Labroquère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Labroquère
Labroquère
Village de Labroquère depuis la table d'orientation du Cap de la Coste au lotissement du Castillon[1]
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Saint-Gaudens
Intercommunalité Communauté de communes Pyrénées Haut Garonnaises
Maire
Mandat
Alain Larqué
2020-2026
Code postal 31510
Code commune 31255
Démographie
Gentilé Labroquerois
Population
municipale
318 hab. (2018 en diminution de 2,15 % par rapport à 2013)
Densité 73 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 02′ 18″ nord, 0° 35′ 31″ est
Altitude Min. 422 m
Max. 690 m
Superficie 4,37 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Saint-Gaudens
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bagnères-de-Luchon
Législatives Huitième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Labroquère
Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Labroquère
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Labroquère
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Labroquère

Labroquère est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Labroquerois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Labroquère est une commune située en rive droite de la Garonne, au pied des Pyrénées dans le Comminges en Nébouzan à 16 km au sud-ouest de Saint-Gaudens. C'est une commune limitrophe avec le département des Hautes-Pyrénées.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes voisines.

Labroquère est limitrophe de huit autres communes, dont deux dans le département des Hautes-Pyrénées, à l'ouest et au sud-est.

Au nord-est, son territoire communal est limitrophe sur une centaine de mètres de celui de Huos, et sur environ 160 mètres de celui de Cier-de-Rivière.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est longée par la Garonne dans sa partie sud où elle sert de frontière naturelle avec les communes de Loures-Barousse, Valcabrère et de Saint-Bertrand-de-Comminges.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 437 hectares ; son altitude varie de 422 à 690 mètres[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès par l'autoroute A64 sortie no 18 puis la route nationale 125, et avec le réseau Arc-en-ciel.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Labroquère est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Gaudens, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 85 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[6],[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de onze[8],[9].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la huitième circonscription de la Haute-Garonne, de la communauté de communes du Haut Comminges et du canton de Bagnères-de-Luchon (avant le redécoupage départemental de 2014, Labroquère faisait partie de l'ex-canton de Barbazan).

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
? 1941 Frédéric Nogues   Révoqué par le Gouvernement de Vichy[10]
juin 1995 mars 2014 Jean Ousset    
mars 2014 En cours Alain Larqué SE Cadre supérieur
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[12].

En 2018, la commune comptait 318 habitants[Note 3], en diminution de 2,15 % par rapport à 2013 (Haute-Garonne : +6,32 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
450440520580604613602618620
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
600606528496515474436452450
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
463438469386362404416334286
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
327288279218271269294298301
2013 2018 - - - - - - -
325318-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[15] 1975[15] 1982[15] 1990[15] 1999[15] 2006[16] 2009[17] 2013[18]
Rang de la commune dans le département 239 230 298 283 285 303 306 305
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune est essentiellement basée sur l'agriculture.

Enseignement[modifier | modifier le code]

École maternelle et primaire

Labroquère fait partie de l'académie de Toulouse.

L'éducation est assurée par un regroupement pédagogique intercommunal avec les communes de Luscan, Galié, Barbazan, Seilhan, Valcabrère et Saint-Bertrand de Comminges de la maternelle au primaire, sur la commune de Barbazan CE1 et CE2, sur la commune de Labroquère CP, CM1, CM2 et maternelle à Saint-Bertrand de Comminges.


Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Salle des fêtes, centre de loisirs.

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Nouvelle borne de recharge pour voiture éléctrique

Chasse, pétanque, karaté, randonnée pédestre, escalade, équitation.

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

En 2018 une borne de recharge pour voiture éléctrique a été installée près de la mairie et de la salle des fêtes[19],[20].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Un banc monumental a été installer en 2015[23].

L'aire de la table d'orientation a été réaménagée en 2019 avec la création d'abris pour la table d'orientation et les visiteurs.

Une sculpture en fer forgé a été installée sur le banc monumental, avec sa longue-vue, elle regarde l'ancienne cathédrale Sainte-Marie de Saint-Bertrand-de-Comminges.

Entre les rochers, sont intercalés des supports métalliques où sont représentées des constellations.

Galerie[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « TABLE D'ORIENTATION DU CAP DE LA COSTE LABROQUERE », sur Les Pyrénées : séjours, vacances, hébergements, stations de ski, randonnées, bulletin neige (consulté le 30 août 2020).
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 27 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  8. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  9. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014 (consulté le 30 août 2020).
  10. « Informations générales », sur Gallica, (consulté le 30 août 2020).
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  15. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  16. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  17. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  18. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  19. « SDEHG : des efforts pour des économies d'énergie », sur ladepeche.fr (consulté le 19 décembre 2018).
  20. « SDEHG - Armand Ribet Labroquère : borne de charge à Labroquère », sur fr.chargemap.com (consulté le 19 décembre 2018).
  21. « Domaine Vidaussan – Gîtes et chambres d'hôtes » (consulté le 10 décembre 2018).
  22. « De nouveaux travaux sur le pont de la RD 825 », sur ladepeche.fr (consulté le 10 décembre 2018).
  23. La Dépêche du Midi, « Labroquère. Un banc de grande taille à la table d'orientation », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le 30 août 2020).

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.