Liste des maires de Périgueux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Maire de Périgueux
Image illustrative de l’article Liste des maires de Périgueux
Armes de Périgueux.

Image illustrative de l’article Liste des maires de Périgueux
Titulaire actuel
Delphine Labails
depuis le 3 juillet 2020
Mandant Conseil municipal à la suite d'une élection municipale au suffrage universel
Durée du mandat 1 an ou 2 à l'origine
6 ans sous le régime actuel
Premier titulaire Hélie de Valbec
Résidence officielle Hôtel de ville de Périgueux
Site internet perigueux.fr

Cet article présente la liste des maires de Périgueux, chef-lieu du département de la Dordogne. Elle recense toutes les personnes ayant représenté l'autorité municipale depuis le XIIIe siècle.

L'autorité municipale avant la création de Périgueux[modifier | modifier le code]

Vesunna, la première ville située sur l'emplacement actuel de Périgueux, est placée dans la province Aquitania lors de l'organisation administrative de la Gaule effectuée par Auguste[1],[2],[3]. Après le IIIe siècle, la ville va devenir « la Cité »[4]. Sous le règne des Mérovingiens, le territoire passe de main en main, provoquant ainsi de multiples disputes à propos des partages successoraux, qui opposent les descendants de Clovis, après sa mort en 511[5]. Les comtes de Périgord dominent successivement la Cité au Moyen Âge[6].

Vers la fin du Xe siècle[7], au nord-est et en bordure de l'Isle, se développe un nouveau centre fortifié, nommé à cette époque le « bourg du Puy-Saint-Front »[8]. En 1188[9], le Puy-Saint-Front est organisé en municipalité par l'autorité royale[10],[11]. Le maire et les consuls gouvernent le Puy-Saint-Front[12]. Ils concluent des accords avec les voisins du bourg et gèrent les conflits[12]. Ils administrent les prisons et maintiennent l'ordre public[12],[13].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Période 1200-1240[modifier | modifier le code]

Homme de trois-quart portant une couronne, un costume or et bleu orné de feuilles de lys, et tenant une épée dans les mains.
Philippe Auguste règne sur le trône de France entre 1180 et 1223. (Portrait peint par Louis-Félix Amiel en 1837, sur commande de Louis-Philippe Ier).

Comme dans la plupart des communes du Sud-Ouest, et contrairement au nord de la France, l'organisation en municipalité de Périgueux ne résulte pas d'une victoire violente contre la féodalité ; la nouvelle organisation reste quasi féodale, puisque ce sont les seigneurs qui demeurent à la tête de la collectivité urbaine[9]. Les raisons de ce pouvoir détenu restent floues, mais sont principalement d'ordre économique[9]. Même si elle continue de reconnaître comme seul souverain le roi de France, Périgueux exerce elle-même la puissance publique sur son territoire[14]. Lorsque le comté du Périgord est rattaché au royaume de France et que la ville prête fidélité à Philippe-Auguste en 1204, le sceau sur la charte d'hommage semble appartenir à une grande confrérie (un ensemble de paroissiens), et non à un maire[9]. C'est à partir de là que les archivistes en déduisent, au début du XXe siècle, que Périgueux n'est pas encore organisé en commune, car elle ne paraît posséder ni maire, ni consul, ni conseiller ; il s'agit d'une confrérie, abritant, sur fond religieux, des groupements profanes (sociétés secrètes et syndicats notamment)[9].

En 1217, un premier accord est établi entre les deux centres urbains implantés à quelques centaines de mètres l'un de l'autre[15] : la Cité — issue de la Vésone gallo-romaine —, ville de l'évêque et du comte de Périgord[4], et la ville bourgeoise du Puy-Saint-Front[7]. En 1223, lorsque Louis VIII succède à Philippe-Auguste, le maire, les sept consuls et 1 500 bourgeois continuent de prêter serment de fidélité au roi de France[16], qui garde une emprise certaine sur l'organisme municipal[17] ; ils promettent de garder la ville et de la protéger de tout individu qui souhaiterait la prendre sans son consentement royal[18]. À la mort du roi en 1226, les vassaux du Puy-Saint-Front, très attachés à la couronne, s'allient avec les seigneurs des alentours pour assurer la pérennité de ce système encore quasi féodal[18],[19]. L'état de paix entre les deux entités dure jusqu'en 1239[11].

D'après la Revue historique, nobiliaire et biographique publiée en 1872, voici les chefs de la confrérie primitive, puis les maires, qui se sont succédé avant la fusion de la Cité et du Puy-Saint-Front[20] :

  • 1200 : Hélie de Valbec
  • 1201 : Etienne de Juvenals
  • 1204 : Hélie Capète
  • 1206 : Elie de Valbec
  • 1210 : Jean Meymy
  • 1213 : Guillaume de Clarens
  • 1214 : Geoffroy Chatuel
  • 1215 : Robert La Porte
  • 1216 : Itier de Salis
  • 1219 : Antoine de Verginis
  • 1220 : Guillaume d'Albert
  • 1222 : Guillaume d'Aspremont
  • 1224 : Guillaume Brunetl
  • 1224 : Etienne de Salis
  • 1228 : Bernard de Blanquet
  • 1231 : Pierre Chatuel
  • 1231 : Hélie Martin
  • 1231 : Hélie Boet
  • 1234-1237 : Hélie Espès
  • 1238 : Guillaume de Clarens

Période 1240-1299[modifier | modifier le code]

Pour assurer sauvegarde et assistance mutuelles, et pour que les rivalités s'éteignent, Périgueux naît en 1240, d'un traité d'union des deux bourgs[21]. Le traité régit la gouvernance qui s'effectue dorénavant suivant les anciennes coutumes du Puy-Saint-Front, qui impose sa puissance dominatrice sur la Cité[22],[23]. L'accord conclut également l'élection du maire et des consuls à qui tout citoyen de plus de 15 ans doit jurer obéissance[22] — à l'exception des clercs qui ne peuvent se soumettre à la juridiction laïque[24]. Les habitants de la Cité qui refusent d'obéir aux consuls sont écartés[24]. Il est aussi arrêté que les consuls ont pleine juridiction au sein de la Cité, jusqu'alors exempte d'institution judiciaire[24].

À partir de 1241, le maire et les consuls sont élus le dimanche suivant la Saint-Martin d'hiver (11 novembre)[25]. Voici les maires qui se sont succédé à partir de la création de Périgueux en 1240[20] :

  • 1240 : Geoffroy Delpuech
  • 1241 : P. Gaudos
  • 1242 : Hélie Espès
  • 1243 : Etienne de Salis
  • 1247 : Robert La Porte
  • 1248 : Héliès de Plaigne
  • 1249 : Jean Meymy (deuxième mandat)
  • 1250 : Hélies Seguin
  • 1250 : Hélies de Valbec
  • 1251 : Bernard de Juvenal
  • 1252 : Guillaume de la Roche
  • 1252 : Hélies de Salas
  • 1254 : Raymond de Margot
  • 1255 : deux maires[Note 1]
  • 1263 : Bernard Girard
  • 1264 : Pierre Elanquet
  • 1278 : Jean Meymy
  • 1278 : Pierre Normans
  • 1283 : Jean de Seguy
  • 1283 : Lambert La Porte
  • 1285 : Guillaume Chatuel
  • 1286 : Lambert La Porte
  • 1287 : Fortanier Béron
  • 1288 : Lambert La Porte
  • 1289 : Hugues de Margot
  • 1291 : Fortanier Blanquet
  • 1292 : Hélies Chatuel
  • 1293 : Hugues de Margot
  • 1293 : Guillaume Meschi
  • 1294 : Fortanier Béron
  • 1295 : Hugues de Margot
  • 1296 : Hélies de Barnabé
  • 1297 : Hélies Chatuel
  • 1298 : Foratnier Blanquet
  • 1299 : Guilhem de Barnabé

Période 1300-1368[modifier | modifier le code]

En 1299, un conflit entre les deux villes les amène à élire leurs propres maires jusqu'en 1368[20],[26],[27],[28] :

Année Maires de la Cité Maires de Périgueux[Note 2]
1300 Fortanier Blanquet, puis Guilhem de Barnabé[Note 3] Hélies de Botas
1301 Arnaud de Gelat Hélies Chatuel
1302 Pierre des Normands Guillaume Chatuel
1303 Hélies de Barnabé
1304 Pierre des Normands
1305 Fortanier-Béron Hélies de Barnabé
1306 Arnaud de Margot
1307 Pierre des Normands Hélies Vigier
1308 Arnaud de Cablan
1309 NC NC
1310 Arnaud de Cablan et Pierre Martin[Note 4] Raymond de Roche
1311 Pierre Vigier NC
1312 Pierre Laporte Lambert La Porte
1313 Arnaud de Cablan Pierre Laporte
1314 Hélies Malfred Hélie Jaucelin
1315 Augier de Campniac
1316 Bernard de Verdun Augier de Campniac
1317 Antoine de Verginis Bernard de Verdun
1318 Hélies de Martin Emeric de Verdun
1319 Antoine de Virginis Hélie Blanquet
1320 Légier Barrière
1321 Hélie Barnabé
1322 Guillaume de Verdun Bernard de Verdun
1323 Hélies Paris Jean de Berne, puis Guillaume de Verdun
1324 Hélies de Barret Étienne Blanquet
1325 Ithier de Chastanet
1326 Guillaume de Bullefarine Ithier de Chastenet, puis Légier Barrière[Note 5]
1327 Légier Barrière Hélies Jalat (ou Gelat)
1328 Pierre Laporte
1329 Guillaume Brun
1330 Guillaume de Labrousse NC
1331 Hélies de Barnabé Guillaume de Labrousse
1332 Pierre Laporte Hélie de Barnabé
1333 Bernard Vigier Emeric de Comte
1334 Ithier Chatuel[Note 6] Hélie Gelat
1335 Eméric de Comte Jean de Meymy
1336 Hélies de Malfred
1337 Pierre Laporte
1338 Hean de Meymy[Note 6]
1339 Bernard Dupuy Hélies Dupuy
1340 Hélies du Playssac Hélies Séguy
1341 Étienne du Playssac
1342 Raymond Martin
1343 Guillaume Dupuy
1344 Raymond de Martin Guillaume Dupuy
1345 Jean de Meymy
1346 Hélies Séguy le Jeune[Note 6]
1347
1348 Arnaud Rousse Hélies Séguy le Vieux
1349 Hélies Fabry Arnaud Roussel
1350 Raymond Martin Arnaud de Jaude
1351 Pierre Chastenet Jean de Meymy
1352 Fronton Chatuel Raymond de Laporte
1353 Lambert de Boniface, dit de Périgueux
1354 Fortanier de Landric
1355 Étienne du Playssac Fronton de Landric
1356 Pierre Martin
1357 Lambert de Boniface Fortanier de Landric
1358 Arnaud de Jaude Jean de Meymy
1359 Étienne du Playssac Arnaud de Jaude
1360 pas de maire[Note 7]
1361 Pierre de Chastenet
1362 Hélie Faure
1363
1364 Lambert de Boniface
1365 Arnaud de Jaude
1366 Étienne du Playssac Hélie de Barrault
1367 Jean de Brusany
1368 Lambert de Boniface

Période 1369-1790[modifier | modifier le code]

Entre 1366 et 1368, Hélie de Barrault est élu maire de Périgueux trois fois de suite pour s'être opposé à des élections municipales à la Cité[28]. Il réussit puisque, à partir de 1368, il n'y a qu'un maire à Périgueux[28].

À partir de 1461, les habitants de Périgueux disposent du droit de vote pour élire le maire et les consuls[30],[31],[32]. Le maire de Périgueux[Note 8], les consuls, les chevaliers, les gentilshommes et les clercs forment un seul et même corps politique[33]. Ils ont pour mission la conservation et la protection du fief[33].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
1538   Bernard de Saulière   Avocat
         
1562 1562 Pierre de Marquessac   Écuyer, seigneur de Saint-Jory, de La Mothe-Saint-Pantaly et de Bruzac[34]
1563 1564 Bernard Jay de Beaufort   Seigneur de Beaufort, Ataux et Saint-Germain[35]
         
1569 1570 Antoine de Chilhaud   Écuyer, seigneur de Prompsault et de Fonlosse[36]
1570 1570 Bernard Jay de Beaufort   Seigneur de Beaufort, Ataux et Saint-Germain[35]
         
août 1581 1584 Jean de Chilhaud des Fieux   Avocat[37]
1584 1585 Antoine de Chilhaud   Écuyer, seigneur de Prompsault et de Fonlosse[36]
1585 1587 Hélie de Bordes[38]    
1587 1589 Pierre de Marquessac   Écuyer, seigneur de Saint-Jory, de La Mothe-Saint-Pantaly et de Bruzac[34]
1589 1591 Jean de Chilhaud des Fieux   Avocat[37]
1591 1592 ou 1593 Denis de La Porte[39]    
1592 ou 1593 1595 Raymond Girard de Langlade   Écuyer, seigneur d'Eyliac, du Defay et de La Veyssière[40]
1595 1596 Hélie de Jehan   Seigneur de Valboulet[41]
1596 1596 Jacques de Gravier   Seigneur de Puygrand[42]
1596 1597 Jacques de Jehan[41]    
1597 1598 Bernard Jay de Beaufort   Seigneur de Beaufort, Ataux et Saint-Germain[35]
Greffier en chef à Périgueux[43]
1599 1600 Jean de Morillon[44]    
1600 1602 Pierre de Mèredieu   Seigneur de la Renolphie[45]
1602 1605 Jacques de Chalup   Écuyer, seigneur d'Église-Neuve[46]
1605 1606 Hélie de Jehan   Procureur du roi[41]
1607 1609 Jean du Chesne (-1647)   Sieur de la Rivière et du Breuilh[47]
1609 1611 Baptiste Chancel[48]    
1611 1612 François de Bordes[38]    
1612 janvier 1614 Jean de Chilhaud des Fieux[Note 9]   Avocat[37]
janvier 1614 1615 Bertrand de Chilhaud[Note 10]   Écuyer, seigneur des Fieux, de La Jarthe et de La Chapelle-Gonaguet[36]
1615 1617 Pierre d'Abzac   Chevalier, seigneur de Reilhac et de La Douze[49]
1617 1618 Joseph Martin[50]    
novembre 1618 novembre 1619 Bertrand de Chilhaud   Écuyer, seigneur des Fieux, de La Jarthe et de La Chapelle-Gonaguet[36]
novembre 1619 novembre 1620 Jacques de Chilhaud   Seigneur de Fonlosse[36]
novembre 1620 novembre 1622 Martial d'Alesmes   Sieur de Meycourby[51]
novembre 1622 novembre 1624 Jean de Veyrel   Magistrat au présidial du Périgord[52]
novembre 1624 novembre 1626 Louis Albert de Labrousse   Seigneur de Labrousse[53]
novembre 1626 novembre 1627 Antoine de Bascharetie   Seigneur de Peyrelade[54]
novembre 1627 novembre 1629 Jean du Chesne (-1631)   Seigneur de la Rivière et du Breuilh[47]
novembre 1629 novembre 1631 Pierre de Jay de Beaufort   Écuyer, seigneur de Beaufort[55]
novembre 1631 novembre 1633 Henri de Champagnac   Écuyer, seigneur du Mas[56]
novembre 1633 novembre 1635 Jean Jay d'Ataux   Écuyer, seigneur de Saint-Germain-du-Salembre, d'Ataux, de Ferrières et de Leymonie[55]
novembre 1635 novembre 1636 Hélie Alexandre de Fonpitou   Avocat, coseigneur de Fonpitou[57]
novembre 1636 novembre 1637 Jacques André   Écuyer, seigneur de Vaux[58]
novembre 1637 novembre 1638 François de Tourtel   Seigneur de Chastenet, sieur de Chassenac[59]
novembre 1638 novembre 1639 Bertrand de Chilhaud   Écuyer, seigneur des Fieux, de La Jarthe et de La Chapelle-Gonaguet[36]
novembre 1639 novembre 1640 Pierre Alexandre de Fonpitou   Conseiller du roi au présidial de Périgueux[57]
novembre 1640 novembre 1641 Pierre de Thinon   Écuyer, seigneur de Petit-Chalout et de Fliac[60]
novembre 1641 novembre 1642 Jean-Baptiste Chancel   Seigneur de la Veyssonie[48]
novembre 1642 novembre 1643 Martial de Jehan   Écuyer, seigneur de la Barde[61]
novembre 1643 novembre 1644 Jacques de Gravier   Sieur de Puygrand[42]
novembre 1644 novembre 1645 Pierre du Reclus   Conseiller du roi au Présidial[62]
novembre 1645 novembre 1646 Léonard de Montozon   Écuyer, seigneur de la Chabanne[63]
novembre 1646 février 1647 Jean du Chesne (-1647)[Note 11]   Sieur de la Rivière et du Breuilh[47]
février 1647 novembre 1648 Jean Girard de Langlade   Écuyer, seigneur de La Vaysse[64]
novembre 1648 1649 Nicolas d'Alesmes   Juge criminel et lieutenant criminel[65]
         
septembre 1653 1654 François de Simon   Écuyer, sieur de Chatillon[66]
         
novembre 1659 novembre 1662 Jean de Chilhaud   Écuyer, seigneur des Fieux, de Fonlosse, de la Jarthe et de la Chapelle-Gonaguet[37]
novembre 1662 novembre 1663 Pierre Moras   Écuyer, seigneur de la Richardie[67]
novembre 1663 novembre 1664 Nicolas d'Alesmes   Juge criminel et lieutenant criminel[65]
novembre 1664 novembre 1665 François de Montozon   Seigneur des Rocs[68]
novembre 1665 novembre 1666 Jean Salleton   Conseiller du roi, receveur des tailles[69]
novembre 1666 novembre 1667 Théophile du Cheyron   Écuyer, seigneur du Cheyron et de La Loubarie[70]
novembre 1667 novembre 1668 Pierre de Froidefond   Écuyer, seigneur des Farges et du Chatenet[71]
novembre 1668 novembre 1669 Léonard de Montozon   Écuyer, seigneur de la Chabanne[63]
novembre 1669 novembre 1670 Jean de Chilhaud   Écuyer, seigneur des Fieux, de Fonlosse, de la Jarthe et de la Chapelle-Gonaguet[37]
novembre 1670 novembre 1671 Nicolas de Montagut   Écuyer, seigneur de la Siguenie[72]
novembre 1671 novembre 1672 Bernard de Jay   Écuyer, seigneur de Ferrières[55]
novembre 1672 novembre 1673 Léonard de Montozon   Écuyer, seigneur de la Chabanne[63]
novembre 1673 novembre 1675 Antoine de Chilhaud   Seigneur des Fieux et de La Lande[36]
novembre 1675 novembre 1676 Philibert d'Aytz   Écuyer, seigneur de Meymy, de la Feuillade et autres places[73]
novembre 1676 novembre 1678 François de Simon   Écuyer, sieur de Chatillon[66]
novembre 1678 novembre 1679 Odet Le Long   Écuyer, seigneur de la Meyfrenie[74]
novembre 1679 novembre 1681 Joseph Chevalier de Cablan   Chevalier, écuyer et seigneur de Cablanc, Puymarteau, Lezerol, Puygombert, la Vernide, Saint-Mayme et autres places[75]
novembre 1681 novembre 1683 Pierre de Cluzel   Écuyer, seigneur de la Bénéchie et de la Palanque[76]
novembre 1683 1684 Jean de Chilhaud   Écuyer, seigneur des Fieux, de Fonlosse, de la Jarthe et de la Chapelle-Gonaguet[37]
1684 1685 Joseph de Crémoux   Écuyer et seigneur de Borie-Petit[77]
1685 1686 Annet de Montozon   Écuyer et seigneur de la Vallade[68]
Conseiller du roi[68]
1686 1689 Jean de Champagnac[Note 12]   Écuyer et seigneur du Mas[56]
1689 16 novembre 1689 Pierre Jay de Beaufort[Note 13]    
16 novembre 1689 1690 Joseph Chevalier de Cablan[Note 13],[Note 14]   Chevalier, écuyer et seigneur de Cablanc, Puymarteau, Lezerol, Puygombert, la Vernide, Saint-Mayme et autres places[75]
1690 16 novembre 1692 Pierre de Jehan   Écuyer et seigneur de Pressac[79]
Conseiller du roi et vice-sénéchal provincial[79]
16 novembre 1692 1712 Jean-Baptiste du Chesne[Note 15]   Chevalier et seigneur comte de Montréal[47]
Lieutenant-général et juge-mage[47]
1706 1712 Pierre de Verneuil[Note 16]   Seigneur de La Peyre[80]
Officier du roi[80]
1712 1717 Jean de Simon    
1717 1720 Dominique de Montozon    
1720 1721 Robert de Montozon    
1721 1722 Bernard du Cheyron    
1722 1722 Jean de Bertin    
1722 1724 Jean-Louis de Froidefond    
1724 1726 Jean d'Alesme    
1726 1727 Dominique de Montozon    
1727 1728 Germain Faure    
1728 1729 Jean-Baptiste de Salleton    
1729 1732 André Tourtel    
1732 1736 Joseph de Martin    
1736 1738 Jean-Louis de Froidefond   Seigneur du Châtenet de la Borie
1738 1740 Étienne-Joseph de Maignol    
1740 1742 Léonard de Montozon    
1742 1765 Eymeric de Mérédieu d'Ambois    
1765 1768 Jean Eydely    
1768 1771 Jean-François Fournier    
1771 1773 Simon Ladoire de Chamizac    
1773 1774 Pierre-Victor de La Roche-Aymon    
1774 1781 Louis de Sanzillon    
1781 1786 N. de Beaumont    
1786 1790 Sicaire André de Migot    

Depuis 1790 (Révolution française)[modifier | modifier le code]

Tombe de cinq anciens maires de Périgueux, dans le cimetière de l'Ouest.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
26 février 1790 14 novembre 1791 Alexis de Salleton[Note 17]   Ancien capitaine-commandant du régiment de Condé (infanterie)[69]
14 novembre 1791 23 octobre 1792 Jean-Pascal Charles de Peyssard Montagnard Député à la Convention nationale (1792-1795)[81]
23 octobre 1792 12 novembre 1793 Bernard Vincent   Payeur général de la Dordogne[82]
12 novembre 1793 14 mai 1795 Antoine Audebert   Avoué et procureur-syndic de Périgueux[83]
14 mai 1795 12 novembre 1795 François Sudret   Avocat[84]
Président de la société populaire de Périgueux[84]
12 novembre 1795 29 juin 1796 Jean-Pascal Charles de Peyssard[Note 18] Montagnard  
29 juin 1796 21 septembre 1797 Alexis Thouverez   Marchand horloger[85]
21 septembre 1797 25 avril 1800 Antoine Germillac   Chirurgien et professeur d'obstétrique[86]
25 avril 1800 25 avril 1802 Denis Front Tamarelle-Mauriac[Note 19]   Avocat[87]
Président du conseil d'arrondissement de Périgueux (1800-?)[87]
25 avril 1802 20 avril 1815 Jean-Baptiste-Pascal Vidal Monarchiste Chirurgien[88]
20 avril 1815 7 juillet 1815 Jean-François Roux   Ancien lieutenant-colonel du 13e régiment de dragons parachutistes[89]
7 juillet 1815 14 avril 1816 Jean-Baptiste-Pascal Vidal Monarchiste Chirurgien[88]
14 avril 1816 12 avril 1820 Jean d'Abzac de La Douze Ultraroyaliste Député à la Chambre introuvable (1815-1816)[90]
12 avril 1820 31 juillet 1820 Joseph-Bertrand Bayle de Lagrange[Note 20]    
31 juillet 1820 17 août 1830 Jean-Romuald de Moneys d'Ordières[Note 20]   Ancien capitaine du régiment de Lorraine (dragons)[91]
17 août 1830 19 septembre 1830 Jean-Baptiste-Pascal Vidal[Note 21] Monarchiste Chirurgien[88]
Membre du conseil de préfecture[88]
Conseiller d'arrondissement de Périgueux[88]
19 septembre 1830 19 novembre 1839 Louis Léger Combret de Marcillac[Note 22] Majorité conservatrice Député (1837-1843)[92]
19 novembre 1839 1er octobre 1841 Léonard Gilles-Lagrange[Note 23]   Notaire[93]
1er octobre 1841 30 octobre 1843 Louis Léger Combret de Marcillac[Note 22] Majorité conservatrice Député (1837-1843)[92]
Préfet de la Dordogne (1843-1848)
30 octobre 1843 15 juillet 1845 Jean-Louis-Maurice de Trémisot[Note 24]    
15 juillet 1845 11 mai 1848 Jean-Étienne-Joseph Estignard[Note 25]   Chef d'escadron retraité[95]
Commandant du bureau de recrutement de Périgueux[95]
11 mai 1848 juillet 1848 Pierre-Romain Moyrand RD Magistrat[96]
25 novembre 1848 28 février 1849 Louis Augustin Mie DVG Avocat[97]
Représentant du peuple à l'Assemblée nationale constituante (1848-1849)[97]
28 février 1849 3 juillet 1849 Hilaire-Léon Gilles-Lagrange[Note 26]   Notaire[93]
31 août 1849 8 mai 1850 Jean-Étienne-Joseph Estignard[Note 27]   Chef d'escadron retraité[95]
Commandant du bureau de recrutement de Périgueux[95]
8 mai 1850 24 juillet 1852 André Delphin de Gamanson[Note 28]    
24 juillet 1852 20 septembre 1854 Jean-Étienne-Joseph Estignard   Chef d'escadron retraité[95]
Commandant du bureau de recrutement de Périgueux[95]
20 septembre 1854 14 janvier 1855 Pierre Courtey[Note 29]   Industriel, banquier et négociant[99]
14 janvier 1855 12 janvier 1870 Alfred Bardy-Delisle[Note 30]   Médecin[100]
12 janvier 1870 20 août 1870 Louis-Martial Doursout   Commerçant[101]
20 août 1870 4 septembre 1870 Louis-Amédée Guilbert[Note 31]   Médecin[102]
9 septembre 1870 20 octobre 1870 Jean Charles Louis Marrot   Ingénieur des mines[103]
20 octobre 1870 15 mai 1871 Pierre-Frédéric Batailh[Note 32]   Avocat[54]
15 mai 1871 1er septembre 1873 Auguste Fournier-Laurière[Note 33]   Avocat[104]
1er septembre 1873 1er octobre 1873 Adolphe Bourdeillette[Note 34]   Chirurgien[105]
1er octobre 1873 12 février 1874 Sylvestre Eymeri   Notaire[106]
12 février 1874 10 février 1875 Alfred Bardy-Delisle   Médecin[100]
10 février 1875 janvier 1876 Édouard Galy[Note 35]   Archéologue[107]
janvier 1876 2 février 1877 Léon Deffarges   Commerçant et fabricant de pâtés et conserves[108]
2 février 1877 27 juillet 1877 Auguste Fournier-Laurière   Avocat[104]
27 juillet 1877 24 février 1878 Édouard Galy   Archéologue[107]
24 février 1878 9 février 1881 Édouard Leymarie   Fondateur et rédacteur en chef du journal républicain Le Réveil de la Dordogne[109]
9 février 1881 28 juillet 1882 Amédée Paquignon   Commerçant et juge de tribunal de commerce[110]
28 juillet 1882 3 septembre 1882 Marcellin Guyonnet[Note 36]   Négociant en fers[111]
3 septembre 1882 9 juin 1887 Antoine Gadaud UR Député (1885-1889)[112]
9 juin 1887 24 juillet 1887 Pierre-Gabriel Marchet[Note 37]    
24 juillet 1887 17 mai 1896 Georges Saumande AD Député (1893-1928)[114]
17 mai 1896 15 mai 1904 Pierre-Ernest Guillier RP Avocat et bâtonnier de l'Ordre des avocats[115]
Sénateur (1901-1927)[115]
15 mai 1904 7 septembre 1905 Paul Fougeyrollas[Note 38]   Avoué et suppléant du juge de paix[116]
7 septembre 1905 1908 Louis Alexandre Cussy   Entrepreneur de travaux publics[117]
1908 10 décembre 1919 Georges Saumande AD Député (1893-1928)[114]
10 décembre 1919 10 juillet 1921 Paul Bouthonnier[Note 39] SFIO Enseignant (jusqu'en 1920)[118]
Conseiller général de Périgueux (1919-1921)[118]
8 novembre 1921 17 mai 1925 Marcel Delagrange PC Membre du syndicat Unitaire des cheminots (jusqu'en 1923)[119]
Secrétaire fédéral du Parti communiste (1923-1924)[119]
17 mai 1925 2 avril 1943 Félix Gadaud[Note 40] GD Député (1919-1929)[120]
Sénateur (1929-1940)[120]
2 avril 1943 31 juillet 1944 Gustave Chassagne[Note 41]    
5 août 1944 28 septembre 1944 Louis Guinabert[Note 42]    
28 septembre 1944 5 octobre 1944 Louis Feyfant[Note 43]    
5 octobre 1944 mars 1959 Pierre Pugnet SFIO Agent de maîtrise auprès de la Compagnie du PO[123]
mars 1959 21 mars 1971 Lucien Barrière Radical Voyageur de commerce[124]
Conseiller économique et social d'Aquitaine (1970-1971)[124]
21 mars 1971 20 janvier 1997 Yves Guéna[Note 44] UDR puis RPR Député (1962-1973, 1974-1981, 1986-1988)[125]
20 janvier 1997 31 mai 2002 Xavier Darcos[Note 45] RPR Inspecteur général (1998)[126]
Sénateur (1998-2002)[126]
31 mai 2002 17 septembre 2005 Jean-Paul Daudou UMP Cadre supérieur à la chambre de commerce et d'industrie de Périgueux (par intérim de Xavier Darcos, ministre, qui devient 1er adjoint)[127]
17 septembre 2005 16 mars 2008 Xavier Darcos UMP Ministre de l'Éducation nationale (2007-2009)[128]
16 mars 2008 5 avril 2014 Michel Moyrand PS[129] Conseiller régional (1998-2015)[130]
5 avril 2014[131] 3 juillet 2020 Antoine Audi UMP puis LR Directeur général de Capgemini Institut (depuis 2014)[132]
Conseiller régional (depuis 2015)[133]
3 juillet 2020[134] En cours Delphine Labails PS[135] Inspectrice de la Jeunesse et des Sports

Fonction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La Cité ne reconnaît pas le maire élu par Périgueux et en nomme un autre que Périgueux ne reconnaît pas[20].
  2. Le Puy-Saint-Front s'appelle Périgueux depuis le traité d'union en 1240[29].
  3. Guilhem de Barnabé est subrogé à Fortanier Blanquet, décédé cette année-là[26].
  4. Arnaud de Cablan est nommé par le roi Philippe IV. Étant alors, à cette époque, sous influence anglaise, la Cité ne le reconnaît pas et élit Pierre Martin[26].
  5. Légier Barrière succède à Fortanier Blanquet, décédé[26].
  6. a b et c En 1334, 1338 et 1346, il y a deux maires à la Cité, après plusieurs conflits violents entre la Cité et Périgueux ces années-là[27].
  7. Entre 1360 et 1365, il n'y a pas de maire à la Cité pour cause de troubles[27].
  8. Le maire avait les mêmes titres que le seigneur ; tous deux sont nommés « Monseigneur »[33].
  9. Jean de Chilhaud des Fieux meurt en fonctions[37].
  10. Bertrand de Chilhaud succède à son père Jean de Chilhaud des Fieux, mort en fonctions[36].
  11. Destitué en février 1647 par le duc d'Épernon[47].
  12. Jean de Champagnac est resté maire de Périgueux pendant trois années consécutives, grâce à « son mérite exceptionnel », d'après les registres municipaux[56].
  13. a et b Pour raisons de santé, Pierre Jay de Beaufort refuse d'accepter la charge de maire. Le 16 novembre 1689, les anciens maires de la ville ainsi que trente prud'hommes nomment Joseph Chevalier de Cablan pour le remplacer[78].
  14. Pendant son mandat, Joseph Chevalier de Cablan a notamment fait réparer les remparts de la commune, restaurer l'écluse du moulin, établir des glacières et revivre les anciennes coutumes périgourdines[75].
  15. Jean-Baptiste du Chesne achète la charge de maire perpétuel de Périgueux en novembre 1692 et la garde jusqu'à sa mort en 1712[47].
  16. De 1706 à 1712, Pierre de Verneuil exerce la fonction de maire de Périgueux, en alternance avec son prédécesseur, Jean-Baptiste du Chesne[80] .
  17. Alexis de Salleton devient maire de la ville après des élections fort mouvementées, en vertu de la loi sur les municipalités du 14 décembre 1789. Une émeute se produit en juin 1791, après qu'il a décidé d'augmenter le prix du pain. Frappé à coups de bâton par des femmes, il s'en sort grâce à l'intervention d'un garde national[69].
  18. Alors président de l'assemblée municipale, Jean-Pascal Charles de Peyssard est révoqué avec le reste de la municipalité en juillet 1796 par le commissaire Peskay, pour avoir laissé se former une société populaire (« Ce serait dangereux pour la chose publique de les laisser plus longtemps en fonctions »)[81].
  19. Élu le 25 avril 1800, Denis Front Tamarelle-Mauriac s'installe à la mairie qu'à partir du 11 mai. Ses fonctions sont reconnues par un arrêté consulaire de Bonaparte datant du 3 juin 1800[87].
  20. a et b Jean-Romuald de Moneys d'Ordières est nommé maire de Périgueux par ordonnance du 31 juillet 1820, à la place de Joseph-Bertrand Bayle de Lagrange qui, bien que nommé, n'accepte pas la charge de maire. Jean-Romuald de Moneys d'Ordières s'installe à la mairie qu'à partir du 10 septembre 1820 et est nominé de nouveau par ordonnances les 30 juin 1821 et 28 avril 1825[91].
  21. Réélu maire de la ville en août 1830, Jean-Baptiste-Pascal Vidal refuse l'écharpe[88].
  22. a et b Selon Guy Penaud, « c'est sous ses mandats de maire qua jaillit du sol la ville moderne de Périgueux »[92].
  23. Léonard Gilles-Lagrange exerce la fonction de maire, en tant que premier inscrit dans la liste des conseillers municipaux et en exécution de l'article 5 de la 21 mars 1831[93].
  24. Même s'il est maire de Périgueux à partir du 30 octobre 1843, Jean-Louis-Maurice de Trémisot s'installe à la mairie à partir du 8 novembre[94].
  25. Jean-Étienne-Joseph Estignard est désigné maire provisoire de la ville le 15 juillet 1845 et est titularisé le 3 novembre 1846. C'est lui, le 1er août 1845, accueille notamment le duc de Nemours, fils du roi des Français Louis-Philippe Ier[95].
  26. Hilaire-Léon Gilles-Lagrange est désigné maire provisoire de la ville le 28 février 1849 par arrêté préfectoral. Le 3 juillet, un nouveau maire est élu[93].
  27. Jean-Étienne-Joseph Estignard est provisoirement maire de Périgueux entre 1849 et 1850[95].
  28. Premier adjoint de Jean-Étienne-Joseph Estignard, André Delphin de Gamanson devient maire de la ville le 8 mai 1850 après sa démission[98].
  29. Pierre Courtey démissionne de ses fonctions le 14 janvier 1855[99].
  30. Alfred Bardy-Delisle est désigné maire provisoire de la ville après que Pierre Courtey a démissionné de sa fonction. Le décret impérial du 14 juin 1855 le titularise maire à exécution immédiate. Pendant ce mandat, il a notamment inauguré, entre 1857 et 1860, les lignes de chemin de fer traversant la ville[100].
  31. Louis-Amédée Guilbert est maire de Périgueux du 20 août au 4 septembre 1870, date à laquelle il quitte ses fonctions après avoir été le jour-même nommé préfet de la Dordogne[102].
  32. Pierre-Frédéric Batailh est nommé provisoirement maire de Périgueux le 20 octobre 1870. La nomination est confirmée par l'arrêté préfectoral rendu le 22 novembre suivant[54].
  33. Auguste Fournier-Laurière est nommé maire de Périgueux par arrêté pris par le chef du pouvoir exécutif de la République française, Adolphe Thiers, le 15 mai 1871. Le successeur d'Adolphe Thiers, Patrice de Mac Mahon, révoque l'arrêt le 4 septembre 1873, après qu'Auguste Fournier-Laurière a participé à des manifestations politiques à Périgueux[104].
  34. Après la révocation d'Auguste Fournier-Laurière, Adolphe Bourdeillette est nommé maire par intérim le 1er septembre 1873. Un mois plus tard, peu après le 1er octobre, il est suspendu de ses fonctions pour avoir participé à un banquet en l'honneur de Léon Gambetta accusé par certains, à cette époque, de vouloir inciter les citoyens « à la haine »[105].
  35. Édouard Galy démissionne de ses fonctions en janvier 1876. Il est réélu un an et demi plus tard[107].
  36. Pierre-Gabriel Marchet n'occupe sa fonction qu'entre le 28 juillet et le 3 septembre 1882, date à laquelle Antoine Gadaud lui succède[111].
  37. Pierre-Gabriel Marchet n'occupe sa fonction qu'un mois et demi, entre le 9 juin et le 24 juillet 1887, date à laquelle Georges Saumande lui succède[113].
  38. La fonction de maire de Paul Fougeyrollas prend fin le jour de son décès, le 7 septembre 1905[116],[117].
  39. L'élection de Paul Bouthonnier du 10 décembre 1919 est annulée, le 10 janvier 1920, par le Conseil de préfecture. Le cumul de son poste d'enseignant en école primaire et son mandat politique est interdit. L'arrêt du Conseil d'État rendu le 8 juillet 1921 confirme l'annulation de l'élection[118].
  40. Félix Gadaud est démis de sa fonction le 2 avril 1943 par la Gestapo[120].
  41. Gustave Chassagne est délégué spécial le 2 avril 1943 puis officiellement maire de la ville le 2 juin 1943. Il démissionne de sa fonction le 31 juillet 1944[121].
  42. En pleine Seconde Guerre mondiale, il est provisoirement désigné le 5 août 1944 comme « délégué spécial extraordinaire de l'administration de la ville de Périgueux »[115].
  43. En pleine Seconde Guerre mondiale, il est désigné le 28 septembre 1944 comme « délégué provisoire aux fonctions de maire de Périgueux »[122].
  44. Yves Guéna quitte sa place de maire pour devenir membre du Conseil constitutionnel[125].
  45. Xavier Darcos démissionne de son poste de maire pour devenir ministre de l'Éducation nationale (cumul impossible à l'époque) mais reste premier adjoint.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Noms antiques des villes & peuples de l'Aquitaine », sur Lexilogos (consulté le 4 janvier 2017).
  2. « Pétrocores », sur Encyclopédie de Diderot et d'Alembert (consulté le 4 janvier 2017).
  3. Moreau 1775, p. 20.
  4. a et b Penaud 2003, p. 120-121.
  5. Lachaise 2000, p. 112.
  6. Dessalles 1847, p. 9.
  7. a et b Penaud 2003, p. 424-426.
  8. Dessalles 1847, p. 8.
  9. a b c d et e Brutails 1909, p. 362-364.
  10. Penaud 2003, p. 305-306.
  11. a et b Dessalles 1847, p. 12.
  12. a b et c Moreau 1775, p. 81.
  13. Moreau 1775, p. 129.
  14. Moreau 1775, p. 36.
  15. Penaud 2003, p. 113.
  16. Villepelet 1908, p. 14.
  17. Villepelet 1908, p. 13.
  18. a et b Villepelet 1908, p. 15.
  19. Villepelet 1908, p. 16.
  20. a b c et d Sandret 1872, p. 28.
  21. Dessalles 1908, p. 13.
  22. a et b Villepelet 1908, p. 17.
  23. Villepelet 1908, p. 21.
  24. a b et c Villepelet 1908, p. 18.
  25. Penaud 2003, p. 306.
  26. a b c et d Sandret 1872, p. 29.
  27. a b et c Sandret 1872, p. 30.
  28. a b et c Sandret 1872, p. 31.
  29. Sandret 1872, p. 26.
  30. Moreau 1775, p. 114.
  31. Moreau 1775, p. 195.
  32. Moreau 1775, p. 231-232.
  33. a b et c Moreau 1775, p. 218.
  34. a et b Penaud 1999, p. 644.
  35. a b et c Penaud 1999, p. 498-499.
  36. a b c d e f g et h Penaud 1999, p. 247.
  37. a b c d e f et g Penaud 1999, p. 248.
  38. a et b Penaud 1999, p. 137.
  39. Penaud 1999, p. 558.
  40. Penaud 1999, p. 440.
  41. a b et c Penaud 1999, p. 502.
  42. a et b Penaud 1999, p. 462.
  43. http://lyceejaydebeaufort.fr/la-famille-jay-de-beaufort/.
  44. Penaud 1999, p. 699.
  45. Penaud 1999, p. 668-669.
  46. Penaud 1999, p. 215.
  47. a b c d e f et g Penaud 1999, p. 242.
  48. a et b Penaud 1999, p. 220.
  49. Penaud 1999, p. 16.
  50. Penaud 1999, p. 649.
  51. Penaud 1999, p. 26.
  52. Penaud 1999, p. 925.
  53. Penaud 1999, p. 22.
  54. a b et c Penaud 1999, p. 80.
  55. a b et c Penaud 1999, p. 499.
  56. a b et c Penaud 1999, p. 219.
  57. a et b Penaud 1999, p. 27.
  58. Penaud 1999, p. 32.
  59. Penaud 1999, p. 905.
  60. Penaud 1999, p. 897.
  61. Penaud 1999, p. 502-503.
  62. Penaud 1999, p. 786.
  63. a b et c Penaud 1999, p. 695.
  64. Penaud 1999, p. 438.
  65. a et b Penaud 1999, p. 26.
  66. a et b Penaud 1999, p. 867.
  67. Penaud 1999, p. 698.
  68. a b et c Penaud 1999, p. 694.
  69. a b et c Penaud 1999, p. 844.
  70. Penaud 1999, p. 245.
  71. Penaud 1999, p. 409.
  72. Penaud 1999, p. 685.
  73. Penaud 1999, p. 65.
  74. Penaud 1999, p. 592.
  75. a b et c Penaud 1999, p. 243-244.
  76. Penaud 1999, p. 257.
  77. Penaud 1999, p. 275.
  78. Penaud 1999, p. 500.
  79. a et b Penaud 1999, p. 503.
  80. a b et c Penaud 1999, p. 924.
  81. a et b Penaud 1999, p. 743.
  82. Penaud 1999, p. 937.
  83. Penaud 1999, p. 52-53.
  84. a et b Penaud 1999, p. 878.
  85. Penaud 1999, p. 900.
  86. Penaud 1999, p. 434.
  87. a b et c Penaud 1999, p. 683.
  88. a b c d e et f Penaud 1999, p. 927.
  89. Penaud 1999, p. 815.
  90. Penaud 1999, p. 15.
  91. a et b Penaud 1999, p. 683.
  92. a b et c Penaud 1999, p. 261.
  93. a b c et d Penaud 1999, p. 437.
  94. Penaud 1999, p. 907.
  95. a b c d e f g et h Penaud 1999, p. 362-363.
  96. Penaud 1999, p. 705-706.
  97. a et b Penaud 1999, p. 677.
  98. Penaud 1999, p. 141.
  99. a et b Penaud 1999, p. 270-271.
  100. a b et c Penaud 1999, p. 74.
  101. Penaud 1999, p. 322.
  102. a et b Penaud 1999, p. 471.
  103. Penaud 1999, p. 645.
  104. a b et c Penaud 1999, p. 404.
  105. a et b Penaud 1999, p. 157.
  106. Penaud 1999, p. 366.
  107. a b et c Penaud 1999, p. 422.
  108. Penaud 1999, p. 294.
  109. Penaud 1999, p. 602.
  110. Penaud 1999, p. 725.
  111. a et b Penaud 1999, p. 474.
  112. Penaud 1999, p. 414.
  113. Penaud 1999, p. 639.
  114. a et b Penaud 1999, p. 851.
  115. a b et c Penaud 1999, p. 473.
  116. a et b Penaud 1999, p. 401.
  117. a et b Penaud 1999, p. 279.
  118. a b et c Penaud 1999, p. 162.
  119. a et b Penaud 1999, p. 296-297.
  120. a b et c Penaud 1999, p. 414-415.
  121. Penaud 1999, p. 232.
  122. Penaud 1999, p. 389.
  123. Penaud, p. 773-774.
  124. a et b Penaud 1999, p. 78.
  125. a et b Penaud 1999, p. 468-469.
  126. a et b Penaud 1999, p. 285.
  127. Penaud 1999, p. 288.
  128. Caroline Beyer, « Ces ministres de l'Éducation qui n'ont pas résisté à leur réforme », sur Le Figaro, (consulté le 25 septembre 2017).
  129. « Voici vos 557 maires », édition spéciale de Sud Ouest du 3 avril 2008, p. 18.
  130. Penaud 1999, p. 705.
  131. Adrien Vergnolle, « Périgueux : Antoine Audi, le nouveau maire, a été officiellement investi », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  132. Marie Berthoumieu, « Le leitmotiv d'Antoine Audi : faire parler de Périgueux », Dordogne libre, no 20903,‎ , p. 4-5.
  133. Claude-Hélène Yvard, « Les nouveaux élus Périgourdins au Conseil régional », sur Aqui !, (consulté le 25 septembre 2017).
  134. « Delphine Labails officiellement élue maire de Périgueux », sur francebleu.fr, (consulté le 3 juillet 2020)
  135. Benoît Martin, « Je m'engage à servir la ville de Périgueux », Sud Ouest édition Dordogne, 4 juillet 2020, p. 12-13.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Jean-Paul Brunet (dir.), Les conseillers municipaux des villes de France au XXe siècle, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, coll. « Histoire politique du XXe siècle », , 219 p. (ISBN 978-2-86781-392-4, lire en ligne)
  • Jean-Auguste Brutails, « Histoire de la ville de Périgueux et de ses institutions municipales jusqu'au traité de Brétigny (1360), par R. Villepelet », dans Bibliothèque de l'école des chartes, t. 70, Nogent-le-Rotrou, Daupeley-Gouverneur, , 696 p. (lire en ligne), p. 362-364 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Léon Dessalles, Périgueux et les deux derniers comtes de Périgord, éditions Dupont, , 493 p. (OCLC 35515451, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Joseph Durieux, « Les maires de Périgueux au XIXe siècle. Notes biographiques », dans Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, 1941, tome 68 p. 218-232, p. 303-316, p. 385-400
  • Alfred de Froidefond, Liste chronologique des maires de la ville et de la cité de Périgueux depuis 1200 jusqu'à nos jours, accompagnée de nombreuses notes historiques, Périgueux, imprimerie de Dupont , 1873, reprise de l'article « Liste chronologique des maires de la ville et Cité de Périgueux » paru dans les Annales agricoles et littéraires de la Dordogne, 1873, tome 34, p. 451-468, 548-564, 661-680, 751-752
  • Arlette Higounet-Nadal, « Voyages et missions du consulat de Périgueux aux XIVe et XVe siècles », dans Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, 1979, tome 106, 3e livraison, p. 207-220 (lire en ligne))
  • Bernard Lachaise (dir.) et al., Histoire du Périgord, Périgueux, éditions Fanlac, , 322 p. (ISBN 2-86577-216-0) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jacob-Nicolas Moreau, Mémoire sur la constitution politique de la ville et cité de Périgueux, Quillau, , 318 p. (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Abbé Théodore Pecout, « Liste chronologique des maires de Périgueux et de la Cité depuis le XIIe siècle », dans Périgueux : souvenirs historiques, biographiques et archéologiques, Société de Saint-Augustin Desclée de Brouwer et Cie, Lille, 1890, p. 383-389 (lire en ligne)
  • Guy Penaud, Dictionnaire biographique du Périgord, Périgueux, éditions Fanlac, , 964 p. (ISBN 2-86577-214-4) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Guy Penaud, Le Grand Livre de Périgueux, Périgueux, éditions la Lauze, , 601 p. (ISBN 2-912032-50-4), p. 306-315 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Albéric de Saint-Astier, « Liste chronologique des maires de la ville et Cité de Périgueux depuis 1200 jusqu'à nos jours », dans Revue historique nobiliaire et biographique, 1872, p. 26-37 (lire en ligne)
  • Louis Sandret (dir.), Revue historique, nobiliaire et biographique, t. 7, Paris, J. B. Dumoulin, , 575 p. (lire en ligne), p. 26-37 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Thierry Truel, « Les maires de Périgueux aux XIXe et XXe siècles », dans Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, 1994, tome 121, 2e livraison, p. 263-272 (lire en ligne)
  • Robert Villepelet, Histoire de la ville de Périgueux et de ses institutions municipales jusqu'au traité de Brétiyny (1360), Périgueux, Imprimerie de la Dordogne, , 244 p. (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]