Gérard Berry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Berry (homonymie).

Gérard Berry, né le , est un informaticien français, professeur au Collège de France, membre de l'Académie des sciences française (depuis 2002), de l'Académie des technologies (depuis 2005), et de l'Academia Europaea (depuis 1993).

Biographie[modifier | modifier le code]

Gérard Berry est le fils d'un commissaire de police et d'une enseignante en mathématiques. Il a deux frères ingénieurs, dont l'un, Michel Berry, son aîné, l'a précédé dans le cursus de formation[1].

Il est ancien élève de l'École polytechnique[2],[3] et ingénieur général des Mines[4],[2]. Après sa sortie de l'École des mines de Paris (1973), il reste rémunéré comme chercheur dans cette École jusqu'en , tout en poursuivant d'abord une thèse d'État en mathématiques (soutenue en 1979), puis en poursuivant des projets au sein de l'INRIA ou de l'École des mines, d'abord à Rocquencourt, puis à Sophia Antipolis. À partir de 1980, son principal axe de recherche est le développement du langage Esterel qui permet d'exprimer la synchronisation temporelle de tâches et de prouver leur bon déroulement.

De 2001 à 2009, il est directeur scientifique d'Esterel Technologies.

De 2009 à , il est directeur de recherches, en détachement du corps des mines, à l'INRIA, où il est membre de l'équipe-projet Indes[5] et préside la commission d'évaluation de la recherche[6].

À compter de 2008, Gérard Berry donne des cours au Collège de France, et y dispose, depuis de la chaire « Algorithmes, machines et langages[7] », tout en restant collaborateur extérieur du projet INRIA Indes (cf. supra). Certains de ses cours 2007-2008 et 2009-2010 ont été redonnés en anglais à l'université d'Édimbourg dans le cours intitulé « Seven Keys to the Digital Future » en collaboration avec le Collège de France, l'INRIA et la Royal Society of Edinburgh.

Il est aussi « Régent » de « Déformatique » au Collège de 'Pataphysique.

Travaux[modifier | modifier le code]

Sa contribution scientifique concerne cinq sujets :

Il est le créateur principal du langage de programmation Esterel et de son outillage.

Cours au Collège de France[modifier | modifier le code]

Gérard Berry a été titulaire de deux chaires annuelles au Collège de France :

  • en 2007-2008, sur la chaire annuelle Innovation technologique — Liliane Bettencourt, il a donné un cours intitulé « Pourquoi et comment le monde devient numérique ».
  • en 2009-2010, sur la chaire annuelle Informatique et sciences numériques, il a donné un cours intitulé « Penser, modéliser et maîtriser le calcul » ;

Depuis , Gérard Berry est professeur au Collège de France sur la chaire Algorithmes, machines et langages (cf. supra), avec les cours suivants :

  • 2012-2013 : « L'informatique du temps et des événements ».
  • 2013-2014 : « Le temps élargi : horloges multiples, temps discret et temps continu ».
  • 2014-2015 : « Prouver les programmes : pourquoi, quand, comment ? »
  • 2015-2016 : « Structures de données et algorithmes pour la vérification formelle ».
  • 2017-2018 : « Esterel de A à Z ».

Les cours de Gérard Berry et les séminaires liés aux cours sont disponibles en ligne sur le site Internet du Collège de France[8].

Honneurs et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Membre de l'Académie des sciences, de l'Académie des technologies, et de l'Academia Europaea
  • 1979 : Médaille de bronze du CNRS
  • 1990 : Prix Monpetit de l'Académie des sciences
  • 1994 : Chevalier de l'ordre des Palmes académiques
  • 1999 : Prix Science et défense
  • 2005 : Grand prix de la Fondation EADS pour les applications de la science à l'industrie[9]
  • 2008 : Chevalier de l'ordre du Mérite
  • 2012 : Chevalier de la Légion d'honneur[10]
  • 2014 : Médaille d’or du CNRS[11]

Publications[modifier | modifier le code]

  • La numérisation du monde, De Vive Voix, 2010
  • Penser, modéliser et maîtriser le calcul informatique, Fayard, Collection Collège de France, 2008
  • Pourquoi et comment le monde devient numérique, Fayard, Collection Collège de France, 2008
  • L'Hyperpuissance de l'informatique : Algorithmes, données, machines, réseaux, Odile Jacob, , 506 p. (ISBN 978-2738139535)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Gérard Berry », sur www.annales.org (consulté le 7 mars 2015)
  2. a et b De la promotion X1967, cf. « Fiche de Gérard Berry », sur le site de l’Association des anciens élèves et diplômés de l'École polytechnique (l’AX), Paris (consulté le 21 octobre 2015) ; y est notamment indiqué le grade de Gérard Berry dans la fonction publique : « ingénieur général des mines ».
  3. Ouvrir la « Page d’accueil », sur le site de la bibliothèque de l’École polytechnique, Palaiseau (consulté le 21 octobre 2015), sélectionner l’onglet « Catalogues de la BCX → Famille polytechnicienne », effectuer la recherche sur « Gérard Berry », résultat obtenu : « Berry, Gérard Philippe (X 1967) ».
  4. Décret du .
  5. Indes
  6. Commission d'évaluation d'Inria
  7. Chaire « Algorithmes, machines et langages » sur le site du Collège de France
  8. « Cours de Gérard Berry au Collège de France : Algorithmes, machines et langages », sur www.college-de-france.fr, Paris, Collège de France (consulté le 21 octobre 2015).
  9. Prix de la fondation d'entreprise EADS.
  10. Décret du portant promotion et nomination sur Légifrance
  11. https://lejournal.cnrs.fr/articles/gerard-berry-medaille-dor-2014-du-cnrs

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :