Rajendra Kumar Pachauri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rajendra Kumar Pachauri
Description de cette image, également commentée ci-après

Rajendra Pachauri à Davos en 2008.

Naissance
Nainital, Uttarakhand, Inde
Nationalité Drapeau de l'Inde Inde
Profession
Ancien Président du GIEC

Rajendra Kumar Pachauri (né le à Nainital dans l’Uttarakhand en Inde) est un ingénieur et un universitaire indien, président du GIEC de 2002 à 2015. Il est également à la tête de l’Institut de l’énergie et des ressources indiennes (en) (TERI, The Energy and Resources Institute), anciennement connu sous le nom de Tata Energy Research Institute, institution consacrée au développement durable.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pachauri est né à Nainital. Il a étudié à l'Institut indien des Chemins de fer de génie mécanique et électrique à Jamalpur (Bihar). Il a commencé sa carrière avec les chemins de fer indiens au Diesel Locomotive Works à Varanasi. Il a rejoint la North Carolina State University à Raleigh, États-Unis, où il a obtenu une maîtrise en génie industriel en 1972, et un doctorat avec des co-majors en génie industriel et en économie en 1974. Sa thèse de doctorat est intitulée, Un modèle dynamique pour la prévision de la demande d'énergie électrique dans une région spécifique située en Caroline du Nord.

Rajendra Kumar Pachauri a été associé à divers établissements universitaires et instituts de recherche[1]. Il a été membre :

Rajendra Kumar Pachauri est l’un des membres de l’External Advisory Board du Chicago Climate Exchange[2] (CCX), la bourse américaine des crédits carbone.

Il est également membre du comité d'honneur de la Fondation Chirac[3], lancée en 2008 par l'ancien chef de l'État Français Jacques Chirac pour agir en faveur de la paix dans le monde.

Pour sa contribution à l’environnement[4], il a reçu le Padma Bhushan en 2001, l’une des distinctions civiles les plus élevées en Inde, reconnaissant tout service éminent rendu à la nation. Il est officier de la légion d'honneur depuis 2006[5]. Il représenta le GIEC lors de la remise du prix Nobel de la paix 2007, que le GIEC partagea avec Al Gore. Il a reçu le Prix MEDays 2010 de l'Environnement et du développement durable, décerné par l'Institut Amadeus dans le cadre du Forum international « MEDays, le Forum du Sud ».

Lors de la conférence de Copenhague en décembre 2009 sur le changement climatique, il a logiquement demandé à l'ensemble des pays de réels efforts pour réduire les émissions de gaz à effet de serre au plus vite.

De même, dans sa préface du livre de Robert Kandel, Turning the Tide on Climate change[6], il demande que l'on respecte les conclusions du 4e rapport du GIEC et demande à « l'industrie de mettre en pratique ce qu'elle prêche car, via ses solutions d'amélioration de l'efficacité énergétique, l'industrie chimique a le potentiel pour être à la pointe de la lutte contre le changement climatique et pour l'adaptation nécessaire ».

Controverses[modifier | modifier le code]

Rajendra Pachauri a été critiqué, en particulier fin 2009 et début 2010, pour un supposé parti pris dans les travaux du GIEC et des affirmations hâtives contredisant les sceptiques là où ils avaient raison. Ainsi, Rajendra Pachauri a dû s'excuser et retirer ses affirmations précédentes sur la fonte des glaciers de l'Himalaya[7]. De même, Martine Tabeaud et Xavier Browaeys, deux universitaires français, professeurs de climatologie et de géographie, l'ont critiqué pour avoir tenu des propos que « la lecture de n’importe quel manuel de géographie du secondaire suffit à invalider »[8]. Selon le journaliste Stéphane Foucart, « la plupart des critiques qui visent le GIEC et son président leur attribuent une tendance à l'alarmisme »[9]. Il a également été visé par des accusations de conflits d'intérêts et d'enrichissement personnel selon le même journal.

Ces critiques lui ont valu de nombreux appels à la démission[10],[11],[12],[13],[14],[15],[16],[17],[18].

Le 24 Février 2015, Rajendra Pachauri quitte définitivement ses fonctions. Selon l'ONU, il était visé par une plainte d'une ancienne employée pour harcèlement sexuel[19]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) www.kyotoplus.org
  2. Chicago Climate Exchange
  3. Comité d'honneur de la Fondation Chirac
  4. L'atlas des mondialisations Hors-série Le monde La vie Page 159 Olivier Nouaillas 2010
  5. http://ambafrance-in.org/france_inde/spip.php?article6176
  6. http://sendit.cefic.org
  7. http://www.liberation.fr/terre/0101617145-fonte-des-glaciers-pachauri-plaide-l-erreur-isolee Libération (journal)
  8. Réchauffement climatique : les lacunes du président du Giec, Martine Tabeaud et Xavier Browaeys, Rue89, 15 février 2010
  9. Le président du GIEC attaqué, Stéphane Foucart, Le Monde, 12 février 2010
  10. [1], The Times
  11. Indian glaciologist criticised by IPCC chief joins calls for resignation, Gethin Chamberlain, Guardian.co.uk, 29 janvier 2010
  12. http://www.elsevier.nl/web/Nieuws/Wetenschap/256661/PvdA-erkent-geblunder-VN-Klimaatchef-moet-weg.htm Samson in Elsevier
  13. Pachauri must resign at once as head of official climate science panel, Geoffrey Lean, Telegraph.co.uk, 24 janvier 2010
  14. IPCC-Debatte: Rettet den Weltklimarat!, Roger A. Pielke (en), Richard Tol (en) and Hans von Storch (en) in Der Spiegel, 25 janvier 2010
  15. http://www.timesonline.co.uk/tol/news/environment/article7014203.ece
  16. http://www.fr-online.de/in_und_ausland/politik/aktuell/2287655_Rajendra-Pachauri-UN-Klimapapst-soll-abdanken.html Grassl in Frankfurter Rundschau
  17. http://www.ptinews.com/news/508208_US-Senator-seeks-IPCC-chairman-Pachauri-s-resignation Barrosso in PTI
  18. "Die Politik soll sich raushalten", Hans Joachim Schellnhuber, sueddeutsche.de, 17 mai 2010
  19. « Accusé de harcèlement sexuel, le président du GIEC Rajendra Pachauri démissionne »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]