Jean-Claude Fruteau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un homme politique image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un homme politique français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Jean-Claude Fruteau
Image illustrative de l'article Jean-Claude Fruteau
Fonctions
Député de la 5e circonscription de La Réunion
En fonction depuis le
(9 ans 10 mois et 8 jours)
Élection 17 juin 2007
Réélection 17 juin 2012
Législature XIIIe législature
XIVe législature
Groupe politique SRC puis SER
Prédécesseur Bertho Audifax (UMP)
Maire de Saint-Benoît
En fonction depuis le
(9 ans 1 mois et 19 jours)
Élection 09 mars 2008
Réélection 30 mars 2014
Prédécesseur Bertho Audifax (UMP)
Conseiller général de La Réunion
élu dans le canton de Saint-Benoît puis de Saint-Benoît-1
Prédécesseur Bertho Audifax (UMP)
Successeur Daniel Huet (PS)

(18 ans 11 mois et 25 jours)
Prédécesseur David Moreau (RPR)
Successeur Bertho Audifax (UMP)
Député européen

(7 ans 11 mois et 5 jours)
Élection 13 juin 1999
Réélection 13 juin 2004
Successeur Catherine Néris (PSE)
Biographie
Date de naissance (69 ans)
Lieu de naissance Saint-Benoît (La Réunion, France)
Nationalité Française
Parti politique Parti socialiste
Profession Professeur agrégé de lettres

Jean-Claude Fruteau, né le à Saint-Benoît, professeur de lettres, est un homme politique français, membre du Parti socialiste. Il est député de la cinquième circonscription de La Réunion depuis 2007 et maire de Saint-Benoît depuis 2008.

Carrière[modifier | modifier le code]

Jean-Claude Fruteau a adhéré au Parti socialiste à la suite de l'élection de François Mitterrand à la présidence de la République. Il devient premier secrétaire fédéral de La Réunion de 1981 à 2000.

Il a été membre du Conseil économique et social de 1997 à 1999.

Il a été maire de Saint-Benoît de 1983 à 1999.

Aussi Dixième Adjoint Saint-Benoît de 1999 à 2001

Il a été conseiller régional de La Réunion de 1983[1] à 1988.

Il a été conseiller général de 1982 à 2000, et vice-président de cette assemblée de 1994 à 1998. Il reconquiert en 2002 son siège qu'il avait perdu en 2001.

Il a été candidat malheureux de la gauche locale face à André Thien Ah Koon dans la troisième circonscription de La Réunion aux élections législatives de 1997.

Il a été élu député européen en 1999 et réélu le . De 2004 à 2007, il a été Premier Vice-Président de la Commission de l'agriculture et du développement rural du Parlement européen.

Le , il est élu député de la cinquième circonscription de La Réunion au deuxième tour des élections législatives face au candidat UMP Bertho Audifax. Il bénéficie du report des voix qui s'étaient portées sur Pierre Vergès au premier tour. Pour cause de cumul des mandats, il démissionnera, le , de son mandat de député européen au profit de Catherine Néris.

Lors des élections municipales de 2008, il l'emporte au premier tour avec 57,7 % des voix. Le maire sortant Bertho Audifax ne s'étant pas représenté, la liste de la droite était menée par Daniel Moreau, son troisième adjoint.

Fin 2009, il fait un bilan de son travail effectué à l'Assemblée nationale auprès de la population[2].

Lors des primaires socialistes de 2011, il apporte un soutien actif à François Hollande, qui l'emporte non seulement à Saint-Benoît, mais également sur le plan départemental, et finalement sur le plan national[3].

Après la victoire de François Hollande lors des élections présidentielles de 2012, Jean Claude Fruteau se lance logiquement dans la campagne des législatives pour renouveler son mandat. Il arrive très largement en tête au premier tour sur l'ensemble de la circonscription, balayant au passage le nouveau maire de Saint-André[4], qui était présenté comme son principal challenger. Après l'élimination de son concurrent de gauche, Eric Fruteau, il bat au second tour très sèchement le représentant de l'UMP et maire de Salazie, Stéphane Fouassin, avec plus de 67 % des voix et près de 12 000 voix d'avance[5].

Pressenti comme futur membre du gouvernement, il préfère se consacrer à ses mandats locaux. En revanche, dans le cadre de son mandat parlementaire, il est élu président de la délégation aux Outre-mer de l'Assemblée Nationale[6].

En 2014, il annonce sa candidature aux élections municipales dans sa commune de Saint-Benoît, où il est le maire sortant. A la tête d'une liste profondément remaniée, il est mis en ballotage pour la première fois depuis 1983. Il est finalement largement réélu au second tour, dans le cadre d'une triangulaire, où il affrontait son ancien adjoint dissident et le candidat de la droite[7].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Catalogue », Région Réunion, 2003.
  2. (fr)« L’arrogance et le cynisme de Penchard », Le Quotidien de La Réunion,‎ (lire en ligne)
  3. Jismy Ramoudou, « JC Fruteau : "Hollande a la maturité nécessaire pour l'exercice présidentiel" », inforeunion : Un regard info politique - Ile de La Réunion - Océan Indien,‎ (lire en ligne)
  4. « Résultats 5ème circonscription de La Réunion - Législatives 2012 - 1er et 2nd tour », sur Le Monde.fr (consulté le 23 janvier 2017)
  5. « L'Express - Actualités Politique, Monde, Economie et Culture », sur LExpress.fr (consulté le 23 janvier 2017)
  6. « Fruteau président de la délégation aux Outre-Mer », Linfo.re,‎ (lire en ligne)
  7. « L'Express - Actualités Politique, Monde, Economie et Culture », sur LExpress.fr (consulté le 23 janvier 2017)