Maurice Godelier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Maurice Godelier
Godelier.jpg
Maurice Godelier en 1977.
Fonction
Président
Société des océanistes
-
Jean-Christophe Galipaud (d)
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique
Distinctions
Œuvres principales

Maurice Godelier, né le à Cambrai, est un anthropologue français de renommée internationale.

Maurice Godelier est l'un des tout premiers partisans de l'intégration du marxisme à l'anthropologie. Son expérience du terrain est riche des sept années passées parmi les Baruya en Papouasie-Nouvelle Guinée entre 1967 et 1988. Il intervient sur de nombreux sujets au cœur de la compréhension du monde contemporain : les relations hommes/femmes, l'économie, l'imaginaire, entre autres. Il demeure engagé sur la scène intellectuelle et affirme le besoin d’une reconstruction des sciences sociales, afin de comprendre le monde contemporain dans lequel les pays émergeants se modernisent sans s’occidentaliser. Il compte parmi les chercheurs en sciences humaines les plus influents et ses apports à l’anthropologie lui ont valu de nombreuses distinctions.

Biographie[modifier | modifier le code]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (juillet 2019). Découvrez comment la « wikifier ».

Maurice Godelier grandit, dit-il, « au sein d'une famille de condition très modeste dont aucun des membres n'avait dépassé le niveau de l'école primaire ». Bon élève, il se retrouve au collège Notre-Dame de Grâce : « ses parents estimaient que les riches allaient au lycée, et les pauvres chez les catholiques »[1].

Le soir du bac, son destin semble tracé : il va intégrer l'université catholique de Lille. L'enseignement lui plaît. Être professeur de philosophe dans un lycée lui conviendrait.

Mais le président du jury du bac en décide autrement. Il le recommande auprès du proviseur du Lycée Faidherbe. Celui-ci l'inscrit d'autorité en khâgne, alors que Maurice Godelier ne connaissait même pas le terme, et il lui fait octroyer une bourse[2]

Il rencontre Michel Foucault, maître assistant en psychologie à l'université de Lille. Ils se lient d'amitié. Foucault intervient de la même manière, l'inscrivant au Lycée Henri-IV à Paris pour augmenter ses chances d'intégrer l'École normale supérieure.

Porté par les idéaux politiques du temps, Maurice Godelier adhère au Parti communiste français en 1952 : il le quitte en 1968, suite à l'intervention soviétique en Tchécoslovaquie[3].

Cet engagement politique irrigue les trois articles : « Les structures de la méthode du Capital » (I, II, III) que la revue du Parti communiste Économie et politique publie entre 1960 et 1961.

En 1955, il intègre effectivement l'École normale supérieure de Saint Cloud[4] où il étudie la philosophie, la psychologie[réf. souhaitée] et les lettres modernes. En 1959, il est reçu à l'agrégation de philosophie[5]. mais ne souhaitant pas « philosopher sur la philosophie »[6].  il cherche un autre domaine d'études par le biais duquel il puisse appliquer celle-ci. L'année d'étude supplémentaire à l'ENS accordée lui permet d'étudier l'économie au Centre d'Etudes et de Programmation Economique (Cepe) où il suit le séminaire d'Edmond Malinvaud, ainsi que celui de Charles Bettelheim, axé sur la planification et le développement dans le Tiers-Monde.

Il ressent rapidement le besoin d'étudier des rapports économiques concrets, différents de ceux des sociétés occidentales. L'approche interdisciplinaire de Fernand Braudel - géographie, économie, ethnologie, sociologie et archéologie – lui est recommandée. Sollicité en 1960 par Maurice Godelier, l'historien lui accorde un entretien parce que, dit-il « il y a tant de personnes qui m'ont écrit à votre propos que je ne peux pas vous dire ‘non' sans vous avoir vu ». À la fin du rendez-vous, il est engagé comme chef de travaux. Tout cela pour se rendre compte que l'histoire ne l'intéresse pas : « - Le seul domaine qui permet d'aller étudier de l'économie subordonnée, mais qui n'est pas, justement, la copie de nous-même, c'est l'anthropologie »[7].

L'Unesco lui fournit l'opportunité d'une mission au Mali destinée à étudier les effets de la planification sur les économies des communautés villageoises. « Il y avait un ministre du Plan, des Land-Rover marquées 'ministère du Plan', tout ça... Mais je n'ai pas eu les moyens de faire mon enquête »[8] raconte Maurice Godelier.

À son retour, il rédige une synthèse, Objets et méthodes de l'anthropologie économique. « Elle a fait un tabac, mais je n'avais pas fait de terrain », conclut-il.

À son retour du Mali, Maurice Godelier s'éloigne de Fernand Braudel. Il est transféré en 1963 comme maître-assistant dans le Laboratoire d'Anthropologie Sociale de Claude Lévi-Strauss. Il a enfin la possibilité de se centrer sur l'anthropologie.

La même année, il s'apprête à se rendre sur le premier terrain d'Alfred Métraux avec lequel il s'est lié d'amitié, mais la disparition brutale de celui-ci met fin au projet[9].  

Consulté, Claude Lévi-Strauss décrète : « - Il y a beaucoup de Français en Amérique. Si je me permets de vous donner un conseil, le paradis aujourd'hui, c'est la Nouvelle-Guinée. C'est là que se trouvent les Américains et les Australiens, etc. » [10].

Suivant son conseil, Maurice Godelier prépare soigneusement son voyage pour la Nouvelle-Guinée et se concerte avec des collègues américains : ceux-ci lui fournissent un liste de tribus qui ne sont pas encore étudiées. Il apprend le pidgin mélanésien.

Après une série de hasard, il arrive en 1967 chez les Baruya qui … ne figuraient pas sur la liste. « Je ne connaissais pas les Baruya, ils m'ont fasciné. En plus, ils faisaient de la monnaie. Moi qui m'intéressais à l'économie primitive, j'apprends sur place que c'était les fabricants d'une monnaie de sel. Ils étaient aussi de bons guerriers, ils avaient un peu résisté aux Blancs. Tout ça, ça me plaisait beaucoup. En plus, ils vivaient dans des villages de 200-250 personnes. Or je voulais faire venir ma femme et mes deux enfants »[11].

Il entre à l'École pratique des hautes études (VIe section) en qualité de chef de travaux auprès de Fernand Braudel, puis devient maître-assistant de Lévi-Strauss, alors titulaire de la chaire d'anthropologie au Collège de France. Il rencontre aussi Alfred Métraux, avec lequel il se lie d'amitié[12].

Le terrain sur lequel il réalise ses recherches en anthropologie est l'actuelle Papouasie-Nouvelle-Guinée. Il y étudie au cours de plusieurs voyages un peuple qu'il caractérise comme étant sans classe et sans État, les Baruyas. Dans la parenté, il éclaircit le lien entre la conception envisagée et le système de transmission lignagère.

De Lévi-Strauss, il a retenu l'emploi de la méthode structurale, qu'il a tenté de combiner avec une approche marxiste[13]. Sur cette base en particulier, il est parvenu à une critique des approches « formalistes » et « substantivistes » des économies primitives. Il a distingué les concepts de « fonctions » et d'« institutions ».

Organisation de la recherche[modifier | modifier le code]

En 1981, Jean-Pierre Chevènement, alors ministre de la Recherche, l'appelle pour contribuer à la réforme de la recherche en sciences humaines et sociales au Centre national de la recherche scientifique (CNRS).

Maurice Godelier organise des réunions mobilisant l'ensemble des disciplines (l'histoire, l'anthropologie, la linguistique, la psychologie et l'économie) afin de réaliser un bilan. Cette réflexion aboutit à un volumineux rapport en deux volumes, Les sciences de l'homme et de la société en France : analyses et propositions pour une politique nouvelle. Il y envisage la création au CNRS d'un département « Sciences de l'Homme et de la Société » et de deux nouvelles commissions (linguistique et sciences politiques), propositions acceptées et aussitôt mises en œuvre.

En revanche, ses tentatives pour créer une commission pour la psychanalyse n'ont pu déboucher sur des réformes durables.

Afin de concrétiser ce rapport, Jean-Pierre Chevènement le nomme en 1982 directeur scientifique du premier département des Sciences de l'Homme et de la Société du CNRS, poste qu'il occupe jusqu'en 1986. Ensuite, après être retourné animer de multiples recherches à l'EHESS, il est nommé de 1997 à 2000, directeur scientifique du musée de l'Homme.

En 2001, il reçoit la médaille d'or du CNRS pour l'ensemble de son œuvre[14].

Il préside la Société des océanistes de 2001 à 2016[15].

Il est le père de l'historien Éric Godelier[16].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • La notion de « mode de production asiatique » et les schémas marxistes d'évolution des sociétés, Paris, Centre d'études et de recherches marxistes, 1964
  • Rationalité et irrationalité en économie, Paris, Maspero, 1966 (réédité en 2 volumes en 1969)
  • (Ed.) Sur les sociétés précapitalistes. Textes choisis de Marx, Engels, Lénine, Paris, Éditions sociales, 1970
  • Horizon, trajets marxistes en anthropologie, Paris, Maspero, 1973, 2 vol. (recueil d'articles publiés de 1966 à 1972 ; 2e édition revue et augmentée en 1977)
  • Un domaine contesté : l'anthropologie économique : recueil de textes, Paris/La Haye, Mouton, 1974
  • Rapporti di produzione, miti, societa, Rome, Filtrinelli Editore, 1975
  • Perspectives in Marxist anthropology (trad. par Robert Brain), Cambridge, Cambridge University Press, 1977
  • « Les rapports hommes-femmes : le problème de la domination masculine », in CERM, La condition féminine, Paris, Éditions sociales, 1978
  • La production des grands hommes : pouvoir et domination masculine chez les Baruya de Nouvelle-Guinée, Paris, Fayard, 1982
  • L'idéel et le matériel : pensée, économies, sociétés, Paris, Fayard, 1984 (réédition : Flammarion, "Champs", 2010)
  • Avec Marilyn Strathern, Big Men, Great Men : Personifications of Power in Melanesia, Cambridge, Cambridge University Press, 1991
  • (Dir.) Transitions et subordinations au capitalisme, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l'Homme, 1991
  • L'Énigme du don, Paris, Fayard, 1996
  • (Ed.) Avec Michel Panoff, La production des corps, Paris, Éditions des archives contemporaines, 1998.
  • (Ed.) Avec Michel Panoff, Le corps humain : supplicié, possédé, cannibalisé, Paris, Éditions des archives contemporaines, 1998.
  • L'état des sciences de l'homme et de la société en France et leur rôle dans la construction de l'espace européen de la recherche, Rapport au premier ministre, 2002.
  • Métamorphoses de la parenté, Paris, Fayard, 2004 (ISBN 2-213-61490-3)
  • Au fondement des sociétés humaines : ce que nous apprend l'anthropologie, Paris, Albin Michel, 2007
  • Horizons anthropologiques, Paris, CNRS Éditions, 2009
  • Communauté, société, culture : trois clefs pour comprendre les identités en conflits, Paris, CNRS Éditions, 2009
  • In and Out of the West : Reconstructing Anthropology (trad. par Nora Scott), London, Verso, 2009
  • Les tribus dans l'histoire et face aux États, Paris, CNRS Éditions, 2010
  • Sciences sociales et anthropologie, Paris, CNRS Éditions, 2011
  • Dialogue dans l'ouvrage de Sophie Caratini Les non-dits de l'anthropologie suivi de dialogue avec Maurice Godelier, Paris, Thierry Marchaisse, 2012.
  • Lévi-Strauss, Paris, Le Seuil, 2013 (ISBN 978-2-02-105401-9)
  • L'imaginé, l'imaginaire et le symbolique, Paris, CNRS Éditions, 2015
  • Suivre Jésus et faire du business. Une petite société tribale dans la mondialisation, Paris, Thierry Marchaisse, 2017

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anne Mélice, « Le primat de l'imaginaire sur le symbolique dans l'anthropologie de Maurice Godelier », in J. Dennoz, V. Dortu, R. Steinmetz (dir.), Mosaïques. Hommages à Pierre Somville, Liège, CIPL, 2007, pp. 173-180 [lire en ligne].
  • Anne Dhoquois (dir.), « Maurice Godelier », in Comment je suis devenu ethnologue, Le Cavalier Bleu, Paris, 2008 (ISBN 978-2-8467-0194-5)
  • Éric Delbecque, « Godelier (Maurice) », dans Jacques Julliard et Michel Winock (dir.), Dictionnaire des intellectuels français : les personnes, les lieux, les moments, Paris, Le Seuil, (ISBN 978-2-02-099205-3), p. 653-655.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]