Guy Ritchie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ritchie.
Guy Ritchie
Description de cette image, également commentée ci-après

Guy Ritchie en 2011 à l'avant-première parisienne de Sherlock Holmes : Jeu d'ombres

Nom de naissance Guy Stuart Ritchie
Naissance (49 ans)
Hatfield, Hertfordshire
Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Nationalité Drapeau du Royaume-Uni Britannique
Profession Réalisateur
Scénariste
Producteur
Films notables Arnaques, Crimes et Botanique
Snatch
RocknRolla
Sherlock Holmes

Guy Ritchie est un producteur, réalisateur et scénariste britannique né le à Hatfield dans le Hertfordshire (Royaume-Uni). Il se fait connaître du grand public en 1998 avec son film Arnaques, Crimes et Botanique, qui reçoit huit récompenses dont le MTV Movie Award du meilleur nouveau cinéaste et celui de la meilleure comédie à la British Comedy Award, puis confirme son style dans un autre film de gangsters avec Snatch en 2000. Il a été marié pendant plusieurs années à la chanteuse Madonna. A partir de 2009 il commence à réaliser des productions hollywoodiennes au budget conséquent, à l'instar de Sherlock Holmes, Sherlock Holmes : Jeu d'ombres en 2011, et Le Roi Arthur : La Légende d'Excalibur, ce dernier ayant reçu une critique mitigée.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Guy Stuart Ritchie nait le 10 septembre 1968 à Hatfield dans le comté de Hertfordshire[1]. Second enfant de Amber Parkinson, et John Vivian Ritchie, publicitaire[2]. En plus d'une sœur plus âgée, Tabitha, Ritchie a un demi-frère, Kevin Bayton, que sa mère eut adolescente alors qu'elle n'était pas encore mariée à son père.

Guy Ritchie découvre très tôt le cinéma, et se rend compte qu'il veut faire des films après avoir regardé le film Butch Cassidy et le Kid (George Roy Hill, 1969). Malgré son amour pour le 7e art, le jeune Guy refuse à tout prix de rentrer dans une école de cinéma, expliquant que les films créés par les jeunes diplômés de ces écoles étaient ennuyeux et non regardables[3].

Enfant, on lui diagnostique une dyslexie. Il est alors envoyé à la très réputée Stanbridge Earls School près de Romsey, spécialisée dans les problèmes de dyslexie. À l'âge de 15 ans, Guy Ritchie se fait renvoyer de l'école, il évoque alors sa consommation de drogue comme raison de son expulsion[1], alors que selon son père « il fut attrapé en train de divertir une fille dans sa chambre »[4].

À sa sortie de l'école, Guy Ritchie passe les dix années suivantes à voyager et à vivre de différents petits boulots, jusqu'à l'âge de 25 ans où il commence à travailler en tant que stagiaire à la mise en scène[5].

Carrière[modifier | modifier le code]

Débuts et révélation (1995-2001)[modifier | modifier le code]

Après avoir tourné de nombreux clips et spots publicitaires, il réalise, en 1995, un court-métrage de 20 minutes, The Hard Case. Trudie Styler, actrice et productrice anglaise, voit le court-métrage et souhaite investir dans le film que prépare Guy Ritchie. En 1998, le réalisateur sort donc de l'anonymat avec son premier long-métrage, Arnaques, Crimes et Botanique, dans lequel on retrouve notamment le chanteur du groupe The Police, Sting, qui n'est autre que le mari de Trudie Styler. Film à petit budget, la première réalisation de Ritchie marque par son cynisme et sa violence. Les critiques comparent alors le style du réalisateur à celui de Quentin Tarantino pour ses dialogues et ses verbes haut en couleurs. Arnaques, Crimes et Botanique raconte l'histoire de quatre amis vivant de petits braquages et arnaques en tout genre dans les rues de Londres. À la suite d'une partie de poker perdu, ils se retrouvent à la tête d'une dette de près de 500 000 £ qu'ils doivent régler à un roi de la pègre. Le film se démarque alors par son humour noir et sa violence à outrance, enfin le mot Fuck est prononcé 125 fois[6]. De plus, Guy Ritchie donne sa chance à un jeune acteur alors méconnu, Jason Statham, mais aussi en donnant sa chance à l'ancien footballeur britannique Vinnie Jones[7].

En 2000, il gagne un prix Edgar-Allan-Poe des Mystery Writers of America récompensant le meilleur film. Enfin en 2004, le film est classé au 38e rang des meilleurs film britannique de tous les temps par le magazine Total Film[8].

En 2000, Ritchie enchaine directement avec son second film, intitulé Snatch : Tu braques ou tu raques, au casting duquel figure notamment la star hollywoodienne Brad Pitt, qui accepte de réduire son cachet pour pouvoir absolument y participer[9]. D'autres célébrités participent au film, comme Benicio del Toro et Dennis Farina. Snatch devient un véritable succès au box-office. Avec un budget d'environ 3 000 000 $, le film engrange près de 30 093 107 $ aux États-Unis et 12 137 698 £ au Royaume-Uni. Certains critiques applaudissent le génie de Ritchie pour son originalité, mélangeant action violente, film de gangsters et un humour très britannique[9] même si plusieurs critiques sont faites, notamment celle de trop s'inspirer de Pulp Fiction[9]. La prestation de Brad Pitt est aussi saluée pour son rôle de boxeur gitan d'origine irlandaise avec un accent indescriptible, qui lui permet de casser son image habituelle[10].

En 2001, il participe à la série produite par BMW Films. Il réalise l'épisode Star avec Clive Owen et Madonna.

Confirmation difficile (2002-2008)[modifier | modifier le code]

Guy Ritchie en 2008.

En 2002, il dirige sa compagne Madonna dans À la dérive, remake d'un film italien de 1974, Vers un destin insolite, sur les flots bleus de l'été (Travolti da un insolito destino nell'azzurro mare d'agosto, Lina Wertmüller). Le film est un échec cuisant, aussi bien sur le plan commercial que sur le plan critique.

En 2005, Guy Ritchie revient à son premier amour, les comédies de gangsters, avec Revolver, où il retrouve pour la troisième fois Jason Statham. Le film, produit par Luc Besson, déroute cependant quelque peu le public et les fans de Guy Ritchie.

En avril 2008, il réalise la publicité pour l'Euro 2008 de l'équipementier Nike, intitulée To the next level, et qui met en scène l'ascension d'un jeune joueur de football néerlandais qui signe à Arsenal[11]. La publicité se distingue par la vue à la première personne et par le nombre important de guest stars, avec entre autres Arsène Wenger, William Gallas, Wayne Rooney, Cristiano Ronaldo, Ronaldinho, Cesc Fàbregas, Marco Materazzi, Zlatan Ibrahimović, Ruud van Nistelrooy et Wesley Sneijder. À noter que Guy Ritchie est supporter du club du Chelsea F.C.[12].

En , il sort son 5e film, RocknRolla, un retour aux sources dans la lignée de ses deux premiers films, Arnaques, Crimes et Botanique et Snatch. On retrouve au casting Gerard Butler, Tom Wilkinson, Thandie Newton, Ludacris, Idris Elba, Jeremy Piven, Tom Hardy et Mark Strong. Alors que le générique de fin annonce une suite au film, The Real Rock N Rolla, et que Thandie Newton parle d'une trilogie en cas de succès du premier opus, rien ne se concrétise[13].

Hollywood (2009-)[modifier | modifier le code]

En 2009, Guy Ritchie s'attaque au plus célèbre des détectives britanniques : Sherlock Holmes. Il est choisi par Warner Bros. pour adapter un comic book de Lionel Wigram sur les aventures du détective consultant[14]. On retrouve Robert Downey Jr. dans le rôle-titre, Jude Law dans celui du Docteur Watson, Rachel McAdams en Irène Adler et Kelly Reilly en Mary Morstan[15]. Il dirige également la suite du film, Sherlock Holmes : Jeu d'ombres, sortie deux ans plus tard. Il retrouve Jude Law lorsqu'il réalise la publicité Dior Homme Sport pour Parfums Christian Dior en 2010[16].

En 2012, il réalise le clip publicitaire du jeu vidéo Call of Duty: Black Ops II, avec notamment Omar Sy et Robert Downey Jr..

En 2015, alors qu'un troisième Sherlock Holmes est envisagé, il signe la mise en scène de Agents très spéciaux : Code UNCLE (The Man from U.N.C.L.E.), adaptation de la série télévisée des années 1960, Des agents très spéciaux. Il y dirige notamment Henry Cavill et Armie Hammer, ainsi qu'Alicia Vikander et Hugh Grant. Le film ne rencontre pas un énorme succès dans le monde, avec seulement 109 645 109 $ de recettes mondiales, pour un budget d'environ 75 millions de dollars[17].

Il enchaîne ensuite avec une nouvelle version des aventures du Roi Arthur, produite par la Warner. Le Roi Arthur : La Légende d'Excalibur sortira en mai 2017. Guy Ritchie y dirige à nouveau Jude Law, après les deux films sur Sherlock Holmes. Le rôle du Roi Arthur y est tenu par Charlie Hunnam. Le film pourrait être le premier d'une énorme franchise[18].

Le , Walt Disney Pictures annonce être en discussion avec Guy Ritchie pour réaliser l'adaptation en prise de vues réelle avec acteur du film Aladdin (1992)[19],[20]. Le tournage devrait débuter courant 2017[21].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Le 22 décembre 2000, Ritchie se marie avec la chanteuse Madonna en Écosse. Ensemble le couple donne naissance à un fils, Rocco, né le 11 août 2000, et adopte en 2006, un garçon, David au Malawi. En octobre 2008, le couple, sur-médiatisé, se sépare d'un commun accord.

Durant son mariage avec Madonna, Ritchie se convertit à la kabbale, mouvement spirituel dans lequel la chanteuse est fortement impliquée.

Ritchie est un pratiquant et grand fan de jiu-jitsu brésilien, il est d'ailleurs ceinture marron, de plus il s'entraine régulièrement avec le champion du monde de la discipline Roger Gracie[22]. Il pratique également le judo, dont il détient la ceinture noire.

Il est en couple depuis avril 2010 avec le mannequin Jacqui Ainsley, de 13 ans sa cadette avec qui il a trois enfants. Elle a accouché d'un garçon le [23], Rafael. Leur fille Rivka est née le 29 novembre 2012. Enfin, ils ont accueilli leur troisième enfant en 2014. Le couple s'est marié le 30 juillet 2015 après cinq ans de relation.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Courts métrages et téléfilms[modifier | modifier le code]

En tant que scénariste[modifier | modifier le code]

En tant que producteur[modifier | modifier le code]

Caméos[modifier | modifier le code]

Clips et autres projets[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Film Budget Drapeau des États-Unis États-Unis[25],[26] Drapeau de la France France [27] Monde Monde[25],[26]
Arnaques, Crimes et Botanique 1 350 000 $[26] 3 897 569 $[26] 111 337 entrées [27] 29 938 559 $ [27]
Snatch : Tu braques ou tu raques 10 000 000 $ [26] 30 328 156 $ [25] 585 877 entrées [27] 83 593 107 $ [26]
À la dérive 10 000 000 $ [25] 598,645 $ [25] 6 113 entrées [27] 775 591 $ [25]
Revolver 20 000 000 $ 84,738 $ [25] 168 824 entrées [27] 7 084 738 $ [26]
RocknRolla 18 000 000 $[26] 5 700 626 $ [25] 81 418 entrées[27] 25 739 015 $ [25]
Sherlock Holmes 80 000 000 $ [25] 209 028 679 $ [25] 2 143 123 entrées [27] 524 028 679 $ [25]
Sherlock Holmes : Jeu d'ombres 125 000 000 $ [27] 186 848 418 $[25] 2 367 762 entrées [27] 543 848 418 $[25]
Agents très spéciaux : Code UNCLE 75 000 000 $ [25] 35 136 003 $[25] 372 756 entrées 109 645 109 $[25]
Le Roi Arthur : La Légende d'Excalibur 175 000 000 $ [25] 38 575 283 $[25] 761 060 entrées 137 875 283 $[25]
  • Légendes : Budget (entre 1 et 10 M$, entre 10 et 100 M$ et plus de 100 M$), États-Unis (entre 1 et 50 M$, entre 50 et 100 M$ et plus de 100 M$), France (entre 100 000 et 1 M d'entrées, entre 1 et 2 M d'entrées et plus de 2 M d'entrées) et monde (entre 1 et 100 M$, entre 100 et 200 M$ et plus de 200 M$).

Prix[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Guy Ritchie Biography » Consulté le 26/05/10
  2. (en) « Guy Ritchie Biography (1968-) » Consulté le 26/05/10
  3. (en) « Guy Ritchie - Biographie », sur Internet Movie Database (consulté le 26 mai 2010)
  4. (en) Andrew Morton, Madonna, 2002[réf. incomplète]
  5. (en) « Guy Ritchie : sa biographie », sur Cinefil (consulté le 26 mai 2010)
  6. (en) « Trivia for Lock, Stock and Two Smoking Barrels », sur Internet Movie Database (consulté le 26 mai 2010)
  7. « Arnaques, crimes & botanique », sur Krinen.com (consulté le 26 mai 2010)
  8. (en) « Lock, Stock And Two Smoking Barrels », sur Tastekid (consulté le 26 mai 2010)
  9. a, b et c « Snatch », sur Krinein.com (consulté le 26 mai 2010)
  10. « Tu plaques ou tu craques », sur Fluctuat (consulté le 26 mai 2010)
  11. (en) « Guy Ritchie's new Nike advert to hit screens », sur Metro, (consulté le 11 juin 2008)
  12. (en) « Celebrity Fans », sur site officiel de Chelsea F.C. (consulté le 11 juin 2008)
  13. « Guy Ritchie présente RocknRolla, sa prochaine trilogie », sur ActuCiné, (consulté le 19 juin 2014).
  14. http://cinema.fluctuat.net/blog/31198-guy-ritchie-depoussiere-sherlock-holmes.html
  15. http://cinema.fluctuat.net/blog/33449-sherlock-holmes-par-guy-ritchie-debut-de-tournage.html
  16. Thomas Lapointe, « Quand la pub de luxe se paie les pointures du 7e art », Culture, sur lexpress.fr, L'Express, (consulté le 24 novembre 2012)
  17. (en) « The Man From U.N.C.L.E. », sur Box Office Mojo (consulté le 19 mars 2017)
  18. « Le Roi Arthur : après Sherlock Holmes, Guy Ritchie à la tête de la nouvelle (énorme) franchise de Warner », sur Allociné, (consulté le 19 juin 2014).
  19. (en) Rich McCormick, « Disney in talks with Guy Ritchie to direct live-action Aladdin movie », sur The Verge, (consulté le 5 juillet 2017)
  20. « Aladdin : un nouveau film live avec Guy Ritchie à la réalisation », sur Allociné, (consulté le 19 mars 2017)
  21. « Aladdin : le tournage du film live débutera cette année », sur Allociné, (consulté le 19 mars 2017)
  22. (en) « Please Be Seated. Guy Ritchie's Life Will Begin Shortly » Consulté le 31/03/10
  23. Guy Ritchie à nouveau papa - ActuStar.com
  24. willou, « Dior Homme - Un Rendez Vous (by Guy Ritchie starring Jude Law) », (consulté le 23 juin 2017)
  25. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s et t (en) « Box-office américain des films réalisé par Guy Ritchie », sur Box Office Mojo.com (consulté le 18 mars 2012).
  26. a, b, c, d, e, f, g et h http://www.the-numbers.com/people/directors/GRITC.php
  27. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (fr) « Box-office français des films réalisés par Guy Ritchie », sur Jp's Box-office (consulté le 18 mars 2012).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :