Jean Jouzel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la météorologie ou la climatologie image illustrant la science
Cet article est une ébauche concernant la météorologie ou la climatologie et la science.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Jean Jouzel
Description de cette image, également commentée ci-après

Lors d'un débat en 2010

Naissance (69 ans)
Janzé (France)
Nationalité Drapeau : France française
Champs Climatologie, glaciologie
Institutions CEA
Diplôme CPE Lyon
Renommé pour Travaux sur les paléoclimats
Distinctions

Prix Nobel de la Paix en 2007 avec le GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat)

Prix de l'Académie des Sciences  (1999)
Médaille d'or du CNRS (2002)

Jean Jouzel, né le à Janzé (Ille-et-Vilaine), est un climatologue et glaciologue français, directeur de recherches au CEA de l'Institut Pierre-Simon Laplace jusqu'en 2008.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille d'agriculteurs bretons, Jean Jouzel passe par le collège Saint-Joseph à Janzé, puis le lycée de l’Assomption à Rennes avant de faire ses classes préparatoires Maths Sup et Maths spé au Lycée Chateaubriand[1]. Il est ingénieur diplômé de l'École d’ingénieur ESCIL (nouvellement nommée CPE Lyon), promotion 1968, Docteur en sciences physiques depuis 1974 à l'issue d'une thèse sur la Complémentarité des mesures de deutérium et de tritium pour l’étude de la formation des grêlons proposée par son professeur Étienne Roth, après avoir soutenu en 1973 à la faculté d'Orsay sa thèse de doctorat troisième cycle sur les mesures du tritium dans de faibles quantités d'eau à la teneur naturelle[2]. Il devient alors ingénieur de recherche au Laboratoire de géochimie isotopique au CEA de Saclay dont il devient coresponsable en 1986. Il est nommé adjoint au directeur du laboratoire de glaciologie et géophysique de l'environnement au CNRS- Grenoble en 1989 puis adjoint au directeur du Laboratoire de modélisation du climat et de l'environnement (actuel LSCE) au CEA en 1991, enfin directeur de recherches au CEA en 1995.

De 2001 à 2008, il dirige l'Institut Pierre-Simon Laplace dont une des principales composantes est le LSCE qui dépend du Commissariat à l'énergie atomique, dont il est responsable du groupe climat de 1998 à 2000. Il est également président du Conseil d'administration de l'Institut polaire français Paul-Émile Victor (IPEV). En 2009, il devient également président de l'association Méditerranée 2000, à l'occasion du 20e anniversaire de sa création.

Jean Jouzel est reconnu mondialement[3] pour ses analyses de la glace de l'Antarctique et du Groenland permettant de connaître le climat terrestre passé (paléoclimat). Il a publié en tant que coauteur près de 45 articles dans les prestigieuses revues scientifiques Nature et Science.

Jean Jouzel est connu du grand public pour sa contribution au sujet du réchauffement climatique notamment par son rôle au sein du GIEC de l'ONU, dont il est expert depuis 1994 et vice-président depuis 2002. Dans cette affaire, il s'exprime non seulement en qualité de scientifique expert en climatologie mais également sur les projections économiques et les décisions politiques[4].

En 2014, il est nommé membre du Conseil stratégique de la recherche[5].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Il a reçu de très nombreuses distinctions[6] :

  • le prix Phillip Morris en climatologie (1992),
  • la médaille Milankovitch (1997),
  • le prix de l'Académie des Sciences (1999),
  • l'Ippolito Award de l'Italian Academy of Sciences (2000),
  • le Selby Fellowship de l'Australian Academy of Sciences (2001),
  • la médaille Roger Revelle (2003),
  • le prix Descartes pour la Science (2008),
  • la médaille d'or de l'Académie d'Agriculture de France (2015)[7]

En 2002, le CNRS lui décerne sa médaille d'or, la plus haute distinction scientifique française, conjointement avec Claude Lorius[8]. En 2009, il est élu président de Météo et Climat[9](ex-Société Météorologique de France), association fondée en 1852 et reconnue d'utilité publique. Il a été élu président du Haut Conseil de la science et de la technologie en 2009. En 2012, il reçoit le prix Vetlesen, qu'il partage avec sa collègue chimiste américaine Susan Solomon.

En 2007, alors qu'il en était un des trois vice-présidents, le GIEC se voit décerner le Prix Nobel de la Paix, avec Al Gore, au titre de lanceur d’alerte sur l'urgence climatique[10].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Avec sa femme Brigitte qui était institutrice, il a deux enfants, dont Jean-Noël Jouzel sociologue, chargé de recherche au CNRS[11].

Publications et apparitions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Apparitions[modifier | modifier le code]

Jean Jouzel est représenté dans une interview de la bande dessinée Saison Brune, parue en 2012[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tugdual Denis, « Jean Jouzel : blues de chauffe », sur bretons-mag.com,‎ .
  2. Jean Jouzel, Claude Lorius, Dominique Raynaud, Planète blanche : Les glaces, le climat et l'environnement, Odile Jacob, (lire en ligne), p. 98.
  3. « Jean Jouzel, sentinelle du climat », Le Monde, 23 août 2007
  4. [1], Réseau Action climat, 21 juillet 2004
  5. Décret du 3 février 2014 portant nomination au Conseil stratégique de la recherche.
  6. « Qui est Jean Jouzel, le nouveau « Nobel » français que les media ignorent ? ».
  7. « Médaille d'OR de l'Académie d'Agriculture de France ».
  8. CNRS, « Liste des médaillés d'or du CNRS », sur http://www.cnrs.fr (consulté le 11 février 2014).
  9. Météo et Climat.
  10. « Les craintes de Jean Jouzel, prix Nobel de la Paix ».
  11. a et b Aurélie Luneau, « Jean Jouzel brise la glace ! », émission La Marche des sciences sur France Culture, 3 octobre 2013

Liens externes[modifier | modifier le code]