Cyrille Hamilcaro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cyrille Hamilcaro
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Maire
Saint-Louis
Conseiller régional de La Réunion
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Parti politique

Cyrille Hamilcaro est un homme politique de La Réunion.

Né à Saint-Louis le , de père ouvrier agricole et d’une mère au foyer.

Scolarisé au collège puis au lycée de Roches-Maigres jusqu’en 1983, il a été délégué des élèves au conseil d’administration des deux établissements. Il était un coorganisateur des mouvements de grève des collégiens et des lycéens.

Après ses études, il exerce en tant qu’éducateur spécialisé puis cadre territorial au conseil général.

Il est membre du Nouveau Centre.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Il est candidat pour la première fois sur une liste divers droite aux municipales contre Claude Hoarau. Il n'est pas élu car il n'était que 24e sur une liste qui n’a eu que trois élus.

Il devient membre du conseil départemental de l’Union pour la démocratie française (UDF), puis membre du conseil national en 1993.

  • Il est candidat dans une position inéligible sur la liste conduite par Pierre Lagourgue, ancien Président centriste, aux élections régionales de 1992.
  • Il est candidat en 4e position sur une liste de centre droit aux municipales de mars 1995 à Saint-Louis, et est élu conseiller municipal de l’opposition.

Il est élu conseiller régional car candidat en 3e position sur la liste centriste « La relève », conduite par Jean-Paul Virapoullé.

Il est élu conseiller général du premier canton de Saint-Louis en battant Roger Hoarau, 3e Vice-Président du Conseil Régional et ancien conseiller général du canton. Le même jour, il est élu maire de Saint-Louis en battant Guy Éthève, maire communiste sortant, au second tour des municipales.

Il est réélu conseiller général en battant Claude Hoarau au second tour et devient 3e Vice-Président du Conseil général jusqu’en 2008.

Le , il est mis en examen pour recel d’escroquerie dans l’affaire des terrains agricoles de Saint-Louis.

Le , il peut à nouveau siéger au conseil municipal à la suite de la levée de l'interdiction. La cour d’appel ayant répondu favorablement à sa demande de levée partielle du contrôle judiciaire[1].

Le il est à nouveau placé en garde à vue à la suite d'irrégularités dans des marchés d'aménagement[2].

Il n'est pas réélu maire de Saint-Louis au profit de Claude Hoarau, mais devance ce dernier sur le premier canton de Saint-Louis, le canton de la Rivière faisant la différence.

Ancien Maire de Saint-Louis, il est Conseiller général et auteur du livre: "Le racisme en campagne".

Le , il présente des mesures d'urgence pour la ville de Saint-Louis lors d'une conférence de presse dans le cadre des élections municipales[3].

Cyrille Hamilcaro annonce sa démission de ses fonctions de maire en , quelques semaines après sa victoire aux municipales. Quelques heures plus tard, la cour de cassation rejette son pourvoi dans l'affaire dite « Surgine Fontaine » : il est donc condamné à cinq ans d'inéligibilité, 40 000 d'amende et deux ans de prison avec sursis.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr)« Cyrille Hamilcaro n’est plus interdit de mairie », Le Quotidien de La Réunion,‎ (lire en ligne)
  2. (fr)« Cyrille Hamilcaro encore placé en garde à vue », Le Quotidien de La Réunion,‎ (lire en ligne)
  3. (fr)« Hamilcaro lance la campagne », Le Quotidien de La Réunion,‎ (lire en ligne)