Jean Fontaine (homme politique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jean Fontaine et Fontaine.

Jean Fontaine
Illustration.
Fonctions
Député français

(17 ans, 8 mois et 21 jours)
Élection 30 juin 1968
Réélection 11 mars 1973
12 mars 1978
21 juin 1981
Circonscription 2e de La Réunion
Législature IVe, Ve, VIe, VIIe (Cinquième République)
Groupe politique UDR (1968-1978)
NI (1978-1986)
Prédécesseur Joseph Peyret-Forcade
Successeur Scrutin proportionnel
Maire de Saint-Louis

(5 ans, 11 mois et 14 jours)
Élection
Prédécesseur Christian Dambreville
Successeur Claude Hoarau
Conseiller général de La Réunion

(9 ans, 5 mois et 4 jours)
Élection 30 septembre 1973
Réélection 25 mars 1979
Circonscription Canton de Saint-Paul-2
Prédécesseur Jean-Baptiste Ponama
Successeur Paul Bénard
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Le Tampon (La Réunion)
Date de décès (à 91 ans)
Lieu de décès Perpignan (France)
Nationalité Français
Parti politique UDR, UDF-PR puis FN
Profession Ingénieur des eaux et forêts

Jean Fontaine, né le au Tampon (La Réunion) et mort le à Perpignan (Pyrénées-Orientales), est un ingénieur et homme politique français.

Il est député de La Réunion de 1968 à 1986 et maire de Saint-Louis de 1977 à 1983. D’abord membre de l’Union des démocrates pour la République (UDR), il rallie le Front national (FN) en 1984.

Biographie[modifier | modifier le code]

Situation personnelle[modifier | modifier le code]

Jean Fontaine naît le au Tampon. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il s’engage dans les Forces françaises libres (FFL)[1]. Il est ensuite ingénieur des travaux des eaux et forêts[2].

Marié et père de trois enfants[3], il devient le tuteur légal d’André Thien Ah Koon, futur député-maire du Tampon, à la mort de ses parents ; il est en outre le parrain de l’un des frères de ce dernier[4],[5].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Jean Fontaine se définit lui-même comme un « gaulliste sang mêlé, anti-communiste primaire, secondaire, tertiaire et serein »[6].

Lors des élections législatives de 1968, il est candidat dans la deuxième circonscription de La Réunion sous l’étiquette UDR. Sans mandat électif et inconnu du public, il est préféré à Joseph Peyret-Forcade et Marcel Vauthier par les ténors de la droite locale[1]. Il est élu député au second tour face à Paul Vergès[7]. Son suppléant est Paul Bénard, maire de Saint-Paul[1].

Il est membre du comité de soutien de la candidature de Georges Pompidou à l’élection présidentielle de 1969, créé à La Réunion par Pierre Lagourgue, président du conseil général[6].

À l’Assemblée nationale, il s’oppose à l’ordonnance du (dite ordonnance Debré) prévoyant le déplacement vers la France métropolitaine des fonctionnaires ultramarins « dont le comportement est de nature à troubler l’ordre public »[3]. Cette ordonnance est abrogée en .

Réélu député en 1973, il devient la même année conseiller général de La Réunion pour le canton de Saint-Paul-2, puis est est élu maire de Saint-Louis en 1977[7]. Il conserve ces deux mandats jusqu’en 1983.

Aux élections législatives de 1978, toujours opposé à Paul Vergès, il est réélu député dans un contexte de grande tension. Au terme d’une campagne électorale d’une extrême violence, Rico Carpaye, un Portois de 17 ans, est tué le lors d’une attaque à la voiture-bélier par des nervis du député et du maire de Saint-Paul sur des partisans de Paul Vergès[8].

La même année, il obtient une suspension des travaux parlementaires pour condamner une motion de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) favorable à l’indépendance de La Réunion, jugeant « intolérable qu’en guise de récompense ces États crachent à la figure de la France en s’ingérant dans ses affaires intérieures »[3],[9].

Selon un classement de l’hebdomadaire Le Point, Jean Fontaine est, en 1978, le premier député de l’Outre-mer français pour son travail parlementaire et le onzième au niveau national, devant Michel Debré, également député de La Réunion[3].

De nouveau réélu lors des élections législatives de 1981, il émet des réserves, comme député et conseiller général, sur le projet de loi du gouvernement socialiste fixant la date de commémoration de l’abolition de l’esclavage au , préférant que celle-ci soit associée à « l’érection des quatre vieilles colonies en départements »[10]. Début 1982, il présente, avec Paul Bénard et deux autres élus, une motion qui est adoptée par le conseil général mais refusée par le Sénat, sous l’impulsion du sénateur de l’île Louis Virapoullé. En tant que maire, il refuse également d’apporter son aide à la création d’un « comité de célébration du  » à Saint-Louis[10]. Lors de l’examen du texte à l’Assemblée nationale, il déclare à la tribune que « la loi de départementalisation fut la véritable libération de l’esclavage »[10]. Remanié ensuite par le Sénat, le projet de loi est finalement adopté à l’unanimité par l’Assemblée nationale le [10],[11].

En outre, Jean Fontaine fonde en le Front militant départementaliste (FMD) pour s’opposer à la régionalisation et à l’instauration d’une assemblée unique à La Réunion, envisagées par le gouvernement pour les départements d’outre-mer (DOM) et soutenues par le Parti communiste réunionnais (PCR) de Paul Vergès[12]. Le , il boycotte le voyage officiel à La Réunion de Gaston Deferre, ministre de l’Intérieur, venu annoncer le projet[3].

Siégeant avec les non-inscrits à partir de 1978, il adhère au Front national en , donnant au parti son premier député. Il le quitte en et ne se représente pas aux élections législatives suivantes[7],[13], lors desquelles 35 députés FN sont élus à l’Assemblée nationale, bénéficiant de l’introduction du scrutin proportionnel[14].

Mort[modifier | modifier le code]

Après avoir quitté l’Assemblée nationale, il se retire à Canohès, près de Perpignan. Il meurt le , à l’âge de 91 ans[4].

Jean-Marie Le Pen déclare avoir « appris avec tristesse » la mort de Jean Fontaine et salue « un beau parcours »[14]. André Thien Ah Koon estime pour sa part qu’il a assuré aux Réunionnais leurs « conditions d’hommes » et en a fait « de véritables citoyens français »[6]. L’ancien maire de Saint-Louis, Cyrille Hamilcaro, indique que « Saint-Louis retiendra de lui son charisme et sa force de caractère »[7].

Il est inhumé dans le cimetière de Canohès (Pyrénées-Orientales)[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Pierrot Dupuy, « Jean Fontaine, de la Droite à l’Extrême Droite », sur Zinfos974, (consulté le 13 octobre 2019).
  2. « Assemblée nationale : Jean Fontaine » (consulté le 15 octobre 2019).
  3. a b c d et e « Fiche de Jean Fontaine », sur Réunionnais du monde, (consulté le 16 octobre 2019).
  4. a b et c Thomas Lauret, « L'ancien député de la Réunion Jean Fontaine est mort hier », sur Clicanoo.re, .
  5. « La Réunion n’a pas la flamme », sur Clicanoo.re, .
  6. a b et c « Canohès : Jean Fontaine, ancien parlementaire de l’île de la Réunion — et premier député FN à siéger au Palais Bourbon — est décédé », sur Ouillade.eu, (consulté le 13 octobre 2019).
  7. a b c et d « L’ancien député Jean Fontaine est décédé », sur Zinfos974, (consulté le 13 octobre 2019).
  8. « Le 14 mars 1978 : le meurtre de Rico Carpaye au Port », sur Témoignages, (consulté le 13 octobre 2019).
  9. Jérôme l’Archiviste (préf. Daniel Trinquet), 1 000 célébrités de La Réunion et 150 personnalités des îles de l’océan Indien, Éditions Orphie, , 928 p. (ISBN 978-2-87763-540-0).
  10. a b c et d « Il y a 170 ans La Réunion brisait ses chaînes », sur Imaz Press Réunion, (consulté le 13 octobre 2019).
  11. « 20 décembre jour férié : loi votée à l’unanimité de l’Assemblée nationale », sur Témoignages, (consulté le 13 octobre 2019).
  12. « 70 ans de la départementalisation : quels enseignements pour l’avenir ? » [PDF], sur cerom-outremer.fr, , p. 33.
  13. Laurent de Boissieu, « Chronologie du Front national », sur France-politique.fr.
  14. a et b « Jean-Marie Le Pen a appris “avec tristesse” le décès de l’ex-député réunionnais Jean Fontaine », sur La Première, (consulté le 13 octobre 2019).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]