Jumeaux Kray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la criminologie
Cet article est une ébauche concernant la criminologie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Reginald Kray (deuxième en partant de la gauche), en 1968.

Les frères jumeaux Ronald « Ronnie » Kray () et Reginald « Reggie » Kray () étaient des gangsters britanniques originaires du quartier de Hoxton à Londres, et de grands noms du crime organisé dans l'East End de Londres dans les années 1950 et 1960.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nés à un quart d’heure d’intervalle, dans Stean Street à Hoxton, un quartier malfamé, d'un père alcoolique, Charles, déserteur pendant la Première guerre mondiale devenu receleur/chiffonnier, et d'une mère Violet. Leur frère aîné Charles, né sept ans plus tôt, deviendra un temps marin dans la Royal Navy avant de finir truand[1].

Et puis surtout avant de transmettre le goût des gants à ses trois petits-fils qui écument les rings après l’adolescence.

Les frères Kray se font d'abord une bonne réputation de boxeurs professionnels dans la catégorie des poids légers, passion par leur grand-père, Jimmy "Cannonball" Lee, lui-même boxeur dans la même catégorie dans la période d'avant-guerre. Durant leurs courtes carrières chez les pro, c'est Reggie qui s'en tire le mieux, resté invaincu durant sa courte carrière[1].

Une bagarre à la sortie du Barrie's Dance Hall sur Narrow Way dans le quartier d'Hackney leur vaut un premier séjour en maison de correction et met fin à leur carrière de boxeurs[1].

Avec leur gang, « The Firm », les jumeaux Kray ont commis des braquages à main armée, incendies, rackets, agressions, et les meurtres de Jack « The Hat » McVitie et George Cornell. Craints et respectés dans leur milieu, ils sont devenus si célèbres qu'ils ont eu droit à une interview télévisée.

En parallèle, ils étaient gérants de boîtes de nuit et ont ainsi fréquenté des célébrités notamment Frank Sinatra. Ils finirent par être arrêtés en 1968 et condamnés à la prison à vie en 1969. Ronnie Kray succombe à une attaque cardiaque le 17 mars 1995 dans l'asile où il était enfermé, ayant été diagnostiqué schizophrène et paranoïaque. Quant à son frère, Reginald, il fut libéré de prison en 2000 du fait de son état de santé. Ce dernier souffrant d'un cancer à un stade bien avancé et ne lui restant que peu de temps à vivre, les autorités supérieures lui accordèrent la faveur de mourir entouré de ses proches. Reggie décéda en 2000.

Au cinéma et à la télévision[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Moréas (conseiller technique) et Bill Waddell (conseiller technique), Dossier meurtre. Enquête sur les grands crimes de notre temps, vol. 31 : Les parrains de la pègre londonienne. Les frères Kray : par la violence et la terreur, ils imposèrent leur loi au Milieu londonien, Paris, ALP, , 30 p.
  • John Pearson, Londres dans la nuit I et II, Paris, Gallimard Collection Série Noire, 1974, ISBN 207048680X

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Jérome Pierrat, « La saga criminelle des frères Kray », sur gqmagazine.fr,‎ (consulté le 2 juillet 2016)