Jacqueline Farreyrol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jacqueline Farreyrol
Illustration.
Fonctions
Sénatrice française

(2 ans, 8 mois et 29 jours)
Élection 25 septembre 2011
Circonscription La Réunion
Groupe politique UMP
Successeur Didier Robert
Députée française

(10 mois et 17 jours)
Élection 17 juin 2007 (suppléante)
Circonscription 3e de La Réunion
Législature XIIIe (Cinquième République)
Groupe politique UMP
Prédécesseur Didier Robert
Successeur Jean-Jacques Vlody
(indirectement)
Biographie
Date de naissance (79 ans)
Lieu de naissance Saint-Louis (La Réunion)
Nationalité Française
Parti politique UMP
Profession Chargée de mission
Chanteuse
Auteur-compositeur

Jacqueline Farreyrol, née le à Saint-Louis, est une chanteuse, auteur-compositeur et femme politique française. Membre de l’UMP, elle est députée de 2010 à 2011 et sénatrice de 2011 à 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Jacqueline Farreyrol quitte La Réunion en 1956 pour poursuivre des études d'anglais à Montpellier. Titulaire d'une maîtrise d'anglais, elle rentre sur son île natale, où elle enseigne dans un premier temps au lycée de Saint-Benoît. Elle prend rapidement une part active à la vie culturelle réunionnaise (chanson, radio, théâtre).

Carrière musicale[modifier | modifier le code]

Jacqueline Farreyrol revient à La Réunion en 1971 après quatorze années passées en métropole et y redécouvre le maloya. Depuis 1974, elle mène une carrière d'auteur-compositeur-interprète. Elle a enregistré de nombreux disques et obtenu le Grand prix du Disque (Académie Charles-Cros) en 1978, et le Prix international de la Jeune Chanson en 1981. Parmi ses nombreuses chansons, on retiendra plus particulièrement Mon île (son œuvre la plus connue, où elle exprime avec émotion tout l'amour qu'elle porte à son pays natal), Ça sent la banane, Tant que n'aura soleil et Noël à la Réunion.

Carrière cinématographique[modifier | modifier le code]

En 2006, elle interprète le personnage de Joséphine dans la saga de l'été que France 2 fait tourner dans son île natale, Les Secrets du volcan, réalisée par Michaëla Watteaux. Sa chanson Mon île sert de générique de fin au quatrième et dernier épisode.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Durant la législature 2002-2007, Jacqueline Farreyrol est la suppléante de René-Paul Victoria (UMP), député dans la première circonscription de La Réunion.

À la suite des élections législatives de 2007, elle devient la suppléante de Didier Robert (UMP), député élu dans la troisième circonscription de La Réunion[1]. Le , elle est élue à la tête de l'IRT (Île de La Réunion Tourisme)[2]. Le , elle devient députée après la prolongation de mission de Didier Robert[3].

Le , elle est élue sénatrice, et renonce à son siège de députée. Elle démissionne l’année suivante de son mandat d’adjointe au maire — qu’elle exerçait depuis 2008 — et du conseil municipal du Tampon[4],[5].

Elle annonce, le 6 juin 2014, qu'elle va démissionner du Sénat pour « consacrer tout [son] temps et toute [son] énergie » à sa famille et à sa « carrière artistique »[6]. Sa démission est effective le 30 juin 2014[7]. Elle est remplacée au Sénat par Didier Robert.

Détail des fonctions et des mandats[modifier | modifier le code]

Mandats parlementaires[modifier | modifier le code]

Mandat local[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Nombreux disques vinyle 45[Lesquels ?]
  • La Réunion longtemps (Discorama)
  • Tri la ri tron (Auvidis)
  • Mon île (Auvidis)
  • Chante ta vie (Auvidis)
  • Amour tendresse (Auvidiis)
  • Tôles rouillées (Discorama)
  • Cabaret créole (Discorama)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de Didier Robert sur le site de l'Assemblée nationale.
  2. « Didier Robert donne le pouvoir aux professionnels », Le Quotidien de La Réunion,‎ (lire en ligne).
  3. « Didier Robert remplacé par sa suppléante », Le Figaro, 10 novembre 2010.
  4. « Conseil municipal du Tampon : Jacqueline Farreyrol jette l'éponge », sur http://info.sfr.re/, SFR Info, (consulté le 14 avril 2013).
  5. a et b « Jacqueline Farreyrol démissionne de son poste d'adjointe municipale », Clicanoo,‎ (lire en ligne).
  6. « La sénatrice Jacqueline Farreyrol va démissionner pour se consacrer à la chanson », Libération,‎ (lire en ligne).
  7. JO du 2 juillet 2014, texte n°112.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]