Susan Solomon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Susan Solomon
Susan Solomon-Desk With Globe.jpg

Susan Solomon en 2004

Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Membre de
Distinctions
Liste détaillée
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Solomon.

Susan Solomon (née en 1956 à Chicago[1]) est une chimiste travaillant pour le National Oceanic and Atmospheric Administration[2]. Elle est l'une des premières personnes à avoir avancé la responsabilité des chlorofluorocarbures dans la formation du trou de la couche d'ozone[2].

Elle est membre de l'Académie nationale des sciences des États-Unis, de l'Académie européenne des sciences et de l'Académie des sciences de France[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Solomon commence à s'intéresser à la science dès son enfance, en regardant l'émission The Undersea World (Le monde sous-marin) du Commandant Cousteau[1]. Au lycée, elle obtient une troisième place à un concours national des sciences grâce à un projet mesurant le pourcentage d'oxygène dans un mélange de gaz[1].

Elle étudie la chimie à l'Illinois Institute of Technology jusqu'en 1977[4]. En 1981, elle reçoit son doctorat de chimie à l'Université de Californie (Berkeley), où elle s'était spécialisée en chimie atmosphérique[4].

En 1986 et 1987 elle dirige une expédition étudiant le trou dans la couche d'ozone dans le détroit de McMurdo en Antarctique[2]. Son équipe trouve des niveaux d'oxyde de chlore dans l'atmosphère plus élevés que prévus, créés par les chlorofluorocarbures (CFC)[4]. Solomon démontre également que les volcans peuvent accélérer les réactions chimiques que produisent les chlorofluorocarbures dans l'atmosphère, et ainsi augmenter les dégâts causés à la couche d'ozone[4]. Son travail est à la base du Protocole de Montréal de Organisation des Nations unies, un accord international visant à protéger la couche d'ozone en limitant et régulant les substances l'endommageant[1].

Elle est aujourd'hui chef du Chemistry and Climate Processes Group de la division des sciences chimiques du National Oceanic and Atmospheric Administration. Elle a aussi servi en tant que coprésidente du premier groupe de travail du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat[2].

Elle épouse Barry Sidwell en 1988[1].

Elle a écrit un livre sur l'expédition Terra Nova de Robert Falcon Scott, The Coldest March: Scott's Fatal Antarctic Expedition.

Prix[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Susan Solomon » (voir la liste des auteurs).

  1. a, b, c, d, e et f (en) What's Up with Ozone? ; Women in Chemistry ; Chemical Heritage Foundation
  2. a, b, c et d (en) InterViews: Susan Solomon ; National Academy of Sciences ; 26 juillet 2004
  3. (en) Susan Solomon: Pioneering Atmospheric Scientist ; Top Tens: History Makers ; National Oceanic and Atmospheric Administration ; 5 janvier 2007
  4. a, b, c et d (en) Meet Susan Solomon ; Faces in the Environment ; Chemical Heritage Foundation ; 2001

Liens externes[modifier | modifier le code]