Thomas Ebbesen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Thomas Ebbesen est un physico-chimiste franco-norvégien né à Oslo (Norvège) le .

Directeur de l’Institut d’Études Avancées de l’Université de Strasbourg (USIAS)[1]et de la Fondation pour la Recherche en Chimie (icFRC)[2] et professeur à l'université de Strasbourg, il est l'auteur de plusieurs découvertes importantes dans le domaine des nanosciences.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé de l'université d'Oberlin (Oberlin College) et de l'université Paris VI Pierre-et-Marie-Curie, Thomas Ebbesen travaille d’abord au Notre Dame Radiation Laboratory (États-Unis) où il continue ses travaux de photophysico-chimie démarrés durant sa thèse. En 1988, il rejoint le laboratoire de NEC au Japon, où ses recherches évoluent vers l’étude des nanomatériaux de carbone tels que le C60, le graphène et les nanotubes. Ebbesen découvre une méthode de synthèse de nanotube de carbone en grande quantité[3] et étudie entre autres leurs propriétés mécaniques[4] et leurs propriétés de mouillage[5]. Pour ses travaux précurseurs sur les nanotubes de carbone, il partage le prix Europhysics Agilent en 2001 avec Iijima, Dekker et McEuen.

Chez NEC, Ebbesen découvre aussi un nouveau phénomène optique : la transmission extraordinaire de la lumière dans des trous de dimensions inférieures à la longueur d'onde[6] où les plasmons de surface jouent un rôle clé dans l’exaltation de la transmission. Le phénomène soulève des questions fondamentales et offre un vaste potentiel d’application allant de la chimie à l’opto–électronique[7]. Pour cette découverte, Ebbesen reçoit plusieurs distinctions dont le Prix France Telecom 2005 de l’Académie des Sciences et le Prix de l’Électronique et Optique Quantique en 2009 de la Société Européenne de Physique. En 2014, il est lauréat du prix Kavli pour les nanosciences, conjointement avec Stefan W. Hell et Sir John Pendry pour ses travaux sur la transmission optique extraordinaire[8].

En 1999, il rejoint l'Institut de Science et d'Ingénierie Supramoléculaires (ISIS) fondé par Jean-Marie Lehn à l'université de Strasbourg[9]. Il a été le directeur de l'ISIS de 2005 à 2012. En 2017-18, il a occupé la chaire Innovation technologique Liliane Bettencourt au Collège de France.

Depuis 2005, il développe un nouvel axe de recherche sur les interactions lumière-matière à l’interface de l’électrodynamique quantique et de la chimie physique. Son équipe démontre pour la première fois que des propriétés matérielles peuvent être modifiées par le couplage fort avec les fluctuations du champ électromagnétique de cavité, tel que la réactivité [10]et la conductivité de semi-conducteurs organiques[11]. Pour ces travaux précurseurs, il est lauréat du Grand prix de la fondation Maison de la Chimie en 2018.

En 2019, il reçoit la Médaille d'or du CNRS[12].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Institut d'Etudes Avancées de l'Université de Strasbourg », sur archive.wikiwix.com (consulté le )
  2. « Direction de la Fondation Recherche Chimie », sur archive.wikiwix.com (consulté le )
  3. T. W. Ebbesen & P.M. Ajayan, « Large-scale synthesis of carbon nanotubes », Nature (1992).
  4. M. Treacy, T.W. Ebbesen & J.M. Gibson, « Exceptionally high Young's modulus observed for individual carbon nanotubes », Nature (1996).
  5. E. Dujardin, T.W. Ebbesen, H. Hiura, and K. Tanigaki, « Capillarity and Wetting of Carbon Nanotubes », Science (1994).
  6. T.W. Ebbesen, H.J. Lezec, H.F. Ghaemi, T. Thio & P. Wolff, « Extraordinary optical transmission through sub-wavelength hole arrays », Nature (1998).
  7. C. Genet and T.W. Ebbesen, « Light in Tiny Holes », Nature (2007).
  8. (en) « Prix Kavli pour les nanosciences 2014 », sur archive.wikiwix.com (consulté le )
  9. « Laboratoire ISIS ».
  10. J. A. Hutchison, T. Schwartz, C. Genet, E. Devaux and T.W. Ebbesen « Modifying chemical landscapes by coupling to vacuum fields » Angew. Chemie Int. Ed. (2012)
  11. E. Orgiu, J. George, J.A. Hutchison, E. Devaux, J.F. Dayen, B. Doudin, F. Stellacci, C. Genet, J. Schachenmayer, C. Genes, G. Pupillo, P. Samori and T.W. Ebbesen « Conductivity in organic semiconductors hybridized with the vacuum field » Nature Materials (2015)
  12. a et b « Thomas Ebbesen, physico-chimiste, est médaille d'or 2019 du CNRS | CNRS », sur www.cnrs.fr (consulté le ).
  13. « Prix Europhysics Agilent ».
  14. « Prix Académie des Sciences » [archive du ], .
  15. « Communiqué du CNRS ».
  16. « Prix Tomassoni ».
  17. (en) « Prix Kavli pour les nanosciences 2014 ».
  18. « "Quinquennial ANNIVERSARY AWARD - Thomas W. Ebbesen". European Materials Research Society. »
  19. (nl) « Patron Saint's Day Honorary Doctors », sur KU Leuven. (consulté le )
  20. « Les lauréats de l'année, Fondation de la Maison de la Chimie. » (consulté le )
  21. « Thomas Ebbesen. Élu associé étranger le 8 décembre 2009 ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]