Michel Jouvet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jouvet.
image illustrant un médecin image illustrant français image illustrant les neurosciences
Cet article est une ébauche concernant un médecin français et les neurosciences.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Michel Jouvet est un neurobiologiste français né le à Lons-le-Saunier. Il est considéré comme l'un des pionniers de l'hypnologie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père médecin l'encourage lui et son frère à se livrer à des jeux scientifiques à l'âge de 10 ans[1]. Il fait ses études secondaires au lycée Rouget de Lisle à Lons-le-Saunier[2]. Désirant devenir marin, la Seconde Guerre mondiale, au cours de laquelle il est sergent, refroidit ses ambitions après le sabordage de la flotte française à Toulon et son évacuation sanitaire[3].

Après ses études à la faculté de médecine de Lyon, il devient en 1951 Interne des hôpitaux de Lyon et Docteur en médecine en 1956. Parallèlement, il s'est inscrit en faculté de lettres pour préparer un certificat en ethnologie, c'esi ainsi qu'il s'est spécialisé en neurobiologie, neurochirurgie et neuropsychiatrie, disciplines qu'il juge indispensable pour devenir ethnologue[4].

De 1954 à 1955, il travaille avec des équipes de neurophysiologistes (notamment celle du neuroscientifique Horace Winchell Magoun (en)) au Veteran’s Hospital de Long Beach en Californie puis revient en France effectuer sa carrière à l’université Claude-Bernard à Lyon[2].

Il décrit en 1959 les signes électroencéphalographiques de la mort cérébrale. Il est l'inventeur — par sérendipité, pour reprendre ses propres mots — en 1961 du concept de sommeil paradoxal et l'auteur de la classification du sommeil en ses différents stades, télencephalique (sommeil lent, en raison des ondes lentes qui l'accompagent sur les tracés d'EEG) et rhombencéphalique (sommeil paradoxal, durant lequel sont enregistrés des mouvements oculaires rapides, d'où son nom en anglais de REM-sleep, REM pour l'anglais : rapid eye movements)[5].

Dans son livre Le Paradoxe du sommeil, Jouvet propose la théorie spéculative selon laquelle la fonction du rêve serait une reprogrammation neurologique itérative pour préserver chez l'individu l'hérédité psychologique à la base de sa personnalité. Ses hypothèses concernant la fonction du rêve invalident, selon lui, celles de Freud ; elles sont en revanche similaires aux théories jungiennes sur la fonction des rêves[5].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Travaux[modifier | modifier le code]

Michel Jouvet est l'auteur de plusieurs centaines d'articles de neurobiologie, qui vont de la vulgarisation aux cours d'université.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Neurophysiologie des états de sommeil, Paris, CNRS, .
  • (it) La Natura del Sogno, Rome, Theoria, .
  • Le sommeil et le rêve, Paris, Odile Jacob, .
  • Le château des songes, Paris, Odile Jacob, .
  • Le Grenier des rêves, Paris, Odile Jacob, .
  • Où, quand, comment : Pourquoi rêvons-nous, pourquoi dormons-nous ?, Paris, Odile Jacob, .
  • Le voleur de songes, Paris, Odile Jacob, .
  • De la science et des rêves : mémoires d'un onirologue, Paris, Odile Jacob, .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. De la science et des rêves : mémoires d'un onirologue, op. cité, p. 11-12.
  2. a, b et c Biographie de Michel Jouvet, Site du Groupe des laboratoires de Villejuif, CNRS.
  3. De la science et des rêves : mémoires d'un onirologue, op. cité, p. 18-30.
  4. De la science et des rêves : mémoires d'un onirologue, op. cité, p. 34-36.
  5. a et b Michel Alberganti, « Comment Michel Jouvet a-t-il découvert le sommeil paradoxal ? », émission Science Publique sur France Culture, 12 avril 2013.
  6. CNRS, « Liste des médaillés d'or du CNRS », sur http://www.cnrs.fr (consulté le 11 février 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]