Laurent Vergès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vergès.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Vergès.
Laurent Vergès
Illustration.
Fonctions
Député de La Réunion
Élu dans la 2e circonscription

(11 mois et 27 jours)
Prédécesseur Paul Vergès
Successeur Alexis Pota
Conseiller régional de La Réunion

(2 ans, 6 mois et 21 jours)
Élection 16 mars 1986
Président Pierre Lagourgue
Biographie
Date de naissance
Date de décès (à 33 ans)
Père Paul Vergès
Résidence Quatrième circonscription de La Réunion

Laurent Vergès est un homme politique français, né le à Saint-Denis de La Réunion et mort le au Port[1], également à La Réunion. Il accéda très jeune au poste de député de La Réunion à la suite de son élection dans la deuxième circonscription de ce département d'outre-mer situé dans le sud-ouest de l'océan Indien. Son premier mandat fut interrompu par son décès, du fait d'un accident de la route.

Biographie[modifier | modifier le code]

Laurent Vergès est un membre de la famille Vergès, dont les membres comprennent de nombreuses personnalités politiques. Il est le petit-fils du docteur Raymond Vergès, le neveu de Jacques Vergès et le fils de Paul Vergès. Il est le frère de Françoise Vergès et Pierre Vergès.

Membres notables de la famille Vergès



 
 
Raymond Vergès
18821957
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jacques Vergès
1925 - 2013
 
Paul Vergès
1925 - 2016
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Françoise Vergès
1952
 
Laurent Vergès
19551988
 
 
Pierre Vergès
1958

Laurent Vergès vient au monde neuf ans après l'arrestation de son père, accusé de l'assassinat d'Alexis de Villeneuve, pour lequel il sera finalement condamné aux assises de Lyon en 1947 (5 ans avec sursis) puis amnistié par le pouvoir politique. Peut-être marqué par cet évènement, il abandonne relativement tôt ses études d'économie quelques années plus tard pour mieux se lancer dans le journalisme puis la politique. Il prend notamment la tête du quotidien Témoignages fondé par son grand-père paternel, et désormais un organe du Parti communiste réunionnais.

Il voyage par ailleurs au Sahara occidental et dans différents pays d'Amérique du Sud et en revient conforté dans ses idées communistes. Il se présente finalement à plusieurs élections et manque de peu le poste de maire de Saint-André, ville de l'est de l'île.

Il est en revanche élu au conseil régional de La Réunion dès la création de l'institution en 1983[2]. Puis, en , il est élu député dans la deuxième circonscription de La Réunion. D'abord affilié au groupe communiste, il relève des non inscrits à compter du [1]. Il meurt dans un accident automobile sur la route du Littoral quelques mois plus tard[3].

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]