renferme divers objets inscrits à l'inventaire des monuments historiques dont un retable daté du XVIIe siècle, une construction monumentale qui épouse l’ensemble du chœur.

Le patrimoine naturel est constitué de quatre zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) dont le « réseau hydrographique des Baronnies », une zone riche abritant une espèce très rare et endémique des Pyrénées et du quart nord-ouest de la péninsule ibérique, le Desman des Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Cartographies de la commune
Maki2-town-12.svg La commune dans le département
Carte OpenStreetMap
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte topographique
  • 1Carte dynamique
  • 2Carte Openstreetmap
  • 3Carte topographique

Avezac-Prat-Lahitte se situe dans le sud de la France, à l'est des Hautes-Pyrénées. Elle est distante à vol d'oiseau (orthodromie[1]) de 4,5 km de Capvern (chef-lieu du canton), 7,4 km de Lannemezan (siège de la communauté de communes et centre du bassin de vie no 65258[I 1]), mais aussi à 15,2 km de Bagnères-de-Bigorre (chef-lieu de l'arrondissement), 28,6 km de Tarbes (préfecture, centre de la zone d'emploi no 7310[I 2]), 107,7 km de Toulouse (capitale régionale) et 662,2 km de Paris. La commune française métropolitaine la plus éloignée est Bray-Dunes à 904,8 km[2].

Avezac-Prat-Lahitte est limitrophe de douze communes, dont Lortet au sud-est par un quadripoint et Batsère à l'ouest, par un autre quadripoint, à la Pé de Cutor[3].

Paysages et relief[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de la Convention européenne du paysage, adoptée le et entrée en vigueur en France le , un atlas des paysages des Hautes-Pyrénées a été élaboré en 2015 par le conseil d'architecture, d'urbanisme et de l'environnement (CAUE) des Hautes-Pyrénées, en collaboration avec les services de l’État et un bureau d'études spécialisé[4]. Les paysages du département s'organisent ainsi en trois grands ensembles et seize unités de paysage[Note 1]. La commune fait partie de l'unité de paysage « les Baronnies de Bigorre », au sein de l'ensemble des « paysages de piémont collinaire », compris entre le paysage de montagne au sud du département et le piémont des plaines et coteaux au nord[5].

Le territoire de la commune est ainsi formé en son centre et à l'est par le début du plateau de Lannemezan, où se situent les noyaux d'habitations d'Avezac au centre, Prat au sud et d'Avezac-Gare dans le secteur nord-est[3]. On y trouve aussi la majorité des champs agricoles ou d'élevage. Sur la partie ouest de la commune, le plateau se désagrège en réseau de collines et vallons forestiers typiques des Baronnies des Pyrénées, les secteurs d'habitations de Lahitte et Lasserre y étant situés en haut de collines. Dans les vallons de l'ouest se trouvent les ruisseaux Lahitte et l'Avezaguet, qui prennent leurs sources plus au sud-est sur le territoire de la commune au niveau des contreforts du plateau, et s'écoulent direction ouest pour rejoindre la rivière Arros qui passe à la limite occidentale de la commune[6].

Le territoire d'Avezac-Prat-Lahitte présente une superficie de 1 781 hectares (surface équivalente à celle d'un carré de 4,2 km de côté) et monte d'ouest en est : il part du bas de la vallée de l'Arros à son extrémité occidentale, point le plus bas avec une altitude de 380 mètres, pour monter sur le plateau de Lannemezan à l'est, avec 733 mètres d'altitude pour le point le plus haut[6],[I 3].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Géologie[modifier | modifier le code]

Carte géologique de la commune en couleurs.
Carte géologique de la commune d'Avezac-Prat-Lahitte.
  • Fz, Alluvions fluviatiles actuelles et subactuelles
  • Fp-IV : Pliocène supérieur - Pléistocène inférieur. Alluvions de la formation supérieure de Lannemezan : argiles rubéfiées et galets siliceux)
  • m6, Pontien : Argiles à galets et graviers, sables
  • n6b-cF, Albien moyen-supérieur : Flysch noir ardoisier des Baronnies et Schistes d'Espieilh (est de l'Adour)
  • n6b-c(BII), Albien moyen-supérieur : Flysch noir ardoisier des Baronnies, bancs de brèches à éléments mésozoïques
  • n5-6C, Aptien - Albien : Calcaires à Toucasia (faciès urgonien), calcarénites à entroques - 128
  • ò2, Lherzolite

Les strates géologiques affleurant à l'est de la commune, c'est-à-dire sur le plateau de Lannemezan, se composent de deux couches sédimentaires récentes. La plus à l'est et la plus récente est formée par des alluvions composées de limons d'argile et de galets datant du Pléistocène (−2,58 Ma à −11 700 ans)[7],[8]. Juste sous cette couche et affleurant aussi sur son bord ouest, se trouve la deuxième couche mélangeant des argiles, galets, sables et graviers datant du Miocène-Pliocène (−23 Ma à −2,58 Ma)[7],[8]. Toutes les roches qui composent ces deux strates sont des roches détritiques issues de l'érosion des Pyrénées après leurs formations. Les sols ou couches d'humus se développant sur ces couches géologiques sont caillouteux de type brunisol (sol brun) ou véracrisol (sol acide et humide d'au moins 50 cm d'épaisseur dû à l'activité de vers de terre)[9].

Au centre et à l'ouest, l'érosion fluviale du plateau a laissé apparaître une couche plus ancienne et plus profonde composée essentiellement de schistes dits d'Espieilh, datant de l'Albien (−113 à −100 Ma), soit la fin du Crétacé inférieur[7],[10].

Cette couche atteint jusqu'à 1 200 m d'épaisseur au niveau du synclinal de Prat[8], et ses schistes d'Espieilh sont des roches sédimentaires détritiques constituées de pélites gréseuses[8]. Ces sédiments se sont déposés il y a plus de 100 Ma dans une mer calme et peu profonde, chose prouvée par la présence d'ammonites dans les schistes[8]. Les sols actuels, qui recouvrent cette couche en surface, sont majoritairement des sols bruns[9].

Enfin, il y a un système de failles qui se forme au niveau d'Avezac puis s'ouvre en direction d'Espèche, c'est-à-dire en suivant une direction sud-ouest. La faille principale, qui court depuis Avezac jusqu'à Espèche et au-delà, s’appelle la « faille d'Avezac » ; c'est une ancienne faille normale qui s'est formée lors de la phase sédimentaire de l'Albien[8]. Cette faille n'est pas continue, car brisée par une série de petites failles décrochantes, ce qui fait apparaître des roches sédimentaires encore plus anciennes de type calcarénite, roches représentatives de zones littorales chaudes et datant de l'Urgonien (−130 à −113 Ma), et même quelques roches magmatiques de type lherzolite au niveau d'Avezac[7]. Une roche, découverte sur l'emplacement actuel de la tour du village[11], a été nommée « Avezacite », en référence au nom de la commune[12]. C'est une variété d'hornblendite[13].

On reconstruit donc le passé géologique sur la commune de Avezac-Prat-Lahitte comme suit : durant le Crétacé inférieur, de −130 à −100 Ma, un littoral marin avec une mer peu profonde, calme et plutôt chaude, permet le dépôt et la formation des calcarénites puis des schistes[8]. De −100 à −23 Ma on note un hiatus de couches géologiques, probablement dû à la fermeture de cette mer suivi de la surrection des Pyrénées. Enfin après −23 Ma, la présence d'anciens fleuves, issus des Pyrénées, forme les dépôts alluvionnaires du plateau de Lannemezan à l'est de la commune, tandis qu'à l'ouest, l'Arros et ses affluents comme l'Avezaguet érodent les couches sédimentaires, creusant des vallons et laissant apparaitre des collines en négatif[8].

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

Carte de la commune en couleurs, avec le réseau hydrographique.
Carte du réseau hydrographique de la commune d'Avezac-Prat-Lahitte.

La commune est drainée par l'Avezaguet, le ruisseau Lahitte, la Baïse Darré, le ruisseau de Bazor et par divers petits cours d'eau[7].

L'Avezaguet, prend sa source au sud de la commune au droit du lieu-dit La Pomarède, en aval du village de Prat, et s'écoule en direction du nord avant de s’orienter vers l’ouest où il constitue une limite séparative avec la commune de Tilhouse. Il se jette dans la rivière Arros en limite occidentale de la commune, la confluence constituant un tripoint avec les communes de Tilhouse et de Sarlabous. L’Arros constitue un des grands axes du bassin de l'Adour, orienté sud-nord et confluant avec l'Adour au nord du département des Hautes-Pyrénées[6],[14].

Le ruisseau Lahitte prend sa source à proximité de celle de l’Avezaguet, au nord du village Prat, et suit un cours sensiblement parallèle sud-nord avant de le rejoindre à l’extrémité ouest de la commune[15].

Le troisième cours d'eau notable, la Baïse Darré, prend sa source à l'extrémité nord-est de la commune, à proximité de l'ancienne gare d'Avezac, mais sort du territoire communal après quelques centaines de mètres[16].

Gestion des cours d'eau[modifier | modifier le code]

Afin d’atteindre le bon état des eaux imposé par la Directive-cadre sur l'eau du , plusieurs outils de gestion intégrée s’articulent à différentes échelles pour définir et mettre en œuvre un programme d’actions de réhabilitation et de gestion des milieux aquatiques : le schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux (SDAGE)[17], à l’échelle du bassin hydrographique, et le schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE), à l’échelle locale. Ce dernier fixe les objectifs généraux d'utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine[18]. Deux SAGE sont mis en œuvre dans le département des Hautes-Pyrénées[19].

Au sein du SDAGE Adour-Garonne, la commune fait partie du SAGE Adour amont, approuvé le , dont elle constitue l'extrémité sud-est. Le territoire de ce SAGE englobe le bassin de l'Adour des sources au confluent des Luys réunis, pour une superficie de 4 500 km2[20],[21]. Le pilotage et l’animation de ce SAGE sont assurés par l’établissement public territorial de bassin Institution Adour, qualifié de « structure porteuse ». Cet organisme a été créé en 1978 par les quatre départements du bassin de l'Adour (Hautes-Pyrénées, Gers, Landes et Pyrénées-Atlantiques) pour gérer le fleuve Adour et ses affluents de leur source à l'embouchure[22].

Jusqu’en 2019, la commune faisait également partie du SAGE Neste-Ourse, à son extrémité nord-ouest, mais celui-ci a été dissout par arrêté du et est amené à être remplacé par le SAGE Neste et Rivières de Gascogne, en phase d'émergence sur le territoire[23].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est pour partie dans le bassin de l'Adour et pour partie dans le bassin de la Garonne, au sein du bassin hydrographique Adour-Garonne[24]. Elle est drainée par l'Arros, la Baïse Darré, l'Avezaguet, le ruisseau Lahitte, le ruisseau de Bazor et par divers petits cours d'eau, constituant un réseau hydrographique de 23 km de longueur totale[25].

L'Arros, d'une longueur totale de 130,8 km, prend sa source dans la commune d'Esparros et s'écoule du sud vers le nord. Il traverse la commune et se jette dans l'Adour à Izotges, après avoir traversé 54 communes[26].

La Baïse Darré, d'une longueur totale de 10,4 km, prend sa source dans la commune d'Avezac-Prat-Lahitte et s'écoule du sud vers le nord. Il traverse la commune et se jette dans la Baïse à Escaunets, après avoir traversé 5 communes[27].

L'Avezaguet, d'une longueur totale de 10,6 km, prend sa source dans la commune d'Avezac-Prat-Lahitte et s'écoule du sud vers le nord. Il traverse la commune et se jette dans l'Arros à Sarlabous[28].

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques pour la commune sur la période 1971-2000
  • Moyenne annuelle de température : 11,2 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à -5°C : 4,5 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30°C : 3,9 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,2 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 1040 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 9,9 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7,8 j

La commune bénéficie d’un « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats en France définie en 2010. Ce type, qui ne concerne que quelques communes de Hautes-Pyrénées[29], est similaire à celui qui affecte l’ensemble du Bassin parisien. Le climat reste océanique mais avec de belles dégradations. Les températures sont intermédiaires et les précipitations sont faibles (moins de 700 mm de cumul annuel), surtout en été, mais les pluies tombent en moyenne sur 12 jours en janvier et sur 8 en juillet, valeurs moyennes rapportées à l’ensemble français. La variabilité interannuelle des précipitations est minimale tandis que celle des températures est élevée[30].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir cette typologie comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après. À titre de comparaison, les relevés de la station météorologique de Tarbes-Ossun-Lourdes, distante de 28,6 km à vol d'oiseau, sont présentés ci-après[31].

Températures moyennes, ensoleillement et précipitations enregistrées à la station météorologique de Tarbes - Ossun - Lourdes, 1981 - 2010.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1 1,5 3,7 5,6 9,5 12,8 14,9 14,9 11,9 8,7 4,3 1,8 7,6
Température moyenne (°C) 5,6 6,4 8,9 10,7 14,5 17,8 20 20,1 17,4 13,8 9 6,4 12,6
Température maximale moyenne (°C) 10,3 11,3 14,2 15,8 19,5 22,8 25,1 25,2 22,8 19 13,7 11 17,6
Ensoleillement (h) 118,3 129,2 169,2 170,2 189,1 197,9 204,9 206 189,8 150,6 117,5 108,7 163
Précipitations (mm) 95 81,1 87 111,7 111,6 78 56 68,1 71,6 88,1 102,5 96,7 1 047,4
Source : « Normales et records pour la période 1981-2010 à Tarbes - Ossun - Lourdes », sur le site de l'information InfoClimat (consulté le ).


Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

L'inventaire national du patrimoine naturel[Note 3] (INPN) fait état de plus de 400 espèces présentes sur le territoire communal. Parmi elles, 51 sont protégées et 5 menacées[32].

Quatre ZNIEFF sont recensées sur le territoire communal : deux de type 1[Note 4] (le « Réseau hydrographique des Baronnies » et les « landes humides et tourbières de Capvern ») et deux de type 2[Note 5] (la « zone des Baronnies des Pyrénées » et les « landes humides de Capvern et plateau de Lannemezan »)[33].

Photographie en couleurs représentant un animal, le Desman des Pyrénées.
Le Desman des Pyrénées, ou Rat-trompette, est un enjeu majeur de la ZNIEFF « Réseau hydrographique des Baronnies ».

Le « Réseau hydrographique des Baronnies » comprend 5 m de part et d'autre du lit mineur des différents cours d’eau du bassin versant de l'Arros, et donc l’Avezaguet, le ruisseau Lahitte et leurs affluents sur la commune. Elle correspond notamment à l'habitat de deux espèces de mammifères semi-aquatiques : le Desman des Pyrénées et la Loutre d'Europe, mais aussi à la répartition d'autres enjeux faune-flore étroitement liés à la présence des ruisseaux. Le Desman des Pyrénées, petit mammifère semi-aquatique de la famille des talpidés, est particulièrement original dans tous les aspects de sa biologie. La présence potentielle de cette espèce très rare et endémique des Pyrénées et du quart nord-ouest de la péninsule ibérique, est exceptionnelle. Il constitue un des enjeux majeurs de cette ZNIEFF. Toutes les perturbations pouvant affecter le fonctionnement des cours d'eau et notamment le fonctionnement hydrologique sont préjudiciables à l'espèce[34].

Les « landes humides et tourbières de Capvern » comprennent les landes de la Baïse Darré (à l'extrême nord-est du territoire communal), de Hour-Bagnadé et du sud de Saint-Martin. Elles constituent des vestiges d'un ensemble beaucoup plus vaste qui a été dégradé au fil des années[35].

La « zone des Baronnies des Pyrénées » s'étend sur l'ensemble des Baronnies, une entité bien définie constituée du haut bassin de l'Arros et présentant une superficie de 204 km2. Elle occupe les trois-quarts ouest de la commune. Elle est l'habitat privilégié de nombreuses plantes endémiques, comme la Scrofulaire des Pyrénées (Scrophularia pyrenaica) ou l'Androsace hérissée (Androsace hirtella), toutes deux protégées au niveau national. Les grands complexes forestiers offrent un habitat privilégié pour la faune[36].

Les « landes humides de Capvern et du plateau de Lannemezan », présentant une superficie de 1 171 ha, englobent la zone de type 1 des « landes humides et tourbières de Capvern »[37].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Avezac-Prat-Lahitte est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 6],[I 4]. Par ailleurs, la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lannemezan[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 65 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[I 5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte de l'occupation des sols de la commune en couleurs.
Carte de l'occupation des sols de la commune.

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (52,3 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (52,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (43 %), prairies (34,5 %), zones agricoles hétérogènes (16,8 %), zones urbanisées (2,9 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,5 %), terres arables (1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,1 %)[38].

Planification[modifier | modifier le code]

SCOT Piémont du Pays des Nestes[modifier | modifier le code]

Le schéma de cohérence territoriale (SCoT) Piémont du Pays des Nestes est l'outil de planification qui détermine des orientations générales et définit des objectifs en matière d’aménagement du territoire et de mise en cohérence de l’ensemble des politiques sectorielles sur un horizon à 20 ans, à l'échelle du territoire constitué en 2015 par cinq communautés de communes (CC du Plateau de Lannemezan et des Baïses, CC des Baronnies, CC. Neste-Baronnies, CC du canton de Saint-Laurent-de-Neste et CC de la Vallée de la Barousse) qui fusionnent en 2017 (CC du Plateau de Lannemezan et CC Neste Barousse)[39],[40]. Portée par le syndicat mixte du Plateau de Lannemezan et des vallées de Neste-Barousse, l'élaboration du document est prescrite en , le diagnostic est élaboré en 2016, le Projet d'aménagement et de développement durables (PADD) en 2017, le document d’orientations et d’objectifs en 2018, le projet de SCOT est arrêté le [40],[41].

Plan local d'urbanisme[modifier | modifier le code]

L’urbanisme fait partie des compétences transférées aux communes par la loi de décentralisation du [42]. Dans ce cadre, la commune d'Avezac-Prat-Lahitte élabore un plan local d'urbanisme (PLU) en [43].

Pour faire face aux questions d’étalement urbain, de préservation de la biodiversité, d’économie des ressources et de pénurie de logements, le niveau communal n’est, aujourd’hui, plus systématiquement le plus approprié. La notion de PLU intercommunal ou communautaire (PLUi) a ainsi été instaurée par la loi portant engagement national pour l’environnement (ENE) du 12 juillet 2010[44]. Dans ce cadre, l’élaboration d’un PLU intercommunal a été lancée en 2016 par la communauté de communes de Neste-Baronnies, puis poursuivie en 2017 par la communauté de communes du Plateau de Lannemezan à la suite de la nouvelle organisation intercommunale[45].

Logement[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente une comparaison de quelques indicateurs chiffrés du logement pour Avezac-Prat-Lahitte et l'ensemble des Hautes-Pyrénées en 2018[I 6],[I 7] :

Le logement à Avezac-Prat-Lahitte (65) en 2018.
Avezac-Prat-Lahitte Hautes-Pyrénées
Ensemble des logements 357 162 729
Part des résidences principales (en %) 75,2 67,2
Part des résidences secondaires (en %) 13 23,3
Part des logements vacants (en %) 11,8 9,5

En 2018, le nombre total de logements dans la commune est de 357. Parmi ces logements, 75,2 % sont des résidences principales, 13 % des résidences secondaires et 11,8 % des logements vacants. Ces logements sont pour 98 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 1,4 % des appartements[I 6].

La plus grande majorité des ménages (86,1 %) sont propriétaires de leur habitation, valeur assez élevée par rapport à la moyenne départementale (64,9 %) ; le logement locatif représente 11,6 % des résidences principales[I 8],[I 9].

Entre 1991 et 2015, 73 résidences principales ont été construites (en très grande majorité des maisons individuelles), représentant 27,3 % du parc ; entre 1946 et 1990, le nombre de constructions nouvelles est de 119. Le parc des résidences principales a plus que doublé depuis la Seconde Guerre mondiale[I 10].

Il n'y a pas de logements HLM à Avezac-Prat-Lahitte, ni d'immeuble d'habitat collectif[I 8].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Carte de la commune en couleurs, avec les routes départementales (en jaune).
Carte des routes départementales traversant la commune.

Avezac-Prat-Lahitte est une commune rurale, ce qui implique une faible connexion aux réseaux de transports en commun. Cependant, la proximité de Lannemezan et Capvern permet une offre de transport hors de la commune[3].

Elle est desservie par huit routes départementales. La D 79 en est la principale, puisqu'elle traverse Avezac-Gare, Avezac-Village, Prat et Lahitte. La D 938 permet de connecter la commune à Lannemezan et Capvern. La D 17 suit les limites communales au sud. La D 929A permet de relier le village à la vallée d'Aure, par Hèches puis Sarrancolin. La D 14, la D 76, la D 77 et la D 279 n'ont qu'une petite partie passant sur le territoire communal. L'autoroute la plus proche est l'A 64, est accessible aux sorties no 16 à Lannemezan, et no 15 à Capvern[3].

Photographie en couleurs de la façade du bâtiment de la gare avec deux fenêtres aux volets fermés.
L'ancienne gare de La Barthe - Avezac, vue de la voie, située quartier la Gare, désormais propriété privée.

La ligne de chemin de fer de Lannemezan à Arreau - Cadéac qui assurait la continuité du trajet ferroviaire de Toulouse à Bayonne a été mise en service en . Elle comportait une gare, au quartier la Gare à Avezac (gare de Labarthe - Avezac). Le trafic voyageurs a été interrompu en et la section est partiellement fermée[MH 1],[Note 8]. Depuis lors, la plus proche gare SNCF est la gare de Lannemezan (environ dix minutes de trajet automobile)[46]. Un projet de réhabilitation est à l'étude, afin de transformer l'ancienne ligne en voie verte avec donc une partie passant sur le territoire de la commune[47].

L'aéroport Tarbes-Lourdes est distant d'environ 48 km en itinéraire routier[48] et celui de Pau-Pyrénées d'environ 86 km[49].

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est vulnérable à différents aléas naturels : climatiques (hiver exceptionnel ou canicule), feux de forêts, inondations et séisme (sismicité moyenne). Il est aussi soumis à deux risques technologiques : un risque industriel, du fait de la proximité avec l'usine Arkema de Lannemezan, et un risque de transport de matières dangereuses, ainsi qu’à un risque particulier : le radon[50].

Cinq arrêtés ont reconnu l'état de catastrophe naturelle dans la commune : en 1982 pour une tempête, puis en 1999, 2007, 2009 et 2013 pour des inondations, coulées de boue et mouvements de terrain[50].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Le Plan départemental de protection des forêts contre les incendies 2020-2029 approuvé le présente une cartographie des espaces naturels combustibles par commune et définit une sensibilité des communes à l’aléa feux de forêt (de nulle à très forte). La commune d’Avezac-Prat-Lahitte, qui fait partie des communes qui ont subi le plus de feux durant la période 2007-2016[51], est classée en aléa faible, que ce soit par vent de nord-est ou par vent de sud[52]. Le plan définit des orientations en matière de prévention[53].

Les Hautes-Pyrénées se situent dans la zone où le risque sismique est le plus élevé du territoire national métropolitain. L’origine de ces séismes est la collision entre la plaque africaine et la plaque eurasiatique qui fait rejouer la faille coulissant le long des Pyrénées. La commune d’Avezac-Prat-Lahitte se trouve en zone d’aléa moyen, selon le zonage sismique entré en vigueur le [54],[55],[56]

Les mouvements de terrains susceptibles de se produire sur la commune sont liés au retrait-gonflement des argiles[50], un phénomène qui est la conséquence d'un changement d'humidité des sols argileux. Les argiles sont capables de fixer l'eau disponible mais aussi de la perdre en se rétractant en cas de sécheresse[57]. Ce phénomène peut provoquer des dégâts très importants sur les constructions (fissures, déformations des ouvertures) pouvant rendre inhabitables certains locaux. La carte de zonage de cet aléa peut être consultée sur le site de l'observatoire national des risques naturels Géorisques. Une grande bande est de la commune, couvrant en particulier le village d'Avezac-Gare, est en aléa moyen[58].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

Le risque industriel sur la commune est lié à la présence de l’usine Arkema située sur la commune de Lannemezan. Le risque est dû principalement à la présence d’une sphère d’ammoniac qui, en cas d’explosion, serait susceptible d’impacter une zone de rayon de 1 515 m couvrant les communes de Lannemezan, Avezac-Prat-Lahitte (partie extrême nord-est de la commune), la Barthe-de-Neste et Capvern[59]. Un comité local d'information et de concertation (CLIC) a été créé en 2006, renouvelé en 2010 puis remplacé par un comité de suivi de site (CSS) en 2014, renouvelé en 2019[60]. Un plan de prévention des risques technologiques (PPRT) associé à cet établissement a été approuvé en 2008[61].

Le risque de transport de matières dangereuses sur la commune est lié à sa traversée par une conduite de gaz. Un accident se produisant sur une telle infrastructure est en effet susceptible d’avoir des effets graves au bâti ou aux personnes jusqu’à 350 m, selon la nature du matériau transporté. Des dispositions d’urbanisme peuvent être préconisées en conséquence[50].

Risque particulier[modifier | modifier le code]

Dans plusieurs parties du territoire national, le radon, accumulé dans certains logements ou autres locaux, peut constituer une source significative d’exposition de la population aux rayonnements ionisants. Toutes les communes du département sont concernées par le risque radon à un niveau plus ou moins élevé (allant de 1 à 3). La commune d’Avezac-Prat-Lahitte est classée en catégorie 1, où de nombreux bâtiments présentent des concentrations en radon faibles[62].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations anciennes :


Avezac

  • D-Auesag, D-Auzag, D-Auezag, (XIIe siècle, cartulaire de Bigorre) ;
  • Avezac, (1256, contrat mariage Esquivat) ;
  • de Avezaco, latin (1300, enquête Bigorre) ;
  • De Auezaco, latin (1313, Debita regi Navarre ; 1379, procuration Tarbes) ;
  • De Avesaco, latin (1342, pouillé de Tarbes) ;
  • de Avessaco, latin (1369, Larcher, Castelbajac).

Prat

Lahitte

  • A La Fita en las Seubas, (v. 1200-1230, cartulaires Bigorre) ;
  • De Fita prope Auezacum, (1313, Debita regi Navarre) ;
  • De Fita, (1342, pouillé de Tarbes ; 1379, procuration Tarbes) ;
  • La Hitte, (fin XVIIIe siècle, carte de Cassini).

Le Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées de Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail rapporte les dénominations historiques du village[63], reportées sur le site des archives départementales des Hautes-Pyrénées[64].

  • Du point de vue étymologique, le nom Avezac aurait été formé sur le nom de personne latin Avitius avec le suffixe -acum qui a abouti à la terminaison -ac en gascon. En occitan, le nom de la commune est Avesac /awezak/.
  • Le nom Prat est issu du gascon prat « pré ». En occitan, le nom de la commune est Prat /pʁat/.
  • Le nom de Lahitte est l'équivalent gascon du toponyme occitan Lafitte, les deux ayant reçu une terminaison francisée -e, au lieu du -a / -o d'origine. Hita désigne par ellipse, selon les lieux, une [petra] ficta « pierre fichée » (cf. Peyrefitte), c'est-à-dire un monument mégalithique, une borne marquant une limite ou des jalons sur des routes[65]. D'un point de vue phonétique hita « fiche » est une forme gasconne correspondant à l'occitan fita, car le f- initial latin en gascon comme en castillan s'est amuï en h- à l'initiale des mots, exemple : latin filia > occitan filha / gascon hilha « fille ». En occitan gascon, le nom de la commune est Era Hita /eʁa hito/.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

La présence d'hommes du genre Homo dans le secteur est attestée par la reconnaissance de nombreuses pierres taillées dans la vallée de l'Arros et ce dès le Paléolithique inférieur[66]. La présence de l'Homme moderne (Homo sapiens) est particulièrement bien attestée autour de la commune en ce qui concerne la période du Magdalénien (vers 19 000 et 12 000 ans av. J.-C.) : la « grotte de l'Homme Mort » à Lomné, et la « grotte du bois de Cantet » à Espèche ont livré un outillage caractéristique de cette période (lames, burins, racloirs, grattoirs, denticulés) ainsi que des sagaies en bois de rennes[66]. Quant à la grotte de Labastide, située juste au sud de la commune, elle contient des gravures et des peintures sur paroi du Magdalénien représentant des chevaux, des bisons, des bouquetins et des rennes[67].

Protohistoire[modifier | modifier le code]

Un ensemble tumulaire connu sous le nom d’« Avezac » ou de « l’Estaque », est localisé sur la langue qui prolonge le plateau de Lannemezan en direction de Bielsa et qui constitue une zone géographique parmi les plus riches en tumulus à l’échelle nationale. Étudié pour la première fois en 1877, cet ensemble a fait ensuite l’objet de nombreuses investigations jusqu’en 2006 à l’occasion d’une fouille d’archéologie préventive, mais aussi de très nombreux pillages[68].

Ces tumuli constituaient des sépultures contenant, d’après les premières fouilles, des objets de la Tène (deuxième Âge du fer), des poteries ibériques ou grecques absentes dans l'Aquitaine proprement dite et qui semblent témoigner d'un apport des Celtes de la Tène II (vers 300 - vers 120 avant J.-C.) et III (jusqu'à la conquête romaine). Initialement, le cimetière d'Avezac-Prat-Lahitte était constitué de 50 tertres formant deux groupes : le premier composé de 44 tumulus dont 27, alignés en direction ouest-est, aboutissaient au menhir dit « la Pierre Salouyou » et étaient entourés par 17 autres tertres paraissant de construction plus récente, le deuxième de 6 tumulus alignés qui couronnaient le rameau du nord-ouest. À l'intérieur des tumuli ont été relevées les traces de bûchers plus ou moins profonds, paraissant avoir servi à plusieurs incinérations. Les mobiliers des tumuli étaient constitués d’urnes funéraires, d'épées, couteaux et autres armes, et d'accessoires ou bijoux comme des fibules, des agrafes de ceinturon, des diadèmes ou des torques[68],[69].

Les investigations les plus récentes attribuent certains outils à une époque plus ancienne, remontant au Chalcolithique et au premier Âge du fer[70].

Antiquité et Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La fondation d'Avezac remonte au moins au XIIe siècle, selon une trace figurant dans un cartulaire de Bigorre. Pour Lahitte, c'est un siècle plus tard, dans le même type d'ouvrage qu'elle apparaît. Enfin, Prat apparaît au XIVe siècle dans le Debita regi Navarre[63].

La commune comptait par exemple en 1313, 70 feux[64].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Révolution française et Empire : nouvelle organisation territoriale[modifier | modifier le code]

Document en couleurs, extrait de la carte de Cassini, situant la commune.
Extrait de la carte de Cassini (entre 1756 et 1789) situant Avezac au sud-ouest de Lannemezan.

Le décret de l'Assemblée nationale du décrète qu'« il y aura une municipalité dans chaque ville, bourg, paroisse ou communauté de campagne »[71], mais ce n'est qu'avec le décret de la Convention nationale du 10 brumaire an II () que les paroisses d'Avezac, de Prat et de Lahitte deviennent formellement des communes[72].

En 1790, dans le cadre de la création des départements, Avezac et Prat sont rattachées au canton de Labarthe et au district de la Barthe[72], tandis que Lahitte est rattachée au canton de Lannemezan et au district de Bagnères[73]. Les cantons sont supprimés, en tant que découpage administratif, par une loi du , et ne conservent qu'un rôle électoral, permettant l'élection des électeurs du second degré chargés de désigner les députés[74],[75]. La Constitution du 5 fructidor an III, appliquée à partir de vendémiaire an IV (1795) supprime les districts, considérés comme des rouages administratifs liés à la Terreur, mais maintient les cantons qui acquièrent dès lors plus d'importance en retrouvant une fonction administrative[74]. Enfin, sous le Consulat, l’arrêté du 7 frimaire an X () réduit le nombre de justices de paix dans les Hautes-Pyrénées. Avezac et Prat restent rattachées au canton de Labarthe et à l'arrondissement de Bagnères, tandis que Lahitte est incorporée à ces divisions[72],[73],[76],[77]. Entre 1801 et 1806, Avezac et Prat fusionnent. Cette organisation reste inchangée pendant plus de 160 ans jusqu'à la fusion d’Avezac-Prat avec Lahitte en 1972 pour former la commune actuelle[72].

La monographie de Lahitte de 1887 rapporte qu'au sein des archives communales, « il est à regretter que les documents officiels destinés à établir l’histoire de la commune, les ouvrages, les monographies, les écrits, tout fasse défaut. »[F 1].

Le plan cadastral napoléonien d'Avezac-Prat est consultable sur le site des archives départementales des Hautes-Pyrénées[78]. Il en est de même pour la commune de Lahitte[79].

De la Révolution française à la fin du XXe siècle : prédominance de l'agriculture[modifier | modifier le code]

Avezac-Prat-Lahitte était une commune à très forte tendance agricole. Selon la monographie communale d'Avezac-Prat de 1887, tout au long de l'année, on cultivait en alternance du blé, du seigle, de l'avoine, de l'orge, du maïs, du sarrasin, du millet, de la pomme de terre, du haricot, du navet, du lin, du trèfle, de la luzerne, et enfin, du sainfoin[Loo 1]. Selon celle de Lahitte, on cultivait aussi du froment, du méteil et des châtaignes[F 2]. Pour le commerce, avant que Lannemezan ne devienne le point de rendez-vous avec son marché hebdomadaire, la commune était le lieu où se retrouvaient les habitants des Baronnies[Loo 2].

Chaque maison élève bœufs et vaches pour les travaux. Des troupeaux de brebis sont constitués. Les porcs sont engraissés, soit pour la consommation personnelle, soit pour être vendus. Les habitants possèdent aussi des poules, dont les œufs sont consommés ou vendus[Loo 3],[F 3].

Selon cette même monographie, les habitants sont décrits comme tous catholiques sans « cultes dissidents ». Les hommes communient « quatre ou cinq fois l'année » et les femmes tous les dimanches, en portant à toutes les cérémonies, dès la première communion (à l'âge de dix ou onze ans), le capulet de l'enterrement, coiffe typique des Pyrénées[Loo 4]. Cette forte présence du catholicisme dans la commune s'observe plus d'un siècle plus tard par la présence de nombreux monuments religieux (églises, chapelle, oratoires, croix monumentalesetc.).

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Au début d'année 2017, le village est élu deuxième village préféré des lecteurs de La Dépêche du Midi, quotidien régional[80].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune d'Avezac-Prat-Lahitte est membre de la communauté de communes du Plateau de Lannemezan[I 11], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Lannemezan. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[81].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Bagnères-de-Bigorre, au département des Hautes-Pyrénées et à la région Occitanie[I 11]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Neste, Aure et Louron pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[I 11], et de la première circonscription des Hautes-Pyrénées pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[82],[83].

Du point de vue judiciaire, Avezac-Prat-Lahitte relève du tribunal judiciaire, du conseil de prud'hommes, du tribunal pour enfants, du tribunal de commerce et du tribunal paritaire des baux ruraux de Tarbes ainsi que de la cour d'appel de Pau[84].

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Dans cette petite commune rurale, il est usuel qu'une seule liste, sans étiquette partisane, se présente aux scrutins municipaux, la totalité des candidats étant élus au premier tour.

Élections de 2020[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs, représentant la façade du bâtiment de la mairie.
La mairie, en 2018.

Le conseil municipal d'Avezac-Prat-Lahitte, commune de moins de 1 000 habitants, est élu au scrutin majoritaire plurinominal à deux tours[85] avec candidatures isolées ou groupées et possibilité de panachage[86]. Compte tenu de la population communale, le nombre de sièges à pourvoir lors des élections municipales de 2020 est de 15. La totalité des quinze candidats en lice[87] est élue dès le premier tour, le , avec un taux de participation de 61,9 %[88]. Albert Bégué est élu nouveau maire de la commune le [89].

Dans les communes de moins de 1 000 habitants, les conseillers communautaires sont désignés parmi les conseillers municipaux élus en suivant l’ordre du tableau (maire, adjoints puis conseillers municipaux) et dans la limite du nombre de sièges attribués à la commune au sein du conseil communautaire[90]. Un siège est attribué à la commune au sein de la communauté de communes du Plateau de Lannemezan. Le maire Albert Bégué représente ainsi la commune au sein du conseil communautaire[91].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Seuls trois maires se sont succédé à la tête du conseil municipal d'Avezac-Prat-Lahitte depuis 1944, tous accomplissant plusieurs mandats complets et successifs, le dernier, Albert Bégué, entame son sixième mandat en 2020[92].

Liste des maires successifs d'Avezac-Prat-Lahitte depuis 1944[93]
Période Identité Étiquette Qualité
1944[Note 9] 1959 Baptiste Sarrat    
1959 1989 Jean-Baptiste Bégué    
1989 En cours
(au [92])
Albert Bégué[92] Sans Retraité[94]

Autres élections[modifier | modifier le code]

Au premier tour des élections présidentielles, de 2002, 2007 et 2012, les électeurs avezacais, comme l'ensemble de ceux du département des Hautes-Pyrénées, ont toujours majoritairement porté leur choix vers le (la) candidat(e) présenté(e) par le Parti socialiste. Au rang des exceptions, les élections de 2017 et 2022, où ce sont respectivement Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen qui arrivent en tête[95].

Au premier tour des élections législatives de 2002, 2007 et 2012, pour la première circonscription des Hautes-Pyrénées, les électeurs avezacais ont toujours placé en tête le candidat du Parti socialiste. En 2017, dans le contexte de l'élection à la présidence de la République d'Emmanuel Macron, le candidat de la République en Marche est arrivé en tête, immédiatement suivi par le candidat insoumis[95].

Au premier tour des élections européennes de 2004 et 2009, cantonales de 2008, départementales de 2015, et régionales de 2004, 2010 et 2015, les électeurs ont placé en tête les candidats du Parti socialiste, ou de l'union de la gauche. Seule exception, pour les européennes de 2014 et 2019, où le candidat du Front national est arrivé en tête[95].

Lors des référendums, les résultats de la commune sont à l'image des résultats nationaux, sauf en 2005, où le non est voté à plus forte majorité dans la commune[95].


Finances locales[modifier | modifier le code]

La commune d’Avezac-Prat-Lahitte faisant partie d'un établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre, la communauté de communes du Plateau de Lannemezan, son budget ne reflète qu'imparfaitement la réalité de la fiscalité locale en raison des transferts de dépenses de fonctionnement et d'investissement vers l'EPCI, d'une part, et de la perception par la communauté de communes du produit de la fiscalité professionnelle (la contribution économique territoriale), d'autre part. Ainsi, diverses ressources fiscales sont prélevées au niveau communautaire, et de nombreuses dépenses sont également effectuées à ce niveau[119].

En 2019, le budget communal principal s'équilibrait à 613 000  dont 505 000  en section de fonctionnement et 108 000  en investissement. La part d'impôts locaux dans les produits de fonctionnement s'établissait à 50,4 %, contre 48,7 % pour la strate de communes équivalente de 500 à 2 000 habitants, avec des taux d'imposition fixés à 11,44 % pour la taxe d'habitation (16 % pour la strate), (y compris THLV), 8,4 % et 10,7 % pour la taxe foncière sur le bâti et le non-bâti (14 % et 36 % pour la strate), 20,9 % pour la cotisation foncière des entreprises (19 % pour la strate). Par ailleurs l’encours de la dette communale est très faible, puisqu’il s’établit à 51 €/habitant contre 732 €/habitant pour la strate[120].

Jumelage[modifier | modifier le code]

Au , Avezac-Prat-Lahitte n'est jumelée avec aucune commune[121].

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Eau et assainissement[modifier | modifier le code]

Concernant l'approvisionnement en eau potable, la commune dispose d'une source, appelée « Source de Saint-Martin », qui sert pour tous les habitants[7],[122]. Deux châteaux d'eau permettent de distribuer cette eau avec une pression convenable : l'un à Avezac-Village, dit du Pourricaou, et l'autre à Avezac-Gare, lequel est équipé de la sirène d'alerte aux populations.

L'assainissement des eaux usées d'Avezac-Prat-Lahitte est assuré, de manière collective, par deux stations d'épuration à lagunage, l'une à Avezac-Gare, d'une capacité de 200 EH (équivalent-habitant), avec rejet des eaux épurées dans la Baïse Darré, l'autre à Avezac-Village, d'une capacité de 500 EH, avec rejet des eaux épurées dans l'Avezaguet[123].

Collecte et traitement des déchets[modifier | modifier le code]

La gestion des déchets est déléguée au syndicat mixte de collecte et de traitement des ordures ménagères (SMECTOM), créé en 1978[124]. Les déchets ménagers, recyclables ou non, sont collectés en porte-à-porte de manière hebdomadaire, et des conteneurs pour la collecte du verre sont répartis sur le territoire communal[125]. Une déchèterie, sur le territoire de la commune de Capvern, est accessible aux habitants d'Avezac-Prat-Lahitte comme des autres localités de la communauté de communes[126].

Équipements culturels et sportifs[modifier | modifier le code]

La commune s'est dotée, début 2018, d'une boîte à livres[C 1].

Un terrain est aménagé à Avezac-Gare, quartier l'Estaque, pour la pratique du jeu de boules, et la commune dispose d'un stade de football, le stade André Sarrat.

Une aire de jeux, installée en 2017, se trouve dans le parc de l'église d'Avezac. Une autre est installée près de l'église de Prat, depuis 2019[C 2].

Plusieurs chemins de randonnée pédestre passent par le territoire communal. Parmi eux, le GR 78, à l'est par la D 14[127], le GRP « Tour des Baronnies », qui suit la D 17 au sud de la commune[128], ou encore, le « Tour de Labastide », qui passe au sud, par la D 77[129],[130]. Des randonnées à VTT sont aussi signalées, notamment le « Tour d'Avezac », qui constitue une boucle dans la commune[131], le circuit « Baronnies par le Col de Coupe » qui passe à l'est, par la D 17[132], ou encore, les « Baronnies par le Couret d'Asque » à l'ouest, par la D 14[133].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs, représentant la cour de l'école.
La cour de l'école, en 2017.

Avezac-Prat-Lahitte dispose d'une école primaire publique[134]. Elle accueille 36 enfants en , de la petite section au CM2[C 3].

Pour l'enseignement secondaire, les établissements les plus proches sont à Lannemezan, respectivement le collège Gaston-Fébus[135] et le lycée polyvalent Jules-Michelet pour l'enseignement général et technologique[136].

La commune dépend de l'académie de Toulouse[134].

Santé[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs, représentant un DAE.
Défibrillateur, sous le porche de la mairie, en 2020.

Il n'y a pas de professionnel de santé ni d'établissement de santé à Avezac-Prat-Lahitte, mais un défibrillateur automatisé externe (DAE) est installé, en libre accès, sous le porche de la mairie, depuis l'été 2018[137],[C 4]. Le centre de secours desservant est celui de Capvern[138]. Les cabinets médicaux, cabinets dentaires et les pharmacies de proximité sont situés à La Barthe-de-Neste, Capvern et Lannemezan.

Les hôpitaux et cliniques médico-chirurgicales de proximité sont à Lannemezan et Tarbes.

Télécommunications[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs, représentant l'antenne-relais implantée à Prat.
Antenne-relais en haut de la tour de Prat, en 2018.

En 2017, un accord passé entre Orange, et le département des Hautes-Pyrénées prévoit pour toutes les communes du département un accès à Internet à très haut débit (THD) d'ici fin 2024[139]. Ainsi, le calendrier des raccordements prévoit l'équipement d'Avezac-Prat-Lahitte en 2021[140].

Au début d'année 2018, la commune était toujours en zone blanche[141]. En , une antenne-relais de téléphonie mobile est inaugurée[142]. Installée en haut de la tour de Prat, elle permet aux communes avoisinantes, et donc celle d'Avezac-Prat-Lahitte, d'être reliées au réseau de téléphonie mobile d'Orange[143].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants d'Avezac-Prat-Lahitte sont appelés les Avezacais[144].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[145]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[146].

En 2019, la commune comptait 610 habitants[Note 10], en augmentation de 8,16 % par rapport à 2013 (Hautes-Pyrénées : +0,31 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6206405617559109751 0001 0471 049
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9609639709879551 0391 048850881
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
888790714645611590530499482
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
491493622600596514548565605
2019 - - - - - - - -
610--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[72] puis Insee à partir de 2006[147].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 26,9 %, soit en dessous de la moyenne départementale (29,0 %). De même, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 32,5 % la même année, alors qu'il est de 34,2 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 302 hommes pour 304 femmes, soit un taux de 50,17 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,91 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[148]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
1,7 
7,0 
75-89 ans
12,0 
23,1 
60-74 ans
21,3 
23,6 
45-59 ans
25,1 
17,1 
30-44 ans
15,4 
13,5 
15-29 ans
8,5 
15,7 
0-14 ans
16,0 
Pyramide des âges du département des Hautes-Pyrénées en 2018 en pourcentage[149]
HommesClasse d’âgeFemmes
90 ou +
2,9 
9,5 
75-89 ans
13,1 
20,5 
60-74 ans
21 
21,3 
45-59 ans
20,9 
16,1 
30-44 ans
15,4 
16,1 
15-29 ans
13,1 
15,5 
0-14 ans
13,6 

Vie culturelle[modifier | modifier le code]

Festival « Rencon'Trad »[modifier | modifier le code]

Parmi les évènements qui rythment la vie de la commune, il est possible de mentionner le festival « Rencon'Trad », qui est organisé chaque année depuis 1999 (excepté en 2020 en raison de la pandémie de Covid-19[150]) par une trentaine de bénévoles. Durant trois jours, le dernier week-end du mois de juillet, il s'attache à mettre à l'honneur la culture occitane, bigourdane et gasconne, au travers de bals et de danses traditionnelles. Des concerts sont proposés et des sessions de cantèras spontanées ont lieu. Les participants ont aussi la possibilité de se restaurer avec des spécialités occitanes. Le festival attire chaque année quelque 4 000 personnes[151],[152],[153].

Fêtes patronales[modifier | modifier le code]

Il est aussi à signaler les fêtes patronales, qui se déroulent tous les ans dans chaque village, au cours desquelles sont proposés bals, repas et autres animations, telles que des aubades :

  • les fêtes de la Saint-Barthélémy à Avezac, ont lieu, cinq jours durant, le dernier week-end du mois d'août[154],[C 5] ;
  • les fêtes de la Saint-Barthélémy à Prat, ont lieu, deux jours durant, le week-end précédent les fêtes d'Avezac[C 6] ;
  • les fêtes de la Saint-Michel à Lahitte, ont lieu, deux jours durant, le dernier week-end du mois de septembre[C 7].

Procession de la Saint-Martin[modifier | modifier le code]

La légende veut qu'autrefois, le village manquait d'eau. Pour remédier à ce problème, les habitants eurent l'idée d'une procession, pour demander à Dieu l'eau qui manquait. À peine eurent-ils fini la première prière, que l'eau se mit à jaillir. Depuis lors, la source n'a jamais tari, et elle est nommée ainsi, car la procession a eu lieu un jour de Saint-Martin[Loo 5].

Vie associative[modifier | modifier le code]

Vingt-quatre associations ont leur siège à Avezac-Prat-Lahitte. Quatorze d'entre elles interviennent dans le domaine de la culture et des loisirs, par l'organisation de manifestations culturelles, la mise en place d'ateliers de loisirs pour les habitants, etc. Quatre autres œuvrent dans le domaine social (aide aux personnes en difficulté, association de parents d'élèves). Trois se consacrent à la défense du patrimoine et de l'écologie. Trois, enfin, sont des associations sportives[155],[156].

Médias[modifier | modifier le code]

L'actualité d'Avezac-Prat-Lahitte est couverte par deux journaux : La Dépêche du Midi et La Nouvelle République des Pyrénées, grands quotidiens régionaux, au moyen des correspondants locaux du bureau de Lannemezan.

La municipalité édite, chaque début d'année, un journal municipal intitulé Contact, distribué gratuitement dans tous les foyers, qui est une rétrospective de l'année passée.

Parmi les chaînes de télévision de télévision numérique terrestre (TNT) accessibles à tous les habitants de la commune, France 3 Midi-Pyrénées relaie, entre autres, les informations locales[157].

Cultes[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune dépend de la paroisse de Lannemezan au sein du diocèse de Tarbes et Lourdes, lui-même partie de l'archidiocèse de Toulouse[158]. La commune dispose de trois lieux de culte catholique[159].

Concernant d'autres religions, les lieux de cultes les plus proches sont la synagogue, la mosquée et les églises protestantes de Tarbes[160].

Économie[modifier | modifier le code]

Avezac-Prat-Lahitte est classée en zone de revitalisation rurale par arrêté du [161].

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2019, la commune comptait 256 ménages, 554 personnes dans les ménages fiscaux, et un revenu fiscal médian déclaré par unité de consommation de 22 070 [I 12], ce qui plaçait Avezac-Prat-Lahitte au 18 991e rang parmi les 31 330 communes de plus de 49 ménages en métropole[I 13].

Cette valeur de 22 070 euros de revenu fiscal médian disponible était supérieure à la médiane départementale qui s'établissait, pour la même année, à 20 720 euros[I 14].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 351 personnes, parmi lesquelles on comptait 78,6 % d'actifs dont 70,6 % ayant un emploi et 8 % de chômeurs[I 15]. Depuis 2009, le taux de chômage communal est inférieur à celui de la France. Cependant en 2018, il n'est qu'à 0,5 % du taux national (10,1 % pour la commune, contre 10,6 % pour la France)[162].

On comptait 71 emplois dans la commune, contre 88 en 2013. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune étant de 252, l'indicateur de concentration d'emploi est de 28,2 %, ce qui signifie que la commune offre moins d'un emploi pour deux habitants actifs[I 16].

Seulement 21,4 % des habitants travaillaient dans la commune[I 17]. Pour se rendre au travail, en l'absence de transports en commun, 96,8 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues ; 1,6 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied. Enfin 1,6 % n'a pas besoin de transport (travail au domicile)[I 18].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au , Avezac-Prat-Lahitte comptait 35 établissements : 13 dans la construction, 9 dans des activités de services, 5 dans l'industrie, 3 dans le secteur administratif, 2 dans le commerce-transports-services divers et 3 dans l'enseignement, l'information et la communication[I 19].

En 2020, quatre entreprises ont été créées dans la commune dont deux entreprises individuelles[I 20].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Carte des principaux lieux et monuments d'Avezac-Prat-Lahitte.
  • Architecture civile
    • 1Tour d'Avezac
    • 2Salle des fêtes d'Avezac-Gare
    • 3Salle des fêtes d'Avezac-Village
    • 4Salle des fêtes de Prat
    • 5Salle des fêtes de Lahitte
    • 6Tumulus de l'Estaque
    • 7Monument François Ader
    • 8Lavoir Place Era Plaça
  • Architecture religieuse
    • 1Église Saint-Barthélémy d'Avezac et cimetière
    • 2Cimetière du Canteth
    • 3Église Saint-Barthélémy de Prat et cimetière
    • 4Église Saint-Michel de Lahitte
    • 5Cimetière de Lahitte
    • 6Chapelle d'Avezac

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

Chaque village dispose d'une église :

Outre ces trois églises, plusieurs monuments sont situés sur le territoire de la commune, notamment une chapelle inutilisée pour le culte à Avezac-Village, des oratoires à Avezac-Village et Lahitte ; ou encore, des croix monumentales ou calvaires notamment à Avezac-Village ou Prat ; enfin des statues représentant le Christ ou Marie.

La commune dispose de quatre cimetières : deux pour Avezac, un pour Prat et un pour Lahitte. En 2019, la commune s'est dotée de trois columbariums, qui ont été mis en place dans les cimetières de chaque village (huit cases à Avezac, six à Prat et quatre à Lahitte)[C 8].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir. Wikimedia Commons présente d’autres illustrations sur les monuments religieux de la commune.

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune possède trois monuments aux morts, un par village : à Avezac, sous le porche de l'église[167], à Prat, devant l'église[168] et une plaque à Lahitte, dans l'église[169]. En outre, un monument commémoratif, dédié à François Ader, fusillé en 1944, est placé au bord de la D 17[170].

La commune compte de nombreux tumulus. Parmi eux, trois sont inscrits ou classés monument historique : le tumulus dit « Puyo de l'Ardoun », inscrit depuis le , situé au lieu-dit l'Usine, propriété de la commune[MH 5] ; le tumulus, classé depuis le , situé au lieu-dit l'Estaque, propriété de la commune[MH 6] ; et enfin le tumulus, inscrit depuis la même date que ce dernier, situé au lieu-dit la Gare, propriété d'une société privée[MH 7].

La tour d'Avezac domine la commune. Sa construction remonte au XIIe siècle et il semblerait qu'autrefois, c'était un donjon de surveillance ou de repli. Pour entrer à l'intérieur, il fallait utiliser une passerelle en bois et la porte située en hauteur. Il semblerait aussi qu'elle communiquait avec le château de Mauvezin, visible depuis celle-ci. Menaçant de s'effondrer à la suite d'un orage, elle a été restaurée par la commune en 1997. Depuis, il n'est pas possible d'entrer à l'intérieur, seulement d'en faire le tour à pied[171],[172].

Une fontaine d'eau potable coule en permanence au pied la mairie d'Avezac-Prat-Lahitte. L'eau provient d'une source naturelle, celle du « Navaillo »[173].

La commune dispose de plusieurs anciens lavoirs. Ils sont pour la plupart vidés et transformés en jardinière, sauf celui de la Place Era Plaça où cohabitent vase et têtards.

Chaque village dispose d'une salle des fêtes, pouvant être louée ou utilisée pour divers événements. Pour Avezac, il y en a une au quartier la Gare et une au village.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir. Wikimedia Commons présente d’autres illustrations sur les lieux et monuments de la commune.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Avezac-Prat-Lahitte Blason
  • D'azur au château ruiné d'argent sur une rivière ondée du champ chargée de deux fasces ondées aussi d'argent, accompagné en chef de deux oiseaux du même fondant, celui de dextre en bande, celui de senestre en barre[174].
  • D'azur au château masuré d'argent, maçonné de sable, ouvert et ajouré du champ, posé sur une champagne ondée d'azur chargée de deux fasces ondées d'argent, accompagné de deux oiseaux du même en chef, volant vers le cœur, celui de dextre en bande et celui de senestre en barre[175].
Détails
blason officiel vérifié auprès de la mairie.
même si le blason est officiel, sa signification diffère selon les sources.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une unité de paysage est un pan de territoire qui présente des caractéristiques paysagères propres.
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.
  4. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  5. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  6. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Il ne reste qu'une petite portion entre Lannemezan et Labarthe-Avezac qui reste exploitable en trafic fret, la ligne étant neutralisée à partir du PK 125,205. Sur ces quelques kilomètres la vitesse est limitée à 30 km/h.
  9. En 1944, Baptiste Sarrat est élu maire, succédant à l'instituteur Marie Gabriel Puyo qui avait été nommé maire provisoire pour trois mois.
  10. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Th. Loo (1887), p. 10.
  2. Th. Loo (1887), p. 22.
  3. Th. Loo (1887), p. 19 et 20.
  4. Th. Loo (1887), p. 33.
  5. Th. Loo (1887), p. 26 et 27.
  6. a et b Th. Loo (1887), p. 35.
  • Avezac-Prat-Lahitte, Contact : le bulletin d'information municipale
  1. « Des livres et moi... » (p. 9), (pour l'année 2018).
  2. « Les travaux » (p. 13), (pour l'année 2019).
  3. « Des nouvelles de l'école... » (p. 16), (pour l'année 2021).
  4. « Installation d'un DAE » (p. 6), (pour l'année 2018).
  5. « L’association des jeunes d’Avezac » (p. 30), (pour l'année 2019).
  6. « Eths de Prat » (p. 35), (pour l'année 2019).
  7. « Association des Jeunes de Lahitte » (p. 36), (pour l'année 2019).
  8. « Le colombarium : de quoi s'agit-il ? » (p. 15), (pour l'année 2019).
  1. « Bassin de vie de Lannemezan (65258) », sur insee.fr (consulté le ).
  2. « Zone d'emploi de Tarbes - Lourdes (7310) », sur insee.fr (consulté le ).
  3. « Comparateur de territoire - Commune d'Avezac-Prat-Lahitte (65054) », sur insee.fr, (consulté le ).
  4. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. a et b LOG T2 - Catégories et types de logements (INSEE) pour Avezac-Prat-Lahitte.
  7. LOG T2 - Catégories et types de logements (INSEE) pour les Hautes-Pyrénées.
  8. a et b LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation (INSEE) pour Avezac-Prat-Lahitte.
  9. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation (INSEE) pour les Hautes-Pyrénées.
  10. LOG T5 - Résidences principales en 2018 selon la période d'achèvement (INSEE) pour Avezac-Prat-Lahitte.
  11. a b et c « Code officiel géographique - Rattachements de la commune d'Avezac-Prat-Lahitte », sur insee.fr (consulté le ).
  12. REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2019 (INSEE) pour Avezac-Prat-Lahitte.
  13. « Structure et distribution des revenus, inégalité des niveaux de vie en 2018 : Dispositif Fichier localisé social et fiscal (Filosofi) », sur insee.fr, (consulté le ).
  14. REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2019 (INSEE) pour les Hautes-Pyrénées.
  15. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité (INSEE) pour Avezac-Prat-Lahitte.
  16. EMP T5 - Emploi et activité (INSEE) pour Avezac-Prat-Lahitte.
  17. ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la zone (INSEE) pour Avezac-Prat-Lahitte.
  18. ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2017 (INSEE) pour Avezac-Prat-Lahitte.
  19. DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 (INSEE) pour Avezac-Prat-Lahitte.
  20. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2020 (INSEE) pour Avezac-Prat-Lahitte.
  • Autres sources
  1. « Calculateur de distance », sur le site fr.distance.to (consulté le ).
  2. « Avezac-Prat-Lahitte » (version du 4 mai 2018 sur l'Internet Archive), sur le site Lion1906, site personnel de Lionel Delvarre.
  3. a b c d et e « Carte IGN d'Avezac-Prat-Lahitte » sur Géoportail..
  4. « Atlas des paysages des Hautes-Pyrénées - Présentation », sur le site de la DREAL d'Occitanie, (consulté le ).
  5. « Atlas des paysages des Hautes-Pyrénées - De la caractérisation des paysages du département aux unités paysagères », sur le site de la DREAL d'Occitanie, (consulté le ), p. 23 et 139.
  6. a b et c « Carte d'Avezac-Prat-Lahitte », sur Géoportail (consulté le ).
  7. a b c d e et f « Fiche communale d’Avezac-Prat-Lahitte », sur le site du système d’information pour la gestion des eaux souterraines (SIGES) en Midi-Pyrénées (consulté le ).
  8. a b c d e f g et h Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), « Notice 1053 dite « Bagnères-de-Bigorre » des cartes géologiques de la France 1/50000 » [PDF].
  9. a et b « Carte des sols » sur Géoportail.
  10. « Carte géologique » sur Géoportail.
  11. Jacques Rey, « La traversée géologique des Pyrénées d’Aure en Sobrarbe » [PDF], Saint-Lary-Soulan, 29 et 30 juillet 2014 (consulté le ), p. 10-11.
  12. (it) « Avezacite », sur le site de l'Encyclopédie Treccani (consulté le ).
  13. Patrick De Wever, Annie Cornée, Grégoire Egoroff, Gérard Collin, Francis Duranthon, Arnault Lalanne, Claire De Kermadec et Stéphane Lucet, « Patrimoine géologique : notion, état des lieux, valorisation » [PDF], sur la revue Naturae du Muséum national d'histoire naturelle, (consulté le ), p. 24.
  14. Sandre, « L'Avezaguet » (consulté le ).
  15. Sandre, « Ruisseau Lahitte » (consulté le ).
  16. Sandre, « La Baïse Darré » (consulté le ).
  17. « Qu'est-ce qu'un SDAGE ? », sur gesteau.fr (consulté le ).
  18. « Qu'est-ce qu'un SAGE ? », sur gesteau.fr (consulté le ).
  19. « Carte et liste des 30 SAGE du bassin Adour-Garonne », sur gesteau.fr (consulté le ).
  20. « Le bassin versant », sur le site du SAGE Adour amont (consulté le ).
  21. « SAGE Adour amont – Principaux documents », sur gesteau.fr (consulté le ).
  22. Site officiel de l’Institution Adour (consulté le ).
  23. « SAGE Neste-Ourse – Principaux documents », sur gesteau.fr (consulté le ).
  24. « Le réseau hydrographique du bassin Adour-Garonne. » [PDF], sur draaf.occitanie.agriculture.gouv.fr (consulté le )
  25. « Fiche communale d'Avezac-Prat-Lahitte », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Occitanie (consulté le ).
  26. Sandre, « l'Arros »
  27. Sandre, « la Baïse Darré »
  28. Sandre, « l'Avezaguet »
  29. « Atlas des paysages des Hautes-Pyrénées - De la caractérisation des paysages du département aux unités paysagères », sur le site de la DREAL d'Occitanie, (consulté le ), p. 49-53.
  30. Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergeo, revue européenne de géographie, no 501,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. « Station météorologique de Tarbes - Ossun - Lourdes, indicatifs : 07621, LFBT », sur le site de l'association InfoClimat (consulté le ).
  32. « Avezac-Prat-Lahitte », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  33. « Liste des ZNIEFF de la commune d’Avezac-Prat-Lahitte », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  34. ZNIEFF 730030352 - Réseau hydrographique des Baronnies sur le site de l’INPN.
  35. ZNIEFF 730011641 - Landes humides et tourbières de Capvern sur le site de l’INPN.
  36. ZNIEFF 730003065 - Baronnies sur le site de l’INPN.
  37. ZNIEFF 730006515 - Landes humides de Capvern et plateau de Lannemezan sur le site de l’INPN.
  38. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique, (consulté le ).
  39. « Le SCot : Un projet stratégique partagé pour l'aménagement d'un territoire », sur le site du ministère de la Cohésion des territoires, (consulté le ).
  40. a et b « Le SCOT », sur le site de la Communauté de communes du Plateau de Lannemezan Neste-Baronnies-Baïses (consulté le ).
  41. « Le Syndicat », sur le site du SCoT Piémont du Pays des Nestes (consulté le ).
  42. AMF - ADCF, « Instruction des autorisations d’urbanisme - Les enjeux d’une nouvelle organisation locale » [PDF], sur le site de l'Assemblée des communautés de France, (consulté le ), p. 6.
  43. « Plan Local d'Urbanisme d'Avezac-Prat-Lahitte » [PDF], sur le site de la Communauté de communes du Plateau de Lannemezan Neste-Baronnies-Baïses, (consulté le ).
  44. « Démarche et outils pour élaborer un Plan Local d'Urbanisme (PLU) et un PLUI », sur le site du ministère de la Cohésion des territoires, (consulté le ).
  45. « Le Plan Local d’Urbanisme Intercommunal », sur le site de la Communauté de communes du Plateau de Lannemezan Neste-Baronnies-Baïses (consulté le ).
  46. « Calcul d'itinéraire Avezac-Prat-Lahitte / Gare de Lannemezan », sur le site ViaMichelin (consulté le ).
  47. Anne Billard, « Lannemezan. La Voie verte en bonne voie pour 2024 », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le ).
  48. « Calcul d'itinéraire Avezac-Prat-Lahitte / Aéroport de Tarbes-Lourdes-Pyrénées », sur le site ViaMichelin (consulté le ).
  49. « Calcul d'itinéraire Avezac-Prat-Lahitte / Aéroport de Pau-Pyrénées », sur le site ViaMichelin (consulté le ).
  50. a b c et d « Les risques près de chez moi : Avezac-Prat-Lahitte », sur le site « Géorisques » du ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le ).
  51. « Plan départemental de protection des forêts contre l’incendie (PDPFCI) des Hautes-Pyrénées 2020 - 2029 – Présentation » [PDF], sur hautes-pyrenees.gouv.fr, (consulté le ), p. 31.
  52. « Plan départemental de protection des forêts contre l’incendie (PDPFCI) des Hautes-Pyrénées 2020 - 2029 – Annexes » [PDF], sur hautes-pyrenees.gouv.fr, (consulté le ), p. 125.
  53. « Plan départemental de protection des forêts contre l’incendie (PDPFCI) des Hautes-Pyrénées 2020 - 2029 – Ensemble des documents » [PDF], sur hautes-pyrenees.gouv.fr, (consulté le ).
  54. « Risques majeurs en Hautes-Pyrénées – les séismes », sur risquesmajeurs-hautes-pyrenees.pref.gouv.fr (consulté le ).
  55. « Massif Pyrénéen – risque sismique », sur planseisme.fr (consulté le ).
  56. « Didacticiel de la règlementation parasismique – zonage sismique par commune », sur planseisme.fr (consulté le ).
  57. « Argiles - Aléa retrait-gonflement des argiles - Description du phénomène », sur le site « Géorisques » du ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le ).
  58. « Carte de zonage de l'aléa retrait-gonflement des argiles sur la commune d’Avezac-Prat-Lahitte », sur le site « Géorisques » du ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le ).
  59. « PPRT Arkema – carte de zonage » [PDF], sur le site de la DREAL d'Occitanie (consulté le ).
  60. « CSS Arkema », sur le site de la DREAL d'Occitanie, (consulté le ).
  61. « PPRT Arkema », sur le site de la DREAL d'Occitanie, (consulté le ).
  62. « Le radon - Connaître le potentiel radon de ma commune », sur le site de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (consulté le ).
  63. a et b Michel Grosclaude et Jean-Francois Le Nail, intégrant les travaux de Jacques Boisgontier, Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées, Tarbes, Conseil Général des Hautes-Pyrénées, , 348 p. (ISBN 2-9514810-1-2, BNF 37213307).
  64. a et b « Avezac-Prat-Lahitte », sur le site des archives départementales des Hautes-Pyrénées (consulté le ).
  65. Bénédicte et Jean-Jacques Fénié, Toponymie gasconne, Éditions Sud Ouest, coll. « Sud Ouest Université », , 128 p. (ISBN 978-2-87901-093-9).
  66. a et b [Barragué et al. 1993 fr] Jean Barragué, André Clot et Geneviève Marsan, « Le Paléolithique de la Vallée de l'Arros », Munibe Antropologia-Arkeologia, no 45,‎ , p. 99-118 (lire en ligne [PDF] sur journaldatabase.info, consulté le ).
  67. « La Grotte aux Chevaux », sur le site de l'espace préhistoire de Labastide (consulté le ).
  68. a et b Gabrielle Fabre 1946, p. 32-39.
  69. Piette & Sacaze 1879, p. 32-39.
  70. Yaramila Tchérémissinoff, Laurent Bruxelles, Anne Lagarrigue, Laure-Amélie Lelouvier, Fabrice Leroy 2008, p. 187-220.
  71. Motte 2003, p. 24.
  72. a b c d et e Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  73. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Lahitte », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  74. a et b Gérard Lang, « Le Code officiel géographique (COG) : 4.3. : l'œuvre révolutionnaire », sur projetbabel.org, (consulté le ).
  75. « Historique de la décentralisation » [PDF], sur collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ), p. 6.
  76. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements, avis du Conseil d'État, t. XII, (lire en ligne), p. 43.
  77. Gérard Lang, « Le Code officiel géographique (COG) : 4.4. : le Consulat et l'Empire », sur projetbabel.org, (consulté le ).
  78. « Le plan cadastral d'Avezac-Prat », sur le site des archives départementales des Hautes-Pyrénées, (consulté le ).
  79. « Le plan cadastral de Lahitte », sur le site des archives départementales des Hautes-Pyrénées, (consulté le ).
  80. « Avezac sur le podium », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  81. « CC du Plateau de Lannemezan », sur le site de la base nationale sur l'intercommunalité (BANATIC), (consulté le ).
  82. « Découpage électoral des Hautes-Pyrénées (avant et après la réforme de 2010) », sur politiquemania.com (consulté le ).
  83. « Hautes-Pyrénées : Carte des circonscriptions », sur le site de l'Assemblée nationale (consulté le ).
  84. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le ).
  85. Article L. 252 du Code électoral (consulté le ).
  86. « Municipales : le mode de scrutin dans les communes de moins de 1000 habitants », sur le site Vie-publique.fr, (consulté le ).
  87. « Candidatures au 1er tour pour Avezac-Prat-Lahitte », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  88. « Résultats du 1er tour pour Avezac-Prat-Lahitte », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  89. « Répertoire national des élus », sur le site data.gouv.fr, (consulté le ).
  90. « Conseillers communautaires : les règles de l'élection », sur le site Vie-publique.fr, (consulté le ).
  91. « Les élus de l'intercommunalité », sur le site de la Communauté de communes du Plateau de Lannemezan Neste-Baronnies-Baïses (consulté le ).
  92. a b et c Jean Serres, « Avezac-Prat-Lahitte. Albert Bégué réélu », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  93. « Liste des maires de Avezac-Prat-Lahitte », sur le site de l'association FranceGenWeb (consulté le ).
  94. J. S., « Avezac-Prat-Lahitte. Avançons ensemble pour notre commune », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  95. a b c et d « Les résultats des élections », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  96. Résultats des élections présidentielles de 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  97. Résultats des élections présidentielles de 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  98. Résultats des élections présidentielles de 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  99. Résultats des élections présidentielles de 2017 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  100. Résultats des élections présidentielles de 2022 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  101. Résultats des élections législatives de 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  102. Résultats des élections législatives de 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  103. Résultats des élections législatives de 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  104. Résultats des élections législatives de 2017 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  105. Résultats des élections européennes de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  106. Résultats des élections européennes de 2009 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  107. Résultats des élections européennes de 2014 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  108. Résultats des élections européennes de 2019 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  109. Résultats des élections régionales de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  110. Résultats des élections régionales de 2010 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  111. Résultats des élections régionales de 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  112. Résultats des élections régionales de 2021 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  113. Résultats des élections cantonales de 2008 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  114. Résultats des élections départementales de 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  115. Résultats des élections départementales de 2021 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  116. Résultats des élections référendaires de 1992 sur le site PolitiqueMania.
  117. Résultats des élections référendaires de 2000 sur le site PolitiqueMania.
  118. Résultats des élections référendaires de 2005 sur le site PolitiqueMania.
  119. « Les conséquences de l’intercommunalité sur la fiscalité des communes », sur collectivites-locales.gouv.fr, (consulté le ).
  120. « Comptes de la commune d'Avezac-Prat-Lahitte », sur impots.gouv.fr (consulté le ).
  121. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures, et Bourse partenariats de la coopération décentralisée », sur le site du ministère de l'Europe et des Affaires étrangères (consulté le ).
  122. « Point d'eau BSS002LKAL », sur le site du portail national d’Accès aux Données sur les Eaux Souterraines (ADES) (consulté le ).
  123. « Avezac-Prat-Lahitte - assainissement collectif », sur le site de l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  124. « Historique », sur le site du SMECTOM (consulté le ).
  125. « Compétences et missions », sur le site du SMECTOM (consulté le ).
  126. « Déchets », sur le site de la Communauté de communes du Plateau de Lannemezan Neste-Baronnies-Baïses (consulté le ).
  127. « GR 78 – Voie du Piémont », sur le site gr-infos.com (consulté le ).
  128. « GRP Baronnies », sur le site de la Fédération française de la randonnée pédestre des Hautes-Pyrénées (consulté le ).
  129. « Le tour de Labastide », sur le site de l'office de tourisme, Cœur des Pyrénées (consulté le ).
  130. « Autour de Labastide », sur le site IGNrando (consulté le ).
  131. « Le tour d'Avezac - VTT », sur le site de l'office de tourisme, Cœur des Pyrénées (consulté le ).
  132. « Les Baronnies par le Col de Coupe », sur le site IGNrando (consulté le ).
  133. « Les Baronnies par le Couret d'Asque », sur le site IGNrando (consulté le ).
  134. a et b « Annuaire des établissements d'enseignement public - École primaire publique d'Avezac-Prat-Lahitte », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le ).
  135. « Annuaire des établissements d'enseignement public - Collège Gaston Fébus », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le ).
  136. « Annuaire des établissements d'enseignement public - Lycée Jules Michelet », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le ).
  137. J.S., « Avezac-Prat-Lahitte. Un défibrillateur sous le porche de la mairie », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  138. « Sécurité incendie et secours », sur le site de la Communauté de communes du Plateau de Lannemezan Neste-Baronnies-Baïses (consulté le ).
  139. « Le Très Haut Débit », sur le site du conseil départemental des Hautes-Pyrénées (consulté le ).
  140. « Déploiement de la fibre : Quand les travaux vont débuter sur ma commune ? », sur le site du conseil départemental des Hautes-Pyrénées (consulté le ).
  141. Cyril Brioulet, « Ces 90 villages d'Occitanie où il est toujours impossible de téléphoner », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  142. Alain Maillé, « Avezac-Prat-Lahitte. Téléphonie mobile : ça passe à Labastide et Avezac », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le ).
  143. Cyrille Marqué, « Téléphonie mobile : les nouvelles communes couvertes », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  144. « Avezac-Prat-Lahitte (65130) », sur le site habitants.fr de David Malescourt (consulté le ).
  145. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  146. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  147. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  148. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Avezac-Prat-Lahitte (65054) », (consulté le ).
  149. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département des Hautes-Pyrénées (65) », (consulté le ).
  150. « Avezac-Prat-Lahitte. Le Festival Rencon’trad en 2021 », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  151. Jean Serres, « Avezac-Prat-Lahitte. Festival Rencon'trad : la 20e ! », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  152. « A l'encontre de Rencon'Trad » [audio], sur Ràdio País (série d'interviews), via soundcloud.com, (consulté le ).
  153. « Festival Rencon'trad », sur le site rencontrad.org (consulté le ).
  154. J.S., « Avezac-Prat-Lahitte. Fête de la Saint-Barthélemy, de vendredi à mardi », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  155. « Associations de la ville de Avezac-Prat-Lahitte », sur net1901.org (consulté le ).
  156. « Annuaire des Associations », sur le site du Journal Officiel (consulté le ).
  157. « Couverture numérique de la télévision », sur le site du CSA (consulté le ).
  158. « La paroisse de Lannemezan », sur le site du diocèse de Tarbes et Lourdes (consulté le ).
  159. « Les églises et édifices religieux recensés par l'OPR à Avezac-Prat-Lahitte », sur le site de l'observatoire du patrimoine religieux (consulté le ).
  160. « Annuaire : Culte », sur tarbes.fr (consulté le ).
  161. Arrêté du 16 mars 2017 constatant le classement de communes en zone de revitalisation rurale (consulté le ).
  162. « Emploi et chômage à Avezac-Prat-Lahitte (65130) », sur linternaute.com, avec des données de l'INSEE (consulté le ).
  163. « Église Saint-Barthélemy (Avezac) », sur le site de l'Observatoire du patrimoine religieux (consulté le ).
  164. J.S., « Avezac-Prat-Lahitte. Le toit de l'église remis à neuf », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  165. « Église Saint-Barthélemy (Prat) », sur le site de l'Observatoire du patrimoine religieux (consulté le ).
  166. « Église Saint-Michel (Lahitte) », sur le site de l'Observatoire du patrimoine religieux (consulté le ).
  167. « Monument aux Morts d'Avezac », sur memorialgenweb.org (consulté le ).
  168. « Monument aux Morts de Prat », sur memorialgenweb.org (consulté le ).
  169. « Plaque commémorative de Lahitte », sur memorialgenweb.org (consulté le ).
  170. « Monument commémoratif ADER François », sur memorialgenweb.org (consulté le ).
  171. « Tour d'Avezac », sur le site de l'office de tourisme, Cœur des Pyrénées (consulté le ).
  172. David Bourdeau et Christophe Cathelain, Le piémont pyrénéen vu du ciel : Val d'Adour, Haute-Bigorre, Comminges, Gaves, Nestes et Coteaux, Vic-en-Bigorre, Éditions du Val d'Adour, , 126 p., 20 × 28 cm (ISBN 978-2-914678-29-2, BNF 45291448), p. 94.
  173. « Sources et fontaines des villages », sur Raconte-moi les Baronnies au XIXe siècle, le site personnel de Louis Barbazan (consulté le ).
  174. « Armoiries officielles commune Avezac-Prat-Lahitte », sur le site PassionBigorre, site personnel de Marie-Pierre Manet (consulté le ).
  175. « Armorial d'Avezac-Prat-Lahitte », sur l'armorial des villes et des villages de France (consulté le ).
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 15 décembre 2020 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 15 décembre 2020 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.