Marchand (commerce)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marché aux poissons par Joachim Beuckelaer.
Marchands de Hollande et du Moyen-Orient en négociation.
Marchand de pneus en pirogue dans la cité lacustre de Ganvié au Bénin.

Un marchand est un professionnel du commerce qui s'occupe de la revente de marchandises produites par d'autres.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans le monde hellénistique, les marchands sont désignés collectivement comme « agoraioi » (ἀγοραῖοι), ceux qui exercent leur activité sur l'agora au sens de place du marché. Le commerçant est parfois désigné par un terme générique, « metaboleús » (commerçant sans précision), « grutopôles » (brocanteur), « pantopôles » (marchand de tout, tenancier d'un bazar), mais plus souvent désigné par sa spécialité : boulanger, pâtissier, marchand de vin, parfumeur, marchand de garum (condiment) ; certains produits, comme l'encens, sont transportés sur de longues distances. Certains noms de métier sont ambigus : on ignore si un « arguroprates » (littéralement, un « vendeur d'argent ») est un artisan d'argenterie, un changeur ou un banquier. Les « kommerkiarioi » ne sont pas des commerçants mais des inspecteurs de la douane ou du commerce extérieur[1].

Dans l'économie de l'Empire romain, deux termes sont couramment employés : negotiator et mercator. La limite entre les deux n'est pas toujours claire et a évolué au cours des siècles. Sous la République et le Haut-Empire, le mercator est un professionnel itinérant qui achète pour vendre et navigue d'un port à l'autre. Le negotiator est un citoyen romain qui séjourne hors d'Italie pour raison professionnelle, soit comme commerçant, soit dans d'autres activités comme l'agriculture, l'élevage ou la banque. Le negotiator paraît de naissance libre dans la moitié des cas et souvent d'un statut social plus élevé que le mercator qui est plus souvent un affranchi, avec des exceptions dans les deux sens. Dans les inscriptions, le negotiator indique plus souvent que le mercator son lieu d'origine, celui dont il est citoyen et celui où il exerce son métier. Le plus souvent, le marchand exerce ailleurs que dans son lieu d'origine : il est un peregrinus negotiator ou peregrinus mercator, un négociant ou marchand voyageur[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Sédillot, Histoire des marchands et des marchés, Fayard, , 479 p.
  • (en) Sylvia L. Thrupp, The Merchant Class of Medieval London, 1300-1500, Ann Arbor, University of Michigan Press, , 401 p. (ISBN 0-472-06072-4, lire en ligne)
  • Pierre Racine, « Le marchand, un type de la société médiévale », Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l'enseignement supérieur public, vol. 19ᵉ congrès, no Le marchand au Moyen Age,‎ , p. 1-9 (DOI 10.3406/shmes.1988.1527, lire en ligne, consulté le )
  • Jean-Paul Rey-Coquais, « Noms de métiers dans les inscriptions de la Syrie antique », Cahiers du Centre Gustave Glotz, no 13,‎ , p. 247-264 (DOI 10.3406/ccgg.2002.1568, lire en ligne, consulté le )
  • Véronique Chankowski, Xavier Lafon et Catherine Virlouvet, Entrepôts et circuits de distribution en Méditerranée antique, BCH n°58, 2018 [1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rey-Coquais, 2002.
  2. Jean Andreau in Chankowski, 2018, p. 137-148.