Izaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Izaux
Image illustrative de l'article Izaux
Blason de Izaux
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Arrondissement de Bagnères-de-Bigorre
Canton Neste, Aure et Louron
Intercommunalité Communauté de communes Neste Baronnies
Maire
Mandat
Élisabeth Ducuing
2014-2020
Code postal 65250
Code commune 65231
Démographie
Gentilé Izaussais
Population
municipale
198 hab. (2014)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 03′ 47″ nord, 0° 22′ 38″ est
Altitude 634 m
Min. 526 m
Max. 809 m
Superficie 5,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Izaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Izaux

Izaux est une commune française située dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Izaussais.

Géographie[modifier | modifier le code]

 Izaux dans les Hautes-Pyrénées
Localisation d'Izaux dans le département des Hautes-Pyrénées.

Situation[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Neste et le Canal de la Neste traversent le village du sud au nord à l’ouest de la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Izaux est limitrophe de six autres communes dont Labastide au sud-ouest par un simple quadripoint.

Carte de la commune d'Izaux et des proches communes.
Communes limitrophes d’Izaux
La Barthe-de-Neste
Avezac-Prat-Lahitte Izaux Montoussé, Saint-Arroman
Labastide Lortet

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat des Hautes-Pyrénées.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2012, le nombre total de logements dans la commune est de 107[1].
Parmi ces logements, 78.2  % sont des résidences principales, 8.5  % des résidences secondaires 13.3  % des logements vacants.

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Extrait de la carte de Cassini (entre 1756 et 1789) situant Izaux au sud de Lannemezan.

On trouvera les principales informations dans le Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées de Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail[2] qui rapporte les dénominations historiques du village :

Dénominations historiques :

Nom occitan : Isaus.

Histoire[modifier | modifier le code]

Rattachée à l'élection de Rivière-Verdun. Siège d'un important domaine gallo-romain jusqu'au VIe siècle, puis transformé en cimetière.

Cadastre napoléonien d'Izaux[modifier | modifier le code]

Le plan cadastral napoléonien d'Izaux est consultable sur le site des archives départementales des Hautes-Pyrénées[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1983 2014 René Maupomé    
mars 2014 en cours Élisabeth Ducuing    

Historique administratif[modifier | modifier le code]

Sénéchaussée d'Auch, élection d' Armagnac, de Rivière-Verdun, baronnie de Labarthe, canton de La Barthe-de-Neste (depuis 1790). En 1790 Mour et Izaux auraient été réunis, avant que Mour soit rattaché à La Barthe en 1808 (?)[4].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Izaux appartient à la communauté de communes Neste Baronnies créée en décembre 1994 et qui réunit 15 communes.

Services publics[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 198 habitants, en augmentation de 7,61 % par rapport à 2009 (Hautes-Pyrénées : -0,31 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
172 178 203 250 284 292 267 294 320
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
314 297 306 305 303 315 303 276 249
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
242 239 221 196 206 203 205 207 194
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
228 231 196 194 201 185 184 184 198
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Population et société[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'académie de Toulouse. Elle ne dispose plus d'école en 2016[10].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

François Ducuing.
  • François Ducuing ( Izaux - 1875 Paris).
    Journaliste économique réputé du second Empire et homme politique de la Troisième République. Il collabore en 1842 au « Pays » avant d'intégrer dès 1845 plusieurs journaux républicains de Paris comme la Réforme, le National et la Liberté. Proche ami de Lamartine, il se présente en 1848 à l'élection de l'Assemblée constituante dans les Hautes-Pyrénées mais manque de peu son siège. Sous l'Empire, François Ducuing rentre dans la presse libérale. En 1852, il fonde le journal le Conseiller, consacré aux questions financières.
    En 1867, il est choisi pour être membre du jury de Exposition universelle de 1867. Il crée alors l'Exposition universelle illustrée, une publication qui obtint un grand succès. L'ouvrage réunissait en deux imposants volumes des articles illustrés sur toutes les plus grandes industries de France et de l'étranger.
    Membre de la Société des gens de lettres, il fonde ensuite en 1869 le quotidien d'opposition modérée L'Universel où il signa sous le pseudonyme d'Alceste. Il est élu en février 1871 député des Hautes-Pyrénées (gauche républicaine puis centre gauche), siégeant dans le groupe de Jules Simon, Jules Grévy, Arago et Thiers. Il traitera à l'Assemblée nationale notamment des questions agricoles et des insectes ravageurs. Peu après son élection, il est également nommé conseiller général des Hautes-Pyrénées, dans le canton de La Barthe-de-Neste.
    Chevalier de la Légion d'honneur.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules à la croix d'or.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Insee : Rapport statistique communal pour la commune d' Izaux
  2. Michel Grosclaude et Jean-Francois Le Nail, intégrant les travaux de Jacques Boisgontier, Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées, Tarbes, Conseil Général des Hautes-Pyrénées, , 348 p. (ISBN 2-9514810-1-2).
  3. Archives départementales des Hautes-Pyrénées : Plan cadastral d'Izaux en 1825
  4. Archives départementales des Hautes-Pyrénées
  5. « Liste des juridictions compétentes pour Izaux », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 17 décembre 2015)
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. « Annuaire : Résultats de recherche », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 17 janvier 2017).