Bétonnière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Petite bétonnière de chantier

Une bétonnière est une machine servant à malaxer les différents constituants du mortier (ciment ou chaux, sable, eau) ou du béton. Le mot bétonneuse est parfois employé à la place de bétonnière, mais il s'agit d'un barbarisme.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1863, quand la consommation de mortier est considérable, on a recours à l'emploi de machines mises en mouvement par des chevaux ou par la vapeur. On emploie fréquemment des roues mues par un manège, dans une auge circulaire qui contient le mortier. L'une des roues tourne contre le bord intérieur de l'auge, l'autre contre le bord extérieur. Elles mélangent et broient les matières qui leur sont incessamment ramenées par des rabots fixés à l'arbre du manège. Le fond de l'auge est dallé en matériaux très durs et garni d'une vanne pour donner à volonté écoulement au mortier fabriqué. Un manège à une ou deux roues est manœuvré par un cheval qui travaille cinq heures par jour de sorte qu'il faut deux chevaux pour faire la journée de dix heures. Le chemin suivi par le cheval a 4 mètres de rayon[1].

Bétonnière[modifier | modifier le code]

Bétonnière professionnelle avec benne de chargement

Le modèle de base pèse quelques dizaines de kilos pour un encombrement de un mètre sur un mètre, pour un 1,5 mètre de haut environ, et comprend :

  • une cuve basculante grâce à un volant de manœuvre ;
  • un moteur thermique ou électrique ;
  • un châssis muni de roues.

Le chargement des agrégats peut se faire manuellement (à la pelle) sur les bétonnières de petite capacité ou à l'aide d'une benne relevable par vérin hydraulique ou câble, pour les plus gros modèles.

Les différents constituants du mortier ou du béton sont mélangés dans la cuve grâce à sa rotation et à la présence d'ailettes dont le rôle est de mixer les différents constituants.

La capacité des cuves varie de 50 à 200 litre pour les modèles à usage grand public (les modèles les plus courants en France ayant une capacité de 120 ou 160 litres) et peuvent aller jusqu'à 500 litres pour les modèles à usage professionnel (le modèle le plus courant en France ayant une capacité de 350 litres).

Sur la plupart de bétonnières de chantier, le bloc moteur est équipe d'une roue dentée sur son axe de sortie, qui entraîne une couronne dentée fixée sur la périphérie de la cuve. La bétonnière est dite alors « à couronne ». Sur des modèles plus récents la transmission n'est plus visible, elle se fait directement sur le pivot de rotation de la cuve, situé dans sa partie basse. On dit alors que la bétonnière est « sans couronne » ou « silencieuse ».

Centrale à béton[modifier | modifier le code]

Centrale à béton sur un chantier d'ouvrage d'art à Korba.

Sur les sites de production de béton prêt à l'emploi ou sur les gros chantiers on utilise des centrales à béton, qui permettent de produire de grandes quantités de béton. Il existe de nombreux types de centrales mais elles se caractérisent toujours par des composants communs :

  • un malaxeur horizontal ou vertical ;
  • un dispositif de pesée des agrégats et du ciment ;
  • un ou plusieurs silos de stockage du ciment et des éventuelles adjonctions (calcaire, cendres...) ;
  • des cuves de stockage des adjuvants ;
  • des éléments permettant le chargement des agrégats et du ciment (trémies et tapis roulants ou skip (chargeur d'agrégats) vertical à câble pour l'alimentation de stockages verticaux, rayons raclants).

Les centrales actuelles sont équipées d'automates qui permettent la réalisation en continu de béton selon des formules préalablement saisies, tout en effectuant automatiquement des corrections de quantités d'eau en fonction de la teneur en eau des granulats.

Modèles spécifiques[modifier | modifier le code]

L'autobétonnière est un petit engin, muni d'un réservoir de type « toupie » mais qui à la différence des camions malaxeurs a pour rôle de fabriquer le béton et non simplement de le transporter. Le chargement des agrégats et du ciment se fait par l'avant grâce à une benne articulée relevée par vérins qui se remplit directement en avançant dans le tas. La vidange de l'autobétonnière se fait par inversion du sens de rotation.

Il existe également des bétonnières montées sur camion, fabriquant à la demande le béton sur le chantier : les constituants restent séparés dans différents réservoirs et se mélangent à l'arrière du camion, au moment d'être utilisés, dans un dégorgeoir à vis.

Transport du béton[modifier | modifier le code]

Camion malaxeur (toupie)
Article détaillé : Malaxeur (camion).

À défaut de bétonnière, ou pour de gros volumes, il est possible d'acheter du béton prêt à l'emploi (BPE). Un camion malaxeur, appelé camion toupie, sert à transporter le béton depuis la centrale jusqu'au chantier ; il maintient grâce à la rotation de sa cuve la consistance du béton qu'ils transporte.

Sur le chantier le transport du béton entre la centrale (ou le camion toupie) et l'ouvevrage[incompréhensible] se fait à l'aide d'une pompe (fixe ou sur camion) ou d'une benne à béton levée à l'aide d'une grue.

Pompe à béton[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Pompe à béton.
Une petite pompe à béton.

Une pompe à béton est un matériel servant à transporter le béton dans un tuyau souple ou rigide, pour l'acheminer en hauteur ou au delà d'un obstacle.

Ces pompes sont couramment intégrées à des camions, alors dits eux aussi « pompes à béton ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Théodore Chateau. Technologie du bâtiment: spécialement destiné aux ingénieurs, architectes, entrepreneurs, conducteurs de travaux. vol. I, B. Bance; vol. 2, A. Morel, 1863. Consulter en ligne

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]