Claude Hoarau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hoarau.
Claude Hoarau
Claude Hoarau lors d'un meeting au Tampon, dans le cadre de l'élection régionale de 2010.
Claude Hoarau lors d'un meeting au Tampon, dans le cadre de
l'élection régionale de 2010.
Fonctions
Parlementaire français
Député, Parlementaire français
1987 - 1988
1996 - 1997
1997 - 2002
Gouvernement Ve République
Groupe politique PCR[1]
Biographie
Date de naissance (73 ans)
Résidence La Réunion (1987-1988)
2e circonscription de La Réunion (1996-1997)
5e circonscription de La Réunion (1997-2002)

Claude Hoarau, né le au Tampon, est un homme politique de La Réunion qui a exercé les fonctions de député de 1987 à 1988 puis de 1996 à 2002. Il est le maire de Saint-Louis depuis et après avoir déjà exercé cette fonction de 1983 à 1995.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Maire de la commune de Saint-Louis de 1983 à 1995, Claude Hoarau est élu au conseil régional de La Réunion dès 1983[2].

Il est élu député dans la cinquième circonscription de la Réunion aux élections législatives de 1997 face à Jean-Paul Virapoullé, candidat sortant. Il siège alors au sein du groupe RCV. En 2002, il est battu par le maire de Saint-Benoît élu en 2001, Bertho Audifax.

En 2004, il est battu aux cantonales partielles de mars à Saint-Louis par le maire de droite Cyrille Hamilcaro.

Le , la liste qu'il emmène, « Vivre mieux à Saint-Louis », l'emporte face à celle du maire sortant Cyrille Hamilcaro au deuxième tour des élections municipales à Saint-Louis en réunissant 50,66 % des voix.

Le , le tribunal administratif de Saint-Denis annule son élection. Le , le Conseil d'État confirme l'annulation pour fraude[3].

Le , il est réélu maire de Saint-Louis avec 51,09 % des suffrages face à Cyrille Hamilcaro.

Le , Claude Hoarau est condamné par tribunal correctionnel de Saint-Pierre à un an d'inéligibilité et quatre mois de prison avec sursis pour complicité de prise illégale d'intérêt et achat de voix dans l'affaire Badamia : ce dernier, candidat aux municipales de 2008 pour la liste PS, auraient conclu un pacte avec Claude Hoarau entre les deux tours, afin de permettre à celui-ci de remporter le scrutin. En échange du soutien de Krishna Badamia, Claude Hoarau s'engageait, en cas de victoire, à embaucher des proches du docteur. À cette condamnation s'ajoute deux autre années d'inéligibilité et un an de prison pour une affaire des écoutes téléphoniques illégales aux dépens de Sabrina Etang Salé, une militante proche de Cyrille Hamilcaro[4].

Les 7 et 8 février 2012, il est responsable de nombreuses manifestations contre la venue de Marine Le Pen à Saint-Louis. Cette dernière lui reprochera le principe anti-démocratique : un candidat à l'élection présidentiel a le droit de se déplacer librement dans tous les départements français.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :