Jacques Stern (cryptologue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jacques Stern.
Jacques Stern
Description de cette image, également commentée ci-après

Jacques Stern prononçant un discours avant de recevoir la médaille d'or du CNRS.

Naissance (65 ans)
Champs Cryptologie
Institutions ARCEP
Diplôme École normale supérieure
Distinctions Légion d'honneur, Médaille d'or du CNRS

Jacques Stern, né le , est un cryptologue français de renommée internationale. D'après le site Cryptostats[1], c'est le chercheur français vivant ayant le plus important nombre de publications aux congrès CRYPTO/EUROCRYPT, les plus prestigieux en cryptologie. Il est actuellement membre du collège de l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP)[2],[3]

Enfance et études[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Son milieu familial est éloigné du monde scientifique. Ses grands-parents, juifs d'Europe centrale et de Salonique, émigrent en France à la fin du XIXe siècle. Ses parents, installés à Paris, tenaient un commerce de vêtements. Son père fut prisonnier de guerre, sa mère déportée en Allemagne. Un professeur de mathématiques oriente cet abonné aux prix d'excellence vers Louis-le-Grand et sa préparation scientifique ; il prend goût à la recherche. En 1968, il entre à l'École normale supérieure (ENS) où il est reçu cacique à l'agrégation de mathématiques en 1971 et obtient son titre de docteur en 1975 par une thèse sur la théorie des ensembles. Après un séjour d'un an à l'Université de Berkeley, il épouse une juriste spécialiste de droit international. Il a occupé depuis 1972 différents postes dans l'enseignement supérieur en France ; il est directeur du Département d'informatique de l'ENS de 1999 à 2007.

Le père de la cryptologie française[modifier | modifier le code]

Créer utile devient son obsession, il choisit ainsi l'informatique, « cette mécanisation de l'abstraction », et en particulier la cryptologie. En mathématiques, sa spécialité – prouver que quelque chose est impossible – n'a « aucun intérêt pratique ». Mais en cryptologie « si on peut garantir que l'adversaire est dans l'impossibilité d'accéder à des données la preuve devient utile », résume-t-il. Il contribue dans les années 1970 à l'émergence en France d'une discipline jusqu'alors essentiellement anglo-saxonne, dont le souci principal est de sécuriser les échanges de données. David Naccache, ancien étudiant retourné à la recherche universitaire après un passage à Gemplus, assure qu'« il a fait école, c'est le père de la cryptologie française moderne. »

En 1999, une loi inspirée de son rapport confidentiel-défense sur la cryptologie rendu l'année précédente au gouvernement, en libère l'usage par les particuliers, après une longue résistance de la défense qui voulait conserver le monopole de cette technologie classée arme de guerre de deuxième catégorie[4].

Il a contribué à fonder le laboratoire, puis le département d'informatique, de l'ENS. Alors qu'il y était depuis 1992 professeur mis à disposition par l'Université Paris 7, il y a été titularisé en 2003. Il a écrit en 1998 un livre de vulgarisation sur la cryptographie, La Science du secret, publié aux Éditions Odile Jacob.

Recherches et récompenses[modifier | modifier le code]

Ses recherches portent notamment sur l'application de la géométrie des nombres à la cryptographie asymétrique. Créateur d'algorithmes de chiffrement, utilisés dans certaines applications en ligne, il a également écrit de nombreux articles sur la cryptanalyse de primitives symétriques et asymétriques. Stern et son équipe (comprenant notamment Serge Vaudenay) sont également à l'origine du chiffrement de bloc DFC (Decorrelated Fast Cipher) proposé au concours AES.

Il est officier de la Légion d'honneur, docteur honoris causa de l'Academia Tehnică Militară (Bucarest) et a reçu en 2005 la médaille d'argent du CNRS. En 2006, il s'est vu décerner la médaille d'or du CNRS[5],[6]. Un colloque scientifique en l'honneur du 60e anniversaire de Jacques Stern a été organisé à l'ENS le 4 septembre 2009[7].

Autres fonctions[modifier | modifier le code]

Jacques Stern a également occupé les fonctions de président du Conseil d'Administration d'Ingenico, premier fabricant européen de moyens de paiement sécurisés (de 2007 à 2010) et président de l'Agence nationale de la recherche (ANR), de 2007 à 2010. Jacques Stern est depuis 2010 conseiller auprès du Ministre de la recherche et de l'enseignement supérieur.

Publications[modifier | modifier le code]

  • La Science du secret, Éd.Odile Jacob, 1998, 203 p. (ISBN 978-2738105332).
  • Fondements mathématiques de l'informatique, Éd. Dunod, 2000, 318 p. (ISBN 978-2840740650).
  • Sous la direction de S. Grigorieff, K. McAloon, J. Stern, Théorie des ensembles : séminaire GMS, (Exposés présentés au Séminaire de théorie des ensembles de l'Université Paris VII pendant les années 1976-1977 et 1977-1978), U.E.R. de mathématiques, Université Paris VII, 1979, 228 p.

Références[modifier | modifier le code]

  1. site Cryptostats
  2. http://www.arcep.fr/index.php?id=8343#c25658 Biographie sur le site de l'ARCEP
  3. http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2012/01/12/97002-20120112FILWWW00434-jacques-stern-nomme-a-l-arcep.php
  4. Décret n°95-589 du 6 mai 1995 relatif à l'application du décret du 18 avril 1939 fixant le régime des matériels de guerre, armes et munitions, article 2, paragraphe 4, d).
  5. Hervé Morin, « Jacques Stern, briseur de codes », Le Monde daté du 6 octobre 2006 [lire en ligne]
  6. Communiqué de presse du CNRS, « Médaille d'or 2006 du CNRS : Jacques Stern » [lire en ligne]
  7. « Colloque pour les 60 ans de Jacques Stern »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]